Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Boutros Harb’

Le Patriarche Mar Nasrallah Boutros Sfeir « a présenté sa démission » auprès du Vatican

Posted by jeunempl sur janvier 16, 2011

MPLBelgique.org

Les rumeurs circulaient déjà depuis plusieurs semaines. Les visites répétées du Cardinal Sfeir au Vatican trouvent finalement leur explication suite à la déclaration du ministre du travail M. Boutros Harb après sa visite dominicale chez le patriarcat maronite.

« Il est connu que le Patriarche a souhaité présenter sa démission depuis des mois et pas d’hier et c’est au Vatican que revient la décision de refuser ou d’accepter le choix du Patriarche au moment approprié ». Et le ministre d’ajouter : « jusqu’à présent, il n’a pas reçu de réponse. Au contraire, ce qui s’est passé, c’est que le Vatican reste sur sa position d’attente et cela me conduit à dire que peu importe les circonstances, si la démission est acceptée ou non, le patriarche Nasrallah Boutros Sfeir est un grand patriarche dans l’histoire de l’Eglise maronite ».

Il restera pourtant pour beaucoup de Chrétiens le patriarche qui a divisé sa communauté, privilégiant et protégeant les criminels de guerre tels que Samir Geagea. En 1990, lorsque le Liban traverse une sombre période de son histoire, et alors que le soutien de tous les hommes libres pouvait sauver le pays, le patriarche Sfeir se rangea du côté pro-syrien pour appuyer les accords de Taëf. Ceux-ci consacraient à la fois la réduction du pouvoir chrétien à travers une diminution des prérogatives du président (maronite) de la république et la mise sous tutelle du pays par les Syriens.

L’implication dans la politique libanaise du patriarche Sfeir, incontestable grand homme de foi, laissera de lourdes traces aux Chrétiens et aux Libanais en général. Ses dernières positions, calquées sur la politique des forces libanaises confirment une trajectoire délibérément prise, visant à maintenir une division au sein de la communauté chrétienne.

Pourvu que son successeur redonne à l’Eglise maronite son rôle unificateur et porté vers la foi, ainsi que l’enseignement et la mise en application du message du Christ. Gageons enfin qu’il épargnera l’Eglise et toutes ses institutions du sale jeu politique afin qu’il regagne la confiance des Chrétiens, de tous les Chrétiens.

Posted in Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Vade retro: démission officielle du patriarche Sfeir

Posted by jeunempl sur janvier 16, 2011

Le Blog francophone du Liban

Le Patriarche aurait présenté sa démission, annonçait hier le quotidien Al Shark el Aswat, chose que le siège patriarcal a formellement démenti à la presse libanaise. La déclaration faite aujourd’hui par le ministre du Travail, Boutros Harb, a été un autre coup de butoir puisqu’il confirmait que le patriarche avait présenté sa démission, il y a de cela plusieurs mois et que le Vatican l’étudierait actuellement.

Cependant, alors que la crédibilité du Prélat Maronite est complètement encornée en raison de son implication dans les affaires temporelles, il se pourrait que cette démission soit « d’un tout autre son de cloche ». Selon les rumeurs qui me sont parvenus depuis un temps certain, ce n’est pas le patriarche qui aurait démissionné mais le Vatican qui aurait demandé à Nasrallah Boutros Sfeir de se retirer. Ce dernier aurait accepté sous condition, notamment qu’il puisse nommer les 8 évêques aux postes actuels vacants -car la politique suivie par le Patriarcat et qui a mené vers la division des Chrétiens du Liban, ne faisant plus l’unanimité au sein des instances religieuses maronites – et que ces derniers puissent choisir un nouveau locataire du Palais Patriarcal « dans la continuité de ce dernier », c’est à dire en faveur d’un seul camp, celui du 14 Mars et plus particulièrement des Forces Libanaises.

Le verdict du Vatican serait prononcé après l’inauguration d’une nouvelle statue de St Maroun à Rome, c’est-à-dire entre le 14 et le 20 février prochain, mais gageons que ce nouveau développement n’est pas sans rappeler que ces rumeurs courent depuis un certain temps, toutefois, il s’agit là d’une confirmation de ce qu’on savait depuis longtemps, il n’y avait donc pas de fumée sans feu.

L’autre développement « religieux » concerne cette fois-ci, la communauté sunnite, son Mufti – content, qui semblait avoir reçu « la contribution volontaire du Courant du Futur – s’étant prononcée en faveur de la nouvelle nomination de Saad Hariri au poste de premier ministre. Cette ingérence flagrante dans le domaine du temporel ne provoque cependant pas le même débat au sein de cette même communauté sur la place de la religion et de son action sur la scène politique, il suffit que le Mufti parle et que les questions soient tranchées.

La position du Premier Ministre, tout comme la Présidence du Conseil ou la Présidence du Parlement est cependant une position nationale, bien que dévolue à une certaine communauté, son rôle va au delà de cette communauté. L’erreur commise par le Mufti de la République est la même erreur commise par Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Liban espère endiguer la fuite des cerveaux

Posted by dodzi sur mars 30, 2010

Econostrum.info

Par Jenny Saleh

466 000 à 640 000 Libanais auraient quitté le pays entre 1992 et 2007. La diaspora libanaise est trois fois plus nombreuse que les habitants actuels du pays.

Depuis de nombreuses années, le Liban est confronté à un sérieux problème, celui de l’émigration de ses jeunes diplômés vers d’autres pays plus attractifs, économiquement parlant. Salaires trop bas, instabilité politique, font partie des quelques motifs qui poussent les jeunes Libanais à s’expatrier.

Peu de pays dans le monde peuvent se targuer d’avoir plus de ressortissants à l’étranger que sur leur propre sol. C’est le cas du Liban, qui compte une diaspora ancienne mais aussi plus récente de plus de 12 millions de personnes, contre seulement 4 millions d’habitants sur la terre natale.

Aux différentes vagues d’émigration vers l’Afrique, les Amériques ou l’Europe, au début du XXe siècle, pour fuir la domination ottomane, a succédé un autre type d’émigration, entre 1975 et 1990 en raison de la guerre civile qui ensanglantait le pays. Mais depuis plusieurs dizaines d’années, c’est une toute autre forme d’émigration qui gangrène le pays, celle de ce qui est sans doute sa matière première, l’élément humain.

Cette fuite des cerveaux touche aujourd’hui toutes les familles libanaises. Au moins 50% des Libanais a un membre de sa famille qui s’est expatrié. Des chiffres publiés dans une étude de l’Université Saint-Joseph à Beyrouth parlent d’eux-mêmes. 466 000 à 640 000 personnes auraient quitté le pays entre 1992 et 2007, dont l’écrasante majorité de 77%  sont des jeunes âgés entre 18 et 35 ans.

Stopper l’hémorragie

Ces chiffres, le ministre du Travail libanais, Boutros Harb, les a utilisés lors de son intervention dans un débat portant sur « Les jeunes, l’emploi et l’émigration« , organisé le 26 mars 2010, lors du salon de recrutement Forward, à Beyrouth. Le ministre a également noté que « le taux de migration des jeunes, aux alentours des 17,5%, est beaucoup plus élevé que la moyenne nationale, de 10,3%« .

Et le plus inquiétant, comme l’a souligné M.Harb, c’est que « presque 50% de ces jeunes candidats à l’émigration sont titulaires d’un diplôme universitaire, 22% d’entre eux sont bacheliers, tandis que 10% dispose d’un diplôme technique ».

Bref, le Liban perd sa main d’oeuvre qualifiée, qui préfère aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte et surtout, plus lucrative. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La loi électorale transférée en urgence au Parlement

Posted by dodzi sur mars 5, 2010

L’Orient le Jour

Fort de sa volonté de briser le statu quo, le gouvernement persiste et signe. Hier, la loi électorale municipale revêtue du caractère de double urgence a été transférée au Parlement. De plus, dans la foulée des nominations amorcées mercredi dernier, c’était au tour du président et des membres de la commission de Contrôle des banques d’être nommés par le Conseil des ministres.

Place donc à l’action. En une séance, le Conseil des ministres a validé le quatrième brouillon du texte de loi sur les élections municipales et procédé à la nomination des membres de la commission de Contrôle des banques. Le maître mot était hier la rapidité, et c’est ainsi que la loi sur les élections municipales a été transférée au Parlement en étant revêtue du caractère de double urgence, une manière pour les responsables du pouvoir exécutif de faire preuve de leur détermination d’organiser le scrutin en temps voulu et « avant l’été ». L’objectif était donc de mettre en relief la redynamisation du travail fourni par le cabinet et de couper court aux accusations d’immobilisme et de paralysie qui ont circulé récemment. Selon les informations rapportées par notre correspondante à Baabda, Hoda Chedid, c’est le ministre de l’Intérieur Ziyad Baroud qui a proposé de revêtir le projet de loi du caractère de double urgence conformément à l’article 52 de la Constitution, emportant ainsi l’approbation du gouvernement.

De source ministérielle citée par notre correspondante, le président de la République Michel Sleiman relayé par le Premier ministre Saad Hariri ont tenu à mettre un terme aux critiques en prenant des décisions tranchées et sans appel. La loi électorale de 48 pages comprend 134 articles et détermine l’organisation des élections en 4 étapes. Celles-ci se dérouleront les dimanches et devront avoir lieu entre le 2 et le 30 mai 2010, mais pourront être prolongées au 3 juin au plus tard. La loi dispose aussi que le mandat des conseils municipaux est de 5 ans et que les listes électorales sont bloquées. Le mode de scrutin adopté est la proportionnelle, sachant que les bulletins de vote sont préimprimés par le ministère de l’Intérieur. L’électeur devra donc obligatoirement se munir de la liste et se diriger vers l’isoloir où son choix pourra se faire en toute liberté. S’il n’utilise pas l’isoloir, le citoyen pourra être privé de vote. Le projet de loi prévoit également de plafonner le financement des campagnes électorales de chaque liste selon le nombre de sièges qu’elle comprend. Ainsi, et à titre d’exemple, le montant de la campagne d’une liste de 9 sièges ne devra pas dépasser les 20 millions de livres, celle comprenant 15 sièges devra se limiter à 75 millions de livres et celle de 21 sièges plafonnera à 300 millions de livres libanaises. Toutefois, ces dispositions devront, pour rentrer en vigueur, être validées par un décret. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le CPL : La démocratie de M. Harb prive d’eau sa ville Tannourine

Posted by dodzi sur mars 12, 2009

Tayyar.org

En ce qui concerne la situation de l’eau à Tannourine, le CPL affirme dans un communiqué :

« 1- La municipalité de Tannourine avait annoncé qu’elle avait signé un accord avec la compagnie des eaux au nord du Liban. Selon cet accord, la municipalité met à disposition un puits d’eau durant dix années avant de le reprendre. La municipalité avait prétendu que le ministre de l’Energie et la compagnie des eaux n’ont pas respecté cet accord. Il est pourtant connu que le ministère et la compagnie des eaux du Nord insistent afin d’exécuter ce projet. Ils ont demandé à la municipalité de leur donner le puits pour le préparer. Nous demandons à la municipalité de faire un petit défi, et d’accepter d’appliquer l’entente signée avec le ministre pour révéler ce qui empêche l’arrivée de l’eau dans la ville de Tannourine.

2- Les déclarations de la municipalité se contredisent, car une fois elle affirme qu’il n’y a pas manque d’eau à Tannourine et une autre fois elle annonce la nécessité de trouver de nouvelles sources pour l’eau, en affirmant que le député de la région a procuré des financements pour ce projet. Nous laissons aux citoyens de Tannourine et aux visiteurs du village le soin de juger s’il y a manque d’eau ou pas dans la région, et à noter les services de développement qu’à présenté M. Harb pour Tannourine depuis sa députation en 1972.

3- Nous remercions Dieu car la région de Batroun a de nouveaux représentants qui peuvent lui assurer ces besoins après que le député de la région ait essayé d’isoler la région et de prétendre que toutes les réalisations sont dues à ses efforts.

Ce sujet ne sera point fermé jusqu’à ce que l’eau sera assurée pour la région de Tannourine et à ce moment bien sûr, le député Harb remerciera dans ses déclarations le ministère de l’Energie car il a répondu à ses demandes.

D’ailleurs, ce député prétend que le port de Batroun a été réalisé grâce à ses efforts, ceci après qu’il n’ait réussi à entraver le lancement de ce projet à cause de la présence du ministre Gebran Bassil qui a œuvré pour réaliser ce projet en 6 mois. Il faut noter que le député Harb a exercé des pressions pour entraver l’ouverture du port et n’a produit aucun effort pour l’exécuter. Aujourd’hui, M. Harb prétend que ce projet est réalisé grâce à ses efforts et a lancé des déclarations pour s’auto-remercier d’avoir exécuté ce projet », a conclu le communiqué de presse.

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :