Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Fayrouz’

Trois femmes d’affaires libanaises dans le classement des 100 femmes arabes les plus puissantes

Posted by dodzi sur mars 7, 2012

Le Commerce du Levant

Douze Libanaises au total se trouvent dans le classement dévoilé au début du mois de mars par le mensuel économique CEO Middle East (Dubaï). Initié en 2011, ce palmarès se veut la copie panarabe du classement du magazine Forbes, qui salue les femmes les plus influentes dans le monde (principalement des Américaines) depuis 2004.

Le classement est largement dominé par des représentantes des Emirats : Loubna el-Qassimi, ministre émiratie du Commerce extérieur, figure ainsi en première position, suivie par la militante des droits de l’homme yéménite et du Prix Nobel de la paix, Tawakkol Tarwan.

Côté Libanaises, on retrouve parmi les plus influentes les indétrônables artistes comme la chanteuse Fayrouz (13e position), la réalisatrice Nadine Labaki (14e) ou encore la star Haifa Wehbé (69e). A noter également la présence de la journaliste américaine d’origine libanaise Octavia Nasr en 72e position, licenciée par CNN en 2010 pour un tweet de condoléances à la mort du cheikh Hassan Fadlallah.

Trois « femmes d’affaires » libanaises parviennent toutefois à s’imposer. Il s’agit de Christine Sfeir (15e position), PDG de la franchise Dunkin’ Donuts pour le Moyen-Orient depuis 1995 et fondatrice de la chaîne de restauration libanaise Semson. Elle avait déjà été la première femme libanaise à se trouver récompensée au titre de « Femme d’affaires 2011 » lors des Arabian Business Awards.

A la 81e place, on retrouve Mona Bawarshi, qui a rejoint l’entreprise familiale Gezairi Transport après des études d’administration des affaires à l’Université Américaine de Beyrouth (AUB). Sa société compte quelque 500 employés et possède sept bureaux régionaux dans le monde (Liban, Syrie, Jordanie, Irak, Turquie, Chypre et Bulgarie).

La dernière Libanaise (et avant-dernière femme du classement) est Mayada Baydas, qui a beaucoup œuvré au développement du microcrédit. Agronome de formation, elle est notamment connue pour son engagement en faveur du microcrédit. Depuis 2011, Mayada Baydas dirige l’ONG Emkan, qui propose des services de microcrédit aux plus défavorisés pour les aider à développer leurs idées ou leur micro-entreprise. Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Culture & Société, Economie, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La voix de Fairouz prête à reconquérir Beyrouth

Posted by jeunempl sur octobre 7, 2010

France 24 – Malika Kerkoud

Feyrouz - Diva libanaise

Après plusieurs années d’absence, la voix du pays des Cèdres est sur le point de donner deux concerts exceptionnels à Beyrouth. Un événement que les fans de ce symbole fédérateur pour le Liban attendent avec impatience.

Après sept ans d’absence, la diva libanaise Fairouz revient sous les feux de la rampe au Palais des congrès du Biel, à Beyrouth. L’artiste âgée de 74 ans donnera deux concerts, le 7 et le 8 octobre, à l’occasion de la sortie de son dernier album au Liban « Eh fi amal » (« Oui l’espoir existe »), écrit et composé par son fils Ziad el-Rahbani. Plus de 6 000 places ont été vendus dès le premier jour de leur mise en vente à des prix allant jusqu’à 260 dollars (185 euros).

Révélée dans les années 1950 par les frères Mansour et Assi el-Rahbani, célèbres compositeurs et figures de la musique arabe, sa voix a conquis les cœurs et les foyers du Proche-Orient, en passant par les pays du Golfe, jusqu’au Maghreb. « Fairouz est le dernier symbole de l’âge d’or musical du monde arabe. Sa voix est un symbole fédérateur pour le Liban car elle incarne toutes les blessures, les peurs et les rêves des Libanais depuis l’indépendance du pays jusqu’à ce jour », déclare à France24.com Pierre Abi Saab, responsable de la rubrique culture du quotidien libanais « Al Akhbar ».

Imbroglio familial

À l’instar de son pays, actuellement divisé politiquement, la carrière de Fairouz a été marquée par un différend familial sur une sombre histoire de droits d’auteur qui a longtemps empêché la diva d’interpréter les tubes qui ont fait sa renommée. Des chansons coécrites par les deux frères Rahbani, pour la plupart à consonance patriotiques et tragiques, qui ont bercé plusieurs générations de Libanais notamment pendant les 15 ans de guerre civile (1975-1990).

L’annulation d’une pièce de théâtre dans laquelle devait se produire « l’Édith Piaf du monde arabe » au Casino du Liban à la suite d’une plainte des fils de Mansour Rahbani fut le dernier épisode en date de cet imbroglio. Ses fans, du Caire à Beyrouth en passant par Jérusalem, s’étaient alors mobilisés, en vain, pour protester contre le bâillonnement de la voix du pays des Cèdres. Son retour sur le devant de la scène est donc très attendu. « Les concerts de ce mois seront peut-être les derniers rendez-vous donnés par Fairouz aux publics libanais et arabe. Il ne faut pas laisser passer cette chance », conclut Pierre Abi Saab.

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce que la mort de Mansour Rahbani ne saurait effacer…

Posted by jeunempl sur janvier 17, 2009

Hechmi KHALLADI – Le Temps

« Nous avons perdu le dernier des Grands, a déclaré le poète libanais Paul Chaoul, Mansour a rejoint sa seconde moitié Assi. Vous ne pouvez pas parler de Mansour seul. Ils sont connus comme les frères Rahbani qui ont été à l’origine d’une révolution de la musique… »

Quand le destin a réuni pour la première fois les Frères Rahbani et la chanteuse Fayrouz qui en était alors encore dans ses débuts, on ne savait pas que ce trio constituerait les partisans du renouveau de la musique arabe. Les deux frères, Assi et Mansour, ont trouvé dans la douce voix séraphique de Fayrouz la plate-forme sur laquelle ils vont ériger leur nouvelle musique cosmopolite qui, sans jamais rompre avec la musique traditionnelle arabe, tend à sortir cette dernière de la léthargie dans laquelle elle s’est plongée. Il s’agit pour les Frères Rahbani de revisiter l’héritage musical oriental, empreint de monophonie, pour lui donner une dimension polyphonique et universelle, par l’introduction de nouveaux genres musicaux et de nouveaux instruments capables de jouer plusieurs notes à la fois. Il va sans dire que des efforts dans la voie de la modernisation de la musique arabe ont été déjà effectués par les maîtres de la musique égyptienne, notamment Mohamed Abdelwahab et Farid Latrach, qui ont insufflé de nouvelles tendances sur la scène musicale arabe avec l’apparition des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : Décès de l’illustre compositeur et producteur Mansour Rahbani

Posted by dodzi sur janvier 13, 2009

Libnanews

Beyrouth, le 13 janvier – Le compositeur et producteur libanais Mansour Rahbani est mort ce mardi 13 janvier 2009, à l’âge de 83 ans. Né à Antélias en 1925, Mansour Rahbani a formé avec son frère feu Assi Rahbani, un duo connu sous le nom des « Deux Frères Rahbani » qui, avec leurs innombrables compositions musicales présentées au public par la voix exceptionnelle de la Diva libanaise Feyrouz – épouse de Assi, a révolutionné l’Histoire de la musique au Liban, ainsi qu’au Moyen-Orient. Suite au décès de son frère Assi dans les années 80, Mansour s’est notamment dirigé vers le théâtre musical, et a réalisé des pièces de qualité scandant les années 90 et le début du 21ème siècle, dont « Moulouk el-Tawaëf », « Al-Moutanabbi », « Gebran wal Nabi », « Zennobia » et la dernière en date « Le Retour du Phœnix », qui se joue actuellement sur les planches du théâtre du Casino du Liban.

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :