Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘compostage’

Les déchets triés et recyclés, de l’or en puissance, affirme Terre-Liban

Posted by jeunempl sur novembre 5, 2011

L’Orient le Jour – Suzanne Baaklini

Incinération ? Enfouissement ? Recyclage ? Au cours d’une intervention dans le cadre du dix-huitième Salon du livre, Paul Abi Rached, président de l’association Terre-Liban, a fait le point sur la question en insistant sur les multiples bénéfices du recyclage.

Une tonne de déchets recyclés peut rapporter jusqu’à… 103 dollars. Alors qu’actuellement, le coût du traitement d’une tonne de déchets (par enfouissement) va jusqu’à 130 dollars. Surprenant ? Paul Abi Rached ne le pense pas. C’est la longue expérience de l’association qu’il préside qui le rend certain que le tri, recyclage et compostage à l’échelle des municipalités est la solution idéale pour le Liban. Durant sa conférence, il a longuement étayé ses arguments.

Le premier avantage évident du recyclage est écologique. « À Terre-Liban, nous avons commencé le recyclage dès 1995, raconte Paul Abi Rached. La première année, nous avons calculé avoir sauvé 535 arbres. Aujourd’hui, nous comptons quelque 290 clients dont 102 écoles et universités, et 188 entreprises. Comme nous sommes une organisation à but non lucratif, une camionnette offerte par l’Unicef en 2008 nous a permis de nous étendre. Actuellement, nous effectuons notre collecte jusque dans des contrées éloignées, comme Chebaa, Hermel, Ersal, Wadi Khaled… »

L’écologiste adresse au public un message clair : le tri et recyclage, même à domicile, est possible, facile et rentable. « Nous préconisons d’adopter un système de trois poubelles : l’une pour les matières organiques, la deuxième pour le papier et la troisième pour le reste », dit-il. Le papier, le verre (blanc), l’acier (comme pour les boîtes de conserve), l’aluminium (des canettes et des ustensiles de cuisine), le plastique sous toutes ses formes sont tous recyclés dans des usines au Liban. Or une tonne de papier peut rapporter jusqu’à 120 000 livres, une tonne d’aluminium de 1,8 à 2,2 millions de LL, etc. Même l’huile de friture peut être reprise pour être transformée en biodiesel. Voilà comment, en étudiant la composition typique d’une tonne de matières recyclables d’ordures ménagères, l’association est arrivée au chiffre moyen de 103 dollars.

Outre le tri à domicile et dans les entreprises, Terre-Liban s’est souvent intéressée aux problèmes rencontrés par les municipalités. « Nous sommes d’avis qu’un problème comme celui des déchets doit être décentralisé, soutient Paul Abi Rached. Selon nos études, Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ansar se met au tri sélectif

Posted by jeunempl sur septembre 1, 2010

Zahraa Mortada – Les Hirondelles

Fruit d’un projet du ministère d’Etat pour la Réforme administrative financé par l’Union européenne, une usine de tri et de compostage a vu le jour en 2009 à Ansar. Comme toutes ses consoeurs, elle est aujourd’hui confrontée au défi de la continuité.

En quittant Ansar, il suffit de remonter un chemin d’un kilomètre et demi pour tomber sur l’usine de tri et de compostage de cette localité du caza de Nabatiyé. Avant l’ouverture de l’usine il y a 8 mois, les déchets des 15 000 habitants s’amoncelaient dans une décharge à ciel ouvert. Aujourd’hui, ils sont triés et recyclés.

Chaque matin, les deux camions de la municipalité font le tour de la ville, récoltent les déchets et les déversent dans une trieuse. Des ouvriers s’y tiennent de part et d’autre. L’un s’occupe du plastique, l’autre du carton, et ainsi de suite. Après 72 heures de fermentation et 30 jours de maturation dans des machines, le tour est joué: des sacs de compost s’entassent, prêts à la distribution. «La vente de compost est encore très timide, presque nulle», affirme Mohamad Assi, ex-maire et membre actuel du conseil municipal. Il ajoute, avec un peu d’optimisme: «Nous n’en sommes qu’au début, cela doit être normal».

Pour la municipalité, la question de la rentabilité est aujourd’hui cruciale. L’usine est en effet déficitaire : en huit mois, l’activité n’a pour l’instant rapporté que 650 dollars, pour un coût de fonctionnement mensuel de 5 700 dollars. La municipalité couvre ces frais, aidée par un financement européen de 104 000 dollars étalé sur deux ans. D’ici là, elle devra gagner en autonomie financière, en vendant davantage de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :