Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘David Ben Gourion’

Mordechai Vanunu demande le retrait de sa candidature au Prix Nobel de la Paix

Posted by dodzi sur mars 16, 2010

Info-Palestine/CounterPunch

Par Rannie Amiri

L’opposant israélien qui a fait 18 ans de prison dans les geôles israéliennes pour avoir dénoncé l’activité nucléaire clandestine de son pays, refuse d’être Nobelizable, en expliquant qu’il n’est pas question qu’on lui décerne un prix accordé au criminel de guerre Shimon Peres.

« Pas question, vient de déclarer Vanunu, d’être mis sur le même plan qu’un homme qui a joué un rôle ignoble dans l’introduction d’armes nucléaires au Moyen-Orient, dans le massacre de Qana et dans les crimes de guerre perpétrés à Gaza, comme de la brutale occupation israélienne de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie. »

« Vanunu nous a écrit cette année et l’an passé des lettres dans lesquelles il indiquait explicitement qu’il ne voulait pas être candidat au Prix Nobel de la Paix. La raison qu’il a donnée était que Shimon Peres avait reçu ce prix, qu’il attribuait à Peres la paternité de la bombe atomique israélienne, et qu’il ne souhaitait être associé à Peres en aucune manière » , rapporte Geir Lundestad, Directeur de l’Institut Nobel de Norvège et Secrétaire du Comité Nobel, 24 février 2010.

Rannie AMIRI*, souligne dans Counterpunch :

Pour la première fois dans l’histoire du Comité Nobel de Norvège, a été présentée – par l’impétrant lui-même – une requête préalable de retrait de candidature. Il a été révélé la semaine dernière que, dans une lettre au Comité, Mordechai Vanunu avait demandé que sa candidature fût retirée. Le fait est suffisamment inhabituel en soi pour que Geir Lundestad reconnaisse le fait même qu’une candidature avait été reçue, et qui plus est, pour qu’il révèle la requête de Vanunu.

Mais pour Vanunu – un homme à qui le Nobel de la Paix devrait avoir été décerné voilà longtemps – la démarché était en pleine cohérence avec la dignité, l’intégrité et le caractère sans compromission de quelqu’un à qui le monde est grandement redevable.

Mordechai Vanunu a travaillé comme technicien sur le site nucléaire de Dimona ; dans le désert du Néguev, de 1976 à 1985. Dans une interview de 1986 au Sunday Times, il a révélé courageusement, pour la première fois, l’activité nucléaire clandestine de son pays. Une semaine avant la publication de l’interview, une ruse d’un agent du Mossad l’a amené de Londres à Rome, où il a été appréhendé et expédié vers Israël. Sous des procédures secrètes, Vanunu a été jugé pour trahison, prestement déclaré coupable et condamné à 18 ans d’emprisonnement. Il en a passé plus de onze en isolement. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La place qu’occupe le Liban dans le conflit du Moyen-Orient

Posted by jeunempl sur novembre 6, 2009

Libnanews – Myrna Naoum – Ghazieff

Peut-on tenir le pays des cèdres à l’écart, le soustraire à son environnement?

Drapeau LibanCarte - MondeMême si nous le voulions, nous ne pouvons arracher le Liban à son appartenance régionale sans risquer d’en altérer les racines voire les endommager irrémédiablement.

Avant la défaite de l’ « homme malade » qu’était l’empire Ottoman et la création « du Grand Liban », nos villes faisaient partie des provinces de l’empire en question, au même titre que les villes syriennes et palestiniennes entre autres. Il n’est pas étonnant donc de retrouver, hors des frontières libanaises aujourd’hui, en Syrie, en Palestine, en Jordanie ou en Irak des personnes portant le même nom. A l’époque un commerçant beyrouthin père de six ou sept enfants et pour le développement de son entreprise envoyait ses fils s’établir à Haïfa, à Damas… Cet exemple, à priori anodin, prouve à lui seul l’existence d’un lien qu’on ne peut défaire, le lien de sang.

Advint ensuite l’époque glorieuse de la colonisation -que l’Europe associe trop au progrès civilisateur pour que l’on trouve quelque chose de répréhensible dans le fait d’aller coloniser  des provinces ottomanes- où les anglais et les français se partagèrent le gâteau, certains ont même été jusqu’à prétendre que la création du grand Liban dans ses frontières actuelles, la proclamation de son indépendance, avaient un but bien précis, celui de paver la route pour ce qui allait devenir quelques années plus tard Israël*. Malgré la partition de ce qui fut « la grande Syrie » subsistent aujourd’hui encore, des similitudes sociologiques, des intérêts politiques et vitaux communs aux anciennes provinces ottomanes. Le communautarisme et le confessionnalisme figurent en bonne place au « hit parade », au grand jour au Liban, tapis dans l’ombre en Syrie et en Irak par la force des régimes au pouvoir. (Suite à la chute du régime en Irak, nous assistons à l’émergence du confessionnalisme et à la guerre fratricide qui en découle. Les communautés palestiniennes sont elles, restées à l’abri, unies dans leur lutte, ne connaissant qu’un éclatement d’ordre politique pour l’instant).

Quelles sont les menaces réelles qui pèsent sur le Liban?

La première menace qui attend le Liban au tournant est bien une menace qui vient de l’intérieur. Dès la naissance, ce Liban indépendant a déjà développé un cancer congénital qui finira par l’anéantir ou à défaut le maintenir dans un statu quo qui le fragilise et l’empêche de s’élever au rang d’une nation. Le Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Une messe pascale contre l’oubli à Bar’am, village chrétien détruit du nord d’Israël

Posted by dodzi sur avril 13, 2009

Le Monde

C‘est une église noyée dans la nature. Une chapelle perdue dans un champ de boutons d’or, sur une colline de Haute-Galilée, dans le nord d’Israël. Chaque dimanche de Pâques, l’endroit connaît un miracle. Les paroissiens, invisibles en temps normal, affluent tout d’un coup de derrière les sapins et convergent vers le petit parvis pour se masser autour des piliers de la nef. Cette année encore, les hommes en costume, le visage grave, et les femmes bien mises ont suivi la cérémonie pascale, dans le culte maronite. Mais, ici, les chants de messe ont un parfum de ferveur et de fierté sans équivalent en Terre sainte. Car l’église est la balise de Bar’am, un village fantôme, dépeuplé et démoli par les troupes du jeune Etat juif, il y a près de soixante ans.

Son clocher signale la présence en contrebas d’un véritable lacis de ruines, enfouies sous les ronces et les herbes folles. Des morceaux de murets, un bout d’escalier, des façades en lambeaux : autant de révélateurs d’un passé prospère, interrompu par la première guerre israélo-arabe et ranimé, à chaque cérémonie, par les prières des fidèles. « Cet endroit, c’est mon sang, c’est mon âme, dit Naheda Zahra, 47 ans, à la sortie de la messe. A chaque fois que je viens ici, je revis. »

Le calvaire de Bar’am commence le 29 octobre 1948, quand David Ben Gourion, premier ministre de l’Etat d’Israël proclamé six mois plus tôt, déclenche l’offensive Hiram. La cible est la zone frontalière avec le Liban, que le plan de partage de la Palestine – voté par les Nations unies en 1947 et rejeté par tous les pays arabes – avait attribuée aux Palestiniens. En l’espace de soixante heures, plusieurs dizaines de milliers de villageois sont jetés sur les routes de l’exil dans les combats entre les forces arabes et la Haganah, l’embryon de l’armée israélienne. Ces opérations, répétées sur tout le territoire de la Palestine mandataire, aboutiront à l’exode de 700 000 Palestiniens, qui lui vaudra le nom de Nakba (« catastrophe »). Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Reconstruisons le camp de concentration de Gaza

Posted by dodzi sur mars 8, 2009

Le Grand Soir

Une conférence internationale pour la reconstruction de la bande de Gaza s’est ouverte le lundi, 2 mars, à Charm El Cheikh avec la participation de plus de 70 pays. « La communauté internationale » a promis près de 4,5 milliards de dollars pour la reconstruction de Gaza et la relance de son économie et « demandé » la levée du blocus israélien qui asphyxie le territoire.

On s’étonne du nombre des pays participants et de la promptitude avec laquelle s’est tenue cette réunion. Dire qu’au moment ou Gaza croulait, pendant plus d’un mois, sous les bombes sionistes, un silence de mort ( c’est le cas de le dire) enveloppait « la communauté internationale ». L’orage est passé maintenant. Le monstre s’est calmé pour un moment, repu, se vautrant dans son repaire.

A quelques kilomètres du ghetto de Gaza, les grands de ce monde se congratulent, distribuant en bons croyants leur aumône et leurs remontrances. Une ambiance festive… comme si la guerre était réellement finie alors que le blocus continue de plus belle étranglant de plus en plus une population de déshérités. Il est vrai, qu’amochés de la sorte, les Gazaouis sont si pitoyables qu’il faut bien les remettre un peu sur pied. qu’il faut dresser de nouveau le décor pour le prochain spectacle.

Mme Hillary Clinton a si généreusement « promis » un don de 900 millions de dollars pour ensuite parler dans son discours à Jerusalem du droit d’Israel à se défendre ! Malheureusement, le ridicule ne tue pas ! Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :