Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

Posts Tagged ‘BDL’

La BDL prête à investir 400 millions de dollars pour faciliter les investissements dans les start-up

Posted by jeunempl sur août 28, 2013

(L’Orient le Jour)

Nicolas Sehnaoui - Ministre des TélécommunicationsLe ministre sortant des Télécommunications, Nicolas Sehnaoui, a annoncé lundi soir que la Banque centrale du Liban (BDL) était prête à investir des dizaines de millions de dollars pour encourager la création de start-up au Liban.

Qualifiant l’initiative de « bonne nouvelle », le ministre a fait cette annonce via son compte Twitter : « Le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salamé, vient de diffuser une nouvelle circulaire révolutionnaire qui vise à faciliter les investissements dans les start-up », écrit-il.

Interrogé par L’Orient-Le Jour, Maroun Chammas, président-directeur général de Berytech, a lui aussi salué la mesure de la BDL. « C’est une excellente initiative de la part du gouverneur, a-t-il indiqué. Initiative que nous saluons. Elle permettra d’encourager les fonds à travers les banques vers l’économie digitale et de revitaliser l’ensemble de l’économie. »

La question se pose toutefois de savoir si une telle mesure suffira à rassurer les entrepreneurs dans le contexte actuel de psychose sécuritaire. Pour M. Chammas, « le contexte n’influencera pas les créateurs d’entreprises, en particulier l’économie digitale qui ne s’adresse pas au marché libanais mais au monde entier. Les entrepreneurs seront affectés moralement mais pas économiquement », a-t-il conclu.
« La somme de 400 millions de dollars américains a été assurée à 75 % par la Banque centrale aux banques de placement libanaises pour investir dans les start-up, les accélérateurs et les Lire le reste de cette entrée »

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Balance des paiements : excédent de 382 millions de dollars en janvier

Posted by jeunempl sur mars 15, 2013

Le Commerce du Levant

Evolution économique & croissance - GrapheLa balance des paiements a affiché un excédent de 382,5 millions de dollars en janvier 2013, contre un déficit de 289,8 millions de dollars en janvier 2012.

Cet excédent a été le résultat de la baisse de 797,4 millions de dollars des avoirs nets étrangers des banques commerciales et de la hausse de 1,18 milliard de dollars de ceux de la Banque du Liban (BDL).

La balance des paiements a enregistré un déficit de 1,5 milliard de dollars en 2012 et de 2 milliards de dollars en 2011, contre des excédents de 3,3 milliards de dollars en 2010, 7,9 milliards en 2009 et 3,5 milliards en 2008.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Salaires : La réforme plus difficile que le financement de la grille

Posted by jeunempl sur mars 3, 2013

L’Hebdo Magazine – Liliane Mokbel

Salaires & grogne sociale (Liban)La nouvelle grille des salaires ne pourrait entrer en vigueur que si le projet de loi est voté en séance plénière par la Chambre des députés. Le dernier mot revient donc au Parlement. La pilule la plus dure à avaler consiste dans le processus de réforme devant accompagner la mise en œuvre d’une telle échelle. Pour être juste envers les trois composantes du pacte social, l’Etat, le patronat et les fonctionnaires, une restructuration en profondeur du secteur public est inéluctable dans le sens d’une réduction de son volume et de l’accroissement de sa productivité.

Aujourd’hui, l’échelle des salaires englobe 180000 fonctionnaires, sans compter les salariés des établissements publics et des offices autonomes.

A priori, bien qu’une loi ait été votée en 1992 suspendant le recrutement au sein de la fonction publique, depuis cette date, le nombre de fonctionnaires n’a cessé d’augmenter sous une forme de «recrutement déguisé», qui prend la forme de salariés contractuels sur base d’accords renouvelables chaque fin d’année pour l’accomplissement d’une mission déterminée ou d’un contrat «d’achat de service». En revanche, ce dernier type de contrat ne donne pas lieu à une inscription des bénéficiaires à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) ni au droit d’être inclus au nombre des fonctionnaires englobés par l’ajustement des salaires.

Dans le même prolongement s’inscrit la nécessité de supprimer les organismes parallèles, qui ont pullulé au lendemain de la fin de la guerre pour accomplir des missions qui reviennent en vertu de la Loi fondamentale aux entités étatiques mais qui ont en fait servi «à caser les ouailles d’un clientélisme politique d’après- guerre». A titre indicatif, on citera la Caisse du Sud, la Caisse des déplacés etc.

Parallèlement, il est impératif de supprimer certains établissements et administrations publics qui ne sont plus opérationnels vu que les motifs pour lesquels ils ont été créés n’existent plus. Il s’agira par exemple d’Elissar (l’établissement public pour la reconstruction de la région d’Ouzaï, de Jnah…), l’office des chemins de fer, les raffineries de pétrole et la Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le bilan de la Banque du Liban en hausse de 8% fin octobre

Posted by jeunempl sur novembre 5, 2012

Le Commerce du Levant

Le bilan de la Banque du Liban (BDL) s’est élevé à 77,38 milliards de dollars fin octobre, en hausse de 8% par rapport à octobre 2011.

La valeur des réserves en or de la BDL a augmenté de 3,4% depuis octobre 2011 à 15,86 milliards de dollars. Les dépôts du secteur privé ont totalisé 54,31 milliards de dollars, tandis que les dépôts du secteur public ont atteint 5,85 milliards de dollars.

Les avoirs en devises de la BDL ont augmenté de 10% sur un an à 35,15 milliards de dollars.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : La balance des paiements enregistre une progression positive en mars

Posted by jeunempl sur mai 11, 2012

Le Commerce du Levant

La balance des paiements a accusé un déficit de 373,2 millions de dollars durant les trois premiers mois de l’année, contre un déficit de 399,2 millions de dollars durant la même période en 2011, en baisse de 6,5%.

Sur le seul mois de mars, la balance des paiements a enregistré un excédent de 51 millions de dollars. Cet excédent a été le résultat de la baisse de 196,2 millions de dollars des avoirs nets étrangers des banques commerciales et de la hausse de 246,9 millions de dollars de ceux de la Banque du Liban (BDL).

Le déficit cumulé de la balance des paiements à mars a été le résultat de la hausse de 117,3 millions de dollars des avoirs nets étrangers de la BDL et de la baisse de 490,5 millions de dollars de ceux des banques commerciales.

La balance des paiements a enregistré un déficit de 2 milliards de dollars en 2011, contre des excédents de 3,3 milliards de dollars en 2010, 7,9 milliards en 2009 et 3,5 milliards en 2008.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Abboud au « Forum des Finances et des Affaires »: luttons contre la corruption avant que le Liban ne perde une opportunité unique

Posted by jeunempl sur mars 28, 2012

D.CH. – ANI

Fadi Abboud - Ministre du Tourisme

Le ministre du Tourisme Fadi Abboud a estimé mercredi lors d’une allocation prononcée au  » Forum des Finances et des Affaires  » tenu à l’hôtel Mövenpick, sous le patronage du Premier ministre Najib Mikati, représenté par le ministre de l’économie Nicolas Nahhas, qu’il n’y avait pas une véritable intention chez certaines parties au Liban pour lutter contre la corruption, un problème que les considérations politiques et confessionnelles compliquent davantage.

Le ministre qui abordait le thème du  » développement économique, par la lutte contre la corruption et le développement de la justice sociale « , a estimé que la prochaine période, déterminera le rôle du Liban dans l’économie arabe et mondiale, à la suite des changements qui frappent la région.

« La lutte contre la corruption a fait couler beaucoup d’encre, mais les chiffres montrent que nous n’avons point avancé. Il est clair qu’il n’existe pas une véritable intention chez certains pour lutter contre la corruption, un problème encore plus compliqué par les considérations politiques et confessionnelles qui politisent toute demande de compte » a-t-il-dit.

« J’avance depuis deux ans des propositions effectives, lors de la discussion du budget, car je considère que le processus des réformes débute par la méthode de l’élaboration du budget, puisque ce projet est l’un des outils du travail gouvernemental, pour faire face au phénomène de corruption. Mais cette confrontation ne peut être réduite à un nombre de slogans et de discours verbaux et ni à quelques mesures marginales. Elle doit être plutôt placée au sein des politiques publiques » a-t-il ajouté.

Il a dans ce contexte énuméré quelques propositions qu’il avait avancées, dont la fondation d’un haut conseil sur la compétitivité qui jouerait selon lui, un rôle principal dans la diminution des complications administratives. Celles-ci causent la perte d’importantes opportunités d’investissement au Liban.

Et de poursuivre: » J’ai de même proposé de développer et d’appliquer la loi sur l’enrichissement illicite, qui devrait atteindre tous les employés du secteur public, les administrations de l’Etat et ses institutions publiques ».

Le ministre a dans le même contexte appelé à ce que le projet du budget renferme les exigences financières et administratives pour l’application de la loi sur la compétitivité et la protection du consommateur, et à accélérer l’approbation de l’assurance médicale globale à tous les Libanais, financée par l’Etat, afin de délivrer les institutions et les employés cette charge.

« L’exécution de ces démarches en premier lieu, assurera des outils pour amorcer l’édification d’une économie productive et active, ce qui se reflètera positivement sur la situation sociale et l’augmentation des ressources » a-t-il affirmé.

« La lutte contre la corruption et la réalisation du développement économique ne sont pas impossibles, si les bonnes intentions existent. Le long périple débute par un pas, que nous devons franchir avant que le Liban ne perde une opportunité unique » a-t-il conclu.

Inauguration du Forum « Finances et Affaires » sous le parrainage de Mikati

D.CH/N.A. – ANI

Le Groupe « Convex International » a inauguré mercredi le Forum « Finances et Affaires » sur « la récupération de la confiance dans l’économie et l’attraction des investissements », sous le parrainage du Premier ministre Najib Mikati représenté par le ministre de l’Economie et du Commerce Nicolas Nahas en coopération avec la BDL à l’hotel Movenpick – Beyrouth.

M. Nahas, le ministre du Tourisme Fadi Abboud, le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé et d’autres personnalités ont assisté à cet événement.

A cette occasion, le ministre Nahas qui s’est exprimé au nom du président Mikati, a mis l’accent sur les défis de l’économie.

Il a indiqué qu’un conflit existe entre la politique et l’économie et entre les deux secteurs public et privé, appelant  » à ce que ce conflit s’arrête immédiatement « .

« Le président Najib Mikati a préparé un plan et une vision économiques pour parvenir à une entente nationale pour garantir le succès des projets économiques « , a-t-il signalé, affirmant que  » sans stabilité et sécurité absolues, nous ne pouvons aboutir à une croissance constante « .

A son tour, M. Salamé a mis l’accent sur « l’économie libanaise ouverte sur les marchés mondiaux et qui se spécifient par l’incitation à une initiative individuelle et la libre circulation des capitaux ».

« Le Liban compte sur les investissements et (…) grâce à la spécificité de son système financier et bancaire, le pays a pu prouver sa capacité à faire face à la crise financière mondiale », a-t-il noté.

Le gouverneur de la BDL a souligné que « le secteur bancaire libanais constitue une partie principale et vitale de l’économie libanaise et le moteur principal de la croissance ». Il a mis l’accent sur le rôle de la Banque du Liban « dans le renforcement du rôle de ce secteur qui a pris les mesures de prévention des dangers et pour faire de lui un secteur immunisé et moderne ».

Le ministre Abboud a, quant à lui, estimé qu’il n’y avait pas de véritable intention chez certaines parties au Liban pour lutter contre la corruption, un problème que les considérations politiques et confessionnelles compliquent davantage.

Le ministre qui abordait le thème du « développement économique, par la lutte contre la corruption et le développement de la justice sociale », a estimé que la prochaine période, déterminera le rôle du Liban dans l’économie arabe et mondiale, à la suite des changements qui frappent la région.

« La lutte contre la corruption a fait couler beaucoup d’encre, mais les chiffres montrent que nous n’avons point avancé. Il est clair qu’il n’existe pas une véritable intention chez certains pour lutter contre la corruption, un problème encore plus compliqué par les considérations politiques et confessionnelles qui politisent toute demande de compte » a-t-il-dit.

« J’avance depuis deux ans des propositions effectives, lors de la discussion du budget, car je considère que le processus des réformes débute par la méthode de l’élaboration du budget, puisque ce projet est l’un des outils du travail gouvernemental, pour faire face au phénomène de corruption. Mais cette confrontation ne peut être réduite à un nombre de slogans et de discours verbaux et ni à quelques mesures marginales. Elle doit être plutôt placée au sein des politiques publiques » a-t-il ajouté.

Il a dans ce contexte énuméré quelques propositions qu’il avait avancées, et dont, la fondation d’un haut conseil sur la compétitivité, qui jouerais, selon lui, un rôle principal dans la diminution des complications administratives, qui causent la perte d’importantes opportunités d’investissement au Liban.

Et de poursuivre: » J’ai de même proposé de développer et d’appliquer la loi sur l’enrichissement illicite, qui devrait atteindre tous les employés du secteur public, les administrations de l’Etat et ses institutions publiques ».

Le ministre a dans le même contexte appelé à ce que le projet du budget renferme les exigences financières et administratives pour l’application de la loi sur la compétitivité et la protection du consommateur, et à accélérer l’approbation de l’assurance médicale globale à tous les Libanais, financée par l’Etat, afin de délivrer les institutions et les employés cette charge.

« L’exécution de ces démarches en premier lieu, assurera des outils pour amorcer l’édification d’une économie productive et active, ce qui se reflètera positivement sur la situation sociale et l’augmentation des ressources » a-t-il affirmé.

« La lutte contre la corruption et la réalisation du développement économique ne sont pas impossibles, si les bonnes intentions existent. Le long périple débute par un pas, que nous devons franchir avant que le Liban ne perde une opportunité unique » a-t-il conclu.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Salamé prévoit une croissance de plus de 4% au Liban en 2012

Posted by jeunempl sur janvier 26, 2012

Le Commerce du Levant

Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, a estimé à plus de 4% la croissance au Liban en 2012, si la situation locale et régionale se stabilise.

« Nous pouvons dépasser ce taux si les conditions nécessaires sont réunies : une stabilité politique et moins de tension dans la région », a affirmé Salamé. « Le potentiel de croissance existe parce que les liquidités sont disponibles ».

L’économie a enregistré un taux de croissance de 2% en 2011 contre 7,5% en 2010, tirée vers le bas par les tensions régionales, surtout en Syrie.

Pour le gouverneur de la Banque centrale, « l’activité économique en 2011 était satisfaisante si l’on prend en compte la situation régionale et les incidents survenus au Liban ».

Il a souligné que les prêts au secteur privé ont atteint 40 milliards de dollars en 2011, en hausse annuelle de 14%, alors que les réserves en devises de la BDL ont atteint 32 milliards de dollars et que les réserves en or sont évaluées à près de 15 milliards de dollars.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

12 % d’énergie renouvelable en 2020 : peut-on aller plus loin ?

Posted by jeunempl sur septembre 29, 2011

(Soraya Hamdan – L’Orient le Jour)

En 2009, le Liban s’était engagé, lors du sommet de Copenhague, à produire 12 % de son énergie à partir de sources renouvelables, d’ici à 2020. Aujourd’hui, où en est-on ? Le pays a-t-il les moyens d’atteindre cet objectif ? Ministres compétents et experts ont fait le point hier lors d’une conférence sur ce thème organisée par le Parti libanais pour l’environnement.

Le Parti libanais pour l’environnement a organisé hier, en collaboration avec la fondation Friedrich-Ebert-Stiftung, une rencontre sur le thème des énergies renouvelables à Beyrouth, en présence du ministre de l’Environnement, Nazem el-Khoury, du ministre de l’Énergie et des Ressources hydrauliques, Gebran Bassil, du président de la fondation allemande, Samir Farah, et du directeur du programme sur l’énergie et l’environnement au sein du PNUD, Edgar Chéhab. En 2009, le Liban s’était engagé au sommet de Copenhague à produire 12 % de sa capacité énergétique à partir de sources renouvelables en 2020. Un an et demi plus tard, le pays est-il prêt à tenir cet engagement ?

Pour Habib Maalouf, président du Parti libanais pour l’environnement, « le Liban est doté d’un potentiel énergétique naturel extrêmement riche qui lui permet non seulement d’atteindre l’objectif des 12 %, mais de produire 50 % de son énergie à partir de sources renouvelables, compte tenu de la richesse hydraulique et solaire du pays ». Le pays du Cèdre est en effet doté d’un potentiel éolien et hydraulique estimé respectivement à Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Une nouvelle loi pour remettre Beyrouth sur la carte des centres financiers

Posted by jeunempl sur août 24, 2011

(Anne Ilcinkas – L’Orient le Jour)

Depuis la réouverture de la Bourse de Beyrouth en 1996, de nombreux projets de loi ont vu le jour pour la moderniser et lui redonner sa gloire et son prestige d’antan. En vain. En novembre 2010, pour la première fois, un projet de loi est approuvé par une sous-commission parlementaire. Le texte, avalisé au début de ce mois, prévoit la création d’une autorité de contrôle des marchés et la privatisation de la Bourse de Beyrouth. L’objectif : donner un signal fort aux investisseurs et entreprises pour les attirer. Explications.

Depuis sa réouverture après la guerre civile, la Bourse de Beyrouth vivote et peine à retrouver sa place au niveau régional. Aujourd’hui, une dizaine d’entreprises sont cotées et une trentaine d’actions et de fonds s’échangent sur le marché. Solidere et les trois grandes banques, BLOM, Byblos et Audi, se partagent la majeure partie de la capitalisation boursière, estimée désormais à un peu plus de 11 milliards de dollars. Ce marché étroit constitue un paradoxe pour un pays réputé pour le dynamisme et la puissance de son secteur bancaire. Pourtant, depuis 1992, chaque gouvernement s’attelle à moderniser l’institution. Mais entre instabilité politique, paralysie des institutions et changements de ministres, les projets se succèdent et avortent précocement.

En 2006, un projet de loi franchit pour la première fois les portes du Parlement. Mais la situation politique empêche le texte d’être examiné. C’est finalement un nouveau projet, qui tient compte des conséquences de la crise internationale financière de 2008, qui sera voté, dans sa version finale, par la sous-commission parlementaire présidée par le député Yassine Jaber, en novembre dernier, et adopté en Assemblée générale au début de ce mois.

Fruit des précédents projets et compromis entre les différents acteurs, le texte entend rattraper le retard cumulé par le Liban dans le domaine des marchés financiers. Et porte en lui un message à destination des investisseurs et des sociétés : « Le Liban va redevenir une place financière correctement régulée », d’après les termes de Yassine Jaber.

La grande nouveauté de la loi est la création d’une autorité de contrôle des marchés financiers, un organe public – baptisé « Conseil national pour les marchés financiers au Liban » – dont la mission majeure est la Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le bilan de la Banque du Liban en hausse de 4% en juillet

Posted by jeunempl sur août 12, 2011

Le Commerce du Levant

Le bilan de la Banque du Liban s’est élevé à 68,5 milliards de dollars en juillet, en hausse de 4% en rythme mensuel.

Cette croissance importante est due à la flambée du prix de l’or, la valeur des réserves en or de la BDL s’étant appréciée de 6,8%, soit 952 millions de dollars, à 14,88 milliards de dollars.

Les dépôts du secteur financier ont augmenté de 3,2% par rapport à juin, à 46,66 milliards de dollars, tandis que les dépôts du secteur public ont progressé de 7,6% à 5,69 milliards de dollars.

Posted in Economie, Géneral | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :