Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Articles Tagués ‘Etat hebreu’

L’implication des grandes nations et leur responsabilité dans les évènements du Moyen-Orient

Publié par jeunempl le août 19, 2013

Par Myrna Naoum-Ghazieff

[Note du MPLBelgique.org : cet article fut rédigé avant l'attentat de Roueiss. L'analyse reste néanmoins cohérente et permet d'apporter un regard en hauteur.]

Moyen OrientLes Etats-Unis ont récemment appelé à la fermeture de leurs ambassades dans les pays arabes, signe peut-être de leur engagement – qu’ils en soient les instigateurs ne surprendrait personne –  dans le processus d’ébranlement du Moyen-Orient afin de le reconfigurer à leur guise, modifier les frontières de certains pays et liquider les questions en suspens, en l’occurrence la question palestinienne. En créant le "creative chaos" dans la région sous l’appellation de "printemps arabe", déstabilisant les régimes en place garantissant ainsi l’installation du chaos total dans ces pays où sunnites et chiites peuvent s’entretuer à loisir, les quelques minorités telles les chrétiens d’Orient peuvent y périr également. L’Union Européenne fait montre d’un suivisme tragique et a fini par céder aux pressions israëlo-américaines en ajoutant le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes. La Russie et la Chine ripostent verbalement et mollement.

Le printemps arabe

La situation est l’on ne peut plus grave en Egypte. Le 6 juillet à Sidi Gaber à Alexandrie des milices de M. Morsi ont balancé des enfants hostiles à ce dernier du haut d’un immeuble où ils s’étaient réfugiés. Ces mêmes milices ont tué deux jeunes femmes, elles aussi hostiles à M. Morsi l’une d’entre elles a reçu 122 coups de couteaux. Et bien d’autres exactions plus terribles les unes que les autres. Des combats des plus féroces, d’une sauvagerie innommable,  se déroulent en Syrie entre les forces du régime et les opposants. Ces derniers comptent dans leur rang outre l’ASL et l’opposition syrienne autochtone, des organisations extrémistes venues de tous les coins du monde, les groupes affiliés à Al-Qaïda, sont eux, formés en majorité de djihadistes non syriens. Ils gagnent en influence au sein de l’insurrection syrienne et cherchent depuis plusieurs mois à imposer leur autorité sur les zones tenues par l’opposition dans le nord de la Syrie et qui ont un tout autre projet que la démocratie. Est-il nécessaire de rappeler la triste réalité de l’Irak ? L’occident prend contre toute attente une position pro salafistes alors qu’il les combat ailleurs (aussi bien sur ses propres territoires qu’en Afrique). C’est à y perdre son latin ! Par ailleurs la création de cantons ou Emirats à caractère religieux (sunnite, chiite, chrétien éventuellement…) légitimera le caractère juif de l’Etat hébreu.

La particularité du Liban

Contrairement à son voisin syrien, à l’Egypte, la Lybie ou la Tunisie, Le Liban ne répond pas aux critères requis dans le processus américain de déstabilisation. Le slogan « Le peuple réclame la chute du régime » ne s’applique pas au pays du cèdre. Le seul moyen est d’exploiter sa fragilité confessionnelle et attaquer son mouvement de résistance car par ce biais l’on peut faire d’une pierre deux coups : neutraliser le Hezbollah et mettre définitivement un terme à l’influence de l’Iran dans la région.

L’heure est pour le moins très grave. L’oncle Sam a jeté les dés sans même savoir à quoi aboutira ce projet insensé et irresponsable. "Wait and see" est sa devise pour le moment et il avisera plus tard à la lumière des résultats. Tout sera fait pour que Israël, son bras armé, assoie Lire la suite »

Publié dans Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gaza : A ce stade de l’offensive, Israël est dans une impasse

Publié par jeunempl le novembre 19, 2012

Mediarama

En dépit du nombre élevé de morts et de blessés côté palestinien et des importantes destructions occasionnées aux infrastructures civiles dans la bande de Gaza, au stade actuel du conflit, Israël se trouve dans une impasse.

En effet, l’objectif annoncé de l’offensive israélienne contre le territoire palestinien, soumis à un blocus depuis 2007, est de renforcer la dissuasion. Or, une semaine après le début des opérations militaires, et malgré l’utilisation d’une gigantesque puissance de feu (l’aviation a procédé à des milliers de sortie et lancé des centaines de raids), la capacité des organisations palestiniennes à riposter par des tirs de roquettes n’a pas faibli significativement. Une centaine de projectiles en moyenne sont tirés tous les jours contre les colonies et les villes israéliennes, dont Tel-Aviv. Et selon les services de renseignements israéliens, les mouvements palestiniens disposeraient encore de quelque 10000 roquettes, de quoi soutenir cent jours de combat, au rythme actuel.

Tout en poursuivant ses préparatifs –et ses intimidations- pour une opération terrestre, avec l’annonce de la mobilisation de 75000 réservistes, il est clair qu’Israël recherche une issue à travers une médiation entreprise essentiellement par l’Egypte. Mais les conditions d’une trêve sont loin d’être réunies. Car stopper son opération à ce stade signifie pour Israël et ses dirigeants, qui sont aux portes d’une élection, une cuisante défaite politique. De même que l’Etat hébreu n’est pas en mesure d’imposer ses conditions avec les maigres résultats sur le terrain.

Ce lundi matin, trois Palestiniens d’une même famille, qui étaient en voiture dans le centre de Gaza, ont été tués au cours d’un nouveau raid. Ces morts portent à huit le bilan des pertes palestiniennes ce lundi, après une autre frappe qui a tué quatre personnes dont un enfant de 5 ans et une femme de 20 ans, dans la ville de Gaza. En outre, un fermier de 50 ans a été retrouvé mort dans la ville de Beit Lahiya, dans le nord du territoire palestinien, selon des sources médicales. Le bilan s’élève à 85 morts palestiniens et des centaines de blessés. Israël a de son côté reconnu la mort de trois Israéliens. Dimanche a été la journée la plus meurtrière avec 31 Palestiniens tués, en majorité des femmes et des enfants.

La riposte des organisations palestiniennes a complètement paralysé la moitié Sud d’Israël. A Tel-Aviv même, les voies aériennes empruntées par les avions qui desservent l’aéroport international de la ville ont été Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Hezbollah libanais a envoyé un drone de fabrication iranienne en Israël

Publié par jeunempl le octobre 11, 2012

AFP – Joseph Eid

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, dans une intervention diffusée en direct par la chaîne de télévision de son mouvement, a prévenu que d’autres drones pourraient être envoyés en Israël.

L’Etat hébreu, voisin du Liban, est l’ennemi juré du Hezbollah et de son allié iranien.

"Un avion de reconnaissance sophistiqué a été envoyé à partir du territoire libanais (…) et a traversé des centaines de kilomètres au-dessus de la mer avant de franchir les lignes ennemies et d’entrer en Palestine occupée", a lancé Hassan Nasrallah.

"La possession d’une telle capacité aérienne est une première dans l’histoire des mouvements de résistance (contre Israël) au Liban et dans la région", a-t-il ajouté.

"Ce n’est la première fois (qu’un drone est envoyé) et ce ne sera pas la dernière fois. Nous pouvons parvenir à toutes les zones" en Israël, a prévenu M. Nasrallah.

Selon lui, le drone a "survolé des installations sensibles et importantes sur des dizaines de kilomètres jusqu’à ce que l’ennemi le repère près (du site nucléaire) de Dimona".

"Il s’agit d’une opération qualitative et très importante dans l’histoire de la résistance au Liban et dans la région", a-t-il poursuivi.

Cet appareil "n’est pas russe, il est de fabrication iranienne et a été assemblé et monté au Liban", a encore dit M. Nasrallah.

A Jérusalem, interrogé par l’AFP, un haut responsable israélien a affirmé sous couvert de l’anonymat que "le fait que les Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Israël : nouvel acte de vandalisme anti-chrétien dans un monastère

Publié par jeunempl le septembre 4, 2012

RTL.be

Des inconnus, soupçonnés d’appartenir aux milieux extrémistes religieux juifs, ont incendié mardi avant l’aube une porte du grand monastère catholique de Latroun en Israël et inscrit des graffitis anti-chrétiens sur les murs, selon la police et des témoins.

L’abbaye de Latroun, qui héberge une communauté trappiste, est l’un des sites monastiques les plus célèbres de Terre sainte, connu en particulier pour son vignoble.

"Une porte en bois du couvent a été entièrement brûlée par des inconnus et des slogans anti-chrétiens tel que "Jésus est un singe" ont été inscrits sur les murs de l’édifice", à l’ouest de Jérusalem sur la route de Tel-Aviv, a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld.

Dans les autres slogans figurait le nom de Migron, une colonie sauvage israélienne, la plus vaste et la plus ancienne de Cisjordanie occupée, évacuée dimanche sur ordre de la Cour suprême d’Israël.

Dans une déclaration, les évêques catholiques de Terre sainte ont demandé aux autorités israéliennes d’"agir pour mettre fin à cette violence absurde et d’assurer un enseignement du respect dans les écoles (israéliennes)".

"Malheureusement, ce qui est arrivé à Latroun n’est que la dernière d’une longue série d’attaques contre les chrétiens et leurs lieux de culte", déplorent-ils.

"Que se passe-t-il aujourd’hui dans la société israélienne pour que les chrétiens deviennent des boucs émissaires et soient visés par ces actes de violence? Quel genre d’enseignement du mépris à l’encontre des chrétiens enseigne-t-on dans les écoles? Et pourquoi les Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Réfugiés libanais en Israël : Le bout du tunnel, enfin

Publié par jeunempl le novembre 13, 2011

A.K. – L’Hebdo Magazine

Le Liban a, enfin, approuvé le mécanisme permettant aux Libanais qui s’étaient réfugiés en Israël en l’an 2000, de regagner le pays sans être inquiétés. Opposition et majorité se sont mis d’accord au Parlement sur un dossier des plus délicats qui traîne depuis plus de onze ans.

Faisant abstraction des considérations politiques de l’époque, le Liban a décidé de clore ce dossier, mais sous certaines conditions. Les dossiers des hommes seront étudiés au cas par cas. L’amnistie indirecte concerne principalement les familles: femmes, enfants et vieillards, autrement dit ceux qui n’étaient pas militairement affiliés à Israël. Les anciens membres de l’Armée du Liban-Sud (ALS, auxiliaire d’Israël) restent soumis à la loi libanaise, comme des personnes qui ont collaboré avec l’ennemi. Des décrets d’application seront établis conformément à la loi, dont le projet est présenté par les députés du Courant patriotique libre (CPL), dans une période d’un an, afin d’autoriser le retour de ceux qui le souhaitent.

Le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a applaudi à l’adoption de cette loi. «Les sudistes libanais étaient délaissés par l’Etat et l’occupation en a obligé certains à travailler en Israël pour survivre. Quoi qu’il en soit, ce sont tous des Libanais et il faut faire la différence entre les collaborateurs avec Israël et les comploteurs d’une part, et ceux qui ont été contraints à fuir», a-t-il estimé.

Avec le retrait des forces israéliennes du Liban-Sud, des centaines de familles ont choisi de se réfugier en Israël. L’Etat hébreu charge Saïd Ghattas de trouver des solutions aux problèmes de ces 2700 réfugiés libanais. La plupart d’entre eux étaient des membres de l’Armée du Liban-Sud, formée de chrétiens, de chiites et de druzes, qui avaient quitté l’Armée libanaise en 1976 et qui avaient soutenu Israël dans ses guerres contre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et contre le Hezbollah. Fondée par Saad Haddad, l’ALS est dirigée, à la mort de ce dernier en 1984, par le général Antoine Lahd, autre dissident de l’armée. Après le retrait israélien du Liban-Sud, en l’an 2000, de nombreux combattants de l’ALS, considérés comme des traîtres et des collaborateurs par le gouvernement libanais et le Hezbollah, ont fui en Israël, accompagnés de leurs familles.

Le nombre des réfugiés libanais en Israël était estimé à plus de 6000 personnes. Les difficultés auxquelles ils doivent faire face sont nombreuses. Réfugiés essentiellement dans le nord d’Israël, ils sont confrontés à des problèmes d’emploi, de Lire la suite »

Publié dans Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire, Régional, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

"Contre l’Iran, l’État hébreu brandit une menace purement rhétorique"

Publié par dodzi le novembre 8, 2011

France 24

Par Charlotte BOITIAUX

Alors que l’AIEA s’apprête à publier un rapport sur le programme iranien, Israël menace la République islamique de frappes préventives. Mais pour Alain Rodier, spécialiste du renseignement militaro-industriel, l’État hébreu ne passera pas à l’action.
Israël a choisi de frapper fort. Alors que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) rendra un nouveau rapport sur le nucléaire iranien mardi ou mercredi, l’État hébreu envisage désormais de procéder à des frappes préventives contre les installations de Téhéran. "La possibilité d’une attaque contre l’Iran est plus proche que l’option diplomatique", a affirmé dimanche le président Shimon Peres dans une interview au quotidien Haaretz, estimant que l’Iran serait sur le point "d’ici un an environ" de se doter de l’arme atomique.

Faut-il prendre ces déclarations pour argent comptant ? Selon Alain Rodier, spécialiste du renseignement militaro-industriel et directeur de recherche au Centre français de recherches sur le renseignement (CF2R), les menaces d’Israël ne devraient rester que de simples avertissements.

FRANCE 24 : Quel crédit accorder à la menace d’un recours à la force ?

Alain Rodier :L’État hébreu brandit une menace purement rhétorique, qui resurgit d’ailleurs assez régulièrement. Ce n’est pas la première fois que Tel Aviv brandit la menace militaire pour contrer Téhéran. En novembre 2010 déjà, le gouvernement israélien avait prévu d’attaquer les installations nucléaires iraniennes, mais les États-Unis l’en avaient empêché. Lire la suite »

Publié dans Billets & Opinions, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lutte contre les armes à sous-munitions : L’exemple libanais

Publié par jeunempl le septembre 17, 2011

L’Hebdo Magazine

BASM - Largage

C’est à Beyrouth qu’a eu lieu, cette semaine, la deuxième convention sur les bombes à sous-munitions. Le Liban, gravement affecté par ces armes meurtrières, devrait en être débarrassé d’ici à 2016.

Quatre militaires libanais, tête couverte d’un casque et gilet de protection sur le dos, sondent le sol à la recherche de bombes à sous-munitions. Centimètre par centimètre, chaque bout de terrain nettoyé est balisé avec précaution. A environ 100 mètres de là, une équipe médicale se tient prête. Soudain, l’un des soldats s’effondre en criant: il vient d’être blessé à la jambe par l’explosion d’une bombe. Si la scène n’est qu’une simulation destinée aux journalistes et aux représentants de quelque 80 pays, le scénario n’a rien d’improbable. Sur le site d’al Faouqa, situé dans la commune de Nabatiyé, l’armée a découvert depuis 2006 plus de 17 000 de ces engins explosifs. L’équipe de déminage en a encore trouvé et éliminé trois.

La deuxième conférence, réunissant les Etats signataires du traité interdisant les bombes à sous-munitions (BASM), s’est tenue cette année à Beyrouth. Un choix qui ne doit rien au hasard: pendant la guerre de l’été 2006, Israël a largué selon l’Onu près de quatre millions de bombes sur le pays, dont près de 40 % n’ont pas explosé. «Le Liban a été gravement touché par ce fléau, rappelle Jordan Ryan, directeur du bureau de prévention des crises du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Plus de 400 personnes y ont perdu la vie depuis 2006, mais les conséquences sont bien plus larges que ces terribles pertes humaines. Ces bombes ont nui aux fermiers qui ne peuvent plus exploiter leur terre, elles ont affecté l’économie et les enfants sont privés de jeu dans les champs…».

Le Liban, un exemple pour la région

L’utilisation de BASM par Israël, en 2006, a choqué une partie de l’opinion mondiale. Elle a ainsi provoqué la mise en place du processus d’Oslo qui a abouti en 2008, à l’adoption de la Convention sur les armes à sous-munitions. Un traité qui interdit l’emploi, la production, le stockage et le transfert des BASM, et prévoit une assistance aux personnes qui en ont été victimes.
Trois ans plus tard, le texte est signé par 110 pays, et ratifié par Lire la suite »

Publié dans Culture & Société, Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Livni: «Distribuer sa terre n’est pas de la faiblesse»

Publié par dodzi le septembre 15, 2011

Israel7

Dans le discours qu’elle a prononcé depuis la tribune qui lui a été offerte lors de la conférence de l’agriculture, la cheffe de l’opposition a expliqué de quelle façon l’abandon de terres faisant partie intégrante du patrimoine du peuple d’Israël ne contredirait pas la vision sioniste: «Nous sommes obligés de prendre une décision: si le projet sioniste consiste en la réalité de l’Etat d’Israël en tant qu’Etat juif et démocratique dans lequel ces valeurs vivent en harmonie, il est impossible de l’évoquer sans comprendre que le seul moyen d’y parvenir doit passer par le partage de la terre et l’acceptation du principe de deux Etats-nations.

Que personne n’essaye de nous faire croire qu’il s’agisse d’une question de faiblesse bonne pour les arabes et les palestiniens. Au départ, je me trouvais dans un parti politique dont la charte commençait par le mot « non ». Pour moi, la politique n’est pas un métier, mais une plateforme à partir de laquelle la face d’Israël doit être changée. Ceux qui prétendent qu’il n’y a rien à faire, que le monde est contre nous tout comme Erdogan est contre nous, que les Palestiniens se tourneront de toute façon vers l’Onu, et que tout n’est qu’antisémitisme, optent pour une solution de facilité adoptée par un gouvernement qui ne cherche qu’à éviter de prendre des décisions.»

Malgré les décrets sans précédent d’une coalition dirigée par le Likoud qui a été jusqu’à interdire la construction pour les Juifs au-delà de la ligne verte, y compris à Jérusalem, elle considère: «Le gouvernement le plus à droite de toute l’histoire d’Israël parle haut alors qu’Israël est au plus bas de sa puissance. Or, si nous voulons parler de fierté nationale, je voudrais que les Israéliens puissent voyager à l’étranger sans être contraints de passer par des contrôles avilissants, que les ambassadeurs ne soient pas obligés de s’enfuir à la faveur de la nuit avec un kéfié (…) Nous en avons assez de ceux qui parlent haut et fort face au monde mais qui affaiblissent concrètement Israël. Israël qui est incapable d’agir quand des missiles s’abattent sur ses villes. J’ai entendu des accusations contre notre décision, lors du précédent gouvernement, de nous battre contre ceux qui veulent nous anéantir, au Liban comme à Gaza. Et je suis fière des décisions que nous avons prises. Israël doit préserver sa force de dissuasion. Et cette force, nous l’avons acquise, pour un temps limité, mais pour un temps quand même.» Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Parlement adopte la loi sur les frontières maritimes

Publié par jeunempl le août 4, 2011

Le Commerce du Levant

Le Parlement libanais a voté jeudi un projet de loi établissant sa Zone économique exclusive maritime (ZEE), lors de sa séance législative, au milieu d’un désaccord entre le Liban et Israël sur la démarcation de leurs frontières maritimes.

La loi a été adoptée après un amendement portant sur l’article 6.
Le différend entre Israël et le Liban a éclaté officiellement le 10 juillet lorsque l’Etat hébreu a adopté le tracé de sa ZEE. Sa frontière avec le Liban est nettement plus au nord que celle notifiée à l’ONU en juillet et octobre 2010 par Beyrouth.

Le Liban accuse Israël d’empiéter sur sa ZEE, un espace déterminant les droits souverains d’exploitation de l’Etat côtier sur d’éventuels gisements d’hydrocarbures. L’enjeu est de taille : découverts à 1.634 mètres de profondeur et à 130 km au large de la frontière libano-israélienne, ces fonds sous-marins abriteraient 3.454 milliards de mètres cubes de gaz et 1,7 milliard de barils de pétrole, selon une étude américaine du US Geological Survey.

L’ONU et les puissances occidentales exhortent les deux parties à faire preuve de retenue et à résoudre la crise, qui porte sur une zone de près d’environ 850 km2.

Publié dans Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Gaz : la loi votée bientôt, Bassil appelle Israël à respecter le droit international

Publié par jeunempl le août 3, 2011

Le Commerce du Levant

Le Parlement libanais devrait voter dans les jours à venir, selon des sources médiatiques, une loi établissant sa Zone économique exclusive maritime (ZEE), alors que le désaccord sur le tracé de sa frontière maritime avec Israël reste entier.

« Israël ne peut pas d’une façon arbitraire ignorer la loi internationale avant d’agresser le Liban en créant une zone de conflit dans nos eaux », a affirmé à l’AFP le ministre de l’Energie Gebran Bassil. « Il ne suffit pas simplement de tracer une ligne », a-t-il dit.

Le différend entre Israël et le Liban a éclaté officiellement le 10 juillet lorsque l’Etat hébreu a adopté le tracé de sa ZEE. Sa frontière avec le Liban est nettement plus au nord que celle notifiée à l’ONU en juillet et octobre 2010 par Beyrouth. (Voir dossier complet dans Le Commerce du Levant d’août 2011).

Le Parlement devrait voter dans les tous prochains jours une proposition de loi relative aux frontières maritimes et à la ZEE adoptées par les deux commissions parlementaires des Travaux publics et de l’Energie.

Le Liban accuse Israël d’empiéter sur sa zone économique exclusive, un espace déterminant les droits souverains d’exploitation de l’Etat côtier sur d’éventuels gisements d’hydrocarbures. L’enjeu est de taille : découverts à Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Economie, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 40 followers

%d bloggers like this: