Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘Concert’

Yanni à Byblos : Voyage sonore et visuel

Posted by jeunempl sur juillet 8, 2013

L’Hebdo Magazine – Nayla Rached

Yanni en concert au Festival international de ByblosÇa y est. Le Festival international de Byblos a débuté. Le premier artiste à inaugurer cette saison 2013: Yanni. Durant deux soirées consécutives, il a emmené son public libanais dans un voyage aussi bien sonore que visuel, au bord du vieux port de Jbeil.

Le monde entier l’avait découvert grâce à la vidéo musicale Live at The Acropolis, le propulsant dès le milieu des années 90 au sommet du succès international. Aujourd’hui, c’est au tour du Liban de le voir en live, pour un spectacle impressionnant. Un spectacle qui entre dans le cadre de sa tournée World without borders. Après le Taj Mahal en Inde, la Cité interdite en Chine, le Royal Albert Hall en Angleterre, le voici aux abords de la Méditerranée, au Liban, pour la première fois. A Byblos.

Dimanche 30 juin et lundi 1er juillet, ils étaient là, par centaines, fidèles au rendez-vous, ses fans libanais. Gradins bondés, spectateurs de tous les âges qui s’emmêlent, mus tous par cette envie éternelle de musique, celle qui est capable de briser toutes sortes de frontières.

Et le voilà sur scène, entouré de ses musiciens et de ses chanteuses. Parce que, depuis 2009, depuis la sortie de son album Voices, Yanni a décidé d’inclure des voix dans sa musique, pour la première fois, parce qu’il voulait, comme il le dit, essayer d’élargir ses horizons et d’ouvrir les portes à certains talents incroyables que peuvent donner une voix et des paroles dans son travail. Le public libanais a donc pu voir en live l’évolution artistique de Yanni.

Une vraie bête de scène, Yanni ne cessait de se déplacer entre son piano et son synthé, gardant toujours un œil de maître, de chef sur ses compagnons de scène, emmêlant, comme toujours, dans sa musique, les différents genres qu’il a de tout temps manipulés, entre pop, classique, musique symphonique, rock… et des sonorités différentes puisées d’ici et d’ailleurs, tel un Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ibrahim Maalouf : le souffle d’Orient et d’ailleurs

Posted by jeunempl sur avril 15, 2013

Lavenir.net

Ibrahim Maalouf - WindExilé en France avec sa famille lors de la période troublée vécue par le Liban, Ibrahim Maalouf est issu d’une famille d’artistes : un grand-père poète, un père musicien, un oncle (Amin Maalouf) écrivain de renom, tout menait Ibrahim vers une carrière artistique et une liberté d’expression défendue par ses proches depuis toujours. Avec son nouvel opus Wind, il réalise un double rêve : celui d’écrire une musique de film et de rendre hommage à un des plus grands musiciens de jazz, Miles Davis, à sa manière, c’est-à-dire avec sa trompette quart de ton :

«C’est une trompette inventée au début des années 60 par mon père et qui permet de jouer de la musique arabe, grâce à un quatrième piston, ça ne s’était jamais fait avant, et pour la musique arabe, c’était une vraie révolution. Avec cet instrument, je me rends compte qu’il y a deux mondes qui se divisent : il y a ceux qui se passionnent pour cette trompette et qui me demandent de faire des choses avec eux et il y a ceux qui ont peur de ce genre d’instrument hybride : est-ce du jazz ou pas? Est-ce de la musique arabe ou pas? Alors qu’on s’en fout! Mon instrument est un enfant de deux cultures qui évolue dans son temps et qui n’a pas besoin d’être identifié à l’une ou l’autre de ces cultures.»

Et le jazz est une musique de métissage.

Je suis entièrement d’accord, c’est pour ça que je pense que les [fondamentalistes] du jazz se trompent. Il y a beaucoup de gens dans le milieu du jazz qui vont dire que ce n’est pas du jazz. Moi je ne dis pas [c’est pas du jazz], je dis que je ne sais pas. Quand Charlie Parker est arrivé, même lui disait que sa musique n’était pas du jazz alors que quelques décennies plus tard, on se rend à l’évidence : c’est du jazz ! Donc on ne sait pas comment les choses vont évoluer, ce qui est sûr, c’est que ceux qui rejettent le métissage se trompent.

Votre nouvel album est enregistré à New York dans la configuration d’un quintet de jazz.

Les circonstances ont fait qu’on a enregistré à New York, c’est parce que deux musiciens travaillaient là-bas et ne pouvaient se déplacer. Sinon, j’aurais aimé enregistrer à Paris, comme Miles pour [Ascenseur pour l’Échafaud]. Chacun d’entre nous dans le quintet a essayé d’être respectueux d’une écriture qui a été celle de Miles Davis et d’une certaine époque, mais à la fois chacun apporte une couleur très personnelle et moi la mienne à la trompette, c’est évidemment la couleur orientale. L’environnement jazz de l’album est plus le prétexte, le contenu est ailleurs.

Wind est le fruit d’une commande de la Cinémathèque Française pour créer une bande-son d’un film muet : pourquoi La Proie du Vent de René Clair datant de 1927 ?

Parce que beaucoup de choses me plaisaient : la notion de voyage d’abord, il s’agit d’un homme qui part d’un pays pour arriver dans un autre et vit une histoire d’amour, donc il y a aussi l’amour ; une sorte de schizophrénie amoureuse, un dédoublement de personnalité qui me fascine ; c’est un aviateur, il est donc dans le Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La gare ferroviaire de Beyrouth sous le feu des projecteurs le 8 septembre

Posted by jeunempl sur septembre 7, 2011

(May Makarem – L’Orient le Jour)

C’est un lieu chargé de mémoire, qui témoigne de tout un pan de l’histoire, qui possède ses propres vestiges, qu’a choisi le CCCL (The Children’s Cancer Center of Lebanon) pour organiser son gala annuel le 8 septembre. Couvrant 62 000 m2, l’ancienne gare ferroviaire de Beyrouth porte toujours les marques de son passé…

C’est au cœur de Mar Mikhaël, à Beyrouth, au sein de la gare ferroviaire où plus aucun train n’a sifflé depuis des lustres, que le célèbre pianiste et compositeur argentin Raul Di Blasio et son orchestre feront entendre leurs instruments et que le groupe Sin Sin pointera les petits travers des politiciens à travers des sketches corrosifs et des chansons déjantées, et ce au cours de la soirée annuelle organisée le 8 septembre par le CCCL (The Children’s Cancer Center of Lebanon). Les fonds récoltés permettront de financer les soins médicaux pour éradiquer le cancer des enfants démunis. Grâce à la générosité des donateurs, 760 gosses ont pu être traités ces dernières années, et 80 % d’entre eux, après une longue traversée, sont considérés comme guéris. Mais le fléau continue de frapper : aujourd’hui, 70 nouveaux malades ont besoin de votre aide. Le coût du traitement s’élève à 40 000 dollars par an et par patient. En soutenant le CCCL, vous leur donnez espoir et vie.

Ce sera, par ailleurs, l’occasion de découvrir le site de l’ancienne gare où, depuis quelques jours, les ouvriers s’activent à arracher les herbes et les ronces qui encombrent les allées ; à pulvériser d’insecticide pour éloigner les insectes volants ; à construire une plateforme en bois et la recouvrir d’une moquette, et ce pour éviter un « vautrage » à l’horizontale, et potentiellement abîmer les chaussures! Car, reconvertie en siège de la Direction générale de l’OCFTC, l’ancienne gare n’en est pas moins abandonnée. Offrant un magnifique espace de 62 000 m2 laissés en friche, son déclin a laissé la place à un site figé, une Pompéi à la libanaise, où de petits monstres en fonte, datant de la fin des années 1800, émergent d’une végétation envahissante. Derrière un épais voile d’arbres, on distingue les vestiges des engins ferroviaires et des wagons rouillés, déglingués, criblés d’impacts de balles. Au pied d’une tour à refroidissement, une locomotive à vapeur, relique de l’épopée Beyrouth-Damas, est Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Magida el-Roumi, une étoile dans le ciel de Jounieh

Posted by jeunempl sur juin 27, 2011

(Jihane Farhat – L’Orient le Jour)

Le Festival international de Jounieh a choisi la divine Magida el-Roumi pour lancer, samedi, ses festivités qui s’étendent jusqu’au 3 juillet dans l’ancien souk de la ville et ses environs.

Le concert donné par Magida el-Roumi à l’ouveture du Festival international de Jounieh a eu lieu au stade Fouad Chéhab pour le plus grand plaisir des admirateurs, emportés par la voix puissante de la diva, sanglée d’une robe blanche en satin. La chanteuse s’est vu décerner, à la fin du concert, les insignes de l’ordre national du Cèdre par le président de la République, le général Michel Sleiman.

Plusieurs personnalités politiques, dont notamment le commandant en chef de l’armée, le général Jean Kahwaji, et les chefs du CPL, le général Michel Aoun, et des Forces libanaises, Samir Geagea, ont aussi assisté à ce concert qui a propulsé la diva au firmament de Jounieh. Inaugurant le récital par une prière adressée à Notre-Dame de Harissa, Magida lui a demandé de guider les chefs politiques vers le dialogue dans l’intérêt du pays et ses citoyens.

La voix de la cantatrice s‘est ensuite élevée, libre et puissante. Magida a attaqué son répertoire avec des chansons d’amour et des chansons patriotiques reprises par un public averti. (Aam yiss’alouni, Malik albi, Chouf chouf, Kalimat, Ya Beyrouth, et Rajeh yit’aammar, en hommage à feu Zaki Nassif).

La diva s’est approprié la scène, la peuplant de sa présence fière et passionnée. Sa voix de cristal a parcouru les notes les plus basses et les plus hautes sans accident de parcours, entonnant des textes qui chantent la force de la révolte et l’amour de la patrie.

Sur l’écran géant installé pour l’occasion, des portraits de son père, le célèbre compositeur Halim el-Roumi, décédé en 1983, défilaient. Pour lui rendre hommage, elle a chanté une chanson de sa composition. Une série d’images et de diapositives montrant différentes régions du Liban (Raouché, Jbeil, Jounieh etc.) ont ensuite été projetées avec le texte suivant : « le Liban est Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Projet Liban – Scène et actualité du 7 au 11 décembre à l’Atelier 210 (Bruxelles)

Posted by jeunempl sur novembre 26, 2010

Atelier 210

Le Liban et le Proche-Orient sont encore mis à l’honneur durant 5 jours à Bruxelles, à travers l’art et la culture. Téléchargez ici le dossier de presse du Projet Liban.

Projet Liban, c’est un cycle d’une semaine de rencontres, de débats, de conférences et de questionnement autour du traitement de l’actualité du Proche-Orient au théâtre qui aura lieu à l’Atelier 210 du 7 au 11 décembre 2010.

Les trois premiers soirs, du 7 au 9 décembre à 20h30, la compagnie Arcinolether présentera pour la seconde fois à l’Atelier 210 sa pièce « Les Marchands de sang » traitant des différents conflits qui ont éclatés au Moyen-Orient et aborde une réflexion sur le terrorisme d’Etat et ses outils au Moyen-Orient à partir de l’actualité 1975-1991.

La pièce met en évidence la manière dont ces conflits ont été traités dans la presse et les médias à l’époque, notamment en diffusant des vidéos et articles de presse officiels lors du spectacle. Ce spectacle sera à chaque fois suivi d’un débat.

Vous trouverez un aperçu de ce spectacle en cliquant sur le lien suivant : http://www.youtube.com/watch?v=r2o8sUzsQ10

Un documentaire de Antonia Rados intitulé Notre ami Saddam, accompagné d’installations vidéos et de conférences, sera projeté le vendredi 10 décembre.

Enfin, l’Atelier 210 a le plaisir d’accueillir le groupe de Hip-Hop acoustique libanais Rayess Bek pour un concert unique le samedi 11 décembre.

Infos & réservations
Tél : 02 732 25 98
Mail : info@atelier210.be
tarifs : € 8 / 13 / 16 – Article 27

Adresse
Atelier 210
Chaussée Saint-Pierre 210
1040 Bruxelles

Posted in Culture & Société, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La voix de Fairouz prête à reconquérir Beyrouth

Posted by jeunempl sur octobre 7, 2010

France 24 – Malika Kerkoud

Feyrouz - Diva libanaise

Après plusieurs années d’absence, la voix du pays des Cèdres est sur le point de donner deux concerts exceptionnels à Beyrouth. Un événement que les fans de ce symbole fédérateur pour le Liban attendent avec impatience.

Après sept ans d’absence, la diva libanaise Fairouz revient sous les feux de la rampe au Palais des congrès du Biel, à Beyrouth. L’artiste âgée de 74 ans donnera deux concerts, le 7 et le 8 octobre, à l’occasion de la sortie de son dernier album au Liban « Eh fi amal » (« Oui l’espoir existe »), écrit et composé par son fils Ziad el-Rahbani. Plus de 6 000 places ont été vendus dès le premier jour de leur mise en vente à des prix allant jusqu’à 260 dollars (185 euros).

Révélée dans les années 1950 par les frères Mansour et Assi el-Rahbani, célèbres compositeurs et figures de la musique arabe, sa voix a conquis les cœurs et les foyers du Proche-Orient, en passant par les pays du Golfe, jusqu’au Maghreb. « Fairouz est le dernier symbole de l’âge d’or musical du monde arabe. Sa voix est un symbole fédérateur pour le Liban car elle incarne toutes les blessures, les peurs et les rêves des Libanais depuis l’indépendance du pays jusqu’à ce jour », déclare à France24.com Pierre Abi Saab, responsable de la rubrique culture du quotidien libanais « Al Akhbar ».

Imbroglio familial

À l’instar de son pays, actuellement divisé politiquement, la carrière de Fairouz a été marquée par un différend familial sur une sombre histoire de droits d’auteur qui a longtemps empêché la diva d’interpréter les tubes qui ont fait sa renommée. Des chansons coécrites par les deux frères Rahbani, pour la plupart à consonance patriotiques et tragiques, qui ont bercé plusieurs générations de Libanais notamment pendant les 15 ans de guerre civile (1975-1990).

L’annulation d’une pièce de théâtre dans laquelle devait se produire « l’Édith Piaf du monde arabe » au Casino du Liban à la suite d’une plainte des fils de Mansour Rahbani fut le dernier épisode en date de cet imbroglio. Ses fans, du Caire à Beyrouth en passant par Jérusalem, s’étaient alors mobilisés, en vain, pour protester contre le bâillonnement de la voix du pays des Cèdres. Son retour sur le devant de la scène est donc très attendu. « Les concerts de ce mois seront peut-être les derniers rendez-vous donnés par Fairouz aux publics libanais et arabe. Il ne faut pas laisser passer cette chance », conclut Pierre Abi Saab.

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Interview : Calogero au Festival International de Zouk Mikael

Posted by jeunempl sur juillet 9, 2010

Beiruting

C’est le 9 Juillet 2010. Le concert de Calogero au Festival International de Zouk Mikael a rassemblé un grand nombre de fans à l’amphithéâtre Romain du Vieux Souk pour une soirée inoubliable, voire même féerique. Des gens de tous âges ont dansé, chanté et rêvé avec Calogero dans un cadre ravissant.
La veille du concert de Calogero, l’équipe de Beiruting.com a eu l’occasion de rencontrer l’artiste Franco-Italien pour une interview exclusive. Voici ci-joint ce que l’artiste a partagé avec nous:

Beiruting.com: Votre concert se tiendra à Zouk Mikael, une petite citée ancienne avec toute une histoire à narrer. Quelle serait la vôtre durant le concert ?
Calogero : A Zouk Mikael, je ferai un concert  » tout seul « . D’ailleurs, j’ai déjà fait 60 dates comme ça tout seul c’est-à-dire avec une guitare, un piano et une basse. Le concert demain soir sera accoustique et très minimaliste avec juste les chansons où l’on entend bien les paroles puisqu’il n’y a pas de groupe derrière ou de musiciens en accompagnement.

Beiruting.com : Vous avez appris la basse très jeune, mais vous jouez plusieurs instruments de musique comme le piano et la guitare. Quel est votre instrument favori ?
Calogero : C’est vrai que j’étais très jeune quand j’ai appris la basse et c’est elle qui reste l’instrument de musique que je préfère.

Beiruting.com : Le concert sera-t-il basé sur votre dernier album  » l’Embellie « , ou sur une compilation de titres qui ont relevé Calogero sur la scène internationale ?
Calogero : Le concert sera basé sur mon dernier album  » l’Embellie « , mais je vais également interpréter d’autres chansons. Il va y avoir un peu de tout. S’il y aura parmi le public des Libanais et des Français qui me connaissent, ils reconnaîtront des chansons comme  » Yalla « ,  » Face à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Calogero en concert exceptionnel le 9 juillet au Festival de Zouk Mikael

Posted by jeunempl sur juin 10, 2010

Centre Culturel Français – Liban

L’artiste français Calogero se produira au Liban cet été, dans le cadre du festival de Zouk Mikael. Le concert aura lieu dans l’amphithéâtre de Zouk Mikael le vendredi 9 juillet 2010 à 20h30. Vous trouverez tous les renseignements nécessaires à la fin de l’article.

Après avoir fait partie du groupe Charts et écrit des titres pour Florent Pagny, Hélène Ségara, Ismaël Lo et Pascal Obispo, Calogero enregistre son premier album Au milieu des autres en 1999 sous la houlette de Pascal Obispo. Zazie et Lionel Florence signent l’essentiel des textes.

En 2002, Calogero, sort album éponyme pour lequel il recevra, en 2003, le NRJ Music Award et la Victoire de la musique pour  « L’Artiste masculin de l’année » qui l’impose comme l’une des nouvelles figures de la variété française. Calogero publie en 2004 un album intitulé 3. sur lequel il travaille avec Zazie, Lionel Florence et débute de nouvelles collaborations avec Raphaël et Passi.

En 2007, Calogero enregistre Pomme C, un opus aux sonorités anglo-saxonnes sur des textes plus graves signés Zazie.
Pour son 5e album, L’Embellie, sorti en mars 2009, Calogero a choisi l’ouverture et la luminosité, comme en témoigne sa pochette, réalisée par une artiste néerlandaise, Ellen Kooi. Pour cet album, il a eu envie de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Al Fersan Al Arbaa, un concert-spectacle à initiative du Rassemblement Pour le Liban

Posted by jeunempl sur avril 25, 2010

Diana Kalil – Iloubnan

Al Fersan Al Arbaa “ quatre comme amis; quatre comme artistes célébrant le Liban” . Un groupe d’interprètes libanais, d’influence rahbanienne constitué de quatre “ cavaliers / mousquetaires ” dotés tous les quatre d’un élan épiquo – magmatique, d’une voix puissante et chaleureuse : Après de nombreux concerts dans de nombreuses villes et régions du Liban, Simon Obeid ; Nader Khoury ; Gilbert Jalkh et Elie Khayat ont dévoilé leur dynamisme et leur passion sur la scène de la maison de l’UNESCO à Paris le 17 avril. Un concert exceptionnel, une présence scénique remarquable, un vif hommage à la musique et aux icônes mythiques qui ont marqué le Liban.
“Al Fersan Al Arbaa” ont fait découvrir à la diaspora libanaise de Paris cet héritage nostalgique revisité et imprégné de l’univers musical de Fairouz l’immortelle, ou encore de la figure légendaire de Wadih Al Safi.

La salle de la maison de l’UNESCO était comble. Dans le public, des invités de marque: Boutros Assaker, ambassadeur du Liban en France, Sylvie Fadlallah, présidente de la délégation du Liban auprès de l’Unesco, le Dr Nassif Hitti, représentant de la ligue arabe auprès de la France et de l’Unesco, mais aussi Serge Akl, directeur de l’Office du tourisme du Liban à Paris.

Le divertissement était pleinement au rendez-vous au cours de ce concert-spectacle très animé et faisant la part belle au rire. La soirée était articulée autour d’une myriade d’émotions, dans une Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Al Fersan Al Arbaa : concert à Paris

Posted by jeunempl sur mars 3, 2010

RPL France

Chers tous,

Nous vous informons que le concert de « Al Fersan Al Arbaa », prévu initialement le 13 mars 2010, a été reporté au 17 avril 2010, et ce pour des raisons logistiques indépendantes de notre propre volonté.

Le lieu reste néanmoins inchangé: Maison de l’UNESCO, Salle I, 125 avenue de Suffren, Paris 7ème.
Heure du Spectacle: 20h précises
Billets disponibles à partir du 10 mars 2010

Pour visualiser le plan de la salle et choisir vos places, cliquez sur le lien « PLAN DE LA SALLE » dans la rubrique LINKS de la page EVENT du concert.

Prix

Pré-ventes en mars

VIP = Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :