Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Béchara el-Khoury’

L’affaire «Moslem Today» en 1953 : Bruce Condé, un personnage énigmatique

Posted by jeunempl sur mars 31, 2013

L’Hebdo Magazine – Arlette Kassas

L'Affaire "Moslem Today" au Liban en 1953 - Bruce CondeAu début du mandat du président Camille Chamoun, le pays vivait une ère nouvelle sous le signe d’une unité nationale fragile. La révolution blanche, qui avait poussé le président Béchara el-Khoury à la démission, avait divisé les maronites, alors que les musulmans affichaient des positions mitigées à l’égard du nouveau chef de l’Etat.

En novembre 1953, l’abolition du confessionnalisme est débattue au Parlement au cours d’une séance houleuse. Une affaire connue sous le titre de «Moslem Lebanon today» suscite une véritable tension confessionnelle. Tout avait commencé le 19 novembre 1953 lorsqu’une brochure sous le titre «Moslem Lebanon today» est distribuée dans les rues. Aussitôt, les réactions fusent. Les milieux chrétiens protestent vivement contre la teneur de cette brochure. Les autorités la font saisir et annoncent des mesures contre ses auteurs. La rue se calme et les appels à la grève générale à la demande de Pierre Gemayel n’aboutissent pas. Cependant, les Phalanges se portent partie civile. L’affaire est devant la justice.
Le document, rédigé en anglais, est attribué d’abord à des organismes et à des politiciens musulmans. L’enquête permet de découvrir l’auteur de cette brochure qui fait rage. Il s’agit d’un orientaliste américain du nom de Bruce Condé, inscrit à l’Université américaine de Beyrouth. Il avait fait imprimer le document à l’imprimerie Imad el-Solh, à l’insu de ce dernier. Pendant des semaines, l’affaire occupe la scène libanaise. Les relations entre les différentes factions du pays sont tendues. Le confessionnalisme bat son plein. Le 12 décembre, le parti des Najjadé dénonce cette brochure. Le calme revient peu à peu.

Condé arrêté
Bruce Condé avait quitté le Liban pour le Yémen. Rentré quelque temps plus tard, il est arrêté par les autorités vers la mi-janvier 1954. Ses aveux font rebondir l’affaire. Il affirme qu’il n’a fait que traduire un texte arabe rédigé par le Dr Mustapha Khalidy, chez qui la brochure a été réalisée, et qu’il l’a fait à sa demande.

Le 9 février 1954, le parquet ordonne l’arrestation de Dr Khalidy. Vu la personnalité de l’accusé, le juge d’instruction refuse de Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le choix difficile du président libanais

Posted by jeunempl sur mai 22, 2011

Wassim Henoud – Le Monde

Avec tout le respect qui lui est dû, autant qu’à sa fonction, force est de constater que le président Michel Sleimane peine à imposer sa marque sur l’échiquier politique libanais.

Le général Sleimane a été porté à la présidence du pays en 2008 comme le plus petit dénominateur commun de l’Union nationale – mais emblématique de par l’attachement viscéral des Libanais à leur armée, dernier symbole de probité et d’union nationales. Invité à exercer la fonction suprême après avoir fait vœu de « chasteté politique », il cède au charme du pouvoir et rompt avec son engagement solennel.

Dans les trois ans qui ont suivi son élection, et malgré toutes ses promesses de neutralité, il s’implique et implique avec lui l’appareil de l’Etat dans les élections législatives en 2009 et les municipales de 2010. Il fut mal inspiré par ses courtisans, car à part la municipalité de Byblos, il perdra sur tous les fronts. Son leadership et son choix des hommes sont désastreux : preuve en sont les ministres qui étaient censés le représenter au sein du cabinet d’union nationale de M. Saad Hariri, et qui l’ont par la suite, qui lâché, qui médit de lui, et qui été profondément déçus par son incapacité à les soutenir face à la mise sous coupe réglée de l’appareil et des institutions de l’état par le clan Hariri.

Sa détermination sous des dehors effacés et sages, et sa ferme obstination à coller à la lettre de la Constitution en refusant de cueillir le pouvoir rendu vacant par le départ du président Lahoud, lui gagnèrent bien des sympathies à l’orée de son mandat. En effet, il préférera attendre qu’on lui organise un plébiscite parlementaire sous strict contrôle international, avant de déménager ses bureaux du ministère de la défense au Palais de Baabda. Ce faisant, il ignora superbement les appels de tous ceux qui entretemps le pressaient pour le bien du pays, le suppliaient presque, de combler le vide constitutionnel – celui du grand homme et journaliste Ghassan Tuéni, connu pour son opposition à l’accession des militaires au pouvoir, n’étant pas le moindre.

Depuis, le vent a tourné. Le 11 janvier, le gouvernement Hariri est forcé de démissionner après quatre mois de chômage technique imposé par le tandem Sleimane-Hariri pour protéger de jugement des faux-témoins notoires. Le 10 février, madame Eliana Ross, la présidente de la Commission des affaires étrangères au Congrès reconnut que les Etats-Unis avaient eu Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle ne renonça… ni se dérobera à son devoir

Posted by jeunempl sur août 1, 2010

Armée Libanaise

Dans l’imagination de chaque citoyen réside un soldat prêtant serment à Dieu d’accomplir son devoir complet en défendant les couleurs du drapeau de son pays. Une fois que les dangers tempêtent et le clairon retentit, il se dresse pour être le bouclier défendant son peuple, le protégeant du mal des ennemis, et se sacrifie afin de le sauver jusqu’à la dernière goutte de son sang.
Dans l’imagination de chaque soldat réside un citoyen, le contemplant avec toute confiance et respect, le considérant comme étant la soupape de sécurité et le seul sauveur lors des crises. Il offre tout pour les boucliers de la patrie; c’est alors que son frère le soldat répond en lui promettant une vie libre et prospère de tranquillité et de stabilité.

Entre cette scène et l’autre, se manifeste le sens de la solidarité entre l’Armée et ses citoyens, se dessine l’image du Liban unifié, surgissant toujours des crises et se dirigeant avec toute confiance vers le devant. Quels que soient le lieu ou le temps, le sang des martyrs demeure le flambeau illuminant le trajet d’une Armée dépassant les soixante quatre années…. Mais ne renonça pas…et ne se dérobera jamais à son devoir.

1- Aube de l’Armée

Le 1er aout 1945 est la date officielle de la fondation de l’Armée Libanaise. Or son âge vrai ne se résume pas par certaines décennies, car l’Armée Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :