Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘dégradation’

Coût élevé de la dégradation de l’environnement au Liban

Posted by jeunempl sur janvier 26, 2012

Le Commerce du Levant

La dégradation de l’environnement coûte au Liban quelque 800 millions de dollars par an et touche particulièrement le secteur hydraulique et les côtes, selon des experts.

Ces pertes sont équivalentes à 3,7% du PIB, selon le conseiller auprès du ministère de l’Environnement, Ghassan Sayah.

« Les chiffres révèlent l’ampleur de la dégradation subie par les ressources naturelles à cause de l’urbanisation sauvage, mettant en péril les forêts et les terres agricoles », a souligné Sayah.

Dans un rapport publié en décembre, la Banque mondiale (BM) avait estimé à 565 millions de dollars par an le coût de la détérioration de l’environnement au Liban.

Ce taux est plus important que celui de la Syrie avec 3,2% du PIB, que la Tunisie (2,1%) ou de la Jordanie (2,4%), mais inférieur à celui de l’Iran (7,2%) et de l’Egypte (4,5%), toujours selon la BM.

Publicités

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

La dégradation de la nature au Liban coûte 0,5 milliard de dollars par an

Posted by jeunempl sur décembre 30, 2011

Le Commerce du Levant

Le coût de la détérioration de l’environnement a été estimé à 565 millions de dollars par an au Liban en moyenne, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) qui s’étend sur la décennie 1998-2008 ; une somme qui est équivalente à 3,4% du PIB en 2000.

Un taux plus important que celui de la Syrie avec 3,2% du PIB, que la Tunisie (2,1%) ou de la Jordanie (2,4%), mais inférieur à celui de l’Iran (7,2%) et de l’Egypte (4,5%).

Selon la BM, le coût de la détérioration de l’environnement a été le fait de stratégies gouvernementales ayant échoué à relever les défis imposés par le secteur notamment en raison d’une pression continue sur les ressources naturelles du pays, en particulier celles de l’eau, et d’une mauvaise gestion des déchets solides.

La collecte de ces derniers est estimée à 98% et a coûté près de 55,9 millions de dollars en 2008, tandis que 84% des déchets finissent dans des décharges municipales ou à ciel ouvert. La raison principale, toujours selon les mêmes sources, provient du manque de réformes législatives et institutionnelles en la matière empêchant ainsi une gestion efficace de ces déchets.

La question du raccordement et du traitement des eaux usagées constitue en outre un problème majeur, tandis que les coûts de recouvrement demeurent un véritable défi. Le Liban compte 28 stations d’épuration avec une capacité de 360 millions de mètres cubes par an, construites sous l’égide du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR) dont la capacité dépasse les besoins pour 2030, alors que 66% seulement de la population était raccordée à un réseau d’égouts amélioré en 2007.

Le ministère de l’Énergie a formulé un projet de réforme du secteur couvrant les aspects juridiques, institutionnels, techniques et financiers du traitement de l’eau et du raccordement. Il appelle également à l’introduction d’un tarif et d’une couverture des services des eaux usées qui pourrait être généralisée.

Pour évaluer la viabilité environnementale du pays, la BM se base sur cinq indicateurs : les objectifs de développement du millénaire (ODM), l’indice sur la performance environnementale (EPI) développé pour comparer la performance environnementale d’un pays donné par rapport aux autres, l’épargne nette ajustée (ENA) qui évalue les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bientôt une exemption de taxes pour les voitures écologiques ?

Posted by jeunempl sur mars 27, 2010

(L’Orient le Jour)

Les ministres des Finances et de l’Environnement, Raya el-Hassan et Mohammad Rahhal, ont tenu hier une conférence de presse conjointe au cours de laquelle ils ont annoncé une série de mesures pour freiner la dégradation de l’environnement et son impact sur la situation financière. Parmi ces mesures, les ministres ont évoqué l’inclusion, dans le budget qui devrait être présenté en Conseil des ministres, d’une clause sur l’exemption de taxes sur les voitures écologiques.

Mme Hassan a commencé par rappeler que le coût de la dégradation écologique au Liban s’élève à 560 millions de dollars par an, notamment en factures hospitalières. Elle a annoncé le lancement d’une étude qui examinerait la possibilité de remplacer les taxis par des voitures moins polluantes. Interrogée sur l’intérêt d’une exemption de taxes alors que l’État compte beaucoup sur les revenus des douanes, Mme Hassan a estimé que « l’introduction de voitures écologiques se traduira par une amélioration de la qualité de l’air, donc de la santé du citoyen, d’où le fait que ce qui semble être une perte sur le court terme sera un gain à long terme, à plusieurs niveaux ».

M. Rahhal a estimé pour sa part qu’« une telle mesure, de par son importance, constituera une première au Liban ». Il a rappelé que 80 % de la pollution de l’air au Liban, selon les études, provient du secteur du trafic. Pour ce qui est des taxis, il a défendu l’idée de leur remplacement par des véhicules écologiques, assurant qu’un comité qui engloberait les représentants des chauffeurs de taxi sera formé. M. Rahhal a enfin précisé que la collaboration entre les deux ministères permettra de lancer plusieurs initiatives d’exemption, complète ou partielle, de taxes sur divers produits écologiques ou à haute efficacité énergétique.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :