Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘dette’

Souvenir du 13 avril 1975, début de la guerre au Liban

Posted by jeunempl sur avril 13, 2012

Dr Riad Jreige

Comment s’est opérée au Liban la modification des influences régionales depuis 1975 ?
Le Liban a-t-il la capacité de ne pas être sous influence ?

Le Liban de par sa composition pluricommunautaire, sa situation géographique et sa faiblesse militaire, s’est trouvé sinon depuis sa naissance du moins depuis plusieurs décennies, embarqué dans une scission politique souvent accompagnée de violence conduite par ses voisins immédiats ( Syrie et Israël).

La Syrie alliée de l’URSS et Israël allié des USA durant la période de la guerre froide se sont battus jusqu’en 1973 (guerre des six jours) date à laquelle la Syrie perdait le Golan déjà annexé en 1967.

Depuis 1973 plus aucun conflit d’envergure n’est venu perturber le « statut quo » établi à l’époque entre ces deux pays.
Pour le Liban, la fin de la période dite de la « guerre froide » n’a pas été de tout repos.
Le calvaire qu’a dû subir ce pays, 18 années durant et la guerre brûlante qui l’a enflammée, contrastait singulièrement avec la température plutôt fraiche vue à une échelle plus importante, celle des grandes puissances.

1975 – 1990 : La guerre froide

– USA-Israël-Chrétiens du Liban vs URSS-Syrie-Musulmans du Liban

Le communautarisme libanais a servi de terreau au rôle « tampon » entre ses deux voisins ainsi qu’un champ d’expérimentation, à moindre frais, pour les grandes puissances.
L’on a tenté une séparation entre les musulmans d’un côté, alliés de l’OLP présents massivement à l’époque au Liban, pris sous la houlette et la « protection » syrienne mais aussi de l’URSS et de l’autre, les chrétiens sensés être protégés par Israël, l’autre minorité du Proche-Orient, mais surtout principal allié et sous la protection des USA dans la région.

Outre un conflit civil armé d’une rare violence, cette scission s’est traduite sur le terrain par une présence massive militaire et influente des armées syrienne (1976) et israélienne (1978).
Bachir Gemayel, patron des Forces Libanaises a été le symbole, éphémère mais réel, de l’aide perpétrée par Israël pour son accession à la plus haute fonction de l’Etat en mai 1982.

La période de la guerre froide s’est terminée en 1989-1990.
Ceci s’est traduit dans la région par une nouvelle ère, celle de la mainmise américaine appliquée sur le terrain avec la première guerre contre l’Irak suite à l’invasion du Koweït par ce dernier.
Damas, privée de son allié soviétique, s’est rapprochée tactiquement de Washington en se déclarant l’allié des Américains dans leur expédition contre le régime de Saddam Hussein.

Au Liban, ceci s’est traduit le 13 octobre 1990 par l’invasion du « réduit chrétien » par l’armée syrienne et la reddition du Premier ministre par intérim le Général Michel Aoun.
La dichotomie Est / Ouest ou URSS / USA n’existait plus puisque le mur de Berlin était tombé, symbolisant la Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Economie, Géneral, Liban dans l'Histoire, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dette extérieure : près de 2 milliards de dollars à rembourser en 2012

Posted by dodzi sur mars 7, 2012

Le Commerce du Levant

La Deutsche Bank a estimé le montant des remboursements de la dette extérieure du Liban à 1,76 milliard de dollars en 2012, soit le 13e montant le plus élevé parmi 68 pays émergents, le plus important parmi 9 pays arabes et le 2e plus important de la région MENA.

Le montant des remboursements de la dette libanaise en 2012 représente 2,8% du montant total des remboursements des dettes des pays émergents, 16,8% de ceux de la région MENA et 38,7% de ceux des pays arabes.

Ce montant est supérieur à celui des Philippines (1,7 milliard de dollars), de l’Afrique du Sud (1,66 milliard) et des Emirats arabes unis (1,36 milliard), mais inférieur à celui de l’Indonésie (1,77 milliard), de la Colombie (1,98 milliard) et du Venezuela (2,68 milliards).

Il représente aussi 3,9% du PIB en 2012, le 2e ratio le plus élevé parmi les pays émergents après la Lituanie (4,4% du PIB).

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le déficit public en baisse de 19 % en 2011

Posted by jeunempl sur mars 1, 2012

(L’Orient le Jour)

Le déficit public a baissé de 19 % en 2011, atteignant 2,3 milliards de dollars fin décembre. Cela est notamment dû à une augmentation de 11 % des recettes publiques, couplée avec une hausse, moins importante cependant, des dépenses (+3,2 %).

Selon les chiffres du ministère des Finances, le déficit public a atteint 2,3 milliards de dollars au cours de l’année 2011, contre un déficit d’environ 2,9 milliards de dollars en 2010, reculant ainsi de près de 553 millions de dollars sur un an (-19 %). En termes relatifs, le déficit s’est ainsi élevé à 20 % du total des dépenses publiques fin décembre, contre 25,6 % un an plus tôt.

Parallèlement, le solde primaire a enregistré un excédent de 1,66 milliard de dollars fin décembre 2011, contre un excédent de 1,23 million de dollars au cours de la même période de 2010, enregistrant ainsi une hausse de près de 35 % sur un an. En termes relatifs, l’excédent primaire est ainsi passé de 14,2 % à 10,9 % du total des dépenses publiques.
Pour le seul mois de décembre, un déficit budgétaire de 231 millions de dollars a été enregistré, contre un excédent de près de 66 millions de dollars au cours du même mois de l’an dernier.

Les dépenses augmentent légèrement

En détail, les dépenses publiques ont augmenté de 3,24 % en 2011, à 11,68 milliards de dollars fin décembre, contre 11,31 milliards de dollars un an plus tôt.

Notons qu’au niveau des dépenses budgétaires, les dépenses courantes ont progressé de 11,4 % en 2011, pour s’établir à près de 6,6 milliards de dollars, contre près de 5,9 milliards de dollars au cours de l’année 2010. Cette augmentation découle, en bonne partie, d’une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Safadi annonce un nouveau projet de loi budgétaire

Posted by jeunempl sur février 26, 2012

(L’Orient le Jour)

Le ministre des Finances, Mohammad Safadi, a annoncé, au cours d’une conférence qu’il a donnée à l’USEK sur les défis et les horizons de l’économie libanaise en 2012, que la dette publique avait dépassé les 60 milliards de dollars et le service de la dette 3,6 milliards de dollars. « Réduire la dette est donc notre priorité, et pour cela nous sommes en train de concevoir un nouveau projet de loi budgétaire, qui prenne en compte les récents amendements et la nouvelle donne régionale », a souligné M. Safadi.

Le deuxième plus grand défi pour le ministre des Finances concerne « la hausse des salaires qui coûtera un milliard de dollars à l’État, et cela malgré une faible productivité ».

Et enfin, le troisième point sur lequel M. Safadi s’est attardé est relatif aux investissements à entreprendre. « Il faut faire participer le secteur privé à l’exécution des grands projets. Cela contribuerait à réduire les coûts de l’État et à offrir de nouveaux emplois aux jeunes », a affirmé M. Safadi.

Concernant l’impact de la crise syrienne sur le pays, le ministre s’est toutefois voulu rassurant, expliquant qu’elle avait certes menée à la diminution des exportations libanaises, mais que l’impact n’avait pour l’instant pas de conséquences alarmantes.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Marwan Barakat, expert économique: Optimiste pour 2012, malgré quelques craintes

Posted by captaingeo sur février 5, 2012

Propos recueillis par Jenny Saleh – l’hebdo magazine

Conjoncture économique, croissance, livre libanaise, inflation, hausse des salaires, secteurs bancaire et immobilier, mais aussi conséquences des sanctions syriennes sur l’économie du Liban, le Dr Marwan Barakat, chef du département de recherches à la Bank Audi, livre ses perspectives pour l’année 2012.

Quelles sont les perspectives de croissance pour 2012 selon vous?
Nous croyons que l’économie pourrait croître de 3 à 4% en 2012. Au premier semestre 2011, nous avions enregistré une croissance nulle, alors que pour le deuxième semestre, elle est passée à 4%, consécutivement à la formation du gouvernement ainsi qu’au renouvellement du mandat du gouverneur Riad Salamé à la Banque centrale, ce qui s’est répercuté positivement sur la confiance relative des marchés libanais en général.

Par quoi sera portée la croissance?
Je crois que la croissance en 2012 serait tirée surtout par la consommation des ménages, notamment à cause de la hausse des salaires d’un côté, mais aussi parce que la consommation privée est en train de montrer un certain niveau de résilience vis-à-vis de la conjoncture. Ces derniers jours, nous avons vu un chiffre important: l’importation des biens à la consommation a augmenté de quelque 22% en 2011, générée par une forte demande de consommation interne. En outre, l’investissement privé a été affecté par les tiraillements politiques internes et par la crise régionale, l’importation de biens d’investissement ayant stagné en 2011. Les investisseurs sont en train de reporter leur décision d’investir, ce qui affecte la contribution de l’investissement dans l’économie. Le marasme de l’investissement est apte à continuer cette année aussi, vu les incertitudes politiques ambiantes.

Comment expliquez-vous que les Libanais continuent de consommer malgré la crise régionale?
Il s’agit d’incertitudes politiques et non pas de pressions monétaires ou financières, ce qui n’affecte pas leur décision de consommer. Ils investissent moins, à cause des craintes, mais ils consomment toujours à un bon rythme. La plupart des secteurs de la consommation, tels les produits alimentaires, les produits pharmaceutiques et autres se sont avérés défensifs vis-à-vis de la conjoncture économique actuelle. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Extraits de l’intervention du Général Aoun devant les cadres du CPL

Posted by jeunempl sur janvier 30, 2012

RPLFrance.org

« Nous croyons dans la patrie et dans la citoyenneté, mais nous nous sommes heurtés à des gens qui font partie de l’école au pouvoir depuis 1993 et pour certains d’entre eux depuis 1984 ».

« Il se croient membres d’une entreprise qui gouverne le pays, mais nous sommes différents. Le pays est parvenu à une phase difficile dans laquelle les critères moraux et juridiques ne sont pas respectés. La République n’arrive pas à décoller ».

« Le clientélisme est roi. La société anonyme accroît ses bénéfices et les citoyens sombrent de plus en plus dans le besoin. C’est la corruption qui stoppe le développement, anéantit les ressources de l’État, extirpe les fonds du Trésor et les transforme en gains privés. Je ne fais pas ici d’accusation politique, j’accuse vraiment ».

« Il est normal que dans cette confrontation, ils tentent de nous empêcher de corriger leurs erreurs. Certains d’entre eux, on les appelle les martyrs vivants. En réalité, ce sont des bandits vivants, car qui sait pourquoi avait-on attenté à leurs vies ? Il est possible que l’un d’eux ait été pris pour cible parce qu’il trompait sa femme. Et après cela, on l’affuble du titre de martyr de la nation. »

« Nous avions cru que dans le cadre de nos ministères, nous pouvions travailler de façon autonome. Aujourd’hui, nous avons le sentiment qu’ils s’ingèrent dans Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Création d’un fonds réservé aux recettes du pétrole et du gaz

Posted by jeunempl sur janvier 25, 2012

Le Commerce du Levant

Le Premier ministre, Nagib Mikati, a annoncé la création d’un fonds réservé aux recettes de l’exploration du pétrole et du gaz dans le but de réduire la dette publique.

« Nous travaillons à créer un fonds consacré aux recettes de l’exploration du pétrole et du gaz qui nous permettra de réduire la dette publique à 60% du PIB », a indiqué Mikati. La dette, qui s’élevait à 53 milliards de dollars fin octobre, représentait 137% du PIB.

Les gouvernements successifs ont tenté de réduire la dette qui a atteint certaines années 185% du PIB.

Découverts à 1.634 mètres de profondeur et à 130 km au large de la frontière libano-israélienne, les fonds sous-marins abriteraient 3.454 milliards de mètres cubes de gaz et 1,7 milliard de barils de pétrole, selon une étude américaine du US Geological Survey. Israël et le Liban sont toujours en désaccord sur le tracé de leurs frontières maritimes.

Aucune estimation officielle sur la valeur de ces réserves n’est encore disponible, alors que les appels d’offres pour le forage de gaz devraient être lancés sous trois mois.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Feuille de route urgente Frem-Ghosn « pour une véritable politique sociale »

Posted by jeunempl sur janvier 22, 2012

(Fady Noun – L’Orient le Jour)

Au lendemain de l’accord sur le réajustement des salaires, auquel il a activement travaillé, le président de l’Association des industriels, Nehmat Frem, est péremptoire : « Ce réajustement ne se suffit pas à lui-même. Il faut bâtir sur cet accord, pour établir une véritable politique sociale et économique. » Avec Ghassan Ghosn, le président de la CGTL, le président de l’Association des industriels a dessiné une sorte de feuille de route, un plan d’urgence destiné à enrayer une crise sociale qui s’accentue dangereusement.

Ce plan prévoit, sommairement :

– la relance sans délai du Conseil économique et social, qui doit servir de forum officiel à un dialogue continu entre le patronat, les syndicats et le gouvernement ;
– l’amélioration de l’infrastructure libanaise où des sommes à forte rentabilité doivent être intelligemment investies, tout en évitant l’augmentation de la dette. À cette fin, une seule solution se présente, la formule des trois « p » : private-public partnerships ; un accord qui autorise et réglemente des projets conjoints entre les secteurs public et privé.

Pour Nehmat Frem, de tels investissements auront l’avantage d’injecter des capitaux frais dans des secteurs productifs et non spéculatifs ; de consolider le pouvoir d’achat des Libanais (par l’élimination des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La dette publique à 54,1 milliards de dollars fin novembre 2011

Posted by jeunempl sur janvier 16, 2012

Le Commerce du Levant

La dette publique s’est élevée à 54,1 milliards de dollars fin novembre 2011, en hausse de 4,4% sur un an et de 2,8% depuis fin 2010. La dette interne a augmenté en rythme annuel de 6,8% à 33 milliards de dollars, tandis que la dette externe a légèrement augmenté de 0,9% à 21,1 milliards de dollars.

La dette en livres a représenté 61% du total contre 59,7% en 2010, tandis que la dette en devises a constitué 39% du total.

Le taux d’intérêt pondéré sur les bons du Trésor s’est élevé à 6,84%. L’échéance moyenne des eurobonds fin novembre était de 5,74 ans et celle des bons du Trésor de 941 jours.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , | Leave a Comment »

De l’électricité en continu pour tout le Liban ?

Posted by jeunempl sur décembre 18, 2011

(Mariesol Rifai – L’Orient le Jour)

Réunis le temps d’une conférence, le ministre de l’Énergie et de l’Eau, le directeur général de l’Électricité du Liban et des experts économiques ont, tour à tour, exposé leur point de vue sur l’un des sujets les plus brûlants de l’actualité du pays : celui de l’électricité. La situation est tellement critique dans le secteur qu’il n’était presque pas question de courant 24h/24 autant que des moyens d’éviter le black-out dans quelques années.

De l’électricité en continu pour tout un pays… Cette phrase pourrait sembler banale en ce début de XXIe siècle, et pourtant, elle relève encore du rêve pour la grande majorité des Libanais qui subissent un rationnement électrique moyen de 14 heures par jour. Définir les principaux enjeux et problématiques du secteur de l’électricité, proposer des solutions et réunir autour d’une même table ses différents acteurs en vue d’une mise au point claire et intelligible de l’état d’avancement des réformes en cours : tels étaient les défis (relevés) de la conférence organisée hier par le think tank libanais, le Centre Issam Farès.

Un désastre économique, financier et social

Dans le dossier de l’électricité, nul besoin de disserter très longuement sur les causes et conséquences de la dégradation de la situation sans s’arrêter sur les chiffres de l’hémorragie financière subie par le Trésor public. « Celui-ci transfère l’équivalent de quelque 20 % du budget de l’État pour couvrir le déficit de l’Électricité du Liban (EDL). C’est la deuxième plus grande dépense après le service de la dette », a expliqué l’économiste Kamal Hamdan. D’autre part, le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Gebran Bassil, a rappelé que les pertes annuelles engendrées pour la production de l’électricité s’élèvent à 6 milliards de dollars, soit près de 15 % du PIB.

Et ce désastre financier est accompagné d’un autre, économique et social, dû à une production énergétique largement en dessous de la demande nationale. « En 2010, la production maximale a atteint Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :