Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Articles Tagués ‘Bashar al-Assad’

Aoun : Le bloc de Joumblatt n’a jamais fait partie de la majorité

Publié par dodzi le mars 7, 2012

L’Orient le Jour

Commentant l’absence des députés du Front de lutte nationale, le chef du Courant patriotique libre, Michel Aoun, a estimé hier qu’il s’agit « d’une position négative qui ne peut s’expliquer que par le fait qu’ils ont l’intention de ne pas faire partie de la majorité ». M. Aoun, qui s’exprimait à l’issue de la réunion hebdomadaire de son bloc parlementaire, a ajouté que « le groupe joumblattiste n’a d’ailleurs jamais fait partie de la majorité parlementaire. Ses membres se sont retrouvés au sein de cette majorité à cause d’intérêts bien particuliers ».

Et le chef du CPL d’ajouter : « Lorsque le dossier ne sert pas l’intérêt personnel de (Walid) Joumblatt, il s’en désintéresse. Le contraire est vrai. » Affirmant en outre que le leader druze profite de la présence de ses ministres au gouvernement, le député a affirmé : « Lorsque ces derniers démissionneront du gouvernement, on verra à ce moment-là si nous sommes effectivement devenus la minorité. »

Même son de cloche chez le secrétaire général du mouvement de la Lutte libanaise, Fayçal Daoud, qui a estimé, à l’issue d’une rencontre avec le général Aoun, que M. Joumblatt « travaille pour son intérêt personnel et non dans l’intérêt de la nation ». Lire la suite »

Publié dans Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Economie, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vers davantage de jihadistes étrangers aux côtés de l’ASL ?

Publié par dodzi le mars 7, 2012

L’Orient le Jour

Aux côtés des insurgés syriens, une poignée de jihadistes sunnites combat le président Bachar el-Assad, selon des rebelles et des experts, et elle constitue l’extrême minorité des opposants armés au régime. Sauf que le phénomène pourrait s’amplifier.
Il est important de rappeler d’abord que sur les 22 millions de Syriens, quelque 70 % sont sunnites, 20 % appartiennent à d’autres branches de l’islam (chiites, druzes, ismaéliens, mais surtout 12 % d’alaouites) et 10 % sont chrétiens. Le nombre de jihadistes étrangers est donc difficile à évaluer à l’échelle du pays. Les combattants rencontrés pendant près d’une semaine par un journaliste de l’AFP autour de Homs, ville-symbole de la révolte reprise le 1er mars par l’armée, étaient essentiellement des Syriens sunnites, avec parfois quelques étrangers de même confession, et très rarement des chrétiens du pays.

« Cinq Libyens se battaient à Homs avec nous. Ils ont tous été tués », a ainsi expliqué un chef de groupe de l’Armée syrienne libre (ASL) ayant combattu dans la ville, confirmé par d’autres témoignages. Il a toutefois réfuté la présence de nombreux étrangers. « Il y en a quelques-uns, de différentes nationalités, mais on est essentiellement des Syriens. Et el-Qaëda n’a rien à voir avec nous ; el-Qaëda ne nous intéresse pas », a-t-il assuré. « Dans un pays où le chaos s’installe, il va de soi qu’un espace se crée pour des volontaires étrangers », mais leur rôle « restera dérisoire à moins que les combattants syriens ne voient un intérêt à leur présence », estime de ce fait Peter Harling, expert à l’International Crisis Group (ICG). Mi-février, un observateur de la Ligue arabe à Homs avait pourtant expliqué sous couvert d’anonymat que « de nombreux combattants étrangers » – islamistes pakistanais, afghans, libanais, irakiens, soudanais, libyens et yéménites – y menaient l’essentiel des actions armées et « dominaient tout le monde », l’ASL comme les activistes civils. « C’est un produit de son imagination, rétorque néanmoins M. Harling. Je ne vois pas comment des étrangers, à ce stade du conflit, imposeraient quoi que ce soit » aux Syriens et « je ne crois pas non plus qu’ils soient nombreux ». Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui sont les Syriens qui soutiennent encore Bachar el-Assad ?

Publié par dodzi le février 10, 2012

Atlantico

Si le régime ne s’est toujours pas écroulé, c'est qu'il bénéficie d’une assise sociale importante

L’armée syrienne a lancé lundi un nouvel assaut sur Homs, haut lieu de contestation au régime de Bachar el-Assad, alors que le blocage au sein de la communauté internationale reste entier. Mais si le régime ne s’est toujours pas écroulé, c’est qu’il bénéficie d’une assise sociale importante.

Vu d’Occident, nous avons l’impression que l’ensemble de la population syrienne s’est soulevée contre le régime de Bachar el-Assad. Il ne se maintiendrait que par la peur et une répression aveugle. Pourtant quelques médias montrent des images de manifestations en faveur du régime : propagande gouvernementale ou bien réel soutient populaire ?

A Lattaquié et à Tartous, principales villes de la région alaouite, les manifestations de soutien à Bachar el-Assad rassemblent des centaines de milliers de personnes. A Alep, Bachar el-Assad fait le plein dans les quartiers chrétiens, notamment parmi la communauté arménienne, dont le parti Tachnag a organisé dès avril 2011 des rassemblements de soutien au président syrien. Les deux grandes places des Omeyyades et des Abbassides à Damas sont envahies régulièrement par les supporters du régime, notamment lorsque la Syrie est condamnée par les pays occidentaux et les "pétromarchies" du Golfe. Il s’agit également d’empêcher l’opposition d’occuper ces lieux pour en faire de nouvelles places Tahrir (Caire) et de montrer ainsi que la rue syrienne est unie derrière son Président.

Le régime syrien ne s’est pas écroulé dès les premiers mois de la contestation car il bénéficie d’une assise sociale importante qui transcende les communautés confessionnelles et ethniques. Certes, les minorités confessionnelles telles que les alaouites, les druzes, les chrétiens, les chiites duodécimains et les ismaéliens sont plus enclines à soutenir le régime par peur de la revanche de la majorité sunnite. Mais si le régime ne pouvait compter que sur la fidélité active ou passive de seulement 20% de la population, il serait déjà tombé. Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Syrie: le conflit se communautarise

Publié par dodzi le février 10, 2012

LaVie.fr

Par Natalia Trouiller

Les minorités chrétienne et alaouite, considérées comme pro-Assad, sont de plus en plus la cible des insurgés syriens, notamment à Homs. Les chefs chrétiens se refusent, pour l’instant, à parler de conflit communautaire.

Syrie: Les chrétiens en ligne de mire

Selon l’agence de presse Misna, à Rome, trois évêques chrétiens (un catholique et deux orthodoxes) ont dû quitter précipitamment les villes de Homs et et de Hama. "Seuls quelques prêtres catholiques et orthodoxes sont restés à Homs", révèle l’agence. Pour Asianews, les médias occidentaux simplifient à tort la situation, prenant les infos des insurgés en raison de la difficulté extrême de vérifier les infos sur le terrain: mais les propres sources de l’agence catholique montrent que les violences à l’encontre de la population sont loin d’être le fait des seules forces armées pro-Assad. Asianews parle d’un "mur inexpugnable de la désinformation".

Pour l’agence de presse Apic, la situation des chrétiens, considérés comme des soutiens d’Assad, et plus encore des alaouites est très préoccupante. "A Homs, les chrétiens sont désormais dans le collimateur des insurgés sunnites, comme le sont les alaouites, la minorité à laquelle appartient le président Bachar al-Assad. Les insurgés n’épargnent personne: un chrétien de Tartous raconte par exemple que ses trois neveux, fils de son frère, ont été abattus à Homs, dans leur atelier, simplement parce qu’ils réparaient une voiture appartenant à la police". Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des membres d’Al-Qaida parmi les réfugiés syriens au Liban

Publié par dodzi le décembre 22, 2011

Xinhua

L’armée libanaise a soulevé des préoccupations lors d’une réunion de sécurité que certains " réfugiés syriens" fuyant vers le Liban sont en fait des membres d’Al-Qaïda, a rapporté mercredi le journal de l’expression anglaise, The Daily Star.

Lors de la réunion présidée par le Premier ministre Najib Mikati, le commandant de l’armée libanaise Jean Kahwagi a déclaré que la contrebande illégale d’armes et de combattants se déroule dans la ville frontalière libanaise de Arsal, selon The Daily Star.

Kahwagi a repris les commentaires faits plus tôt par le ministre de la Défense Ghosn Fayez que les membres des groupes terroristes entrent à Arsal sous le couvert de l’opposition syrienne pour établir une base.

Des réfugiés syriens ont fui Wadi Khaled dans le nord du Liban depuis l’éclatement des manifestations anti-gouvernementales en mars. Mais dans les derniers mois, l’attention a été concentrée sur Arsal dans le nord, où la contrebande d’armes est soupçonnée à travers les montagnes qui marquent la frontière entre la Syrie et le Liban.

Lors de la réunion, Kahwagi a confirmé à des sources proches du Premier ministre que certains trafiquants d’armes qui prétendent être de l’opposition syrienne sont en fait des membres d’Al-Qaïda, a déclaré The Daily Star. Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Révolutions Arabes, ce qu’il faut en penser

Publié par dodzi le octobre 3, 2011

Le Liban, Le Blog francophone du Liban

Par Frenchy

« La guerre ne se gagne pas sans l’Égypte, la Paix ne se fait pas sans la Syrie », c’est par cet adage que l’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger résumait la situation au Moyen Orient, et par lequel, il faut comprendre l’embarras des Pays Occidentaux face à la réalité actuelle en Syrie, en proie, comme nous le savons tous, à des troubles internes faisant suite au soulèvement de certains pays arabes. Il faut donc recadrer et comprendre les motifs et les différences entre la Syrie d’une part, et ces mêmes pays arabes, à savoir la Tunisie, l’Égypte, la Libye et Bahreïn, pour ne pas évoquer le cas du Yémen également.

Le soulèvement tunisien a été précurseur dans la démonstration que des foules peuvent se rebeller avec succès face à un dictateur, à savoir Ben Ali. La Révolution du Jasmin a été un succès en raison surtout de son inefficacité à être corrélée à d’autres impératifs régionaux. Il s’agit en effet d’un pays du Magreb et non du Machreq ou du Golfe Persique qui sont des régions autrement plus « stratégiques », en raison d’une part de la proximité des Pays Arabes entourant Israël (cas de l’Égypte ou de la Syrie) et d’autre part, en raison de la proximité avec les approvisionnements pétroliers (Bahreïn ou Yémen) dont dépendent les pays occidentaux.

Le premier point est qu’il est totalement incohérent de comparer la situation des pays arabes avec celle des pays est-européens après la chute du mur de Berlin. Il s’agit d’une chose d’autant plus erronée que ces pays européens ont connu une période démocratique entre les 2 guerres, ce qui n’est pas le cas de la plupart des pays arabes en questions, qui ont connu ou une royauté de pacotille comme en Libye ou en Égypte ou une pseudo-démocratie émaillée de coups d’états comme en Syrie pour ensuite trouver un dirigeant-dictateur qui leur a apporté une stabilité certes mais au prix de la liberté. Le fait de prétendre alors que ces révolutions pourraient amener à l’élaboration d’un système politique est assez peu clair, le risque le plus important serait alors que cette période démocratique soit à son tour émaillée par des coups d’états jusqu’à ce qu’un dictateur arrive au pouvoir.

Un des modèles européens, si toutefois on souhaite imposer ce schéma, pourrait être celui de l’Espagne après Franco. Cependant, si on prend en compte que certains pays arabes comme la Syrie ou Bahreïn hébergent d’importantes minorités, on peut cependant douter de sa validité.

Je tiens également à préciser qu’on a actuellement un modèle malsain au Liban même ou des personnes se préoccupent des affaires internes syriennes. Ces ingérences sont doublées d’une connotation malheureusement sectaire propre à rappeler les causes de la guerre civile libanaise, avec notamment, une solidarité inter-sunnite transcendant les frontières libanaises, étrangement proche des schémas qui ont coupé cette communauté du concept de la nation libanaise pour se rapprocher du concept du Panarabisme et de la lutte palestinienne au nom de la solidarité entre pays arabes. On sait ce que cela nous en a couté au Liban, 100 000 morts et une guerre civile.

Nous examinerons quelques différences dont le cas de la Libye puis de l’Égypte et dans un deuxième temps, nous aborderons les cas des révolutions ratées, à savoir de Bahreïn et de la Syrie. Lire la suite »

Publié dans Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le patriarche d’Antioche juge "nécessaires" les réformes au Proche-Orient

Publié par dodzi le septembre 12, 2011

AFP/L’Orient le Jour

Le nouveau patriarche maronite libanais Mgr Béchara Boutros Raï a estimé, à l’issue de sa visite officielle en France, que les "réformes politiques étaient nécessaires dans certains pays du Moyen-Orient".

Dans un communiqué publié lundi, Mgr Raï "remercie de tout son coeur" Nicolas Sarkozy pour son "accueil chaleureux" et l’intérêt que "le président et les autres autorités portent au Liban et aux chrétiens du Moyen-Orient".

"Les analyses communes des événements en cours dans certains pays du Moyen-Orient étaient concordantes, surtout que les réformes politiques sont nécessaires pour le bien de leurs peuples", a déclaré Mgr Raï.

Le patriarche maronite, qui ne cite pas les pays en question, avait exprimé pendant une conférence de presse mercredi soir à Paris, lors de la Conférence des évêques de France, "sa crainte d’une transition en Syrie" qui pourrait, selon lui, représenter une menace pour les Chrétiens d’Orient.

"J’aurais aimé qu’on donne plus de chances à M. Assad pour faire les réformes politiques qu’il a commencées" en Syrie, avait-il ajouté, regrettant les violences, mais sans vouloir condamner la sanglante répression du président syrien, un homme "ouvert, qui ne peut pas faire des miracles".

Dans son communiqué de lundi, Mgr Raï soutient clairement Paris sur la nécessité de réformes politiques au Moyen-Orient.

Le patriarche précise qu’"il a exprimé ses craintes qui se résument à trois: que les événements ne dégénèrent en guerres civiles, que les changements n’aboutissent à des régimes plus durs ou ne conduisent à l’effritement des pays du Moyen-Orient en mini Etats confessionnels". Lire la suite »

Publié dans Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La France surprise des déclarations du Patriarche Al Rai, rapporte Al-Hayat

Publié par dodzi le septembre 11, 2011

iLoubnan.info

Le quotidien panarabe Al-Hayat a cité dimanche un responsable français exprimant sa surprise des déclarations du Patriarche Béchara Boutros Al-Rai sur la Syrie.

"Il est très étrange que le patriarche a parlé au nom des chrétiens de la Syrie et a déclaré que le président Bachar al-Assad, qui tue et opprime son peuple, doit avoir plus de chances", a ajouté la source.

La source a également noté que le président français Nicolas Sarkozy a expliqué à Al-Rai qu’il avait donné plus de chances à Assad, mais le président syrien a choisi d’être radical et tuer son peuple.

La source a également déclaré que lors de la réunion du patriarche avec le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé, Le Patriarche a exprimé son inquiétude du danger des Frères musulmans en Syrie, et quand Juppé a demandé à Al-Rai "Qu’en est-il du Hezbollah au Liban?", Al-Rai a déclaré que la "coexistence avec le Hezbollah est bonne et normale."

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La fausse blogueuse syrienne indigne le web

Publié par dodzi le juin 15, 2011

L’Express

Par Catherine Gouëset

La création d’un blog par un Américain se faisant passer pour une homosexuelle basée à Damas, Amina Arraf, a scandalisé la blogosphère.

Copie d'écran de la page Facebook de soutien à Amina Abdallah, supprimée depuis.

En prétendant défendre la cause des opposants syriens, la vraie-fausse blogueuse Amina Abdallah a surtout nui à leurs combats. Celle qui se présentait comme une homosexuelle américano-syrienne, auteur du blog "A gay girl in Damascus", était en fait un étudiant américain installé en Ecosse. Dans unmessage d’excuse, Tom MacMaster écrit qu’il ne s’attendait pas à susciter une telle attention. Mais, précise-t-il, si la blogueuse n’existe pas réellement, "les faits relatés sur le blog sont vrais et pas trompeurs sur la situation sur le terrain." "Je ne pense pas avoir fait de mal à quiconque", dit-il tout en reconnaissant qu’il a "heurté des gens dont il partage les opinions et les luttes."

MacMaster utilisait le nom d’Amina comme pseudo en ligne depuis 5 ans selon le Washington Post, une des premières sources à révéler l’information. Tom MacMaster a créé le blog "A gay girl in Damascus" en février, peu après que la vraie-fausse Amina a annoncé qu’elle rentrait des Etats-Unis en Syrie. Son histoire jusque-là était plausible. Et quand une personne se disant son cousin, Rania O Ismail, a annoncé sa disparition, le 6 juin, ses "fans" ont créé une page Facebook pour la défendre, "Free Amina Abdallah".

Sur son blog, Amina racontait sa participation aux protestations de rue et comment elle avait dû se cacher, après une tentative d’arrestation, à son domicile, à laquelle son père se serait opposé. C’est à ce moment, alors que tous les médias relaient cette "disparition" tout en lui consacrant des portraits parfois détaillés comme celui du Guardian, que les doutes sur son identité apparaissent.

Les blogueurs Liz Henri et Andy Carvin, responsable de la stratégie médias pour le site de la radio publique américaine (NPR), devenu une célébrité en ligne depuis qu’il suit en direct les révoltes arabes, sont parmi les premiers à avoir douté: "Il y a quelques jours, j’ai reçu un tuyau d’une source LGTB (lesbiennes, gays, bi et trans) syrienne qui pensait qu’Amina n’existait pas", raconte Andy Carvin, le 8 juin. Cette source avait interrogé d’autres membres de la communauté et personne ne la connaissait. Ceux-ci s’inquiétaient d’ailleurs du fait que son blog attirait l’attention sur les homosexuels de Syrie et pouvait les mettre en danger. Andy Carvin raconte avoir alors demandé sur Twitter si quelqu’un avait rencontré Amina et n’avoir trouvé personne.   Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Syrie: L’opposition appelle à un «vendredi de la colère»

Publié par dodzi le avril 29, 2011

AFP/20minutes.fr

Révoltes en SyrieLe régime syrien est «déterminé à restaurer la sécurité»…

Alors que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU doit se réunir de manière extraordinaire, le régime syrien est déterminé à réprimer la contestation tandis que l’opposition a appelé à manifester massivement ce vendredi.

«Les autorités sont déterminées à restaurer la sécurité, la stabilité et la tranquillité des citoyens», a affirmé jeudi à l’AFP le ministre syrien de l’Information, Adnane Mahmoud. Mais les protestataires refusent de lâcher prise et les «jeunes de la révolution syrienne» ont appelé sur Facebook à un «vendredi de la colère» en solidarité avec Deraa. «Aux jeunes de la révolution, demain nous serons sur toutes les places, dans toutes les rues (…), nous serons au rendez-vous», ont écrit les militants.

«La situation empire» à Deraa

A Deraa, dans le sud du pays, la situation humanitaire se dégrade après l’offensive militaire sans précédent pour mater la révolte dans ce berceau de la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad, selon des militants. «La situation empire, nous n’avons ni médecins ni médicaments, ni lait pour enfants. L’électricité est toujours coupée et nous n’avons pas d’eau non plus», a dit Abdallah Abazid sur place, joint au téléphone par l’AFP à Nicosie.

La répression à Deraa a coûté la vie à 42 personnes depuis lundi, selon le «Comité des martyrs du 15 mars», proche des opposants. Depuis six semaines, au total 502 personnes ont trouvé la mort dans tout le pays, selon la même source. «A Deraa, l’armée est intervenue à la demande de la population pour rétablir la sécurité», a déclaré Adnane Mahmoud. Un militant de l’opposition, Abdallah Abazid a assuré que certains soldats «de la 5e compagnie se sont joints aux habitants de Deraa pour les défendre face aux services de sécurité». Le ministre de l’Information a réfuté cette information.

Des membres des forces de sécurité tués

Pour sa part, l’agence officielle Sana a rapporté que deux membres des forces de sécurité avaient été tués et sept blessés par balles à Deraa et à Tell Kalakh, à la frontière avec le Liban. Dans cette dernière ville, des heurts ont éclaté jeudi et des centaines de Syriens, pour la plupart des femmes et des enfants, ont fui au Liban voisin, selon un correspondant de l’AFP.

Le ministre de l’Information a par ailleurs indiqué que plus de 50 soldats et des dizaines de policiers avaient été tués depuis le début de la révolte. La télévision syrienne diffusait jeudi en boucle des images de funérailles de soldats et policiers et les «aveux» de deux jeunes gens présentés comme «des terroristes». Lire la suite »

Publié dans Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 40 followers

%d bloggers like this: