Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘education’

Kanaan promet des réformes importantes la semaine prochaine

Posted by jeunempl sur juillet 30, 2011

ANI

Ibrahim Kanaan - CPL Tayyar

Le député Ibrahim Kanaan, membre du bloc parlementaire Changement et Réforme, a promis vendredi, lors d’un diner tenu à l’occasion de la Journée de l’armée, que « des réformes importantes et primordiales auront lieu la semaine prochaine après des années de préparation ».

M. Kanaan a affirmé que ces réformes vont porter sur les salaires des juges et sur une série de dossiers liés aux travaux publics et militaires ainsi qu’aux travaux d’électricité, d’eau, d’hospitalisation et d’éducation. « Nous sommes les militants de la Réforme et les hommes de la Troisième république », a-t-il enfin souligné.

Publicités

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Arcenciel et Picon : Les héros du bonheur

Posted by jeunempl sur mai 16, 2011

Nada Jureidini – L’Hebdo Magazine

Pour la première année au Liban, la marque Picon se joint à arcenciel pour lancer un concours destiné aux enfants. Le but: impliquer les enfants dans une démarche de solidarité et de développement durable.

S’engager dans des actions sociales et contribuer au développement économique, social et environnemental est un engagement de la marque Picon. Au Liban, le choix s’est arrêté sur l’association arcenciel, agissant avec et pour les personnes en difficulté, pour le développement durable de la société. Lancé en novembre dernier, le concours vise à sensibiliser les élèves à des causes sociales et environnementales. Des missions liées à la préservation de l’environnement, au soutien des familles dans le besoin, à l’aide des personnes handicapées, à celle des personnes âgées ou défavorisées, ont été confiées à des élèves de 9 à 13 ans d’une trentaine d’écoles sélectionnées dans toutes les régions libanaises. Selon les responsables du projet, cette initiative vise d’abord à faire des enfants les «ambassadeurs du bonheur» dans leur communauté locale, en les impliquant dans une démarche de solidarité et de développement durable. Pour remporter le concours, les étudiants devaient réaliser mensuellement, pendant six mois, des missions sur une thématique déterminée. Ils seront évalués à la fin du concours sur leur engagement dans des actions citoyennes, comme par exemple le tri des déchets, la récolte de vêtements ou la restauration des écoles.

Enthousiasme et créativité

Responsable du projet à arcenciel, Nassab Khalifeh souligne que les enfants éprouvaient une grande satisfaction lors de l’accomplissement des différentes missions. «Ils récoltaient des fonds pour soutenir les personnes âgées et présentaient des spectacles de chant et de danse lors de leurs visites des maisons de retraite. Ils ont été très touchés par cette expérience», dit-elle en confiant qu’une personne qui visitait son père a eu les larmes aux yeux et a remercié les enfants pour leur belle initiative. Le rapprochement avec les personnes atteintes d’un handicap était également une belle réussite et a créé des liens étroits entre Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les scouts du Hezbollah, “l’autre réalité du Liban”

Posted by jeunempl sur janvier 28, 2011

Propos recueillis par Samuel Gontier – Telerama.fr

[Note du MPLBelgique.org: il est rare de lire des articles neutres et aussi balancés que celui-ci, ce genre de reportage qui vous permet d’apprendre à mieux comprendre autrui.]

Sacré choc. Pendant près d’une heure et demie, Bruno Ulmer, déjà réalisateur du saisissant “Welcome Europa”, effectue une troublante plongée au cœur de l’organisation scoute du Hezbollah, au Sud-Liban et dans la banlieue de Beyrouth. A la sortie de la projection au Fipa des “Scouts d’Al Mahdi”, l’auteur livre les clés d’un film “pas facile à faire ni à partager”. Parce qu’il bouscule des certitudes rassurantes.

Ils sont 70 000 scouts, affiliés à l’organisation internationale fondée par Baden Powell. Au programme : feux de camps, cours de secourisme, apprentissage de l’hygiène, devoir de solidarité et, bien sûr, l’intangible devise – « Toujours prêts ! »… Les scouts d’Al Mahdi ne sont pourtant pas comme les autres : ils ont grandi dans un pays en guerre, ils appartiennent à la sphère du Hezbollah, mouvement chiite né en réaction à l’invasion du Liban par les Israéliens en 1982. Bruno Ulmer a filmés ces jeunes au plus près, révélant les aspirations d’une société méconnue, souvent réduite au cliché de l’islamisme, donnant à voir « l’autre réalité du Liban, pas celle des casinos et du front de mer ». Un éclairage salutaire à l’heure même ou le parti chiite vient de prendre le contrôle du gouvernement libanais… Bientôt diffusé sur Arte !

Quelle envie est à l’origine des Scouts d’Al Mahdi ?
Je ne connaissais rien au Liban. Mais j’ai toujours été passionné par les questions de jeunesse et d’identité. J’avais envie de comprendre comment on se construit quand on a 10, 14, 20 ans, à l’intérieur d’une communauté marquée par le poids du politique et du religieux.

En voyant l’incroyable proximité avec laquelle vous filmez les scouts, on se demande comment vous avez réussi à pénétrer un milieu aussi fermé.
Ce fut plus facile que ce que l’on pourrait imaginer. Faire un film sur le Hezbollah lui-même est absolument impossible, mais il est permis de s’intéresser à un groupe qui est dans la sphère du Hezbollah. Car ce n’est pas seulement un parti politique et une organisation militaire : il gère aussi des hôpitaux, des fondations, des associations d’étudiants et, donc, les scouts d’Al Mahdi, qui sont assez autonomes. C’est une tradition au Liban, chaque confession (chiites, sunnites, chrétiens) possède son organisation scoute.

Un film sur la jeunesse était un point de rencontre possible, car cette jeunesse est plus présentable. Les dirigeants du Hezbollah en sont fiers, elle est l’expression de leur avenir. Le Hezbollah s’est construit sur la résistance armée à l’occupation israélienne puis dans la guerre de 2006. Après ce qu’il considère comme des victoires (le retrait israélien et l’issue selon lui victorieuse de la guerre de 2006), il s’attache maintenant à la résistance sociale, politique, morale, en luttant contre les injustices, la corruption et pour des valeurs. Il s’agit de résister à l’humiliation dont sont victimes les chiites, traditionnellement dépréciés par les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Élie Boujouk, ou le triomphe du savoir sur la violence

Posted by dodzi sur octobre 19, 2010

L’Orient le Jour

Élie Boujouk installé dans un fauteuil de l’amphithéâtre.

Une cérémonie de remise de diplôme bien particulière s’est tenue samedi dernier sur le campus des sciences médicales de l’USJ. Celle de la remise d’une licence d’histoire à un jeune homme incarcéré à Roumié. Une victoire de la solidarité humaine et de la persévérance, et une leçon de vie pour tous.

Emmené en fourgon cellulaire, ramené en fourgon, empêché de s’asseoir à côté de sa mère et de son frère… La remise, samedi à l’Université Saint-Joseph, de son attestation de licence en histoire à Élie Boujouk, un jeune homme de 27 ans détenu à Roumié, reflète fidèlement la dureté d’un système carcéral d’un autre âge.

On aurait très bien pu, avec deux fois moins d’agents, faire la même chose. En beaucoup mieux. L’amener dans une voiture de police, encadré par deux agents, lui rendre sa liberté dans l’amphithéâtre où s’est tenue la cérémonie académique. Le ramener aussi humainement qu’il était venu.

Mais non, il fallait respecter un cérémonial également humiliant pour lui que pour la vingtaine d’agents qui assuraient sa garde à l’intérieur de l’amphithéâtre et dans les beaux jardins du campus. On aurait dit un criminel endurci conduit en tribunal, entouré de mesures de haute sécurité, alors que le garçon avait l’air, avec ses cheveux coupés court et ses lunettes démodées, d’un oisillon aux plumes encore trop jeunes pour voler. Mais peut-être ne pouvait-il en être autrement, en l’état actuel des choses, et faut-il remercier plutôt les autorités pénitentiaires d’avoir autorisé qu’une cérémonie si particulièrère se déroule en dehors de la prison.

Élie Boujouk, qui vient de recevoir sa licence d’histoire de la faculté des lettres et des sciences humaines de l’USJ, a certes tué. Avec deux autres camarades, il a commis un acte fou qui lui a valu 18 ans de prison ferme, dont il lui reste dix à purger. Et il en est conscient. On n’a pas l’impression, à l’entendre, qu’il s’attend à la clémence de la justice : samedi, dans l’amphi du campus des sciences médicales, après avoir été longuement applaudi en recevant des mains du recteur de l’USJ René Chamussy son attestation, il a donné à l’audience émue rendez-vous dans deux ans… pour son master. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sensibilisation durable pour les petits Libanais

Posted by jeunempl sur août 29, 2010

Nadine Baydoun – Les Hirondelles

Face aux multiples problèmes environnementaux du pays, l’association Défi Liban sensibilise les écoliers au développement durable.

«Adoptons l’Eco Attitude! Pensée critique, réflexion pratique, sentiment authentique et actes sages!» Voici le slogan de l’Eco Attitude, un des projets de l’Eco Action 2010-2013, un programme de trois ans d’éducation à l’environnement pour un développement durable, lancé en octobre 2009 par Défi Liban, une association libanaise à but non lucratif, en partenariat avec le ministère de l’Environnement.

«Si l’on plante un arbre, il faut qu’on l’arrose pendant trois ans. De même, si l’on se lance dans des projets de recyclage cette année sans persister les années suivantes, c’est comme si l’on n’avait rien fait, justifie Joëlle Bacha, présidente de Défi Liban. La continuité est primordiale, c’est pourquoi Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Saïd Ghatas, chargé d’aider les 2700 libanais réfugiés en Israël depuis 2000

Posted by jeunempl sur mai 13, 2010

Guysen International News – Raphaël Uzan

Le gouvernement israélien a récemment nommé un ex-officier de l’Armée du Liban-sud (ALS) au poste de conseiller spécial pour les vétérans de cette milice libanaise qui a combattu aux côtés de l’armée israélienne jusqu’à son retrait du sud du Liban en 2000.

Rattaché au bureau du ministre sans portefeuille Yossi Peled, Saïd Ghatas sera chargé de trouver des solutions aux problèmes des 2.700 Libanais, anciens soldats de l’ALS et leurs familles, réfugiés en Israël depuis le retrait des forces israéliennes du sud du Liban après 22 ans « d’occupation ».

« Je suis surtout là pour faire le lien entre les familles et l’administration israélienne. »

« Je suis surtout là pour faire le lien entre les familles et l’administration israélienne. Beaucoup d’argent a été dépensé par le gouvernement, mais de manière peu efficace », a déclaré M. Ghatas à l’AFP mercredi.

Réfugiés principalement dans le nord d’Israël, ils sont confrontés à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La laïcité au Liban, un objectif réaliste ?

Posted by jeunempl sur avril 27, 2010

RPLFrance.org
(l’article est paru en deux parties les 21 et 22 avril dans l’Orient le Jour)

Après l’indépendance acquise en 1943, les deux protagonistes de cet événement historique, les présidents Béchara el-Khoury et Riad el-Solh, ont trouvé une formule qui prenait en compte l’hétérogénéité confessionnelle et les divergences d’opinion entre Libanais. Cette formule nommée « pacte national » consistait en un compromis oral et provisoire qui devait réunir les Libanais sous un seul drapeau. Ce compromis entérinait l’attribution des postes sur des critères confessionnels, tout en prévoyant un comité national attaché à la suppression de ce confessionnalisme. Par la suite, le Liban a connu la guerre civile et religieuse qui a pris officiellement fin le 13 octobre 1990, suite à un deuxième accord intercommunautaire dit de Taëf.

Malheureusement, après presque 67 ans de guerre et d’instabilité politique, le Liban ressemble toujours à un clandestin qui n’a aucune identité. Cet aperçu historique nous rappelle que notre pays n’a pas réussi à résoudre son problème de cohabitation entre les différentes communautés. Ce problème communautaire persiste malgré les deux accords et les nouvelles générations d’hommes et de femmes politiques dont on présageait qu’ils seraient les initiateurs d’un changement. En réalité, ces deux accords sont des pansements à l’hémorragie, mais nullement le remède. Ils ont été indispensables pour sortir le Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban espère endiguer la fuite des cerveaux

Posted by dodzi sur mars 30, 2010

Econostrum.info

Par Jenny Saleh

466 000 à 640 000 Libanais auraient quitté le pays entre 1992 et 2007. La diaspora libanaise est trois fois plus nombreuse que les habitants actuels du pays.

Depuis de nombreuses années, le Liban est confronté à un sérieux problème, celui de l’émigration de ses jeunes diplômés vers d’autres pays plus attractifs, économiquement parlant. Salaires trop bas, instabilité politique, font partie des quelques motifs qui poussent les jeunes Libanais à s’expatrier.

Peu de pays dans le monde peuvent se targuer d’avoir plus de ressortissants à l’étranger que sur leur propre sol. C’est le cas du Liban, qui compte une diaspora ancienne mais aussi plus récente de plus de 12 millions de personnes, contre seulement 4 millions d’habitants sur la terre natale.

Aux différentes vagues d’émigration vers l’Afrique, les Amériques ou l’Europe, au début du XXe siècle, pour fuir la domination ottomane, a succédé un autre type d’émigration, entre 1975 et 1990 en raison de la guerre civile qui ensanglantait le pays. Mais depuis plusieurs dizaines d’années, c’est une toute autre forme d’émigration qui gangrène le pays, celle de ce qui est sans doute sa matière première, l’élément humain.

Cette fuite des cerveaux touche aujourd’hui toutes les familles libanaises. Au moins 50% des Libanais a un membre de sa famille qui s’est expatrié. Des chiffres publiés dans une étude de l’Université Saint-Joseph à Beyrouth parlent d’eux-mêmes. 466 000 à 640 000 personnes auraient quitté le pays entre 1992 et 2007, dont l’écrasante majorité de 77%  sont des jeunes âgés entre 18 et 35 ans.

Stopper l’hémorragie

Ces chiffres, le ministre du Travail libanais, Boutros Harb, les a utilisés lors de son intervention dans un débat portant sur « Les jeunes, l’emploi et l’émigration« , organisé le 26 mars 2010, lors du salon de recrutement Forward, à Beyrouth. Le ministre a également noté que « le taux de migration des jeunes, aux alentours des 17,5%, est beaucoup plus élevé que la moyenne nationale, de 10,3%« .

Et le plus inquiétant, comme l’a souligné M.Harb, c’est que « presque 50% de ces jeunes candidats à l’émigration sont titulaires d’un diplôme universitaire, 22% d’entre eux sont bacheliers, tandis que 10% dispose d’un diplôme technique ».

Bref, le Liban perd sa main d’oeuvre qualifiée, qui préfère aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte et surtout, plus lucrative. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous demandons que la vérité soit dévoilée sur l’enlèvement de Joseph Sader. Général Aoun : Non aux élections municipales sans les réformes

Posted by jeunempl sur février 12, 2010

Tayyar.org

Présidé par le général Michel Aoun, chef du Courant Patriotique Libre, le bloc parlementaire « du Changement et de la Réforme » a tenu hier à Rabieh, sa réunion hebdomadaire. Le bloc a discuté de différentes questions, notamment l’affaire « Joseph Sader » dont un an déjà s’est écoulé depuis son enlèvement, les élections municipales et l’abaissement de la majorité du vote à 18 ans.

Voici un extrait du discours que le général Michel Aoun a adressé à l’issue de la réunion :

« Nous avons discuté de la disparition de Joseph Sader qui perdure depuis un ans. Nous espérons que les Forces de Sécurité Internieure poursuivent leurs recherches et n’abandonnent pas cette affaire. Nous regrettons que l’enlèvement de Sader ait eu lieu en plein jour dans un lieu public, sans que les FSI n’aient pris la peine de demander le témoignage de quelqu’un. Ce crime ressemble aux grands crimes que le Liban a connus ; l’Etat ne révèle que la vérité des petites irrégularités et laisse tomber la vérité des grands crimes.

Nous assurons aux parents de Sader que nous poursuivrons cette affaire jusqu’à ce que la vérité soit révélée.

Nous avons également discuté de la question de l’avion éthiopien abîmé au large du Liban le 25 janvier avec 90 personnes à bord. Quand l’accident a eu lieu, nous avions adressé un discours aux parents victimes et aux Libanais. Nous les avions alors appelés à ne pas tirer de conclusions hâtives et à attendre le résultat des investigations. Mais il n’est pas normal que nous entendions chaque jour mille et une histoire…

Le radar de la tour de contrôle a pour rôle de localiser l’avion. L’avion, lorsqu’il décolle de l’aéroport de Beyrouth, reste sur les écrans radar jusqu’à ce qu’elle quitte l’espace aérien libanais. Au départ, on nous a dit que l’avion est tombé à 50-100 mètres de la côte. D’après les cartes, ils peuvent préciser immédiatement la profondeur dans cette région.
Nous ne voulons accuser personne. Cela dit, nous nous demandons pourquoi les recherches n’ont pas débuté là où l’avion a été localisé depuis le début ? La première boîte noire, la plus grande, n’a pas été endommagée alors pourquoi celle qui est plus petite et moins lourde est-elle endommagée ? Ce sont des questions Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

50% des adolescents palestiniens au Liban sont pratiquement illettrés

Posted by dodzi sur novembre 21, 2009

L’Orient le Jour

Le taux d’abandon de l’école parmi les jeunes réfugiés palestiniens au Liban est très élevé, avec 50% des adolescents de 17 ans qui ne bénéficient pas d’éducation scolaire, s’est alarmée vendredi l’ONU.

Nous tirons la sonnette d’alarme sur le fait que le taux d’abandon est trop élevé parmi les enfants en âge d’être scolarisés », a déclaré à Beyrouth Ray Virgilio Torres, chef du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) au Liban. L’Unicef publiait vendredi un rapport sur le sujet à l’occasion du 20e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant. M. Torres a expliqué que près de 15% des enfants âgés de 7 à 17 ans résidant dans les douze camps de réfugiés du pays et dans des zones de regroupements de Palestiniens hors des camps avaient quitté l’école. Un tiers de ces enfants sont illettrés, selon le rapport. « Ce chiffre est vraiment inquiétant quand vous considérez que la moitié des enfants âgés de 17 ans et 40% de ceux âgés de 16 ans ont abandonné l’école », a indiqué M. Torres. « C’est un âge sensible, et si vous ajoutez cela à d’autres risques auxquels ils sont exposés dans les camps, il y a des raisons de s’alarmer. » Le responsable de l’Unicef indique que la plupart des enfants abandonnent l’école en raison de la pauvreté, du manque de programmes scolaires appropriés et de perspectives quant à leur avenir. « Les jeunes disent pourquoi étudier quand, après, je ne peux pas travailler », a dit M. Torres. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :