Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Femmes’

Liban : les dégâts invisibles des guerres

Posted by dodzi sur novembre 3, 2011

RTBF

Par W. Fayoumi

Onze ans après la fin de la guerre de 2006, qui a vu une partie du pays dévastée par les bombardements israéliens, le Liban n’en finit pas de se reconstruire. Malgré la situation politique instable et la crise économique, les traces de son histoire difficile s’effacent avec les années. Mais les cicatrices de la société libanaise restent bien présentes, dans des endroits moins visibles.

La voiture nous mène vers le quartier de Bourj-al-Barajneh, dans la banlieue sud de Beyrouth. Ici se concentre une grande partie de la population pauvre de la capitale. En majorité chiites, les habitants vivent dans un entrelacs chaotique de constructions en partie détruites. Des fils électriques forment une toile improbable, pendant sur les murs, traversant le ciel au-dessus des rues animées.

C’est là que nous allons, à l’hôpital dirigé par la Société du Croissant rouge palestinien (PRCS) et par l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations-unies pour les réfugiés). MSF y tient, depuis 2008, des consultations en santé mentale. « Après la guerre de 2006, le constat était effrayant. Le fossé entre les besoins et ce qui existait sur le terrain était énorme« , explique Fabio Forgione, responsable du projet de santé mentale communautaire, initié en 2008.

Selon une enquête de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), menée avant le conflit, 49% de la population du Liban avait un lien direct avec les dégâts humains et matériels liés aux divers combats armés, et 17% était atteinte de troubles mentaux.

A Bourj-el-Barajneh, les traumatismes mentaux sont encore plus endémiques. 25% des réfugiés palestiniens dans le camp souffriraient de séquelles psychologiques ou psychiatriques nécessitant un suivi. Il y a surtout l’histoire du camp, suite violences armées incessantes : siège par l’armée israélienne et les milices phalangistes en 1982, blocus des milices pro-syriennes en 1984, bombardements en 1994 et en 2006… Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au Liban, l’association KAFA à l’écoute des hommes violents

Posted by dodzi sur octobre 27, 2011

iLoubnan.info

Depuis 2010, l’organisation non gouvernementale KAFA (enough) Violence & Exploitation a mis en place une clinique et une cellule d’écoute pour les hommes violents. Rencontre avec Nabil Abdou, coordinateur de projets pour KAFA qui nous explique la difficulté de traiter un tel problème au Liban.

Peut-on établir un profil type de l’homme violent ?
L’homme violent est très souvent un individu n’arrivant pas à s’inscrire dans la société dans laquelle il évolue, qui n’accepte pas la « résistance du réel », c’est-à-dire que la réalité s’oppose à sa volonté, qu’il n’est pas acteur de sa propre vie. Il rencontre des frustrations dans sa vie quotidienne, surtout dans la vie active où il n’est pas maître de son existence et répond aux exigences de ses supérieurs par exemple, mais aussi aux pressions que peut exercer l’entourage familiale. Ainsi, le seul théâtre où son « pouvoir d’homme » peut s’exprimer reste la sphère domestique. La violence représente ainsi le seul moyen de s’imposer, la domination physique exercée sur la compagne représente une prise de contrôle que l’homme a perdu dans toutes les autres sphères de son existence. Il s’agit d’un véritablement défoulement, subi par sa partenaire.
La seconde raison qui peut être avancée relève des images préconçues que véhiculent les médias et la société sur les hommes, ce que j’appelle « la masculinité hégémonique ». Ce concept recouvre plusieurs aspects, d’abord la nécessité de virilité pour un homme, la preuve de sa puissance mais surtout la non expression de ses sentiments. Un élément qu’on relève chez l’homme violent à un degré encore plus marqué que chez la majorité des hommes est en effet sa très grande difficulté à percevoir ses émotions et à les verbaliser. Cette insensibilité superficielle se fissure face à la compagne et les émotions s’expriment alors par la violence. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Égalité des genres et développement économique : zéro pointé pour le Liban

Posted by jeunempl sur septembre 21, 2011

Rana Andraos – L’Orient le Jour

Malgré les progrès accomplis au plan de l’égalité des genres, les femmes demeurent reléguées au deuxième plan. Si l’égalité entre les hommes et les femmes est un objectif de développement fondamental en soi, elle est aussi un atout pour l’économie. Au Liban, comme dans la plupart des pays en développement, la participation des femmes à la vie active demeure largement à la traîne.

La Banque mondiale (BM) a publié hier son rapport sur l’égalité des genres dans les pays en voie de développement, dans lequel elle met l’accent sur la disparité de l’accès des femmes au marché de l’emploi et du manque à gagner qui s’ensuit en termes d’opportunités économiques. Dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), les résultats de l’enquête ont été diffusés en simultané dans les locaux de la BM à Beyrouth, à Gaza, en Cisjordanie, en Égypte et au Koweït.

Selon le rapport de la BM, « les pays qui améliorent les opportunités et la situation économique des femmes et des filles peuvent accroître leur productivité, améliorer les conditions de vie de leurs enfants, rendre leurs institutions plus représentatives et renforcer les perspectives de développement ». À titre indicatif, donner aux agricultrices et aux agriculteurs le même accès aux ressources productives pourrait entraîner un accroissement de la production agricole de l’ordre de 2,5 à 4 % dans les pays en développement. Toujours selon la BM, l’élimination des obstacles à l’emploi des femmes dans certains secteurs aurait des effets positifs similaires, en réduisant l’écart de productivité entre les travailleurs masculins et les travailleurs féminins d’un tiers, voire même de moitié dans certains pays et en accroissant la productivité individuelle de 3 à 25 %.

En ce qui concerne les spécificités liées au Liban ainsi qu’aux pays de la région MENA, le rapport de la BM met l’accent sur l’accès inégal des femmes aux opportunités économiques. Dans les détails, la BM souligne que les femmes sont plus nombreuses à travailler dans le secteur informel, ainsi que dans des conditions précaires. Le taux d’occupation de la population active féminine s’élève à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

« Et maintenant on va où ? » : la Libanaise Nadine Labaki tente d’exorciser les fantômes de la mort

Posted by dodzi sur septembre 14, 2011

Le Monde

Certaines séquences d’Et maintenant on va où ? ont été tournées sous les yeux amusés et effarés de miliciens proche du Hezbollah, dans la Bekaa, qui s’étend entre Beyrouth et Damas. D’autres ont été réalisées dans la montagne chrétienne, au nord de la capitale du Liban. Tourné à l’automne 2010, Et maintenant on va où ?, présenté au Festival de Cannes, dans la section Un certain regard, est apparu comme une hirondelle cinématographique annonçant le printemps arabe.

Le second long métrage de Nadine Labaki (après Caramel, présenté en 2007 à la Quinzaine des réalisateurs) ne parle pas de multipartisme ou de liberté d’expression. A cette aune-là, le Liban n’est pas le plus mal loti des pays arabes. Et maintenant on va où ? commence par une séquence saisissante qui montre des femmes vêtues de noir, dans la poussière d’une plaine presque désertique. Elles cheminent en dansant jusqu’au cimetière. Là, le groupe homogène, la masse noire des veuves et des orphelines, se divise : les unes vont vers les croix, les autres vers les croissants.

C’est à ça, rien que ça, que Nadine Labaki a voulu se mesurer : la foi et la mort. Dans cette région du monde, on meurt encore (volontairement ou non) pour le nom du dieu qu’on invoque. De loin, dans notre Europe dont le désir de religion s’épuise comme à la fin d’un mariage interminable, on se dit que là-bas c’est ainsi, parfois avec un peu de nostalgie pour l’énergie que l’on mettait à étriper le catholique ou le protestant. La jeune réalisatrice libanaise ne veut pas tenir pour acquis ce danger permanent qui plane sur les communautés et remet en cause le fondement de la société dans laquelle elle vit. Elle a inventé un village isolé après la fin de la guerre (ni le pays ni le conflit ne sont nommés). Pour se ravitailler, il faut passer des champs de mines ; chrétiens et musulmans partagent la même pénurie, fréquentent les mêmes échoppes, le même café, la même douleur héritée de la guerre. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sayed Nasrallah: la spoliation suffit, boycottez les enquêteurs du TSL

Posted by jeunempl sur octobre 30, 2010

Al Manar

Le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a prononcé, ce jeudi, un discours, concis d’une trentaine de minutes, diffusé en direct sur la chaine télévisée Al Manar.

Sayed Nasrallah a notamment évoqué le  comportement scandaleux et suspect de la commission d’enquête liée au TSL, chargée d’enquêter sur la mort de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri. Il a affirmé qu’outre les dossiers des patientes, cette commission a eu accès aux archives de tous les étudiants libanais dans les universités publiques et privées. Ajoutant qu’une copie de tous ces dossiers est notamment transmise à Israël.

Voici les principaux points de son discours:

L’incident de Oum el-Fahem est très dangereux

Avant de commencer à parler du comportement du comité d’enquête internationale, je veux évoquer l’incident grave et l’agression israélienne contre nos frères palestiniens qui a eu lieu à Oum al-Fahem (territoires occupés en 1948). Cet incident reflète la politique de Netanyahu, sur la loi de citoyenneté et la reconnaissance de la judaïté d’Israël. Cet incident qui est passé sous silence arabe et international expose les palestiniens de 1948 à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les femmes de Bent-Jbeil prennent les choses en main

Posted by jeunempl sur septembre 14, 2010

Nadine Baydoun – Les Hirondelles

En seulement 3 ans, les écovillages ont poussé comme des champignons.
Fers de lance du développement rural, ils ont parfois des visages très différents.
L’association Coopérative artisanale des femmes permet aux femmes de Bent-Jbeil (Sud-Liban) de retrouver une vraie place dans la société grâce à un travail valorisant.

Une odeur agréable d’infusion flotte dans l’air, des teints bronzés par les après-midi de récoltes et des yeux scintillant d’ambition et de dynamisme vous accueillent. Des femmes sont tranquillement assises sur un drap en nylon en train de trier un tas de fleurs et de feuilles.

«Nous sommes quinze femmes à nous être regroupées pour améliorer notre situation sociale et économique, et le PNUD nous a aidées», raconte Salwa Bazzi, mère de quatre enfants et présidente de l’association Coopérative artisanale des femmes de Bent-Jbeil, créée fin 2008. Chaque jour, ces femmes préparent Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’écotourisme investit les campagnes

Posted by jeunempl sur septembre 10, 2010

Salma Abou Assaf – Les Hirondelles

En seulement 3 ans, les écovillages ont poussé comme des champignons.
Fers de lance du développement rural, ils ont parfois des visages très différents.

Al-Kwakh, à 11km de Hermel, dans le nord de la Bekaa. En 2009, cette localité a inauguré son propre écovillage. En un an, il a déjà accueilli 500 pensionnaires.
Trois maisons traditionnelles ont été rénovées avec des produits respectueux de l’environnement. Chacune est équipée d’une cheminée en argile, de poutres apparentes au plafond, d’éléments de literie fabriqués en poils de chèvre et peut accueillir jusqu’à dix personnes.

L’endroit est géré par les femmes du village, regroupées au sein de la coopérative Assindyan. Elles mettent tout leur savoir-faire dans l’accueil et la préparation des repas, suivant des recettes traditionnelles comme pour le pain Al-Tannour, tout en utilisant uniquement une large gamme de produits bio. Elles servent également de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un navire libanais tentera de forcer le blocus de Gaza

Posted by jeunempl sur août 20, 2010

AP

Un navire libanais transportant des militantes et des fournitures quittera dimanche le Liban et tentera de forcer le blocus qu’Israël impose à la bande de Gaza, même s’il a été averti qu’il ne pourrait se rendre au-delà de Chypre, ont annoncé les organisatrices jeudi.

Le navire ne peut se rendre directement du Liban à la bande de Gaza puisque Beyrouth est encore techniquement en guerre contre Israël, ce qui oblige le bateau à passer par un tiers pays, Chypre, avant de prendre la direction du territoire palestinien sous blocus.

L’ambassadeur de Chypre au Liban, Kyriacos Kouros, a déclaré jeudi à l’Associated Press que le navire, le Mariam, serait forcé de rebrousser chemin quand il atteindrait le territoire chypriote.

M. Kouros a expliqué que Chypre avait une responsabilité morale et légale envers ceux qui sont autorisés à entrer dans ses eaux territoriales, et qu’un navire qui cherche à forcer le blocus pourrait mettre en danger des vies, de même que la paix et la stabilité de la région.

Mais l’une des organisatrices de l’expédition, Samar al-Hajj, demeurait résolue jeudi. Elle a affirmé que le navire, qui porte le nom arabe de la Vierge Marie, entreprendra le voyage avec quelque 75 militantes dans le cadre d’une mission visant à apporter dans la bande de Gaza des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le décès de sayyed Fadlallah: Quel avenir pour le chiisme modéré?

Posted by jeunempl sur juillet 9, 2010

Joumana Nahas – L’Hebdo Magazine

Le décès, attendu, après une longue et pénible maladie, de sayyed Mohammad Hussein Fadlallah, chantre du chiisme modéré et ouvert au dialogue, n’a laissé aucun Libanais indifférent. Plus largement, le monde musulman pleure, depuis dimanche, la disparition d’un homme d’exception, qui s’est fait remarquer par ses positions en même temps tranchées et résolument modernes. La véritable inquiétude de certains réside aujourd’hui dans l’après Fadlallah.

Son modernisme et son ouverture dérangent

Figure respectée par le Hezbollah, par les religieux sunnites, comme par les chrétiens, l’ayatollah Mohammad Hussein Fadlallah s’est éteint dimanche passé des suites d’une longue maladie que le religieux traînait depuis 12 longues années.

Né à Najaf, fief du chiisme en Irak, de parents libanais originaires du Sud, celui qui est connu comme «le sayyed» est devenu, au fil des ans, un recours, une source de fatwas, pour nombre de chiites libanais ou arabes. Et ce n’était pas pour plaire à tout le monde. En effet, parmi les jurisprudences les plus connues, et, souvent, les plus controversées du sayyed, celles qui consacrent l’égalité entre hommes et femmes et celles qui poussent ces dernières à travailler, tout en les dispensant du voile intégral. C’est encore lui qui a consacré, le premier au Liban, l’accès des femmes à la Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ayatollah Mohammad Hussein Fadlallah n’est plus

Posted by dodzi sur juillet 4, 2010

L’Orient le Jour

Le Grand ayatollah Mohammad Hussein Fadlallah est décédé dimanche à l’âge de 75 ans, a affirmé un de ses principaux conseillers. « Sayyed Fadlallah est mort », a déclaré ce proche sous couvert d’anonymat. L’ayatollah Fadlallah avait été admis vendredi à l’hôpital Bahmane dans la banlieue-sud de Beyrouth souffrant d’une hémorragie interne. Son état de santé s’était gravement détérioré samedi, nécessitant une intervention médicale aux soins intensifs de l’hôpital. La chaîne de télévision du Hezbollah, al-Manar, a interrompu ses programmes et diffusé des versets du Coran avec à l’écran un portrait fixe du Grand ayatollah. Le mouvement chiite libanais a regretté la disparition du « grand savant combattant Sayyed Fadlallah », estimant qu’elle constituait « une perte pour le Liban, la nation musulmane et le monde tout entier », selon al-Manar. Les routes menant à l’hôpital Bahmane et à la mosquée voisine Hassanein étaient coupées dimanche à la mi-journée et les proches du dignitaire s’étaient rassemblés dans la mosquée pour recevoir les condoléances.

« Sayyed Fadlallah représentait l’indépendance et le progrès et était un partisan de la science et du développement touten respectant les fondamentaux de la religion », a déclaré le ministre de la Santé, Mohammad Khalifé, à l’annonce du décès.

Mohammad Hussein Fadlallah était considéré comme le guide spirituel du Hezbollah, durant les premières années de ce mouvement fondé en 1982 avec le soutien des Gardiens de la Révolution iraniens.

À l’instar du leader actuel du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, il est inscrit par les États-Unis sur leur liste des « terroristes internationaux » établie en 1995. Il avait été accusé dans les années 1980 par les médias américains d’être à l’origine des prises d’otages d’Américains au Liban par des groupes radicaux liés à l’Iran. D’autres médias le présentaient également comme un médiateur dans cette crise, mais la nature de son rôle n’a jamais été élucidée.
Dès les premières années, les relations s’étaient distendues entre l’ayatollah et le Hezbollah à cause de l’influence grandissante de Téhéran sur le « parti de Dieu » mais le « Sayyed » (titre donné aux descendants du prophète Mahomet, ndlr) était resté un partisan de la Révolution islamique en Iran et de la lutte armée contre Israël.

Auteur de plusieurs ouvrages théologiques, il était connu pour son ouverture sur le développement scientifique et son audace dans l’interprétation des textes de l’islam (ijtihad, propre au chiisme). Le charismatique dignitaire à la barbe blanche et au visage serein était connu pour ses avis religieux tolérants, notamment vis-à-vis des femmes.

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :