Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Assir’

Cheikh Ahmad el Assir en classe de neige à Kfardebian (photos)

Posted by jeunempl sur janvier 24, 2013

Tayyar-intishar.org

Ahmad al-Assir à Kfardebian avec sa clique...Le controversé cheikh Ahmad el Assir, connu pour ses positions extrémistes et pro-salafistes, vient passer une journée à Kfardebian, avec une centaine de partisans… histoire de provoquer les habitants du Kesrouan. Mais ces derniers lui ont donné une leçon de civisme en protestant… sans armes, contre cette offensive.

Puisse Ahmad al-Assir s’en inspirer !

http://www.tayyar.org/Tayyar/Multimedia/Photos/PhotoAlbum.htm?AID=27746

Forces Libanaises (FL) - drapeauSethrida Geagea dénonce l’attaque contre cheikh al-Assir

ANI

La députée Sethrida Geagea a dénoncé ce qui s’est passé, ce jeudi, avec le cheikh Ahmed el-Assir et ses partisans, à Faraya, soulignant vouloir éviter tels incidents dans d’autres régions du pays.

Elle a signalé que chaque citoyen libanais a le droit de se déplacer en toute liberté sur tout le territoire libanais, à condition qu’il ne menace, en aucune façon, la paix civile.

Publicités

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une bien mauvaise surprise pour Ahmad al-Assir

Posted by jeunempl sur novembre 29, 2012

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

Cheikh Ahmad al-Assir se voyait déjà créant son propre mouvement armé de résistance et devenant la force incontournable au moins à Saïda. Le projet était d’ailleurs intéressant à plus d’un titre et aurait pu voir le jour comme le voulait le cheikh dans la foulée des derniers affrontements de Gaza.

L’idée de créer une force armée sunnite pour être le pendant (et le futur rival) du Hezbollah, qui ne serait plus considéré comme une force de résistance mais comme une milice chiite n’est pas nouvelle. Plusieurs courants et formations ont déjà tenté de la concrétiser sans y parvenir vraiment. Le Hezbollah rappelle à cet égard que le courant du Futur s’est lui-même lancé dans l’aventure avant le 7 mai 2008 et qu’il a par la suite abandonné le projet. La Jamaa islamiya a même caressé l’idée avec le début des révoltes dans le monde arabe et la montée en puissance des Frères musulmans dans la région. Mais elle a dû à son tour y renoncer faute de pouvoir recruter suffisamment de combattants prêts à en découdre avec le Hezbollah.

Seul cheikh Ahmad al-Assir a tenu bon, reprenant à son compte le projet et obtenant pour sa réalisation l’appui de parties locales et étrangères, chacune trouvant dans sa démarche des intérêts qui lui sont propres. Le cheikh salafiste comptait essentiellement pour former le gros de ses troupes sur les combattants palestiniens et en particulier sur les membres des formations intégristes, dont il se sent proche idéologiquement. Il avait même avec eux un contact direct via le frère de l’ex-chanteur Fadl Chaker, Abdel Rahmane Chmandour, qui est aussi le chef de Jund el-Cham dans le camp de Aïn el-Héloué. Il faut aussi, pour comprendre le mécanisme, se mettre en tête que les Palestiniens font partie du tissu social de Saïda et de ses environs, contrairement aux Palestiniens des Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Dossiers, Géneral, Régional | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Saïda après Tripoli : Un pas de plus vers la fitna

Posted by jeunempl sur novembre 18, 2012

L’Hebdo Magazine – Jenny Saleh

Les accrochages à Saïda entre les partisans d’Ahmad el-Assir et ceux du Hezbollah ont fait craindre le pire, dimanche 11 novembre. La perspective d’une fracture supplémentaire entre sunnites et chiites inquiète, malgré l’appel unanime de la classe politique au calme.

Les pluies torrentielles, tombées dimanche sur le Liban, n’auront pas freiné les ardeurs de certains à sortir les fusils. Cette fois, le théâtre des affrontements n’est pas au Nord, à Tripoli, mais au Sud, à Saïda. A l’origine, une sombre histoire d’affiches. Dès vendredi, dans son prêche intitulé Notre paix et leur agression, le cheikh salafiste Ahmad el-Assir, connu pour ses positions clairement anti-Hezbollah, lance un ultimatum aux sympathisants du mouvement chiite dans la ville. Il leur demande d’ôter toutes les affiches à la gloire du parti, disséminées dans Saïda à l’occasion de la Journée des martyrs et de la commémoration de Achoura. Assir et ses partisans souhaitent également que soit déplacé le char israélien exposé sur l’un des ronds-points de Saïda, depuis la guerre de 2006. De leur côté, les autorités, inquiètes, tentent d’apaiser la situation.

Si certains posters sont effectivement enlevés sur les artères principales de la ville, ce n’est pas suffisant au goût de l’imam de la mosquée Bilal Ben Rabah. L’ultimatum de 48 heures arrivant à terme, dimanche, sans être exécuté totalement, les supporters du cheikh salafiste se rassemblent à la mosquée à l’appel de leur leader. Entre-temps, un autre événement intervient. Il concerne le fils d’Ahmad el-Assir, Omar. Celui-ci est interpelé par les FSI, au volant d’une voiture aux vitres fumées. Les officiers l’arrêtent, car le jeune homme, âgé de 15 ans, n’est pas en mesure de présenter de permis de conduire ni l’autorisation du ministère de l’Intérieur de rouler dans un véhicule aux vitres teintées. Cette interpellation n’est visiblement pas du goût d’Assir qui, quelques minutes plus tard, arrive sur les lieux avec quatre véhicules, pour demander qu’il soit libéré. Manu militari, Assir et ses partisans menacent les FSI qui obtempèrent et libèrent Omar.

La preuve par la vidéo

Le cheikh et sa bande, appuyés par d’autres jeunes sympathisants qui les ont rejoints, prennent la direction d’al-Taamir, un quartier pauvre, ouvertement pro-Hezbollah, à proximité du camp palestinien de Aïn el-Heloué. Un portrait de sayyed Nasrallah est déchiré, les premiers coups de feu retentissent. Un jeune Egyptien de 14 ans qui se trouvait au mauvais endroit, Ali Charbini, tombe le premier sous les balles. La fusillade se poursuit, provoquant d’abord la panique parmi les résidants d’al-Taamir, avant d’entraîner des ripostes. L’un des représentants locaux du Hezbollah, le cheikh Zeid Daher tente de calmer la situation, sans succès. Il se prend deux balles, à l’estomac et Lire le reste de cette entrée »

Posted in Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :