Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘festival’

Le programme des festivals

Posted by jeunempl sur mai 30, 2012

Le Commerce du Levant

Festival de Beiteddine

• Jeudi 28, vendredi 29 et samedi 30 juin : Kan ya ma kan (Caracalla)
Ouverture avec Kan ya ma kan, une création spéciale d’Yvan et Elyssar Caracalla pour le festival accompagnée par l’Orchestre philharmonique libanais conduit par Harout Fazlian qui mixe, sur une trame tirée des contes des Mille et Une Nuits, les musiques de Rimsky Korsakov, du Boléro de Ravel réorchestrée sur instruments orientaux.
Billets entre 45 000 et 195 000 LL

• Samedi 7 juillet : Push
Avec Sylvie Guillem et Russell Maliphant
Créé en 2005 au Royal Ballet de Sadler’s Wells et présenté en tournées en France, en Italie, en Suisse, en Allemagne et au Japon, Push est formé de quatre courtes pièces du même Russel Maliphant. Ce danseur et chorégraphe britannique est considéré comme l’un des plus brillants de sa génération.
Billets entre 60 000 et 180 000 LL

• Jeudi 12 juillet : Hammam Khairy
Du tarab et des khoudoud halabiah avec Hamam Khairi, “la grande voix d’Alep”
Longtemps choriste au sein de l’ensemble de Chouyoukh el-tarab, il a grandi entouré de grands noms tels Sabah Fakhri ou Sabri Moudallal. Depuis 1998, il connaît ses plus grands succès dans ses tournées de festivals. Celui de Carthage notamment. Tout comme en 2000, il a remporté le prix de la meilleure performance au Festival des radios arabes au Caire.
Billets entre 45 000 et 150 000 LL

• Samedi 14 juillet : The Cranberries
Mené par Dolores O’Riordan, chanteuse à la voix extraordinaire, ce groupe irlandais a régné sur les Charts durant plus d’une décennie avec des tubes comme “Linger”, “Dreams”, “When You’re Gone”, “Salvation”, ou encore le fameux “Zombie” avant de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les festivals : 100.000 places à vendre cet été

Posted by jeunempl sur mai 30, 2012

Le Commerce du Levant

Confrontés à des coûts de plus en plus élevés et à une situation sécuritaire régionale et locale aléatoire, les festivals tentent par tous les moyens de perpétuer une tradition qui a fait les beaux jours du Liban.

Au programme de l’été du pop-rock au lyrique, en passant par la danse, le tarab, la variété, la chanson arabe, la fiesta gitane et le jazz… Au total, Baalbeck, Beiteddine, Byblos, Zouk, Jounieh, Batroun, Beyrouth… plus de 100.000 places sont déjà mises en vente.

Né dans les années 1950, « Baalbeck est le premier festival du Moyen-Orient et sa réputation n’est plus à faire », explique sa présidente, Nayla de Freige. Mais les tensions régionales et locales et les appels de certains pays arabes à leurs ressortissants à ne pas se rendre au Liban, auront un impact certain non seulement sur la fréquentation des festivals mais sur la saison touristique en général au Liban.

« Nous travaillons en coordination étroite avec les ambassades et les services de sécurité pour rassurer les spectateurs et les touristes qui se rendront au festival », précise-t-elle.

Latifé Lakkis, présidente du festival de Byblos, confirme : « nous travaillons dans un milieu à risques, nous essayons tant bien que mal d’y faire face, la situation affecte surtout la vente de billets, mais bonne nouvelle, depuis Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tribune Libre : Les prémices d’une paix interdite ?

Posted by jeunempl sur janvier 26, 2012

Houssam Mroué – Libnanews

Ce matin, alors que le ciel de Janvier se déchaîne à l’extérieur avec une rage à faire plier nos majestueux cèdres, c’est à mon tour de crier ma colère et ma stupeur face à des phénomènes qui ma foi me semblent incompréhensibles et scandaleux !

Dire qu’il y a a peine quelques années, la résistance face à l’armée de Tsahal était un acte de bravoure salué par tout homme libre et O combien d’hommes libres il y avait encore au Liban.
La dernière nouvelle m’ayant abasourdi fut les dizaines de commentaires circulant un peu partout sur le net concernant l’annulation du concert de Lara Fabian prévu pour le mois prochain à Beyrouth. Le quotidien libanais de langue française « L’Orient le jour » parle quant à lui de terrorisme culturel !!

Afin de le montrer à certains, voici quelques lignes empruntes à un site d’actualité israélien (JSS News) qui publiait en Février 2010 un article concernant le concert de Lara Fabian en Israël : « Son choix de partir en Israël reflète un courage indéniable et une volonté de transmettre un message de soutien au peuple israélien. Lara Fabian a déjà Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Béchara Raï à Jbeil : Rassembler les ouailles, ressouder les élites

Posted by jeunempl sur juillet 24, 2011

J. A-R. – L’Hebdo Magazine

Le patriarche Raï prône la réconciliation, l'ouverture et le dialogue... son appel sera-t-il favorablement reçu?

Il est aujourd’hui la personnalité la plus appréciée par la rue chrétienne. Au cours de sa tournée dans la région de Jbeil, le patriarche Béchara Raï a pu mesurer son impressionnante popularité. Récit d’un week-end pastoral au cours duquel le premier des prélats a montré son sens politique aigu, bien au-dessus de la contingence des partis.

Entendu sur les parvis et dans les chaumières: «il parle juste», «quelle prestance», «quel charisme», «lui, au moins, il ne fait pas dans la gaudriole», «voilà celui que l’on attendait». Nous en avons besoin». Ambiance de fête à Jbeil et ses vastes alentours. Les banderoles et les drapeaux aux couleurs du Liban et du Vatican étaient de sortie. Quelques jours après, on en parle encore. Béchara Raï est revenu chez lui, dans son diocèse. Et pour saluer le retour de celui qui a été adopté comme l’enfant du pays, les habitants lui ont réservé un accueil digne des grands hommes. A la télévision, on suit le patriarche comme les amoureux du Tour de France suivent le peloton. Religieusement et avec euphorie. Tout au long de son parcours ponctué de plus d’une vingtaine de relais dans les villes et les villages de la région, une foule heureuse, fatiguée des querelles de clocher et qui espère avoir enfin trouvé son messie. Jbeil avait ses dinosaures politiques et un champion à la présidence; la région a sans doute trouvé son leader austère et charismatique sur qui elle fonde beaucoup d’espoir.

Foule transversale
Le patriarche a un agenda de ministre, minuté à la seconde. Une vingtaine d’églises, presque autant de rencontres avec les acteurs politiques et religieux. Le chef de l’Eglise s’est donné deux missions: parachever la réconciliation politique sur laquelle il travaille depuis le début de son magistère et rassurer la rue chrétienne scindée en deux, voire en trois depuis de trop longues années. La communauté l’a compris, Béchara Raï est aujourd’hui le seul à pouvoir poursuivre ces deux objectifs.

Lors de ses visites, peu de professionnels de la politique à ses côtés. Justes des prêtres et des curés qui sont devenus le seul ciment de la plupart des villages de la région. Comme une façon de faire comprendre au landernau qu’il était temps de passer à autre chose.

Les suiveurs l’ont remarqué. Les foules qui ont accueilli le patriarche étaient composées de militants du CPL et du 14 mars. Premier objectif atteint. Non seulement, le patriarche ne fait partie d’aucun camp, mais il tient à ce que personne ne profite de son ombre porté pour de sombres bénéfices électoralistes. Il aura réussi à transférer les espoirs de la population du champ politique au champ religieux. Le chantre du partage et de la communion a atteint là son deuxième objectif. Etait-il voulu? Au cours de sa visite, le patriarche a Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Magida el-Roumi, une étoile dans le ciel de Jounieh

Posted by jeunempl sur juin 27, 2011

(Jihane Farhat – L’Orient le Jour)

Le Festival international de Jounieh a choisi la divine Magida el-Roumi pour lancer, samedi, ses festivités qui s’étendent jusqu’au 3 juillet dans l’ancien souk de la ville et ses environs.

Le concert donné par Magida el-Roumi à l’ouveture du Festival international de Jounieh a eu lieu au stade Fouad Chéhab pour le plus grand plaisir des admirateurs, emportés par la voix puissante de la diva, sanglée d’une robe blanche en satin. La chanteuse s’est vu décerner, à la fin du concert, les insignes de l’ordre national du Cèdre par le président de la République, le général Michel Sleiman.

Plusieurs personnalités politiques, dont notamment le commandant en chef de l’armée, le général Jean Kahwaji, et les chefs du CPL, le général Michel Aoun, et des Forces libanaises, Samir Geagea, ont aussi assisté à ce concert qui a propulsé la diva au firmament de Jounieh. Inaugurant le récital par une prière adressée à Notre-Dame de Harissa, Magida lui a demandé de guider les chefs politiques vers le dialogue dans l’intérêt du pays et ses citoyens.

La voix de la cantatrice s‘est ensuite élevée, libre et puissante. Magida a attaqué son répertoire avec des chansons d’amour et des chansons patriotiques reprises par un public averti. (Aam yiss’alouni, Malik albi, Chouf chouf, Kalimat, Ya Beyrouth, et Rajeh yit’aammar, en hommage à feu Zaki Nassif).

La diva s’est approprié la scène, la peuplant de sa présence fière et passionnée. Sa voix de cristal a parcouru les notes les plus basses et les plus hautes sans accident de parcours, entonnant des textes qui chantent la force de la révolte et l’amour de la patrie.

Sur l’écran géant installé pour l’occasion, des portraits de son père, le célèbre compositeur Halim el-Roumi, décédé en 1983, défilaient. Pour lui rendre hommage, elle a chanté une chanson de sa composition. Une série d’images et de diapositives montrant différentes régions du Liban (Raouché, Jbeil, Jounieh etc.) ont ensuite été projetées avec le texte suivant : « le Liban est Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Eté 2011 : Ouverture du Festival International de Jounieh

Posted by jeunempl sur juin 26, 2011

iloubnan

L’ouverture du Festival International de Jounieh, organisé par PHELLIPOLIS ONG, eut lieu lors d’une grande cérémonie vendredi soir, en présence d’un grand nombre de citoyens de Jounieh, y compris ses figures économiques, sociaux et culturels, le Président et les membres de la municipalité de Jounieh, et la participation de l’Orchestre des Forces de sécurité publique qui ont joué la musique nationale et traditionnelle, tout en cheminant à travers Jounieh vers le vieux souk, et en passant par le palais de la municipalité.

En même temps, la baie de Jounieh a assisté à un rassemblement de bateaux qui ont participé à un festival d’éclairage unique et mémorable. De même, un feu d’artifice pour prés de quinze minutes a éclairé le ciel de la ville.

Vendredi matin, des parapentistes de différentes nationalités, surélevant leurs drapeaux respectifs, ont commencé à décoller de Harissa vers la baie de Jounieh. En même temps, des Montgolfières ravissaient le ciel, et les invités à bord eurent la chance de voir Jounieh sous un autre angle !

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Abboud parraine le lancement du festival de Beit-Mery

Posted by jeunempl sur juin 23, 2011

ANI

Fadi Abboud - Ministre du Tourisme

Le ministre du Tourisme Fadi Abboud a parrainé mercredi le lancement du festival de Beit-Mery 2011, lors d’une conférence de presse tenue au palais municipal du village.

Le ministre Abboud a indiqué dans un discours à l’occasion que la formation du gouvernement a eu des effets positifs sur le tourisme au Liban, traduits par l’augmentation des réservations dans les hôtels et la hausse des nombres des voyageurs en provenance de l’étranger.

« La situation sécuritaire au Liban est assez bonne en comparaison avec la situation dans les pays voisins, ce qui encourage à lancer une série de festivals locaux et internationaux, afin de réussir la saison estivale et d’encourager les touristes à affluer au Liban » a dit le ministre.

« Le ministère oeuvre pour fournir les facilités possibles aux touristes, par le bais des services privilégiés et de la coopération avec les ministères et la Sureté générale, de façon à permettre aux résidents dans les pays du Golfe, de toute nationalité soient-ils, d’obtenir un visa d’entrée au Liban » a-t-il ajouté.

Le ministre a enfin exprimé son optimisme, quant à la réussite de la saison touristique, soulignant l’importance de l’aspect culturel qui caractérise le tourisme au Liban et qui attire les touristes arabes.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lancement du programme du Festival international de Byblos 2011 en présence des ministres Abboud et Wardé

Posted by jeunempl sur avril 26, 2011

ANI

Note du MPLBelgique.org : pour plus d’infos sur la programmation et spectacles proposés, visitez le site officiel byblosfestival.org

Le comité du Festival international de Byblos a lancé son programme pour l’été 2011 dans une conférence de presse qu’il a tenu à « Byblos Sur Mer » en présence du ministre démissionnaire du Tourisme Fadi Abboud et du ministre sortant de la Culture Sélim Wardé.

Ce festival « du 28 juin au 22 juillet » se spécifie par des activités aussi bien étrangères que libanaises ainsi qu’un autre gratuit.

En cette occasion, M. Abboud a affirmé que « les festivités artistiques sont un élément assez important pour le tourisme ». « Le Festival de Jbeil contribue, sans aucun doute, à attirer les touristes et les citoyens des différentes régions », a-t-il dit.

A son tour, M. Wardé a indiqué que « le lancement du Festival international de Byblos est une dynamique non seulement pour le tourisme et la culture mais également pour la pensée humaine ». « Cet événement montre le visage réel du Liban et son rôle dans cette partie du monde », a-t-il ajouté.

M. Wardé a assuré que « son ministère veut à tout prix réactiver le rôle du tourisme culturel pour son grand rendement pour l’économie libanaise ».

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

« Chaque jour est une fête »: Le cinéma libanais à l’honneur au 11ème Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles

Posted by jeunempl sur novembre 14, 2010

MPLBelgique.org

Projeté à l’occasion du festival international du cinéma méditerranéen de Bruxelles (du 5 au 13 novembre 2010), le film franco-libanais « Chaque jour est une fête » aura suscité des débats, essentiellement auprès du public libanais présent à la projection. La réalisatrice du film Mme. Dima el Horr nous a accordé un entretien au cours duquel elle nous dévoile sans complexe l’idée du film et sa vision du cinéma libanais.

« Chaque jour est une fête » concourt dans la section « Compétition internationale » du festival. La salle de l’Orangerie au Botanique est archi-pleine. La présentation du jury, présidé par l’excellent Claude Brasseur, laissera très vite place à l’expression des pellicules levantines.

En allant voir ce film, un libanais expatrié aurait aimé tomber sur les beaux aspects de son pays, une nature et des paysages époustouflants, l’activité (suractivité même) libanaise, la ville de Beyrouth reconstruite, les jolis édifices historiques,etc… bref le Liban tel qu’on l’admet et à qui on pardonne, même oublie, trop facilement ses sombres facettes. C’est pourtant une toute autre image du Liban qui ressort de ce film… l’image de ces femmes perdues à la recherche de leurs disparus, fils ou maris, un thème et une cause relayés en force par le cinéma libanais ces derniers jours à Bruxelles.

Dima el Horr, la réalisatrice du film, met en scène 3 actrices : Hiam Abbass, Manal Khader et Raïa Haïdar.
Ces trois femmes, toutes aussi différentes les unes des autres, partent à la recherche de leurs maris disparus. Plusieurs évènements font que ce périple ne sera pas aussi direct qu’un simple trajet en autobus.

Compliqué, original, lent, intellectuel, déformé, différent,etc… les critiques tant positives que négatives ont fusé à la fin de la projection. A peine les projecteurs allumés, le débat prenait place parmi le public, en présence de Dima el Horr.

A une interpellation lui reprochant de ne pas montrer les belles facettes du Liban, la réalisatrice répondra en toute simplicité « ne pas avoir à jouer le rôle de ministre du tourisme ».

Insistant à l’issue de la projection sur l’aspect personnel et irréel du film, rempli de contrastes, les derniers réticents comprennent.

Dans l’entretien qu’elle a eu la gentillesse de nous accorder, Dima el Horr se réjouit du débat suscité par son film.

« Il faut provoquer les gens. Si on ne provoque pas, on ne suscite rien… J’aime bien quand les gens réagissent de cette façon. Ce ne sont Lire le reste de cette entrée »

Posted in Activités MPL, Culture & Société, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que vienne la pluie (Shatti ya dini) récompensé au 37è FIFI à travers le prix du meilleur interprète masculin décerné à Hassan Mrad

Posted by jeunempl sur novembre 11, 2010

MPLBelgique.org

Le festival international du film indépendant (FIFI) s’est déroulé à Bruxelles du 2 au 7 novembre. Ce rendez-vous important accueillait pour la première fois depuis 37 éditions un film libanais « Que vienne la pluie » (Shatti ya dini) réalisé par Bahij Hojeij, présent au festival et accompagné des ravissantes actrices Julia Kassar et Carmen Lebbos. Récit d’une série d’entretiens avec les artistes du film et les organisateurs de cette fête.

Shatti ya dini raconte en parallèle plusieurs histoires de kidnappings opérés dans les années 80 par les forces de sécurité du pays, souvent sans réelles raisons. Elle raconte la détresse des familles, essentiellement ces femmes dévouées qui gardent l’espoir de revoir leurs maris ou enfants un jour libérés. L’une de ces histoires est réelle. Bahij Hojeij insiste sur sa symbolique; « cette histoire constitue le fil conducteur du film, elle apporte une belle touche » à l’oeuvre.

L’histoire principale est la libération de Ranaz, interprété de manière éblouissante par Hassan Mrad, qui arrive un beau jour, après 20 ans de détention. Mais la délivrance et la joie laisseront très vite place à la cruelle réalité. Dans ce film, Ranaz incarne ces personnes qui, une fois libérées, ont du mal à se réintégrer dans le cocon familiale. Ces années d’absence pèsent et restent difficiles à combler. Le monde bouge à une telle vitesse que l’adaptation, ou plutôt la réadaptation, devient très difficile, voire impossible.

Le cinéma libanais connait depuis Caramel, de Nadine Labaki, un nouveau souffle. Cet engouement est d’autant plus étonnant que les moyens alloués à la culture et au cinéma en particulier n’ont pas évolué. Julia Kassar, qui joue le rôle de Marie, la femme de Ranaz, tente une explication en allant jusqu’à souhaiter que le cinéma libanais ne soit jamais gâté afin qu’il reste ce qu’il est et qu’il continue à produire ses chefs-d’oeuvres. « Peut-être a-t-on de la chance de ne pas avoir de facilités pour avoir plus de passion. Si Bahij ne tenait pas vraiment à faire ce film, on ne l’aurait jamais fait de cette façon. » Et pour cause, Bahij Hojeij est à la fois producteur et réalisateur de Shatti ya dini. Avec la simplicité qui le caractérise, il nous décrit non sans un peu de dépit sa difficulté à réaliser le film: « Il m’a fallu 4 ans pour réaliser ce film sur base d’un financement personnel. Le temps était très long et lorsqu’on est à la fois producteur et réalisateur, sans soutien extérieur, on passe par des périodes difficiles, même de doute. Le résultat plait, c’est ce qui importe finalement. Mais je ne referai plus la même erreur » conclut-il en rigolant.
Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Nos articles, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :