Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Bachar el Assad’

Moyen-Orient: « Ce chaos généralisé arrange l’Etat d’Israël »

Posted by jeunempl sur mars 7, 2015

La Libre

Rudolf El Kareh - PolitologueOù va le Moyen-Orient ? Dans quelles dynamiques régionales sont intervenues les forces destructrices qui ont succédé aux « printemps arabes »? Remise en perspective historique avec le sociologue et politologue Rudolf el Kareh, professeur des universités, spécialiste du Moyen-Orient et conseiller auprès des institutions européennes.

Vous remettez en cause la vision confessionnelle des événements au Proche-Orient. La lutte entre les sunnites et les chiites, c’est une construction qui arrange l’Occident ?

C’est une évidence. C’est un postulat et il est démontrable. Le point de départ est la lecture orientaliste coloniale de la région depuis la Question d’Orient, au XIXe siècle. Celle-ci désigne une stratégie élaborée par les puissances européennes pour saper l’Empire ottoman. Mais ce n’était pas une guerre religieuse. Il s’agissait de stratégies politiques. Et tout ce que nous voyons aujourd’hui dans cette région, ce sont des conflits d’ordre politique. Or on occulte le politique. C’est très facile de dire que le conflit oppose le sunnisme et le chiisme, comme s’il s’agissait d’entités culturelles immuables et homogènes. Cette approche globale qui consiste à lire la région sous l’angle communautaire, confessionnel ou religieux aboutit systématiquement à des échecs, qui coûtent humainement très cher. Non, tout ceci relève de stratégies de fragmentation régionale, même si la manipulation des peurs, des sentiments identitaires, des solidarités tribales, claniques ou confessionnelles est largement exploitée par le biais de barbaries quotidiennes.

Cette fragmentation est très peu mise en exergue…

La destruction des États nationaux est un objectif occulte, masqué. Sous le couvert de répandre la démocratie et les droits de l’homme, on a cherché des objectifs géopolitiques. Et la pire chose qui puisse arriver aux droits de l’homme est qu’ils soient instrumentalisés à des fins géopolitiques ou politiciennes. Lorsque l’on se met à parler uniquement de sunnites, de chiites, d’alaouites, de maronites, de syriaques, de grecs orthodoxes, on est dans la contradiction la plus totale. Quand on parle de démocratie, on parle de citoyenneté et lorsqu’on parle de citoyenneté, on parle d’un espace public dans lequel les appartenances et identités particulières se Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’armée syrienne reprend Yabroud : Un revers psychologique et militaire pour les rebelles

Posted by jeunempl sur mars 25, 2014

Jenny Saleh – L’Hebdo Magazine

Yabroud libérée - bataille de QalamounNombreux étaient ceux qui prédisaient une bataille de longue haleine à Yabroud, fief tenu par plusieurs factions islamistes, dont le Front al-Nosra, proche d’al-Qaïda. Une bataille où l’issue était encore incertaine, comme ce fut longtemps le cas à Qoussair. En cause notamment, la topographie complexe de la région, formée de montagnes et de collines surplombant les deux côtés de la frontière libano-syrienne, ou encore l’important déploiement de forces de plusieurs factions islamistes. Les jihadistes avaient d’ailleurs juré de se battre jusqu’au bout et de «transformer Yabroud en cimetière pour les assaillants». Autant d’éléments qui confèrent à la prise de Yabroud par le régime une dimension encore plus importante, stratégiquement parlant. Rappelons que cette ville était passée sous contrôle des rebelles aux premiers jours du soulèvement lancé le 15 mars 2011. Yabroud était alors considérée comme un bastion stratégique de par sa proximité avec la frontière libanaise d’une part et d’autre part, de l’autoroute reliant Homs à Damas, en faisant un axe de transit idéal pour les combattants rebelles et les armes.

La bataille du Qalamoun, au sein duquel se positionne Yabroud, avait commencé déjà depuis plusieurs semaines. Plusieurs brigades islamistes défendaient la ville bec et ongles, aux côtés des combattants du Front al-Nosra, tandis que l’armée régulière syrienne et le Hezbollah pilonnaient sans relâche. A cela s’ajoutaient des raids aériens intensifs.

Mais la semaine dernière, les événements se sont accélérés. Vendredi, une source militaire affirmait ainsi à l’AFP que les forces loyalistes étaient parvenues à pénétrer dans Yabroud par l’entrée est. L’armée «avance dans la rue principale de la ville. Les rebelles fuient vers Rankous», une localité située au sud de Yabroud, indiquait cette source. Un officier syrien précisera plus tard: «Ce fut la bataille la plus difficile que nous avons menée, car les rebelles se trouvaient dans la montagne qui entoure la ville et dans les immeubles de Yabroud. Il a fallu d’abord s’occuper des collines puis, samedi, nous sommes entrés par l’est de la ville jusqu’au centre sportif et aujourd’hui (dimanche) nous avons fini le travail».

L’armée de Bachar el-Assad, soutenue avec force par les combattants du Hezbollah, prend donc le contrôle de l’ensemble des collines surplombant la ville. Une victoire cruciale pour la prise complète de cette localité qui comptait quelque trente mille âmes avant la guerre. De ces hauteurs, armée syrienne et Hezbollah s’infiltrent à l’est et au nord-est de Yabroud. Une stratégie visiblement gagnante, avec une présence des combattants du parti de Dieu, d’unités d’infanterie et de chars, au sol, tandis que l’aviation syrienne les appuie depuis les airs.

Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Visite belge au président syrien: Assad serait prêt à une « ouverture »

Posted by jeunempl sur septembre 20, 2013

RTBF

drapeau belge - BelgiqueSyrie - drapeauVéronique De Keyser (PS) s’est rendue en mission humanitaire personnelle au Liban et en Syrie. Elle a eu l’occasion de rencontrer le président Assad pour lui faire part d’une série de demandes d’organisations humanitaires. L’occasion d’un entretien avec le maître de Damas qui, selon la députée européenne semble jouer l’ouverture et la recherche d’une voie politique pour sortir du conflit.

On estime que deux millions de Syriens ont fui les combats dans les pays voisins. Dans des conditions allant du précaire au catastrophique. Une situation qui a mené Véronique De Keyser, au cours d’une mission personnelle qui l’a menée au Liban et en Syrie.

Elle s’est d’abord au Liban où elle a vu des camps de réfugiés syriens et été reçue par le chef de l’État Michel Sleiman, et a rencontré l’ancien ambassadeur libanais à Bruxelles M. Mansour qui lui a proposé de se rendre en Syrie, ce qu’il a rendu possible.

Là, la députée européenne y a rencontré diverses ONG, des autorités, mais surtout, le président Bachar El Assad, qu’elle connaît et à qui elle avait des demandes à formuler sur les disparus, l’humanitaire et Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Syrie : la France doit s’engager en accueillant des réfugiés

Posted by jeunempl sur septembre 4, 2013

Amnesty International
L’Agence des Nations-unies pour les réfugiés a annoncé ce mardi 3 septembre 2013 que le nombre de réfugiés fuyant le conflit en Syrie avait dépassé les deux millions. En Europe, des Etats manifestent leur solidarité en faisant venir des réfugiés sur leur sol. La France, elle, ne fait rien de tel.

Camp-Syrie-preview

Ce sont désormais deux millions de personnes qui ont fui la Syrie. Ces réfugiés restent majoritairement dans les pays voisins. En Europe, des Etats commencent à manifester leur solidarité en prévoyant d’accueillir quelques centaines à plusieurs milliers de personnes. La France continue de ne pas vouloir accepter des réfugiés syriens bloqués dans les camps de réfugiés.

La réinstallation pour être solidaire et protéger les réfugiés de Syrie

C’est une question de solidarité internationale : partager l’accueil des réfugiés entre les Etats en cas de crise comme celle qui secoue la Syrie est une obligation internationale qui s’impose aux Etats qui, comme la France, ont ratifié la convention de 1951 qui protège les réfugiés.

Parmi les moyens existant pour protéger les réfugiés, il existe un moyen efficace de mettre à l’abri les personnes les plus vulnérables qui sont bloquées dans des camps surpeuplés : la réinstallation.

La réinstallation consiste pour un Etat à accepter directement sur son territoire des personnes identifiées par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés comme ayant particulièrement besoin, dans un contexte comme celui de la Syrie, d’une protection efficace, d’une autre nature que celle offerte par les camps de réfugiés. Ces personnes sont alors rapatriées dans l’Etat d’accueil et bénéficient du statut de réfugiés.

Mais la France continue de dire « non »

En dépit des multiples demandes d’Amnesty International France et de parlementaires sensibilisés, la France maintient qu’elle n’a pas l’intention d’accueillir des réfugiés Syriens en ayant recours à la réinstallation, même dans le cadre et contexte exceptionnel de ce conflit.

Pour le ministère de l’intérieur :

– le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile est saturé.
Mais cet argument ne tient pas face à des pays comme la Jordanie, l’Irak ou le Liban qui accueillent presque à eux seuls les 2 millions de réfugiés. De plus l’Allemagne, premiers pays d’accueil des demandeurs d’asile de l’Union européenne s’est engagée à réinstaller 5.000 réfugiés de Syrie.

– la protection doit être renforcée dans les pays voisins.
Certes la réinstallation ne permettra pas de protéger les 2 millions de réfugiés. Mais parmi eux certains sont dans une situation plus vulnérable et ont besoin de trouver un refuge sécurisé et pérenne dans un autre Etat. Renforcer la protection sur place ne règle pas leur situation .
La France ne doit plus refuser : elle doit décider d’accepter sur son territoire des réfugiés de Syrie en les réinstallant.

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Hezbollah sur la Liste noire : la décision qui fait honte à l’Europe

Posted by jeunempl sur juillet 29, 2013

Al Manar – Jihane Hindi

Laurent Louis - député belge indépendantLaurent Louis, membre indépendant au parlement fédéral belge et politicien engagé a répondu à nos questions sur la décision de l’Union européenne d’inscrire le Hezbollah sur sa liste noire. Il a déploré l’attitude de l’Europe qui sert les intérêts américano-sionistes et contredit les valeurs humaines et les principes de base de l’UE.

Al-Manar : Les pays européens, y compris la Belgique, ont décidé de placer la branche armée du Hezbollah Libanais sur la liste européenne des organisations terroristes. En tant qu’européen et député Belge, comment qualifiez-vous cette décision ?

Laurent Louis : C’est une décision qui fait honte à l’Europe et à ses idéaux. Je ne peux accepter que des résistants soient considérés comme des terroristes. Défendre sa terre et sa liberté, ce sont des droits fondamentaux. C’est une décision qui démontre que l’UE n’est qu’une organisation qui ne répond qu’aux intérêts américano-sionistes. L’UE a montré par cette décision qu’elle n’était qu’une province israélienne. C’est une honte !

Al-Manar : Cette décision a été prise dans le contexte de l’attentat de Bourgas en Bulgarie en juillet 2012. Existe-t-il assez de preuves pour accuser avec certitude le Hezbollah en sachant que celui-ci a démenti toute implication dans cet attentat ? D’un point de vue juridique, cela est-il suffisant pour inclure le Hezbollah sur cette liste ?

Louis : L’attentat de Bourgas, c’est un prétexte et même peut-être un leurre. Après ce que les américains ont fait le 11 septembre 2001, il y a de fortes raisons de penser que ces attentats sont des attentats sous faux drapeau et qu’ils ont surtout été commis par les USA ou Israël pour forcer l’inscription du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes. C’est d’ailleurs ce que demandaient les USA et Israël à l’UE le jour même de la perpétration de cet attentat. Comme par hasard…

Al-Manar : Lors d’une réunion à Bruxelles le mois dernier, la demande britannique de sanctionner le Hezbollah s’est heurtée à des oppositions au sein de l’UE. Selon une source diplomatique, 26 pays n’étaient pas convaincus d’une telle mesure. Comment expliquez-vous cela ? Une telle mesure, est-elle en accord avec les principes et les intérêts de l’Europe ?

Louis : Je ne suis pas dans le secret des dieux et je n’ai pour habitude de ne croire que ce que je vois. Ce que je vois c’est que l’UE a bien inscrit le Hezbollah sur cette liste, tous les pays européens en sont donc responsables ! Cette décision est en totale contradiction avec les principes et les idéaux Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Escalade militaire, blocage politique en Syrie : C’est parti pour des années

Posted by jeunempl sur avril 27, 2013

L’Hebdo Magazine – Paul Khalifeh

Armée Arabe Syrienne - de victoire en victoireLes lignes de front ont changé en Syrie ces cinq dernières semaines. Une offensive générale lancée par l’armée syrienne à Damas, Homs et Idleb modifie les équilibres militaires et compromet les efforts des rebelles de lancer la «bataille finale» contre la capitale syrienne. Ces développements inattendus, couplés à un blocage politique entre la Russie et les Etats-Unis, risquent de prolonger pour des années le conflit syrien.

L’assassinat des quatre généraux syriens chargés de diriger la lutte contre les rebelles (dont le beau-frère du président Assad, Assef Chaoukat), le 18 juillet 2012, a donné le signal d’une vaste offensive de l’opposition armée sur l’ensemble du territoire syrien. Depuis ce jour, l’armée régulière est sur la défensive. Elle a reculé un peu partout; s’est retirée de régions entières, notamment des campagnes de Damas, Homs, Idleb, Raqqa, Deir Ezzor et Daraa; a perdu le contrôle d’une partie d’Alep, la deuxième ville du pays et de plusieurs aérodromes militaires. Les insurgés sont arrivés aux portes de Damas et se battent à moins d’un kilomètre de la place des Abbassides, dans le quartier de Jobar.

Les succès des rebelles sont dus à plusieurs facteurs. En prenant le contrôle d’une grande partie de la frontière avec la Turquie et l’Irak, ils ont pu acheminer, assez facilement, hommes, armes et matériels.

En plus des milliers de Syriens qui ont pris les armes contre le régime, de vastes réseaux internationaux ont fait passer, dans le pays, des jihadistes de 29 nationalités au moins, selon un rapport des Nations unies. L’envoyé spécial arabe et international, Lakhdar Brahimi, a avancé le chiffre de «quarante mille combattants arabes et étrangers en Syrie», lors d’une intervention devant le Conseil de sécurité, lundi dernier. Ils viennent surtout de Libye, de Tunisie, des pays du Golfe, du Pakistan, de Tchétchénie, mais aussi des pays européens, notamment la France, la Belgique et les Pays-Bas, ainsi que des Etats-Unis (Voir encadré). Les jihadistes étrangers rejoignent principalement les rangs du Front qaïdiste al-Nosra et d’autres groupes extrémistes.

Armes et matériels affluent

Ces rebelles, regroupés dans plus d’une cinquantaine de brigades plus ou moins organisées et efficaces – y compris l’Armée syrienne libre (ASL) – ont reçu un financement, des armes, du matériel militaire et un entraînement, fournis par la coalition internationale mise en place pour combattre le régime syrien, sous la direction des Etats-Unis. Selon des sources occidentales, les achats d’armement sont financés par l’Arabie saoudite et le Qatar. Les armes proviennent essentiellement des arsenaux libyens et de Croatie. Le New York Times a rapporté que 3500 tonnes d’armes ont été achetées dans ce pays avant d’être transportées vers des aéroports turcs et jordaniens dans des avions affrétés par l’Arabie saoudite, le Qatar et le royaume hachémite.

Un rapport des Nations unies élaboré par un groupe d’experts du Conseil de sécurité indique, pour sa part, que «des combattants libyens ainsi que des armes et des munitions provenant de ce pays, sont arrivés en Syrie dans le cadre d’opérations organisées par des parties basées en Libye ou dans des pays voisins de la Syrie, parfois, avec leur Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral, Régional, Relations Liban-Belgique/UE | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur ce qu’a dit Bogdanov…

Posted by jeunempl sur décembre 14, 2012

Louis Denghien – Infosyrie

Bachar al Assad - Président de la République Arabe SyrienneRussie - drapeauLes propos du vice-ministre des Affaires étrangères russe Mikhaïl Bogdanov envisageant l’éventualité d’une victoire des rebelles ont incontestablement semé le trouble dans les rangs des défenseurs de la Syrie « telle qu’elle est ». Ces propos ont-ils été sollicités, mal traduits à dessein ? Pas exactement : dans la version anglaise de son intervention Bogdanov parle effectivement d’une perte croissante de contrôle du gouvernement syrien sur son territoire. En revanche, ils sont un rien tronqués, les médias occidentaux insistant sur ce qui les arrange. Bogdanov ajoute en effet : « La lutte va devenir de plus en plus intense et la Syrie va perdre des dizaines – peut-être des centaines – de milliers de civils« . Une perspective effrayante et, selon nous, catastrophiste, mais qui indique bien que pour le responsable russe, le combat ne fait en somme que commencer.

Remettre en perspective

Bogdanov conclut en s’adressant manifestement aux Occidentaux et autres appuis des rebelles : « Si un tel prix pour le renversement un président (Bachar) semble acceptable pour vous, que pouvons nous faire ? un tel prix est bien évidemment inacceptable pour nous« . Or si cette éventualité est « inacceptable » pour Moscou, il est raisonnable de penser que Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : Aoun se dit « ouvert » à la formation d’un nouveau gouvernement

Posted by jeunempl sur novembre 13, 2012

(L’Orient le Jour)

Le chef du Courant patriotique libre (CPL), Michel Aoun, a affirmé mardi, à l’issue de la réunion hebdomadaire de son bloc parlementaire, qu’il était « ouvert » à la formation d’un nouveau gouvernement. « Nous sommes favorables à cette idée à condition que cela se fasse dans le cadre d’un dialogue national », a dit M. Aoun, ajoutant que la « neutralité » est un concept imaginaire. « Trouvez-moi dix personnes neutres au Liban qui pourraient former un nouveau gouvernement », a-t-il insisté.

Concernant la Syrie, le chef du CPL a indiqué qu’il n’y aura pas de solution à la crise tant que l’opposition continuera de refuser le dialogue avec Bachar el-Assad. « Ils ne font que prolonger les souffrances du peuple, a-t-il encore affirmé. Cette crise aurait pu être réglée dès le premier jour par le dialogue qui est la seule solution possible. Tirez les leçons de notre expérience, a conclu M. Aoun en s’adressant aux Syriens. Nous nous sommes entretués pendant des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : le spectre de la guerre civile

Posted by jeunempl sur octobre 26, 2012

Par Léon Camus

Attentats, provocations et stratégie de la tension… Qui veut mettre le feu aux poudres ?

Après Beyrouth et son fief chrétien d’Achrafieh, c’était, deux jours plus tard, le dimanche 21 octobre, au tour de Damas d’être frappé en son quartier de Bab-Touma – la Porte de St Thomas – par un meurtrier attentat à la voiture-piégée… treize morts, des dizaines de victimes. Le rapprochement qui s’impose entre ces deux événements fait planer une pénible interrogation quant à l’identité des ordonnateurs et des exécutants de l’attentat d’Achrafieh. Peut-il s’agir des mêmes, et dans le cadre de quelle monstrueuse “stratégie de la tension” ?

L’ombre de la guerre civile plane sur Beyrouth quadrillé depuis lundi matin par les blindés de l’armée libanaise tandis que des tirs sporadiques se font entendre. Craignant un embrasement général, les représentants des cinq membres permanents du Conseil de sécurité – États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni – ont appelé à « l’unité nationale ». Vendredi 19 octobre, le chef du renseignement de la Sécurité libanaise, le général Wissam el-Hassan avait perdu la vie ainsi que sept autres personnes, 78 autres ayant été blessées dans un attentat à la voiture piégée non revendiqué mais immédiatement imputé à Damas et à son allié le Hezbollah chiite.

Saad Hariri, tête de file du Courant du Futur 1 et de l’Alliance du 14 mars, depuis son exil de Jeddah en Arabie saoudite, a aussitôt accusé Bachar al-Assad. Quant au Druze Walid Joumblatt, hier Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les rebelles sur la défensive, l’armée régulière progresse à Homs et à Qoussair

Posted by jeunempl sur octobre 10, 2012

Mediarama

Après un immobilisme de plusieurs mois le front a bougé dans la région de Homs. L’armée syrienne est entrée dans le quartier de Khalidiyé, dernier bastion rebelle dans la troisième ville de Syrie, et a resserré l’étau sur la grande bourgade de Qousair, un autre bastion de l’opposition armée, situé à quelques kilomètres de la frontière libanaise.

Ces développements sur le terrain s’inscrivent dans le cadre d’une vaste offensive de l’armée régulière pour tenter de reprendre le contrôle de la province de Homs, la plus vaste de Syrie et la plus stratégique, car elle coupe le pays en deux. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que l’opposition l’a surnommé «capitale de la révolution». Une source de sécurité syrienne citée par les agences de presse internationale a indiqué que «l’armée tente de nettoyer les derniers quartiers rebelles de Homs et a également nettoyé des villages autour de Qousair.

Elle essaie maintenant de s’emparer de la ville». Une autre source de sécurité syrienne a affirmé que l’armée comptait prendre ces deux bastions, distants d’une trentaine de kilomètres, d’ici à la fin de la semaine. «Ensuite, nous nous concentrerons sur le nord de la Syrie», a-t-elle confié.

Les témoignages attestent de la férocité des combats. Il s’agit d’un «assaut sans précédent», a déclaré un militant de l’opposition joint par des agences internationales.

Encerclée depuis fin 2011, Qousair, où résidaient avant les événements 30000 habitants, dont 10000 chrétiens, est quasiment déserte. «L’armée tente de prendre Qousair à partir des trois Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :