Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘dollars’

La dette publique à 53,4 milliards de dollars fin août

Posted by jeunempl sur octobre 10, 2011

Le Commerce du Levant

La dette publique s’est élevée à 53,4 milliards de dollars fin août 2011, en hausse de 6,4% sur un an et de 1,6% depuis fin 2010. La dette interne a augmenté de 10,1% à 32,1 milliards de dollars, tandis que la dette externe a reculé de 1,4% en rythme annuel à 21,3 milliards de dollars.

La dette en livres a représenté 60,2% du total contre 58,2% l’année passée, tandis que la dette en devises a constitué 39,8% du total.
Le taux d’intérêt pondéré sur les bons du Trésor s’est élevé à 6,99%. L’échéance moyenne des eurobonds fin août était de 5,3 ans et celle des bons du Trésor de 876 jours.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le secteur bancaire continue de progresser, malgré les nombreux aléas

Posted by dodzi sur septembre 15, 2011

L’Orient le Jour

En dépit des tensions locales et régionales, les actifs des banques commerciales ont continué de progresser au cours des derniers mois, atteignant 137 milliards de dollars fin juillet, en hausse de 10,3 % sur un an. Les dépôts ont, quant à eux, augmenté de 4,6 % depuis le début de l’année, à 112,1 milliards de dollars.

Le total des actifs bancaires a atteint 136,9 milliards de dollars fin juillet, enregistrant une hausse de 6,2 % depuis le début de l’année et de 10,3 % par rapport à fin juillet 2010. Selon le bulletin hebdomadaire de la Byblos Bank qui cite ces chiffres, les dépôts du secteur privé ont totalisé 112,1 milliards de dollars fin juillet, en hausse de 4,6 % par rapport à fin 2010 et de 10 % sur un an. Ils ont ainsi augmenté de 4,9 milliards de dollars depuis janvier – une croissance inférieure de 20 % à celle enregistrée l’an dernier mais supérieure à la moyenne observée au cours des sept dernières années.

Dans les détails, les dépôts en livres ont atteint 37,3 milliards de dollars, accusant ainsi une baisse de 5,5 % par rapport à la fin de l’année 2010 et de 1,5 % en glissement annuel, tandis que les dépôts en devises se sont élevés à 74,8 milliards de dollars, affichant ainsi une hausse de 10,5 % par rapport à fin 2010 et de 16,9 % en glissement annuel. Cette tendance illustre une conversion vers le billet vert ou la monnaie unique, à l’ombre des tensions locales et régionales. Le taux de dollarisation des dépôts a d’ailleurs atteint 66,7 % fin juillet, contre 63,2 % sept mois plus tôt et 62,9 % fin juillet 2010. Rappelons que les dépôts bancaires avaient accusé une importante baisse au premier mois de l’année (-1,1 milliard de dollars), avant de repartir à la hausse au cours des mois suivants (voir graphe). Parallèlement, notons que les dépôts des banques étrangères ont totalisé 6,2 milliards de dollars fin juillet, en hausse de 37,6 % par rapport à fin 2010 et de 21,9 % en glissement annuel. Par ailleurs, le taux moyen sur les dépôts en livres a atteint 5,59 % en juillet contre 5,79 % un an plus tôt, alors que le taux moyen sur les dépôts en dollars s’est élevé à 2,86 % au septième mois de l’année en cours, contre 2,8 % un an plus tôt.
Les crédits en hausse de 16,7 % sur un an
De son côté, l’activité d’emprunt a continué de progresser au cours des sept premiers mois de l’année, les prêts accordés au secteur privé totalisant 38,3 milliards de dollars, en hausse de 16,7 % en glissement annuel et de 9,8 % par rapport à fin 2010. La valeur des prêts accordés aux non-résidents a atteint 5,6 milliards de dollars, en hausse de 20,4 % par rapport à fin 2010. D’autre part, le taux de dollarisation des crédits a légèrement reculé, sous l’impulsion des circulaires incitant à prêter en livres, atteignant 79,4 % fin juillet, contre 80,3 % fin 2010 et 81,7 % un an plus tôt. Quant au taux moyen sur les prêts en livres, il s’est élevé à 7,33 % en juillet, contre 8,09 % un an plus tôt, alors que le taux moyen sur les prêts en dollars est resté quasiment inchangé, à 7,03 % fin juillet, contre 7,05 % un an plus tôt.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban va refinancer 1,13 milliard de dollars d’eurobonds arrivant à échéance en mai

Posted by jeunempl sur mai 3, 2011

Le Commerce du Levant

La ministre sortante des Finances Raya el Hassan a indiqué que le Liban a l’intention de refinancer 1,13 milliard de dollars d’eurobonds arrivant à maturité en mai 2011. Ce montant inclut 1 milliard de dollars de dette et 130 millions de dollars d’intérêt. Le Trésor attend les propositions d’une vingtaine de banques pour la gestion de l’opération.

Hassan a indiqué que les conditions de marché permettent d’anticiper une forte demande pour les titres à rendement élevé d’autant que la Réserve fédérale maintient des taux d’intérêt très bas.

Au total, 2,1 milliards de dollars d’eurobonds arrivent à échéance cette année dont 750 millions de dollars d’eurobonds arrivant à maturité en aout.

L’année dernière, le Trésor avait refinancé la dette arrivant à échéance à travers deux émissions d’eurobons. En février 2010, il a émis 1,2 milliard de dollars d’eurobonds arrivant à échéance en 2020 assortis d’un taux d’intérêt de 6,375%.
Le ministère a également émis 725 millions de dollars d’eurobonds en novembre 2010. L’émission avait porté sur deux tranches d’eurobonds, la première d’un montant de 500 millions de dollars arrivant à échéance en 2018 avec un taux d’intérêt de 5,15% et la deuxième d’un montant de 225 millions de dollars arrivant à échéance en 2022 avec un taux d’intérêt de 6,1%.

La dette publique nette du Liban a atteint 52,1 milliards de dollars fin février 2011, en hausse de 0,2% sur un an. La dette interne a augmenté de 1% à 31,1 milliards de dollars tandis que la dette externe s’est élevée à 21 milliards de dollars, en baisse annuelle de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Golfe / Armement: Autant en emporte le vent 1/2

Posted by jeunempl sur février 21, 2011

René Naba

Ce papier est dédié aux trois personnalités suivantes :
• Mohamad Bouazizi, décédé le 4 janvier 2011, des suites de ses blessures. Son immolation sur la place publique de Sidi Bouzid, en Tunisie, en signe de protestation contre l’arbitraire tunisien, a servi d’étincelle au soulèvement populaire qui provoqua la chute de la dictature du Général Zine El Abidine Ben Ali.
• Ahmad Jaafar Kassem, artisan du spectaculaire attentat contre le QG du commandement israélien de Tyr, le 11 novembre 1982, dans le cadre d’une opération de la résistance libanaise contre l’occupation israélienne du sud Liban
• Mountazar Al Zaïdy, journaliste irakien, le Spartacus des temps modernes, le lanceur de sa chaussure contre George Bush jr.

I • Le Golfe, une gigantesque base flottante américaine, une pompe à finance des déficits américains.

L’effondrement du dispositif occidental sur la rive arabe de la Méditerranée avec les révoltes populaires en Tunisie et en Egypte sur fond d’une contestation généralisée des supplétifs de la stratégie américaine dans la sphère arabo musulmane, au terme d’une furieuse décennie de «guerre contre le terrorisme», de même que les révélations du site américain Wikileaks sur la position belliqueuse des pétromonarchies face à l’Iran, illustrent la logique de vassalité des «émirats mirage» face à l’Amérique, particulièrement dans le domaine de la défense, en ce qu’ils incitent les Américains à faire la guerre à leur voisin iranien pour neutraliser son potentiel nucléaire, plutôt que de doter le Monde arabe d’une capacité d’autosuffisance stratégique.

Le contrat de l’ordre de 123 milliards de dollars, conclu à l’automne 2010 entre l’Amérique et quatre pays du Golfe, en vue de renforcer leur capacité défensive «face à l’Iran».en constitue un témoignage éloquent de cette politique de dilapidation financière pour des motifs d’armement.

Face à l’Iran, la constellation des pétromonarchies du Golfe s’est ainsi transformée en une véritable base flottante américaine, au point que se pose la question de la viabilité stratégique et de la pertinence politique du plus important contrat d’armement de l’histoire, jamais conclu, en temps de paix, entre les Etats Unis et quatre pays membres de la zone. Un singulier contrat à tous égards, de l’ordre de 123 milliards de dollars, qui outrepasse les capacités d’absorption des bénéficiaires de même que les capacités d’assimilation de cet armement par ses servants locaux.

Si l’on excepte sa piètre démonstration militaire au Yémen, l’été 2010, l’Arabie saoudite n’a jamais mené de guerre directe contre aucun de ses adversaires potentiels, encore moins contre Israël, l’ennemi officiel du monde arabe, dont elle est le principal opposant sur le plan théorique, se bornant à financer des guerres obliques de déstabilisation,jamais contre Israël, toujours contre les pays arabes ou musulmans ; Contre l’Egypte nassérienne au Yémen, dans la décennie 1960 par monarchistes interposés, contre la Syrie baasiste, dans la décennie 1970, par Frères Musulmans interposés, ou encore contre la Révolution islamique de l’Iran, dans la décennie 1980, via l’Irak Baasiste de Saddam Hussein, ou enfin contre l’Union Soviétique, en Afghanistan, dans la décennie 1980, via sa légion islamique sous la houlette de son homme lige Oussama Ben Laden.

La transaction, conclue à l’occasion de la fête nationale saoudienne, le 23 septembre 2010, implique la modernisation de la flotte aérienne et de la marine saoudiennes. Soixante milliards de dollars seront affectés à la vente à l’Arabie saoudite de 87 chasseurs bombardiers « F-15», de 70 hélicoptères de combat «Apache» et de 72 hélicoptères «Black Hawk», 36 hélicoptères Little Bird AH-6, ainsi que des bombes, des missiles, y compris la bombe guidée par GPS, JDAM, produite par Boeing et le missile guidé par laser Hellfire. Trente milliards de dollars complémentaires seront affectés à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les dépôts en hausse de plus de 12 milliards de dollars depuis septembre 2009

Posted by jeunempl sur novembre 10, 2010

(L’Orient le Jour)

Le total des actifs des banques commerciales a atteint 126,7 milliards de dollars fin septembre, porté par l’importante croissance des dépôts bancaires, qui ont augmenté de 12,7 milliards de dollars depuis septembre 2009. En parallèle, l’activité d’emprunt a nettement progressé, les crédits accordés au secteur privé ayant augmenté de 6,1 milliards de dollars au cours de la même période.

En dépit de la détérioration du climat politique, le secteur bancaire libanais continue de réaliser de solides performances, comme en témoignent les chiffres récents sur l’évolution de l’activité du secteur au cours des neuf premiers mois de l’année. Celle-ci est mesurée par les actifs consolidés des banques opérant au Liban, qui ont augmenté de 15,3 % fin septembre, à 126,7 milliards de dollars, contre 109,8 milliards de dollars fin septembre 2009.

Les dépôts, qui représentent près de 82 % du bilan des banques, ont constitué encore une fois le principal moteur de cette croissance. Dans l’ensemble, les dépôts des clients ont augmenté de 12,7 milliards de dollars, soit une hausse de 13,9 % sur la période couverte, passant de 91,2 milliards de dollars fin septembre 2009 à 103,9 milliards fin septembre 2010. Sur les neuf premiers mois de l’année, ils ont augmenté de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections 2009 – Programme du CPL: Gestion des finances publiques et de la dette publique

Posted by dodzi sur mai 29, 2009

MPLBelgique.org

Programme complet du Courant Patriotique Libre

Programme-CPLChapitre 6 Gestion des finances publiques et de la dette publique

Diagnostic

A. Un Etat très endetté et qui subit des pertes financières considérables et injustifiées

1. Ratio dette/PIB parmi les plus élevés au monde,

2. Dette injustifiée au regard des sommes dépensées pour la reconstruction des infrastructures à la fin de la guerre et pour la subvention de différents secteurs économiques (énergie, agriculture, PME/PMI, etc.) mais justifiée par le taux prohibitif des intérêts payés durant de nombreuses années au regard des taux d’intérêts dans le monde et de l’inflation locale.

3. Pertes additionnelles dues à une mauvaise gestion de la dette publique, notamment à une mauvaise évaluation des besoins de financement qui conduit à emprunter parfois de manière excessive à cause d’une gestion chaotique des comptes des entités publiques et du manque de prévision.

4. Pertes dues à la mauvaise gestion de l’Electricité du Liban : pertes non techniques et pertes techniques sur le réseau, tarification inadaptée au prix des combustibles, pas de politique d’achats à long terme ni de couverture financière des risques.

5. Coût des infrastructures anormalement élevé qui s’explique par la corruption au plus haut niveau de l’Etat et par le désir de certains gouvernements précédents d’acheter l’appui de partis politiques par l’intermédiaire d’entrepreneurs qui leur sont proches. C’est notamment le cas pour les travaux financés par l’intermédiaire du CDR et du Conseil du Sud et pour les indemnités payées par la Caisse des Déplacés. Les comptes de ces deux derniers organismes ne sont d’ailleurs pas soumis au contrôle des institutions de l’Etat et le budget du CDR n’était pas inclus jusqu’à récemment dans le budget de l’Etat.

6. Pertes dues à l’obsolescence de la loi sur les achats publics et au rôle inefficace des organismes de contrôle de l’Etat.

7. Surdimensionnement de certains équipements publics et surnombre de fonctionnaires dans certains secteurs, notamment dans le domaine de l’éducation publique. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :