Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘faux témoignage’

Sayyed : Hariri doit demander l’extradition de Siddiq

Posted by dodzi sur septembre 18, 2009

L’Orient Le Jour

sayyed_jamilDans un communiqué publié hier, l’ancien directeur général de la Sûreté générale Jamil Sayyed a invité les Libanais à réécouter attentivement l’interview du procureur près du TSL Daniel Bellemare à la Future TV dans laquelle ce dernier a affirmé que les quatre généraux sont comme les autres Libanais libres et innocents. Selon lui, ils n’ont jamais été inculpés. Bellemare a aussi déclaré que Mohammad Zouhair Siddiq n’a aucune crédibilité et qu’il est un faux témoin dans le plein sens du terme.

Le général Sayyed a estimé que les propos du procureur Bellemare devraient pousser Saad Hariri à faire preuve d’un plus grand sens des responsabilités, notamment à l’égard des proches qui l’ont induit en erreur et qui ont contraint le procureur Bellemare à faire des déclarations à la presse pour « démentir leurs propos mensongers qui visent à mobiliser l’opinion publique libanaise et arabe ».

Le général Sayyed a encore demandé à Saad Hariri de faire preuve de courage et de fidélité à la mémoire de son père en demandant au ministre de la Justice et à la justice en général de réclamer l’extradition de Siddiq « pour qu’il soit jugé au Liban avec ses complices, notamment le procureur général près la Cour de cassation Saïd Mirza, le commandant Wissam Hassan, ainsi que le journaliste Farès Khachan, le conseiller Hani Hammoud et d’autres qui ont participé au crime de fabrication de faux témoins ».

Publicités

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un ex-témoin dans le meurtre de Hariri jugé pour entrée illégale aux Emirats

Posted by dodzi sur septembre 15, 2009

AFP/Iloubnan.info

ABOU DHABI – Un ancien témoin à charge dans l’affaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri a comparu devant un tribunal d’Abou Dhabi pour être entré dans le pays avec un faux passeport, a rapporté mardi le quotidien Gulf News.

Mohammed Zouhaïr Siddiq, un ex-membre des services de renseignement syriens, est entré dans les Emirats arabes unis avec « un faux passeport tchèque qui lui avait été fourni par les services de renseignement français », a déclaré son avocat, Fahd al-Sabhan, devant la cour suprême fédérale lundi, selon le journal.

L’avocat a affirmé que son client, détenu aux Emirats, avait demandé refuge à ce pays et que les autorités du pays savaient qu’il allait s’y rendre, selon le journal. Contacté par l’AFP, l’avocat s’est refusé à commenter l’affaire. Siddiq avait été présenté par les premiers rapports de la commission d’enquête de l’ONU comme un témoin clé dans l’assassinat en février 2005 à Beyrouth de Rafic Hariri.

Surnommé le « témoin roi », il avait affirmé que l’ancien président libanais Emile Lahoud, un prosyrien, et le président syrien Bachar al-Assad avaient donné l’ordre d’assassiner Rafic Hariri, richissime homme d’affaires devenu opposé à l’hégémonie de Damas, ancienne puissance de tutelle au Liban.

Ensuite, il s’était rétracté et les justices libanaise et syrienne l’avaient accusé de mentir. Ce transfuge syrien avait été arrêté en France en 2005 en banlieue parisienne. Libéré en 2006, il avait disparu de sa résidence en France en 2008 pour réapparaître aux Emirats.

En mai 2009, la porte-parole du procureur du tribunal international chargé de juger les assassins de Rafic Hariri, Radhia Achouri, a affirmé que Siddiq n’était pas crédible et qu’il ne représentait aucun intérêt pour l’enquête.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban: « conscience tranquille » des généraux jugés pour l’assassinat de Hariri

Posted by dodzi sur février 27, 2009

L’Express

4-generaux-hamdane-sayyed-hajj-et-azzar

Moustafa Hamdane (haut-g), Jamil Sayyed (haut-d), Ali Hajj (bas-d) et Raymond Azar

NICOSIE – Les quatre généraux libanais détenus dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de Rafic Hariri n’appréhendent pas l’ouverture dimanche près de La Haye du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) car ils ont « la conscience tranquille », a affirmé vendredi un de leurs avocats.

« Ils ont la conscience tranquille, ils n’ont aucun problème avec le tribunal. Ils l’attendent avec impatience« , a dit à l’AFP Akram Azouri, avocat de l’ancien directeur général de la Sûreté générale, le général Jamil Sayyed.

Le général Sayyed, ainsi que l’ancien chef de la garde présidentielle, le général Moustafa Hamdane, l’ancien chef des Forces de sécurité intérieure, le général Ali Hajj, et l’ancien chef des renseignements de l’armée, le général Raymond Azar, ont été arrêtés en août 2005, dans l’enquête sur l’attentat qui avait coûté la vie à M. Hariri, le 14 février 2005 à Beyrouth.

Considérés comme les piliers du système de sécurité libanais à l’époque de la tutelle syrienne, notamment de 1999 à 2005, ils sont poursuivis au Liban pour « assassinat« , « tentative d’assassinat« , et « perpétration d’actes terroristes« .

Le chef de la commission d’enquête internationale, Daniel Bellemare, qui deviendra le 1er mars procureur du tribunal international (TSL), a deux mois à compter de cette date pour demander le transfert des généraux aux Pays-Bas, et pourra proposer au tribunal de les relâcher ou de les garder en détention. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un étrange enquêteur nommé au Tribunal spécial de l’ONU pour le Liban

Posted by dodzi sur décembre 23, 2008

Voltairenet.org

Nick Khaldas, commissaire adjoint de la police de Nouvelles-Galles-du-Sud (Australie), a été nommé enquêteur en chef du Tribunal spécial des Nations unies pour le Liban, une juridiction chargée de juger l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafik Hariri, ainsi que 22 autres meurtres politiques.

Nick Khaldas, un juif égyptien naturalisé Australien, est célébre pour avoir enquêté sur l’assassinat politique du syndicaliste et député John Newman, en 1994. Honoré par le FBI, en 2004, M. Khaldas est devenu conseiller des enquêteurs du Tribunal spécial irakien qui a condamné à mort Saddam Hussein à l’issue d’une parodie de procès. Récemment, il a organisé le plan de surveillance anti-terroriste des minorités ethniques en Nouvelles-Galles-du-Sud.

La sincérité de M. Khaldas a été mise en doute par le quotidien libanais Al-Akbhar, qui a rappelé la polémique entourant l’affaire Newman. Selon la version officielle, le parlementaire travailliste qui menait une campagne contre les gangs, aurait été assassiné sur ordre d’un tenancier de boîte de nuit qui s’était auparavant vainement présenté aux élections contre lui, Phuong Ngo. Cependant, un autre suspect, le conseiller municipal Albert Ranse, avait avoué devant Nick Khaldas être le véritable commanditaire du meurtre, mais le policier avait omis de transmettre le procès-verbal d’audition aux magistrats. Accusé de soustraction d’information et de parjure, M. Khaldas avait été blanchi par la Justice australienne après avoir reconnu une erreur. Malgré ce rebondissement, la condamnation de M. Ngo n’avait pas été révisée.

Initialement, le Tribunal spécial des Nations Unies pour le Liban a été constitué avec l’idée qu’une juridiction ordinaire ne serait pas capable de juger des dirigeants syriens si l’enquête prenait cette direction. Ses détracteurs l’ont présenté comme une machine de guerre américano-saoudienne contre la Syrie.

Contrairement à son intitulé, le Tribunal spécial des Nations Unies pour le Liban n’est pas un organe subsidiaire de l’ONU, mais un organe conventionnel créé conjointement par le secrétaire général de l’ONU et par le gouvernement libanais à la demande de la majorité des membres du Conseil de sécurité. Or, la Charte de San Francisco ne reconnaît pas une telle compétence au Conseil de sécurité et encore moins au secrétaire général. Quand au gouvernement libanais de l’époque, il ne pouvait prétendre qu’à expédier les affaires courantes et n’était pas constitutionnellement habilité à négocier une telle convention, ainsi que l’a rappelé le président de la République libanaise.

Les frais considérables engendrés par le Tribunal seront couvert à 49 % par le Liban. Le reste sera principalement payé par l’Arabie saoudite, l’ex-Premier ministre libanais étant de nationalité saoudienne. Le royaume wahhabite applique une version rigoriste de la charia et sa Justice est décrite par la plupart des organisations de défense des Droits de l’homme comme partiale et corrompue. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :