Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Crise’

Syrie : la France doit s’engager en accueillant des réfugiés

Posted by jeunempl sur septembre 4, 2013

Amnesty International
L’Agence des Nations-unies pour les réfugiés a annoncé ce mardi 3 septembre 2013 que le nombre de réfugiés fuyant le conflit en Syrie avait dépassé les deux millions. En Europe, des Etats manifestent leur solidarité en faisant venir des réfugiés sur leur sol. La France, elle, ne fait rien de tel.

Camp-Syrie-preview

Ce sont désormais deux millions de personnes qui ont fui la Syrie. Ces réfugiés restent majoritairement dans les pays voisins. En Europe, des Etats commencent à manifester leur solidarité en prévoyant d’accueillir quelques centaines à plusieurs milliers de personnes. La France continue de ne pas vouloir accepter des réfugiés syriens bloqués dans les camps de réfugiés.

La réinstallation pour être solidaire et protéger les réfugiés de Syrie

C’est une question de solidarité internationale : partager l’accueil des réfugiés entre les Etats en cas de crise comme celle qui secoue la Syrie est une obligation internationale qui s’impose aux Etats qui, comme la France, ont ratifié la convention de 1951 qui protège les réfugiés.

Parmi les moyens existant pour protéger les réfugiés, il existe un moyen efficace de mettre à l’abri les personnes les plus vulnérables qui sont bloquées dans des camps surpeuplés : la réinstallation.

La réinstallation consiste pour un Etat à accepter directement sur son territoire des personnes identifiées par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés comme ayant particulièrement besoin, dans un contexte comme celui de la Syrie, d’une protection efficace, d’une autre nature que celle offerte par les camps de réfugiés. Ces personnes sont alors rapatriées dans l’Etat d’accueil et bénéficient du statut de réfugiés.

Mais la France continue de dire « non »

En dépit des multiples demandes d’Amnesty International France et de parlementaires sensibilisés, la France maintient qu’elle n’a pas l’intention d’accueillir des réfugiés Syriens en ayant recours à la réinstallation, même dans le cadre et contexte exceptionnel de ce conflit.

Pour le ministère de l’intérieur :

– le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile est saturé.
Mais cet argument ne tient pas face à des pays comme la Jordanie, l’Irak ou le Liban qui accueillent presque à eux seuls les 2 millions de réfugiés. De plus l’Allemagne, premiers pays d’accueil des demandeurs d’asile de l’Union européenne s’est engagée à réinstaller 5.000 réfugiés de Syrie.

– la protection doit être renforcée dans les pays voisins.
Certes la réinstallation ne permettra pas de protéger les 2 millions de réfugiés. Mais parmi eux certains sont dans une situation plus vulnérable et ont besoin de trouver un refuge sécurisé et pérenne dans un autre Etat. Renforcer la protection sur place ne règle pas leur situation .
La France ne doit plus refuser : elle doit décider d’accepter sur son territoire des réfugiés de Syrie en les réinstallant.

Publicités

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les agriculteurs libanais menacés par la crise syrienne

Posted by jeunempl sur juin 17, 2013

Irin-news

agriculture - haricots & poisAutour de ce petit village, dans la Vallée de la Beka’a, région reculée de Jordanie proche de la frontière syrienne, les moyens de subsistance de douzaines d’agriculteurs sont menacés.

Selon les paysans locaux, de nombreux agriculteurs cultivant dans le no man’s land qui sépare les postes-frontière syrien et libanais, appelé Mashari El Qaa, ont abandonné leur ferme ces derniers mois. Certains ont laissé tout leur matériel et se sont enfuis en voyant les rebelles syriens approcher. D’autres ont arrêté de planter à cause des mines terrestres ou se rendent plus rarement dans leurs champs.

« Nous n’y allons plus tous les jours comme avant », a dit Joseph, un agriculteur local. « Nous y allons une ou deux fois par semaine et nous récoltons ou plantons ce que nous pouvons. Nous récoltons un peu, mais nous avons beaucoup de pertes. Nous n’avons pas [le temps] de récolter correctement. Nous le faisons à la va-vite. »

Déjà floue, la frontière entre la Syrie et le Liban l’est encore plus depuis quelques mois, car les rebelles syriens et les soldats du régime pénètrent sur le territoire libanais pour combattre.

Jusqu’à 60 pour cent de la population de cette zone frontalière vit de l’agriculture et de l’élevage. Ces sources de revenus sont cependant de plus en plus mises en péril par les affrontements transfrontaliers entre les forces du régime de Bachar Al-Assad et ses opposants.

Les rebelles syriens utilisent les fermes libanaises pour lancer des roquettes sur les villages chiites du district d’Hermel, à 17 km d’El Qaa. Ils viseraient les villages contrôlés par le mouvement libanais Hezbollah, qui combat en Syrie aux côtés des forces de M. Al-Assad. L’armée syrienne a également poursuivi des rebelles jusque sur le territoire libanais.

Baisse du marché

Les agriculteurs qui parviennent à obtenir quelques récoltes malgré l’insécurité peinent à vendre leurs produits, car la concurrence est rude avec les produits de contrebande syriens vendus moins cher.

« La situation est mauvaise en Syrie, a dit Pierre Saad, un autre agriculteur d’El Qaa, alors ils passent leurs fruits en contrebande et les vendent ici, où ils obtiennent un meilleur prix qu’en Syrie. C’est une dure concurrence pour nous. Les consommateurs […] choisissent simplement les produits les moins chers. »

C’est l’une des raisons pour lesquelles, à Firzil, l’un des plus grands marchés de fruits et légumes de la fertile vallée de la Bekaa libanaise, la plupart des camions sont Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Economie, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Démission surprise du Premier ministre libanais

Posted by jeunempl sur mars 23, 2013

Paul Khalifeh – RFI

Achraf Rifi - chef des FSIConseil des Ministres - Gouvernement Mikati IINajib Mikati, le Premier ministre libanais, a annoncé sa démission surprise, vendredi 22 mars, à l’issue d’une réunion gouvernementale houleuse. Cette démission laisse le Liban sans gouvernement à un moment particulièrement critique, aussi bien sur le plan interne qu’au niveau de la situation à ses frontières.

La démission de Najib Mikati a surpris aussi bien ses alliés au sein du gouvernement, que ses adversaires de l’opposition.

Le Premier ministre a annoncé son départ peu après une réunion houleuse du gouvernement, vendredi soir, lors de laquelle il a été mis en échec par une coalition formée de ministres chiites du Mouvement Amal et du Hezbollah et de ministres chrétiens du parti du général Michel Aoun.

Les raisons de la démission

La première porte sur la nomination des membres de la Commission de supervision des élections législatives, ce qui entrave la tenue du scrutin à la date prévue, en juin.

La deuxième concerne la prorogation du mandat du chef des Forces de sécurité intérieure, le général Achraf Rifi, qui Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Syrie : Nous n’oublierons pas la leçon!

Posted by jeunempl sur janvier 24, 2013

Sami Kleib

Carte des religions en Syrie

Carte des religions en Syrie

Dans moins de 2 mois la crise syrienne aura atteint sa deuxième année. Le premier appel à la démission du président syrien par son homologue US, M. Barack Obama, a été lancé il y a 18 mois, le 18/08/2011 ; précédé par celui du président français Nicolas Sarkozy, le 28/05/2011. Entretemps, des dirigeants turcs et arabes n’ont cessé d’annoncer son départ…

Pourtant, M. Bachar al-Assad est toujours fidèle à son poste, tandis que le ministre russe des Affaires étrangères, M. Sergueï Lavrov, déclare que son éviction du pouvoir « est impossible à mettre en oeuvre » ; que l’un des plus importants conseillers du Guide suprême iranien, M. Ali Akbar Velayati, parlant des limites acceptables par son pays quant à la situation syrienne, avertit qu’« Assad reste une ligne rouge » ; et que le ministre syrien des Affaires étrangères, M. Walid al-Mouallem, contredit tout ce qui a pu être colporté à ce sujet et notamment les interprétations consécutives aux déclarations du vice-président syrien, M. Farouk al-Chareh, ajoutant que ceux qui persistent à soumettre la « solution politique » au départ d’Al-Assad assumeront la responsabilité de la poursuite de la guerre en Syrie ! [Intervention télévisée du 19 Janvier 2013 sur Al-fadaiya, NdT].

Par conséquent, la déduction logique qui s’impose est que « l’axe Russie-Iran-Syrie » a tenu bon et qu’il se dirige probablement vers des solutions politique et sécuritaire qui mériteraient de revenir sérieusement sur les causes premières de ces événements, lesquelles pourraient bientôt influer sur la situation libanaise et sur ce qui s’y prépare du point de vue loi électorale, entre autres. Ce, d’autant plus que de Moscou à Téhéran en passant par la Syrie et le Liban, conviction est faite que ce qui se passe en Syrie est la manifestation d’une « guerre froide mondiale » où Damas est devenue le lieu de la victoire ou de la défaite, tant qu’un compromis n’a pas été trouvé.

Ces jours derniers, ceux qui ont pu rencontrer le président syrien [dans sa résidence que, contrairement aux rumeurs, il n’a pas quittée], se sont dits surpris par son calme et la tranquillité de ses propos. Pour lui, l’équation s’est inversée ; l’État syrien restera droit dans ses bottes tant que cette guerre se prolongera ; le combat n’est pas à situer entre le pouvoir et l’opposition mais entre l’État et des terroristes et, quoi qu’il en coûte, il se poursuivra jusqu’à l’éradication du Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un monde multipolaire : Les BRICS et les Next 11

Posted by jeunempl sur décembre 30, 2012

L’Hebdo Magazine – Jenny Saleh

BRICS - Brésil, Russie, Chine, Inde & Afrique du SudLe temps d’un monde bipolaire semble de plus en plus révolu. Avec la crise économique, on assiste à la montée en puissance des Brics, mais aussi à celle des Next 11, au potentiel sous-estimé. Explications.

La crise économique qui secoue le monde occidental depuis 2008 laisse des traces. Inexorablement. Et pourrait annoncer l’entrée dans une nouvelle ère, celle d’un monde multipolaire et non plus uniquement bipolaire, comme jusqu’à présent.

Dans ce nouvel échiquier mondial, les pays des Brics sont appelés à jouer un rôle primordial. Derrière cet acronyme, le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et depuis peu, l’Afrique du Sud, considérés comme des pays émergents, constituent un important moteur de la croissance économique mondiale de ces dernières années.

Pour preuve, ces cinq pays contribuent à eux seuls à la moitié de la croissance économique mondiale et leur produit intérieur brut représente près de 20% du PIB mondial. A eux seuls, ces cinq pays représentent également 40% de la population mondiale, 25% des territoires et contrôlent déjà quelque 43% des réserves de change mondiales.

Un autre pays au poids important, ne serait-ce que du point de vue énergétique, pourrait les rejoindre dans quelques années: l’Algérie. Ce pays pourrait ainsi représenter les pays arabes et musulmans et permettre de développer une coopération sud-sud.

Coopération étroite

La montée en puissance des Brics est alimentée par les incertitudes concernant les politiques fiscales, monétaires et de régulation financière des pays développés, comme autant de défis. Lors du premier forum sur la situation économique des pays des Brics, le vice-ministre chinois des Finances, Zhu Guangyao, a d’ailleurs souligné que ce groupe devait «renforcer la coopération pour lutter contre les risques générés par les incertitudes de l’économie mondiale». Il les a également appelés à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur ce qu’a dit Bogdanov…

Posted by jeunempl sur décembre 14, 2012

Louis Denghien – Infosyrie

Bachar al Assad - Président de la République Arabe SyrienneRussie - drapeauLes propos du vice-ministre des Affaires étrangères russe Mikhaïl Bogdanov envisageant l’éventualité d’une victoire des rebelles ont incontestablement semé le trouble dans les rangs des défenseurs de la Syrie « telle qu’elle est ». Ces propos ont-ils été sollicités, mal traduits à dessein ? Pas exactement : dans la version anglaise de son intervention Bogdanov parle effectivement d’une perte croissante de contrôle du gouvernement syrien sur son territoire. En revanche, ils sont un rien tronqués, les médias occidentaux insistant sur ce qui les arrange. Bogdanov ajoute en effet : « La lutte va devenir de plus en plus intense et la Syrie va perdre des dizaines – peut-être des centaines – de milliers de civils« . Une perspective effrayante et, selon nous, catastrophiste, mais qui indique bien que pour le responsable russe, le combat ne fait en somme que commencer.

Remettre en perspective

Bogdanov conclut en s’adressant manifestement aux Occidentaux et autres appuis des rebelles : « Si un tel prix pour le renversement un président (Bachar) semble acceptable pour vous, que pouvons nous faire ? un tel prix est bien évidemment inacceptable pour nous« . Or si cette éventualité est « inacceptable » pour Moscou, il est raisonnable de penser que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le général Aoun félicite les étudiants de l’USJ: Votre vitalité me rassure quant à l’avenir du Liban

Posted by jeunempl sur novembre 22, 2012

D.CH & V.MW – ANI

Les étudiants qui ont remporté les élections estudiantines de l’université Saint-Joseph, ont rendu visite au chef du bloc du « Changement et de la Réforme », le député Michel Aoun.

M. Aoun a félicité ses hôtes, « dont la vitalité a permis de ressusciter l’esprit de lutte parmi les jeunes universitaires ».
« La vitalité que j’observe ces jours-ci au sein des universités, me rassure sur l’avenir du Liban », a-t-il indiqué.
« Ceux qui adoptent un discours partisan au Liban, privent l’autre d’adopter des choix politiques différents. Ceux-là ne peuvent être de bons citoyens », a-t-il ajouté.

« Le Liban est actuellement encerclé par le feu… Le bassin méditerranéen témoigne de crises en Tunisie, en Lybie, en Egypte, à Gaza, en Israël et en Syrie. Tous ces pays ont perdu leur stabilité. Mais le discours sage que notre parti politique adopte au Liban, a préservé la stabilité de notre patrie, sinon elle aurait été une scène où le conflit l’emporte », a-t-il expliqué.

« Notre peuple respecte la liberté de croyance et le droit à la différence. Il respecte l’autre et l’accepte. Mais nous ne pouvons accepter ceux qui ne tolèrent pas la différence, d’où notre refus des mouvements extrémistes, lesquels Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’instabilité politique coûterait au Liban 5 % de son PIB

Posted by jeunempl sur novembre 13, 2012

(L’Orient le Jour)

Le pays a été marqué par tout type d’événements ces six dernières années : guerre, manifestations, affrontements armés, assassinats politiques, démission gouvernementale… Malgré l’apparente résilience des principaux secteurs économiques, le coût d’un point de vue macroéconomique est conséquent et pourrait se chiffrer à 5 % du PIB par habitant.

Dans une enquête menée pour le Lebanese Center for Policy Studies (LCPS), Nisrine Salti, présidente du département d’économie à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), a estimé le coût économique de l’instabilité politique au Liban à 5 % de son PIB. L’enquête porte sur la période de 2005 à 2010 et révèle que l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri et la guerre de juillet 2006 ont été les deux événements ayant le plus affecté l’économie du pays.

Dans son étude, Nisrine Salti a analysé de quelles manières les principaux indicateurs économiques ont été affectés ou pas par les événements politiques. L’objectif étant d’identifier quels sont les secteurs économiques les plus vulnérables face aux chocs. Ces six dernières années, le pays a en effet été marqué par tout type d’événements : guerre, manifestations, affrontements armés, assassinats politiques, démission gouvernementale… Nisrine Salti s’est penchée sur la question de leur impact sur l’économie. La chercheuse a ainsi passé en revue les principaux indicateurs économiques (la construction, la finance, les dépôts bancaires, le risque souverain, les échanges commerciaux, les flux à l’aéroport international et l’indice de confiance du consommateur) pour analyser quelles Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mansour et Nahas représenteront le Liban aux réunions de Bruxelles

Posted by jeunempl sur octobre 14, 2012

 (Khalil Fleyhane – L’Orient le Jour)

     

La situation au Liban et dans la région sera demain à l’ordre du jour de la réunion annuelle du Conseil d’association libano-européenne à Bruxelles. Le Liban sera représenté par les ministres des Affaires étrangères, Adnane Mansour, et de l’Économie, Nicolas Nahas, et l’Union européenne par la chef de la diplomatie chypriote, Erato Kozakou-Marcoullis, dont le pays assume la présidence tournante de l’UE, ainsi que par deux autres délégations diplomatiques.
M. Mansour doit expliquer à ses interlocuteurs la situation au Liban ainsi que les raisons de l’impasse en Syrie, sachant que ces deux sujets avaient été abordés par les deux ministres libanais et chypriote des AE lors de leur entretien, le 29 septembre dernier, à New York, en marge de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU.

De source diplomatique, on indique que les questions européennes au sujet de la crise syrienne, de ses répercussions sur le Liban et de la politique libanaise officielle seront nombreuses, surtout si l’on tient compte des informations relatives à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bassil: je ne tendrai pas la main aux parties qui prennent d’assaut l’EDL

Posted by jeunempl sur juillet 21, 2012

ANI – N.A.

Le ministre de l’Energie et de l’Eau Gebran Bassil a refusé jeudi « de tendre la main aux parties qui prennent d’assaut l’EDL ».

« Nous fournissons tous les efforts pour protéger les institutions, l’Etat et la dignité des citoyens », a-t-il dit dans une conférence de presse, rappelant aux parties qui l’accusent de refuser de s’entretenir avec les journaliers, que « la loi a été élaborée en accord total avec eux ».

Et de poursuivre: « je consacrerais une heure de mon temps pour discuter de cette situation avec les journaliers », déplorant « les manifestations qui ont lieu sous la pression et la force ».

M. Bassil d’ajouter: « des manifestants de rue forcent le Parlement à répondre à leurs demandes et ceci est une première dangereuse », en référence à l’approbation début juillet par le Parlement du projet de loi pour l’embauche des journaliers de l’EDL sur base d’un Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :