Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘Emir’

Fadi el-Awar (député druze de Baabda) : Entre l’émir et le Bey

Posted by jeunempl sur septembre 17, 2012

L’Hebdo Magazine – Joëlle Seif

Des yeux qui pétillent de malice, de l’humour et un franc-parler. Il fait partie de ceux qui nomment les choses par leur nom et vont droit au but. Il a gardé en lui le côté frondeur de celui qui, à 12 ans, participait déjà à des manifestations. Portrait du député druze de Baabda, Fadi el-Awar, membre du Bloc du Changement et de la Réforme.

C’est dans le village de Kornayel qu’il a grandi dans une famille composée de cinq enfants, quatre garçons et une fille. A l’âge de cinq ans, il perd son père. «On a vécu avec ma mère dans une maison modeste. Ma mère travaillait et nous possédions une petite parcelle de terrain à Beyrouth qui nous rapportait des rentrées. En ce temps-là, cela suffisait pour subvenir aux besoins de la famille», se souvient Fadi el-Awar. C’est à l’école publique de Kornayel qu’il fait ses études scolaires, avant d’entamer des études universitaires à la BUC (actuelle LAU) et à l’Université libanaise.

A un âge très précoce, il fait ses débuts en politique. Il a 12 ans lorsqu’en 1972 il organise la première manifestation à l’école publique et réclame qu’on asphalte les routes. «C’était une demande vitale pour nous car on s’enfonçait dans la boue», dit-il. Il est retenu dans la voiture des gendarmes mais ses collègues réussissent à le libérer en leur jetant des pierres.

En 1973, lorsque les problèmes entre l’armée et les Palestiniens commencent, il se promène partout avec une keffieh autour du cou, alors que toute la famille se rendait auprès du ministre de l’Intérieur, Bachir el-Awar, qui était un parent à lui. «J’ai toujours considéré mienne la cause Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Tayyar & Hezbollah | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Arabie Saoudite : Guerre des clans pour la succession

Posted by jeunempl sur novembre 23, 2010

Al Quds al Arabi

Le Royaume saoudien traverse un virage difficile, du fait de la maladie de ses premier et deuxième hommes, le flou qui entoure le troisième homme, et l’aspiration des jeunes princes à une occasion qu’ils pensent imminente en vue d’une participation effective à la conduite du processus de réforme au Royaume.

Avec une transparence sans précédent, les autorités saoudiennes ont annoncé le départ du Roi Abdallah Ben Abdelaziz vers Washington, « pour se rendre dans l’un des centres médicaux spécialisés dans le traitement des maladies de dos, afin qu’il effectue des examens plus approfondis suite à son hernie discale, ayant provoqué une accumulation de sang et des douleurs lancinantes suite à une pression sur les nerfs ».

La question de succession n’étant pas encore tranchée, et en l’absence de consensus dans les milieux des princes les plus influents, parmi les fils du fondateur du Royaume, Abdelaziz al-Saôud, sur l’accession au trône de l’émir Nayef, ministre de l’Intérieur et deuxième vice-président du Conseil des ministres, le Roi saoudien a pressé son frère l’émir Soltane Ben Abdelaziz de regagner rapidement le Royaume, et lui a délégué, en vertu d’un décret royal, la gestion des affaires de l’Etat pendant son absence.

L’émir Soltane, cadet de quatre ans du Roi saoudien, âgé de 87 ans, a passé le plus clair de son temps, au cours de ces deux dernières années, entre New-York et Agadir, après une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qatar: La tentative de domestication d’Al-Jazira

Posted by jeunempl sur février 14, 2010

René Naba

La mise en place d’Al Jazira constitue un bel exemple d’équilibrisme diplomatique de ce petit pays face aux ambitions des protagonistes du jeu régional et la tentative de domestication de la chaîne transfrontière arabe constitue à cet égard un cas d’école.

«Al-Jazira», dont le nom a été forgé par référence à «AL-Jazira Al-Arabia» la verdoyante Péninsule arabique, l’espace géographique regroupant les principautés pétrolières du Golfe, l’Arabie saoudite et le Yémen, l’ancienne «Arabia Felix» (l’Arabie Heureuse) des premiers temps de l’Islam, est bel et bien en effet une excroissance rebelle de l’ordre médiatique saoudien, tout comme d’ailleurs sur le plan politique Oussama Ben Laden, une excroissance rebelle de l’hégémonie saoudienne sur l’ordre domestique arabe.

Son lancement en 1996, l’année qui a suivi la crise d’hémiplégie qui a frappé le Roi Fahd, le grand frère saoudien dont l’Emir putchiste de Qatar en prenait ombrage, répondait à trois objectifs:

• dédouaner aux yeux de l’opinion arabe l’Emir de Qatar de la lourde tutelle occidentale qui a parrainé son parricide politique,

• doter la principauté d’une force de frappe médiatique dissuasive en vue de marquer son territoire sur le plan énergétique au sein de la constellation des pétromonarchies du Golfe

• battre en brèche l’hégémonie saoudienne sur la sphère arabe, en prenant partiellement appui sur une équipe journalistique formée hors orbite de la censure arabe, -le service arabe de la BBC (British Broadcasting Corporation)-, victime de l’arbitraire saoudien (1).

En moins d’une décennie, «Al-Jazira» a rempli ses objectifs, brisant le monopole du récit médiatique détenu par les médias occidentaux depuis l’avènement de l’information de masses, il y a un demi siècle, se propulsant au rang de grand rival des grands vecteurs occidentaux, le prescripteur de l’opinion publique arabe, l’artisan du débat pluraliste au sein du monde arabe.

Une promotion qui a conduit les Américains à entreprendre méthodiquement sa domestication, particulièrement depuis Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qatar: Un rebut de luxe pour recyclage haut de gamme

Posted by jeunempl sur février 7, 2010

René Naba – Libnanews

L’effondrement économique de la principauté de Dubaï, à l’automne 2009, a fait craindre un écroulement cumulatif des autres pétromonarchies du Golfe, par effet de domino, jetant le doute sur la viabilité de ces émirats mirages, attisant la méfiance à l’égard de la finance islamique que les pays occidentaux souhaitent attirer en vue de dynamiser leurs économies convalescentes.

Parmi ces émirats mirages à forte attractivité, à l’existence aléatoire, le Qatar fait en France l’objet d’un engouement à la mesure de la projection fantasmatique qu’il propulse dans l’imaginaire du landerneau politique, souvent en méconnaissance de cause.

Tout le monde en parle mais très peu en connaissance de cause d’un pays sans doute l’un des rares au monde à être davantage connu pour ses installations que pour ses réalisations, son histoire ou sa géographie, ses belles lettres ou ses beaux-arts.

Désigné au choix, comme le pays d’Al Jazira ou du CENTCOM, le lieu d’exil des indésirables arabes, Qatar est à la fois tout cela et bien plus.

Siège du nouveau Quartier Général du «Central command» américain, le commandement du théâtre des opérations allant de l’Afghanistan au Maroc, et de la chaîne transfrontière arabe «Al-Jazira», Qatar fait cohabiter sur son sol, dans l’harmonie la plus discrète, la famille de l’ancien président irakien Saddam Hussein, le prédicateur islamique Youssef Al-Qaradawi, un des grands officiants de la chaîne transfrontière, et une discrète mission commerciale israélienne, assumant avec bonheur sa fonction de rebut de luxe pour recyclage haut de gamme.

Important producteur de pétrole et membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le Qatar a refusé d’adhérer à la Fédération des Emirats arabes Unis. Il gère de ce fait pour son propre compte de fabuleuses richesses. L’engouement de la classe politique française à son égard est comparable à celui qui prévalait à l’égard de l’Irak de Saddam Hussein du temps de sa splendeur et de l’avidité de ses interlocuteurs français, durant les décennies 1970-1980.

Là s’arrête la comparaison. Entourée par l’Arabie saoudite au sud et le golfe arabo-persique au nord, cette minuscule principauté de 11 427 km² peut être menacée, jamais Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Talal Arslan déclare sa candidature

Posted by jeunempl sur février 7, 2009

Libnanews

Prince Talal Arslan

Emir Talal Arslan

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, l’émir Talal Arslan, a indiqué ce vendredi  qu’il compte se présenter avec ses alliés sur une liste unifiée, appelant ses adversaires à une compétition honorable, avant d’insister sur le fait qu’il n’est pas du tout prêt à supplier quelqu’un pour un siège.

L’émir Arslan a indiqué qu’il a informé le chef du Rassemblement démocratique Walid Joumblatt que les forces de l’Opposition desquels il fait partie, seront sur une même liste dans la circonscription d’Aley, et qu’il n’est pas du tout disposé à négocier son siège à Aley avec lui ou avec un autre dirigeant.

« Négocier sur les places à Baabda ou ailleurs est hors de question » a-t-il dit, avant d’affirmer que l’alliance entre le chef du PSP Walid Joumblatt et le président de la Chambre ne l’engage à rien de particulier, et de faire part de sa confiance totale en la personne du commandant général de l’armée libanaise, estimant que l’Armée ne doit pas être entraînée dans les différends politiques internes.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :