Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘Ajaltoun’

Liban – Kesrouan : L’autoroute de la montagne en phase de rénovation

Posted by jeunempl sur octobre 13, 2012

MPLBelgique.org

Au Kesrouan, l’autoroute de la montagne, un tronçon de plus de 30 kms reliant la ville de Zouk Mosbeh au sommet du Kesrouan (Kfardebian), a subi un sacré lifting. Du côté des habitants, c’est le soulagement. « Cela fait 20 ans qu’on attendait cette remise à neuf », s’exclame Joseph commerçant de meubles à Jeita. La délivrance est telle que les automobilistes prenaient de manière très inhabituelle leur mal en patience… quelques embouteillages avaient été provoqués par les travaux dans les 5 derniers kilomètres du tronçon.

Kfardebian, Faqra, Faraya, Hrajel, Mayrouba, Feytroun, Achkout, Rayfoun, Ajaltoun, Balloune, Sehailé, Jeita, Zouk Mosbeh… toutes y sont passées !

Pendant près de 3 semaines, les ouvriers n’ont pas arrêté de gratter la route, la nettoyer puis poser successivement les 4 couches de bitume avant de les aplatir, un travail minutieux réalisé selon les normes internationales.

Plusieurs aménagements accompagneront ces travaux. Signalisations, délimitations et aménagements de carrefours et rond-points contribueront à améliorer la sécurité sur cette route réputée dangereuse.

Le général Michel Aoun a pesé de tout son poids avec son bloc de députés pour réaliser ce projet dans des délais records, information confirmée lors d’une conférence de presse ce lundi 8 octobre par le ministre des Transports Ghazi Aridi. La saison de l’asphaltage s’étale du mois de mai au mois de septembre, et cette fois les travaux ont pu avoir lieu à temps.

Rappelons que le Kesrouan fut l’une des nombreuses régions « oubliées » par l’état sous l’ère Hariri, l’ancien premier ministre qui a régné 15 ans durant et dont le Conseil du Développement et de la Reconstruction était sous son contrôle (et l’est toujours aujourd’hui à travers le courant du Futur).

Les habitants du Kesrouan en sont donc Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Youssef Khalil : Un médecin au grand cœur

Posted by jeunempl sur avril 16, 2012

L’Hebdo Magazine – Joëlle Seif

Il a l’âme d’un poète et le cœur d’un médecin. De ceux qui considèrent la médecine comme une véritable vocation. Il entretient avec ses patients une relation privilégiée. Sa popularité est grande. Quand on est en sa compagnie, on a plus l’impression d’être en compagnie d’un frère ou d’un père et non pas d’un homme politique. Elu pour la première fois en 2005 sur la liste du Courant patriotique libre (CPL), réélu en 2009, le député du Kesrouan, Youssef Khalil, est celui qui obtient le plus de voix après le général Michel Aoun, lui qui, pourtant, ne fait pas partie des grandes familles politiques de la région.

Né en 1948, Youssef Khalil est le frère jumeau du poète Elias Khalil. «Nous sommes tous les deux nés avec le même don pour la poésie, mais nous avons choisi chacun une voie différente. Le poète reste proche des gens et de la conscience. Ses choix le portent à être au service de l’être humain et de la société», confie Youssef Khalil. Pour lui, on ne peut pas vraiment définir toutes les raisons qui motivent une personne dans le choix d’une profession, mais celles-ci restent quand même tributaires de plusieurs facteurs dont le talent, la relation de la personne avec les autres et avec son environnement. «Mes sentiments et mes convictions m’ont poussé à choisir la médecine car celle-ci est une vocation et une profession humanitaire», dit le député du Kesrouan.

C’est en 1982 que cet urologue, chef du Service d’urologie de l’hôpital Saint-Georges Ajaltoun, commence à pratiquer la médecine. «J’ai alors Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Culture & Société, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections municipales 2010: Listes des candidats aux municipales du Kesrouan

Posted by jeunempl sur avril 28, 2010

MPLBelgique.org

Kesrouan

Baie de Jounieh - Kesrouan

Le caza du Kesrouan est l’un des six cazas de la Mohafazah du Mont-Liban. Il s’étend du fleuve Nahr Ibrahim au nord jusqu’au fleuve Nahr El Kalb au sud, et de la côte méditerranéenne à l’ouest jusqu’aux sommets du Mont Sannine à 2 600 mètres d’altitude, à l’est, atteignant une superficie de 342 kilomètres carrés.

Il est délimité au nord par le caza de Jbayl (Byblos), à l’est par le caza de Baalbek, et au sud par le caza du Matn. Son centre administratif est la ville de Jounieh.

La population du caza est estimée à 174 660 habitants, ce qui équivaut à 4,1 % de la population totale du Liban, répartis sur 67 localités disposant de 48 conseils municipaux élus. Aux dernières élections municipales de 2004, le caza de Kesrouan comptait 202 345 résidents, 123 606 électeurs inscrits, dont 80 188 votants.

Il existe une fédération de municipalités (Fédération des Municipalités de Kesrouan-Ftouh) dans le caza de Kesrouan.

Les villes et villages du Kesrouan accueillent dans leur majorité une importante activité touristique. C’est sur les côtes de ce caza que sont répartis les principaux produits issus de la mer, et sur les flancs du Mont Sannine est installée la plus grande station de ski au Liban (à Kfardebian), destination sportive des touristes arabes et occidentaux. Le caza compte également un important port touristique, ainsi que la grotte naturelle de Jeita (Source: Localiban.org).

Détails des listes soutenues par le CPL et les familles de différents villages (mises à jour fréquentes)

Listes complètes (en arabe) – cliquez ici

Jounieh (chef-lieu du Kesrouan)
Liste: « Le développement consensuel »
Alliance: Neemat Georges Frem – Courant Patriotique Libre – Forces Libanaises – Kataeb – notables et familles locales

Antoine Frem – président de la liste
Assem Richa
Georges Saade
Antoine Chamoun (les représentants de Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elections 2009 – Biographie : Youssef Hanna Khalil (Kesrouan)

Posted by jeunempl sur mai 9, 2009

MPLBelgique.org

Youssef Khalil est candidat indépendant sur la liste du Changement et de la Réforme pour l’un des 5 sièges maronites du Kesrouan.

youssef-khalilCandidat: Youssef Hanna Khalil
Indépendant
Maronite – Kesrouan

Données personnelles
– Né en 1947 à Mayrouba, Liban.
– Marié à Lina Rassi (Docteur en littérature française de l’université de La Sorbonne), et père de deux filles, Elsy et Samar.

Éducation
– Il a effectué ses études primaires et secondaires à l’école des Frères Maristes. Puis, il fut transféré à l’école des Apôtres (Jounieh) pour continuer ses études secondaires et obtenir le diplôme de Baccalauréat Niveau II.
– Il a étudié la Médecine à l’Ecole Française de Médecine de Beyrouth, qui deviendra plus tard l’Université Saint Joseph (USJ).
– Après avoir été diplômé de l’Ecole de Médecine Française en 1975, il fut interne en chirurgie pendant 3 années pour ensuite se diriger vers la France où il poursuivit ses études spécialisées en Urologie.
– Langues: Arabe, Français et Anglais (parlé et écrit)

Domaine médical
– Doctorat en Médecine de l’État Français, Juin 1975 (Université St Joseph) Beyrouth – Liban.
– Diplôme de spécialisation en Urologie (DES) de l’USJ et des hôpitaux de Paris.
– Une fois retourné au Liban, il pratiqua la médecine à l’hôpital Pasteur et St Louis à Jounieh, et à l’hôpital St Georges de Ajaltoun, en tant que chirurgien urologue.
Il fut désigné chef du département d’Urologie à l’Hopital St Georges d’Ajaltoun.
– En plus de cela, Dr.Youssef Khalil est membre de plusieurs groupes et associations nationaux et internationaux, tel l’Association Libanaise de l’Urologie. Il a publié plusieurs articles scientifiques et médicaux et fut président, modérateur, conférencier lors de plusieurs conférences locales, arabes et internationales.

Domaine politique
En juin 2005, Dr.Youssef Khalil fut élu membre du parlement libanais en tant qu’allié du Courant Patriotique Libre, représentant la circonscription du Kesrouan-Ftouh-Jbeil au Mont-Liban sur la liste du Changement et de la Réforme, présidée par le général Michel Aoun.

Depuis, il est:
– membre du parlement libanais depuis juin 2005
– membre du bloc du Changement et de la Réforme au sein du parlement libanais.
– membre des comités des Affaires Sociales et de Santé Générale au parlement libanais

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Géneral, Nos articles | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne (Chapitre 6)

Posted by jeunempl sur avril 15, 2009

(Livre Blanc du conflit Armée Libanaise – Forces Libanaises)

Ce texte entre dans le cadre plus large de la publication du Livre Blanc, regroupant les témoignages de la population lors de la guerre civile libanaise en 1990. Vous pouvez suivre l’intégralité de ce document sur cette page:
1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne

– Parce que les politiques ont voulu effacer de notre mémoire, à travers une loi d’amnistie, toutes les exactions qu’ils ont commises durant la guerre civile,
– Parce que les médias n’assurent pas leur rôle de conscientisation de la population,

5-livre-blanc_miliciens-flLe Livre Blanc reste encore aujourd’hui une référence pour rappeler à la population, de tous ages, les malheurs que peuvent engendrer tout conflit opposant un Libanais à son propre frère libanais. En attendant que l’état assure un jour pleinement ce rôle de mémoire au niveau de ses institutions, nous vous publions en plusieurs parties le Livre Blanc, rédigé à la fin de la guerre civile par de jeunes étudiants français, extérieurs au conflit, venus au Liban dans le seul but de comprendre. Pour cela, ils partent à la rencontre de la population témoin des exactions de la milice des Forces Libanaises dans le conflit l’opposant à l’Armée Libanaise.

Chapitre 6: Miliciens

Les miliciens morts ont souvent été enterrés à la sauvette. Les parents ne sont pas toujours prévenus. Quoi de plus horrible pour une mère que de rester dans l’incertitude du sort de son fils ?

Combien de familles ont eu la même réponse que celle donnée à ce père de famille allé demander des nouvelles de son enfant.
Un responsable des F.L. lui a rétorqué : « Allez voir chez Aoun, il n’est pas chez nous». Alors qu’il s’apprêtait à partir, un autre milicien le prend à l’écart et lui révèle que son fils est mort et que son corps était entreposé dans la chambre froide de Zouk-Mikhaël – initialement destinée à la conservation des pommes.
Le père, au désespoir, se rend au lieu dit et reconnaît effectivement son fils.

Tous n’ont pas eu cette « chance ». Des parents continuent de vivre encore dans le doute comme le montrent les faits suivants:

Après la bataille d’Ajaltoun, des miliciens sont allés chercher un Père du haut Kesrouan et ils lui ont bandé les yeux dans la voiture pour qu’il ignore sa destination. Une fois arrivé, on lui enlève son badaud et le religieux découvre un camion rempli de cadavres qu’il devait bénir et un énorme trou qui devait les contenir. Cette nuit-là, les habitants avaient entendu un bulldozer sur une colline proche du Casino du Liban creuser un trou pendant environ un quart d’heure.

Un autre Père a rapporté le même événement à la différence près qu’on ne lui avait pas bandé les yeux et qu’il n’y avait que 6 cadavres.

Pourquoi cette dissimulation ? S’agit-il de ne pas porter atteinte au moral des troupes en évitant de publier des chiffres trop élevés de victimes ? Ou ces morts seraient-ils des déserteurs que l’on enterre en cachette pour ne laisser aucune trace de leur exécution ?

Car les miliciens des F.L. sont obligés de combattre. Et toute défection est passible d’exécution sans autre forme de procès.
Combien auraient déserté sans cette menace ? Nous avons rencontré des miliciens complètement démoralisés. Beaucoup ne Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne (Chapitre 4)

Posted by jeunempl sur avril 13, 2009

(Livre Blanc du conflit Armée Libanaise – Forces Libanaises)

Ce texte entre dans le cadre plus large de la publication du Livre Blanc, regroupant les témoignages de la population lors de la guerre civile libanaise en 1990. Vous pouvez suivre l’intégralité de ce document sur cette page:
1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne

– Parce que les politiques ont voulu effacer de notre mémoire, à travers une loi d’amnistie, toutes les exactions qu’ils ont commises durant la guerre civile,
– Parce que les médias n’assurent pas leur rôle de conscientisation de la population,

3-livre-blanc_civils-otages-flLe Livre Blanc reste encore aujourd’hui une référence pour rappeler à la population, de tous ages, les malheurs que peuvent engendrer tout conflit opposant un Libanais à son propre frère libanais. En attendant que l’état assure un jour pleinement ce rôle de mémoire au niveau de ses institutions, nous vous publions en plusieurs parties le Livre Blanc, rédigé à la fin de la guerre civile par de jeunes étudiants français, extérieurs au conflit, venus au Liban dans le seul but de comprendre. Pour cela, ils partent à la rencontre de la population témoin des exactions de la milice des Forces Libanaises dans le conflit l’opposant à l’Armée Libanaise.

Chapitre 4 : Population civile prise en otage

Les cruautés particulières de cette guerre sont liées à la disparition du sens hiérarchique chez les Forces Libanaises. Au bout de quelques jours, beaucoup d’officiers ont été remplacés par des hommes plus jeunes et inexpérimentés. Grisés par leur pouvoir nouveau, ils n’ont pas hésité à faire peser tout le poids de la guerre sur les civils et à multiplier les destructions. Mais cela n’explique pas tout.

Dans la forme de guerre choisie par les Forces Libanaises, les populations civiles jouent – malgré elles – un rôle essentiel. Elles ont d’une part, été utilisées comme otage. Les miliciens ont installé leur artillerie au milieu des habitations et sur les lieux publics, écoles, hôpitaux, couvents et asiles, utilisant enfants, malades, blessés, vieillards, comme boucliers. Ils bombardent les positions adverses sachant que l’Armée hésitera à tirer sur des civils, et surtout à les attaquer puisque le prix à payer sera trop élevé en terme de vies humaines et que les destructions et les morts lui seront imputés.

Plus largement, il s’agit, par une politique de terreur étudiée, de décourager les populations dans un double but :
– les amener à faire rapidement pression pour l’arrêt des combats, en les lassant par les difficultés matérielles et le climat d’insécurité ;
– et d’empêcher d’autre part toute action de résistance en se montrant impitoyable.

Dans les régions contrôlées par l’Armée, on ne peut parler d’utilisation des civils à quelque titre que ce soit, la population se sentant et s’affirmant solidaire des soldats.
Dans les secteurs sous contrôle des Forces Libanaises, nombreuses sont les familles qui appellent de leurs vœux l’intervention rapide des militaires «pour Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne (Chapitre 3)

Posted by jeunempl sur avril 12, 2009

(Livre Blanc du conflit Armée Libanaise – Forces Libanaises)

Ce texte entre dans le cadre plus large de la publication du Livre Blanc, regroupant les témoignages de la population lors de la guerre civile libanaise en 1990. Vous pouvez suivre l’intégralité de ce document sur cette page:
1990 – Devoir de mémoire: La population libanaise témoigne

2-livre-blanc_terreur-fl– Parce que les politiques ont voulu effacer de notre mémoire, à travers une loi d’amnistie, toutes les exactions qu’ils ont commises durant la guerre civile,

– Parce que les médias n’assurent pas leur rôle de conscientisation de la population,

Le Livre Blanc reste encore aujourd’hui une référence pour rappeler à la population, de tous ages, les malheurs que peuvent engendrer tout conflit opposant un Libanais à son propre frère libanais. En attendant que l’état assure un jour pleinement ce rôle de mémoire au niveau de ses institutions, nous vous publions en plusieurs parties le Livre Blanc, rédigé à la fin de la guerre civile par de jeunes étudiants français, extérieurs au conflit, venus au Liban dans le seul but de comprendre. Pour cela, ils partent à la rencontre de la population témoin des exactions de la milice des Forces Libanaises dans le conflit l’opposant à l’Armée Libanaise.

Chapitre 3 : Utilisation de la Terreur

Comment justifier l’injustifiable ? La guerre n’explique pas tout. On ne peut s’abriter derrière des prétextes militaires pour terroriser sa propre population. Au programme des régions contrôlées par les Forces Libanaises, vol, viol, violence, meurtre; se doublant d’arrestations arbitraires.

Sur le point des arrestations arbitraires, l’Armée n’est pas non plus exempte de reproches. Mais on ne peut comparer les attitudes des deux camps, en raison du facteur de popularité dont bénéficie l’Armée lequel lui impose une certaine discipline dans son comportement général. Vols, viols, violences, meurtres sont quasiment inconnus dans les secteurs tenus par l’Armée.

Les témoignages des riverains s’accordent à reconnaître le comportement correct des soldats.

La férocité des Forces Libanaises découle du comportement de la grande proportion de Bécharriotes (de Bécharré, village de Samir Geagea) dans les rangs de la Milice. En effet, les Forces Libanaises ont vu un grand nombre de leurs partisans Beyrouthins les quitter. Et pour grossir leurs rangs, il a fallu faire appel aux Lire le reste de cette entrée »

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :