Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Ben Laden’

Terugblik: De terroristische groep Fatah el Islam werd door Saad Hariri en de prins Bandar gefinanceerd

Posted by jeunempl sur décembre 20, 2011

Mouhamad Wehbe – MPLBelgique.org
Texte original en langue française traduit en langue néerlandaise par Mouhamad Wehbe 

[Note du MPLBelgique.org: Gezien de toestand in Syrië… Dankzij deze pagina wensen wij onze lezers eraan te herinneren dat het salafisme ons moeilijke dagen in Libanon belooft.]

Fatah el Islam is een extremistische salafistische groep die haar schuilplaats in het kamp van Nahr el-Bared (in het Noorden van Libanon) bij Tripoli heeft gevonden. Het is dus vanuit deze basis dat ze terreuracties voerden. Één van hun laffe terroristische actie had als doel het hoogst mogelijk aantal slachtoffers in het Libanese leger te teweeg te brengen terwijl de soldaten nog heel vroeg in de ochtend sliepen. Deze aanslag kwam na een vorige actie die de terroristen in een dochtermaatschappij van Bank Med (bank die aan Hariri toebehoort) hadden gepleegd om cheques te stelen die van Saad Hariri, hun opdrachtgever, waren.

Hierna volgt een vraaggesprek dato juni 2007 van de journalist Seymour Hersch die aan de CNN bewijst dat er onweerlegbare linken zijn tussen Fatah el Islam en het Hariri-clan.

Seymour Hersh is een dagbladschrijver van « New Yorker » die onderzoek instelde naar terroristische netwerken en die aan het licht bracht dat er gegronde linken zijn tussen de CIA en sommige extremistische groepen waarvan Fatah el Islam… Hersh was hier al op de hoogte van vooraleer deze terreurgroep zich profileerde (namelijk met de slag bij Nahr el-Bared) als vijand van het Libanese leger tijdens zomer 2007. Oorspronkelijk ging het hier om een onbetekenend verslag maar enkele maanden later werd het een onbetwistbare informatiebron die de rol van de VS en zijn bondgenoten in de financiering van terroristische netwerken aantoonde.

Vertaling van de inhoud van het vraaggesprek

Journalist CNN: De dagbladschrijver Seymour Hersh gaf in zijn verslag van maart dat de Libanese regering extremistische soennitische groeperingen steunde om Hezbollah uit de weg te ruimen. Deze door de regering ondersteunde groepen zijn dezelfde als die die vandaag in Nahr el Bared oorlog voeren.

CNN: Meneer Hersh, wat is, volgens uw verslag, de financieringsbron van Fatah el Islam in het kamp van Nahr el Bared ? Waar komen al die wapens en het geld vandaan?

Seymour Hersh: De sleutelfiguren zijn uiteraard de Saudiërs en Bandar die Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Dossiers, Géneral, Nederlands, Nos articles, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Golfe / Armement: Autant en emporte le vent 1/2

Posted by jeunempl sur février 21, 2011

René Naba

Ce papier est dédié aux trois personnalités suivantes :
• Mohamad Bouazizi, décédé le 4 janvier 2011, des suites de ses blessures. Son immolation sur la place publique de Sidi Bouzid, en Tunisie, en signe de protestation contre l’arbitraire tunisien, a servi d’étincelle au soulèvement populaire qui provoqua la chute de la dictature du Général Zine El Abidine Ben Ali.
• Ahmad Jaafar Kassem, artisan du spectaculaire attentat contre le QG du commandement israélien de Tyr, le 11 novembre 1982, dans le cadre d’une opération de la résistance libanaise contre l’occupation israélienne du sud Liban
• Mountazar Al Zaïdy, journaliste irakien, le Spartacus des temps modernes, le lanceur de sa chaussure contre George Bush jr.

I • Le Golfe, une gigantesque base flottante américaine, une pompe à finance des déficits américains.

L’effondrement du dispositif occidental sur la rive arabe de la Méditerranée avec les révoltes populaires en Tunisie et en Egypte sur fond d’une contestation généralisée des supplétifs de la stratégie américaine dans la sphère arabo musulmane, au terme d’une furieuse décennie de «guerre contre le terrorisme», de même que les révélations du site américain Wikileaks sur la position belliqueuse des pétromonarchies face à l’Iran, illustrent la logique de vassalité des «émirats mirage» face à l’Amérique, particulièrement dans le domaine de la défense, en ce qu’ils incitent les Américains à faire la guerre à leur voisin iranien pour neutraliser son potentiel nucléaire, plutôt que de doter le Monde arabe d’une capacité d’autosuffisance stratégique.

Le contrat de l’ordre de 123 milliards de dollars, conclu à l’automne 2010 entre l’Amérique et quatre pays du Golfe, en vue de renforcer leur capacité défensive «face à l’Iran».en constitue un témoignage éloquent de cette politique de dilapidation financière pour des motifs d’armement.

Face à l’Iran, la constellation des pétromonarchies du Golfe s’est ainsi transformée en une véritable base flottante américaine, au point que se pose la question de la viabilité stratégique et de la pertinence politique du plus important contrat d’armement de l’histoire, jamais conclu, en temps de paix, entre les Etats Unis et quatre pays membres de la zone. Un singulier contrat à tous égards, de l’ordre de 123 milliards de dollars, qui outrepasse les capacités d’absorption des bénéficiaires de même que les capacités d’assimilation de cet armement par ses servants locaux.

Si l’on excepte sa piètre démonstration militaire au Yémen, l’été 2010, l’Arabie saoudite n’a jamais mené de guerre directe contre aucun de ses adversaires potentiels, encore moins contre Israël, l’ennemi officiel du monde arabe, dont elle est le principal opposant sur le plan théorique, se bornant à financer des guerres obliques de déstabilisation,jamais contre Israël, toujours contre les pays arabes ou musulmans ; Contre l’Egypte nassérienne au Yémen, dans la décennie 1960 par monarchistes interposés, contre la Syrie baasiste, dans la décennie 1970, par Frères Musulmans interposés, ou encore contre la Révolution islamique de l’Iran, dans la décennie 1980, via l’Irak Baasiste de Saddam Hussein, ou enfin contre l’Union Soviétique, en Afghanistan, dans la décennie 1980, via sa légion islamique sous la houlette de son homme lige Oussama Ben Laden.

La transaction, conclue à l’occasion de la fête nationale saoudienne, le 23 septembre 2010, implique la modernisation de la flotte aérienne et de la marine saoudiennes. Soixante milliards de dollars seront affectés à la vente à l’Arabie saoudite de 87 chasseurs bombardiers « F-15», de 70 hélicoptères de combat «Apache» et de 72 hélicoptères «Black Hawk», 36 hélicoptères Little Bird AH-6, ainsi que des bombes, des missiles, y compris la bombe guidée par GPS, JDAM, produite par Boeing et le missile guidé par laser Hellfire. Trente milliards de dollars complémentaires seront affectés à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Al-Qaïda défie le Hezbollah et remue la plaie sunnito-chiite

Posted by jeunempl sur avril 7, 2010

El Nashra

L’intervention soudaine du réseau Al-Qaïda était surprenante : il s’emporte contre le Hezbollah et l’armée libanaise en les accusant de protéger le Sud pour la sécurité des juifs. « Ils empêchent nos militants d’arriver au Nord d’Israël », a répété le leader du réseau Saleh El-Karaaoui. Ce dernier avait été arrêté en Syrie et transporté en Arabie Saoudite et aux Emirats. Les services de renseignement assurent que cet homme est à l’origine des plus grands crimes de fraude et il serait chargé de former des terroristes. D’ailleurs, il a été perçu en Iran depuis peu de temps. Ce qui était étrange n’était ni les critiques lancées contre le Hezbollah, l’armée libanaise ou bien la FINUL (Force Intérimaire des Nations Unies), ni leur comparaison à des gardes de frontière. Ce n’est pas la première fois qu’Al-Qaïda débite ce genre de propos dont elle a besoin pour « survivre » dans la région en général, et au Liban en particulier, surtout après les affrontements de Nahr El-Bared et les accomplissements de l’armée.

Ce qui est bizarre est la teneur du discours de Karaaoui à deux niveaux : le premier serait quand il a suscité la question de la situation sécuritaire au Sud et ramené les tourments en surface après la dissolution de la possibilité d’une agression militaire israélienne au Liban. Le second serait la tentative de déclencher un affrontement sunnito-chiite avec pour cartes le TSL (Tribunal International Spécial pour le Liban) et la campagne hostile à la direction générale des FSI (Forces de Sécurité Intérieure).

Des sources informées considèrent qu’Al-Qaïda transmet un message : elle pourrait lancer des missiles du Sud en direction d’Israël. Selon elles, la riposte de Tel Aviv, un peu exceptionnelle, serait de lancer des obus d’artillerie sur certaines régions précises du Sud. Al-Qaïda se serait ainsi contredit, parce que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Iran : les médias en route pour un remake du fiasco irakien

Posted by jeunempl sur mars 1, 2010

Egalité et Réconciliation – Robert Parry

Les principaux organes d’information américains, y compris le New York Times et le Washington Post, sont engagés dans un remake de ce genre de couverture tendancieuse qui avait conduit à la guerre en Irak. Mais, cette fois, il s’agit de l’Iran.

En juin dernier, la façon de traiter les élections iraniennes, de présenter le président Mahmoud Ahmadinejad et de sonner l’alarme sur le programme nucléaire iranien est similaire à la couverture unilatérale dirigée par les médias américains contre le dictateur irakien Saddam Hussein et contre le supposé programme des « armes de destruction massive » de l’Irak, avant l’invasion de 2003.

Dans les deux cas, les principaux médias américains ont pris position. Ils ont parlé de la nation musulmane « ennemie » en la présentant sous un éclairage le plus violent possible ; ils ont dit des dirigeants qu’ils étaient implacablement mauvais ; ils ont exagéré les menaces (et les menaces potentielles) que constituait l’armement, réel ou imaginé, du pays.

Sans doute, il y avait de nombreuses facettes déplaisantes, chez Saddam Hussein, comme il y en a aussi chez l’Iranien Ahmadinejad. Toutefois, les portraits des deux dirigeants tels que les brossaient les médias américains manquaient de nuance, en ne laissant passer que des interprétations les plus extrêmes et les moins flatteuses de leurs propos et de leurs actions.

En bref, le NY Times, le W. Post et la quasi-totalité des autres organes d’information américains se sont comportés davantage comme des outils de propagande que comme des organisations de journalistes professionnels. Le parti pris anti-iranien, à l’instar du précédent parti pris anti-irakien, se remarque surtout dans les pages éditoriales, mais on le retrouve également dans les pages ordinaires consacrées aux informations.

Par exemple, lorsqu’ils font l’écho des décideurs politiques américains, les médias américains de l’information nous mettent en garde contre le danger d’une menace nucléaire iranienne potentielle en prétendant qu’elle pourrait déclencher une course aux armements dans tout le Moyen-Orient.

Ce que les organes d’information ne disent presque jamais, c’est que plusieurs pays de la région possèdent déjà des armes nucléaires, y compris Israël, dont l’arsenal non déclaré passe pour l’un des plus sophistiqués de la planète.

Le Pakistan a développé une arme nucléaire dans les années 1980, avec l’accord de l’administration Reagan qui voyait en cet armement un compromis acceptable pour l’aide du Pakistan dans son soutien logistique aux moudjahidine afghans dans la guerre secrète contre les forces soviétiques en Afghanistan.

La rivale acharnée du Pakistan, l’Inde, possède aussi des armes nucléaires, de même que la Russie, ce qui veut dire que l’Iran est entouré de puissances nucléaires.

L’obstination constante de ces médias, à ne pas vouloir mentionner ce fait important, prive le public américain du contexte nécessaire pour évaluer le comportement de l’Iran. En lieu et place, l’intérêt supposé de l’Iran pour le nucléaire est copieusement dépeint comme un comportement d’extrémistes irréfléchis.

L’Iran, bien sûr, insiste sur le fait que son programme nucléaire poursuit des buts pacifiques et qu’il n’est nullement destiné à la fabrication d’armes. À ce point, il n’y a pas de preuves tangibles que l’Iran ment. De fait, les services de renseignement américains ont affirmé que l’Iran avait abandonné Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qatar: La tentative de domestication d’Al-Jazira

Posted by jeunempl sur février 14, 2010

René Naba

La mise en place d’Al Jazira constitue un bel exemple d’équilibrisme diplomatique de ce petit pays face aux ambitions des protagonistes du jeu régional et la tentative de domestication de la chaîne transfrontière arabe constitue à cet égard un cas d’école.

«Al-Jazira», dont le nom a été forgé par référence à «AL-Jazira Al-Arabia» la verdoyante Péninsule arabique, l’espace géographique regroupant les principautés pétrolières du Golfe, l’Arabie saoudite et le Yémen, l’ancienne «Arabia Felix» (l’Arabie Heureuse) des premiers temps de l’Islam, est bel et bien en effet une excroissance rebelle de l’ordre médiatique saoudien, tout comme d’ailleurs sur le plan politique Oussama Ben Laden, une excroissance rebelle de l’hégémonie saoudienne sur l’ordre domestique arabe.

Son lancement en 1996, l’année qui a suivi la crise d’hémiplégie qui a frappé le Roi Fahd, le grand frère saoudien dont l’Emir putchiste de Qatar en prenait ombrage, répondait à trois objectifs:

• dédouaner aux yeux de l’opinion arabe l’Emir de Qatar de la lourde tutelle occidentale qui a parrainé son parricide politique,

• doter la principauté d’une force de frappe médiatique dissuasive en vue de marquer son territoire sur le plan énergétique au sein de la constellation des pétromonarchies du Golfe

• battre en brèche l’hégémonie saoudienne sur la sphère arabe, en prenant partiellement appui sur une équipe journalistique formée hors orbite de la censure arabe, -le service arabe de la BBC (British Broadcasting Corporation)-, victime de l’arbitraire saoudien (1).

En moins d’une décennie, «Al-Jazira» a rempli ses objectifs, brisant le monopole du récit médiatique détenu par les médias occidentaux depuis l’avènement de l’information de masses, il y a un demi siècle, se propulsant au rang de grand rival des grands vecteurs occidentaux, le prescripteur de l’opinion publique arabe, l’artisan du débat pluraliste au sein du monde arabe.

Une promotion qui a conduit les Américains à entreprendre méthodiquement sa domestication, particulièrement depuis Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Condamné à mort parce qu’il est chiite

Posted by jeunempl sur novembre 25, 2009

Frenchy

Cécile Hennion, correspondante du quotidien Le Monde, nous fait part d’une affaire non médiatisée au Liban, celle de la condamnation à mort d’un ressortissant libanais originaire du Akkar, en Arabie Saoudite. Son tord, celui d’avoir présenté une émission de télévision au Liban, émission de voyance, genre Madame Soleil. Son autre tord, selon l’article, citant le propre frère de la victime,

“C’est parce qu’il s’appelle Ali, pense son frère Mehdi. Il est chiite avec un nom chiite et il avait un visa iranien sur son passeport.”

Ali Hussein Sbat est donc condamné à la peine capitale, divisant également les autorités libanaises:

“Cette étrange affaire embarrasse les autorités libanaises, elles-mêmes divisées entre sunnites et chiites, alors que l’Arabie saoudite est un “parrain” très influents au Liban.”

Nous touchons ainsi le fond de l’Histoire, celui des antagonismes historiques entre sunnites et chiites, des chocs de civilisations entres musulmans et chrétiens.

Une autre information, cette fois-ci des confidences du Magazine, nous fait part d’une autre nouvelle inquiétante, celle de la cause des dernières attaques contre les chrétiens du Liban par le mufti du Mont Liban, le fameux Jouzou. Ce dernier, doit-on encore le rappeler, appelait justement à égorger les chrétiens, considérés comme infidèles durant Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Culture & Société, Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Barack Obama tend la main aux arabes et aux musulmans

Posted by dodzi sur janvier 27, 2009

Le Monde/Al-Arabiya

Le président américain, Barack Obama, a dit, lundi 26 janvier, que le moment était venu pour les Israéliens et les Palestiniens de revenir à la table des négociations. Dans un entretien accordé à la chaîne al-Arabiya, M. Obama assure qu’il tiendrait ses engagements de campagne vis-à-vis du monde musulman : non seulement d’engager sans attendre l’effort pour faire la paix entre Israéliens et Palestiniens, mais aussi de retirer les troupes américaines d’Irak, de prononcer rapidement un discours à l’adresse des musulmans depuis une grande capitale musulmane, et plus généralement de tendre la « main de l’amitié » au monde musulman et de restaurer la relation qu’ont les Etats-Unis avec lui.

Cet entretien intervient au moment où M. Obama envoie son émissaire George Mitchell au Proche-Orient, avec pour consigne de « commencer par écouter parce que, trop souvent, les Etats-Unis commencent par dicter les choses », puis de revenir lui rendre compte de ce qu’il aura entendu. Mais, « au bout du compte, ce n’est pas à nous de dire aux Israéliens ou aux Palestiniens ce qui vaut mieux pour eux. Il va falloir qu’ils prennent certaines décisions ». Le président concède que quelques mois ne suffiront pas à résoudre le conflit. « Je continuerai à croire que la sécurité d’Israël est prépondérante », dit-il, « mais je crois aussi qu’il existe des Israéliens pour reconnaître l’importance de faire la paix ». Selon lui, les Etats-Unis vont ainsi prendre « une série d’initiatives » en direction du Proche-Orient. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

« Le Hamas n’est pas une marionnette »

Posted by dodzi sur janvier 13, 2009

Vincent Hugeux – L’Express

Chargé de recherche au CNRS, Jean-François Legrain est l’un des plus fins connaisseurs du paysage politique et militant palestinien. Animateur du Groupe de recherche et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) au sein de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon, il explore pour LEXPRESS.fr les coulisses du conflit à Gaza.

Avez-vous été surpris par la rupture de la trêve entre Israël et le Hamas?

Chargé de recherches au CNRS, Jean-François Legrain anime le Groupe de recherche et détudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) au sein de la Maison de lOrient et de la Méditerranée de Lyon.

Jean-François Legrain anime le Groupe de recherche et d'études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO) au sein de la Maison de l'Orient et de la Méditerranée de Lyon.

Non. Elle était grandement prévisible. Les conditions imposées par Israël -blocus, éliminations ciblées, refus d’étendre le cessez-le-feu à la Cisjordanie- ne laissaient pas au Hamas la latitude requise pour la reconduire. Ceux qui, dans les hautes sphères du mouvement, se montraient très favorables à cette option ont dès lors été balayés par une frange plus radicale.

Cela posé, il existe au sein du mouvement une telle culture du consensus que ce type de débat n’aboutit pas d’ordinaire à une déchirure interne. Ainsi, l’actuel « premier ministre » Ismaïl Haniyeh était-il en juin 2007 hostile à l’éviction par la force de Gaza du Fatah de Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne. Cette formule ayant prévalu, il a assumé.

Sait-on qui tient les rênes du Hamas?

Il y a en Occident une tendance à surestimer le rôle de la direction extérieure, notamment celui de Khaled Mechaal (chef du Bureau politique, en exil à Damas). Vision qui tend propulser sur l’avant-scène les facteurs syrien et iranien. Le Hamas n’est ni une marionnette, ni un groupuscule. Il s’inscrit dans la lignée des Frères Musulmans, vaste mouvement de société apparu dans les années 1920, et cultive une identité forte. L’argument de l’allégeance totale à l’Iran relève soit d’une illusion, soit de la volonté de discréditer le mouvement. Or, la ligne du Hamas ne se décide ni à Téhéran, ni dans le bureau de Bachar al-Assad (le président syrien). Et pas même nécessairement dans celui de Khaled Mechaal.

Le Hamas puise dans le terreau idéologique des Frères égyptiens, mais aussi jordaniens, du fait des liens organiques qui ont durant vingt ans arrimé la Cisjordanie au royaume hachémite. Dans toute librairie de tendance Hamas, vous trouvez les ouvrages fondateurs de Hassan al-Banna ou de Sayid Qutb, piliers historiques de la confrérie. Indice intéressant à cet égard : dans les documents récents, tels les communiqués diffusés via le site web du mouvement, apparaissent trois logos : celui du Hamas, celui des Brigades Ezzedine al-Qassam, sa branche armée, et, ce qui est nouveau, celui des Frères Musulmans. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :