Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Posts Tagged ‘accords de Taef’

La proportionnelle de Charbel « cache des intérêts politiques », prévient l’opposition

Posted by dodzi sur avril 5, 2012

L’Orient le Jour

Le projet de loi électorale présenté par le ministre de l’Intérieur Marwan Charbel est rejeté par les milieux joumblattistes, qui contestent la proportionnelle, et les milieux de l’opposition, qui appellent à la mise en œuvre de Taëf.

Hier, le ministre Charbel a tenu à préciser que « la proportionnelle pave la voie à la démocratie », affirmant qu’elle bénéficie de l’appui des trois présidents. Il a en outre affirmé que le leader du Front de lutte nationale Walid Joumblatt « est le seul à rejeter le principe de la proportionnelle ».

Il reste que le député Ahmad Fatfat, du bloc du Futur, a déclaré hier que « ce que le cabinet propose est une loi discrétionnaire, aux motifs politiques par excellence ». Rappelant que « le courant du Futur est le premier à avoir soutenu la proportionnelle », M. Fatfat a estimé que « le plus important à ce stade est de mettre en œuvre les réformes de Taëf ». Il a souligné en outre que la tournée qu’il a effectuée auprès des pôles du 14 Mars au sujet de la loi électorale a abouti à « la rédaction d’une proposition commune qui sera présentée au Parlement ».

De son côté, l’ancien député Ghattas Khoury a rappelé « le principe en vertu duquel aucune loi électorale ne peut être votée si elle ne fait pas l’objet d’un accord national ».

Le député Amin Wehbé a souligné pour sa part que « le gouvernement perd son temps dans une polémique vaine ». Quoi qu’il en soit, « il est impossible d’organiser des élections sur base de la proportionnelle en présence des armes, alors que cette loi nécessite un important degré de transparence et de libertés ». M. Wehbé a mis l’accent sur la nécessité d’un « retour au point de départ, celui de restituer à l’État son autorité, avant de débattre des éventuelles réformes ».

Pour le député du même bloc Riad Rahhal, « le projet de loi électorale présenté par le ministre de l’Intérieur contredit les accords de Taëf ». Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Elections 2013, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce que symbolise la dissolution des «Forces Libanaises»… loin des slogans et des émotions

Posted by jeunempl sur avril 5, 2012

Jad Abou Jaoudé
Traduit par Tayyar Intishar

Il est certain que la dissolution du «Parti des Forces libanaises» le 23 Mars 1994 fut un crime à la fois moral, constitutionnel, juridique et politique, comme la torture des personnes qui lui étaient affiliées avant et après la «dissolution», loin de tout « prétexte » de sécurité.

Il est certain aussi que la responsabilité morale, constitutionnelle, juridique et politique de la dissolution du parti des « Forces libanaises » revient à l’autorité de la tutelle syrienne qui a couvert la résolution, ainsi qu’au pouvoir exécutif libanais qui a pris cette décision et l’a mise en application.

Il est de notoriété publique que le pouvoir exécutif libanais ayant pris la décision et mise en application, était composé de l’ancien Président de la République feu Elias Hraoui, l’ancien Premier Ministre feu Rafic Hariri et des ministres du gouvernement libanais consentant à « la dissolution » -dont la plupart est aujourd’hui devenue alliée des Forces libanaises dans le rassemblement du 14 Mars- en plus des outils militaires et sécuritaires qui ont mis en œuvre la décision…

Ceci, dans le passé…
Dans le présent, avant d’être une occasion pour se rappeler de ce qui s’est passé dans les années 90, « les membres des Forces Libanaises » sont invités aujourd’hui – comme tous les jours – à réfléchir sur la signification réelle du 23 Mars 1994.

En politique, le 23 Mars 1994 est une déclaration claire de l’échec total de l’itinéraire de Samir Geagea prise à partir de 1988. Ce dernier a conduit en fin de compte à la légalisation de l’occupation syrienne du Liban d’abord, puis Lire le reste de cette entrée »

Posted in Billets & Opinions, Géneral, Liban dans l'Histoire | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Marwan Kheireddine : Travailleur acharné et grand sportif

Posted by jeunempl sur février 20, 2012

Joëlle Seif – L’Hebdo Magazine

Président Directeur-général de la banque al Mawarid, le ministre d’Etat Marwan Kheireddine manie aussi bien les manches d’un avion que les chiffres et la bourse. Pour ce pilote breveté, l’atterrissage en politique est quelque peu un concours de circonstances, lui qui n’appartient à aucune famille politique. «Quand on vous demande de servir votre pays en devenant ministre vous ne pouvez pas refuser», dit-il.

Né le 14 février 1968, Marwan Kheireddine a fait ses études à l’International College (IC). En 1986, alors que les examens officiels sont annulés au Liban et à la suite d’un incident, ses parents décident de l’envoyer poursuivre ses études en Angleterre, à Richmond. «J’ai commencé alors à travailler dans le secteur bancaire, mais pour moi, le rêve était de vivre aux Etats-Unis. J’ai alors trouvé du travail à Philadelphie, où j’ai eu deux ans et demi d’expérience avant d’entamer mon MBA à Columbia», raconte le ministre Marwan Kheireddine. Diplômé en 1992, il refuse une offre aux Etats-Unis et décide de rentrer au Liban. «Avec l’arrivée de Rafic Hariri au pouvoir, j’estimais que la guerre était bien finie. Je voulais revenir pour voir ce que je pouvais faire», confie-t-il.

Rentré au Liban, Marwan Kheireddine fait ses débuts à la banque al-Mawarid et commence à développer l’établissement. «En 1994, nous étions les premiers à créer un choc positif en introduisant les cartes bancaires. Cette initiative a placé la banque al-Mawarid au premier plan. J’ai aussi développé d’excellentes relations avec le gouverneur de la Banque centrale. D’autre part, on a établi de nouveaux horaires de travail en ouvrant de 8h à 17h. Cette démarche sera adoptée ultérieurement par toutes les banques. Par coïncidence, j’ai commencé également à enseigner à l’AUB, et je continue jusqu’à présent à le faire régulièrement trois fois par semaine et ce, depuis 20 ans», affirme Kheireddine.

Au Liban, le monde des affaires n’est pas très loin de celui de la politique et, comme la majorité des businessmen, Marwan Kheireddine a toujours été proche des politiciens, «car, dit-il, c’est la façon dont les choses sont faites au Liban». C’est avec son ami d’enfance, l’émir Talal Arslan, qu’il Lire le reste de cette entrée »

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un nouveau sujet de polémique : les prérogatives de la présidence du Conseil

Posted by dodzi sur janvier 1, 2012

L’Orient le Jour

La dernière déclaration faite par le Premier ministre Nagib Mikati concernant son refus de toute atteinte aux prérogatives du président du Conseil dans le cadre de l’action gouvernementale risque d’être au centre d’un important débat au début de l’année 2012. Et, d’ores et déjà, la question soulevée sur ce plan par M. Mikati semble constituer un nouveau sujet de polémique. Le chef du gouvernement, rappelle-t-on, avait souligné jeudi, dans un discours qu’il avait prononcé devant les fonctionnaires du Grand Sérail, que « toute tentative de porter atteinte aux prérogatives de la présidence du Conseil, que ce soit en s’attaquant directement à l’institution (de la présidence du Conseil) ou ses dirigeants ou en essayant d’instituer des précédents dans l’exercice politique, au sein du Conseil des ministres ou en dehors de ce cadre, sera farouchement rejetée par tous ceux qui se soucient du respect de la Constitution, et nous en premier ». M. Mikati avait d’autre part relevé que « la présidence du Conseil dirige l’autorité exécutive ». Il faisait allusion implicitement à la position de certains pôles aounistes qui ont soulevé à plusieurs reprises la question des prérogatives des ministres et du chef du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions.

Les propos tenus jeudi par M. Mikati à cet égard ont suscité hier, d’emblée, de vives réactions de la part du député aouniste Ziad Assouad et de l’ancien député Albert Mansour, lequel, note-t-on, avait participé en 1989 à l’élaboration de l’accord de Taëf qui est devenu par la suite la nouvelle Constitution du pays.

À l’issue d’une entrevue qu’il a eue hier à Aïn el-Tiné avec le président de la Chambre, Nabih Berry, M. Mansour a ainsi fait une déclaration dans laquelle il a réfuté les propos de M. Mikati concernant la nécessité de préserver les prérogatives de la présidence du Conseil, en tant qu’institution constitutionnelle. L’ancien député a déclaré à ce sujet : « J’ai soulevé avec le président Berry la question de la déclaration du Premier ministre dans laquelle il fait mention de l’institution de la présidence du Conseil qui serait chargée de la conduite du pouvoir exécutif. J’ai attiré l’attention du président de la Chambre sur le fait que d’un point de vue constitutionnel, il n’y a pas d’institution de la présidence du Conseil. Il y a un Premier ministre de la même façon qu’il existe un président de la République. » Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Joumblatt : Je reste dans la grande alliance qui compose le gouvernement Mikati

Posted by dodzi sur décembre 19, 2011

L’Orient le Jour

Dans une de ses volte-face devenues légendaires, le leader druze Walid Joumblatt a retrouvé hier des expressions qu’il avait abandonnées ces derniers temps, notamment au sujet de la Syrie, en souhaitant qu’elle sorte de la crise qui la secoue « unie, loin du spectre de la guerre civile, démocratique et pluraliste, tout en restant dans l’axe de la moumana’a ».

Ces propos de M. Joumblatt ont été tenus à deux occasions : la première au cours de la réunion de réconciliation à laquelle avait appelé l’émir Talal Arslane pour circonscrire l’incident qui avait eu lieu à Choueifate et qui avait fait une victime, et la seconde au cours d’une réception en hommage à un haut responsable du Parti socialiste progressiste, Chérif Fayyad.

La rencontre de réconciliation, à laquelle ont donc assisté MM. Joumblatt et Arslane, mais aussi le député Akram Chehayeb et le président de la municipalité de Choueifate, Melhem Dsouki, ainsi que des notables de la région, a insisté sur la nécessité de préserver le calme au Liban en cette période délicate. Les parties en présence ont aussi rendu hommage au rôle de l’armée et des Forces de sécurité intérieure pour préserver la stabilité, tout en appelant les différents protagonistes à préserver l’unité des rangs, quelles que soient leurs divergences politiques.

Devant les personnes présentes, Walid Joumblatt a prononcé une courte allocution, au cours de laquelle il a rappelé que l’alliance et la relation sont naturelles, familiales et politiques avec l’émir Talal Arslane et le Parti démocratique libanais. Cela ne l’empêche pas d’avoir ses propres opinions « car, a-t-il précisé, il n’est pas nécessaire d’avoir un point de vue unique ». Il a aussi insisté sur le fait qu’il reste au sein de la large alliance qui compose le gouvernement Mikati, et qui regroupe l’émir Talal Arslane, le Hezbollah, Amal, le président Michel Sleiman et le CPL. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Elections 2013, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Levée de boucliers contre le projet de loi électorale de la Rencontre orthodoxe

Posted by dodzi sur décembre 19, 2011

L’Orient le Jour

La décision des assises maronites de Bkerké d’examiner sérieusement la possibilité de se prononcer en faveur du projet de loi électorale de la Rencontre orthodoxe – adoption de la circonscription uninominale et élection par chaque communauté de ses députés – a, comme il était prévisible, soulevé un tollé dans les milieux politiques de tous bords, qui y ont vu une régression vers le communautarisme.

Il est intéressant de noter que l’adhésion et l’opposition au projet ont émané de camps politiques opposés. Ainsi, le ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel, proche du chef de l’État, n’a pas caché son hostilité au projet, d’autant plus qu’il travaille lui-même sur un projet basé sur la proportionnelle. « Je suis contre ce projet », a-t-il affirmé dans un entretien télévisé.

Le ministre de l’Intérieur propose, pour corriger le projet, d’organiser un second tour sur base de circonscriptions élargies, où les gagnants du premier tour seront départagés par un vote plus large non communautaire.

Dans les milieux musulmans, un grand nombre de personnalités religieuses et politiques se sont déclarées hostiles au projet. « Ce sera le début de la fin de l’unité du Liban, un suicide collectif et la consécration du projet de transformation du Liban en une fédération de communautés, prélude à la création de cantons à coloration communautaire », a affirmé hier le député Mohammad Kabbani (14 Mars). M. Kabbani a ajouté que ce projet n’est envisageable que lorsque l’accord de Taëf aura été appliqué. Cet accord prévoit, rappelle-t-on, l’élection d’une Chambre sur une base non confessionnelle et d’un Sénat représentatif des diverses communautés libanaises. Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Dossiers, Elections 2013, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rétablissement d’un équilibre perdu

Posted by jeunempl sur juin 11, 2011

Bernard Mikael – RPL France

Il faut prendre très tôt de bonnes habitudes, surtout celle de savoir changer souvent et facilement d’habitudes. (Pierre Reverdy – En Vrac)

Depuis l’accord de Taëf et l’invasion du dernier bastion libre du Liban en 1990 par les forces syriennes et leurs collaborateurs libanais, un nouvel équilibre s’est installé entre les 3 principales communautés libanaises et leurs représentants au pouvoir.
Cet équilibre, ou plus correctement, ce déséquilibre nécessitait sans cesse un tuteur pour maintenir sa survie. L’occupant de Anjar est alors devenu le mandataire et l’arbitre des petits conflits, et celui de Damas s’est réservé pour les plus grands conflits ou arbitrage.
Trois courants politiques se sont ainsi formés, en continuité et en représentation des courants régionaux : le premier étant celui du front de refus comme le Hezbollah et Frangieh, le deuxième étant celui des pro-saoudiens comme le courant de Hariri, et le dernier étant celui des opportunistes comme les députés cherchant le renouvellement de leur mandat.

Depuis 1990, les chrétiens, dans leur majorité, ne se sont ralliés à aucun de ces courants et sont restés exclus des gouvernements successifs. Le courant Hariri qui a formé la majorité de ces gouvernements s’est contenté de faire rallier les quelques superficiels des chrétiens cherchant à remplir ce vide. Hariri père, l’architecte libano-saoudien de Taëf, a procédé Lire le reste de cette entrée »

Posted in Actualité Tayyar-CPL, Billets & Opinions, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les évêques maronites se réunissent pour élire leur nouveau Patriarche

Posted by jeunempl sur mars 9, 2011

Radio Vatican – propos recueillis par Anne Waeles

Une quarantaine d’évêques maronites, venus du monde entier, participent à partir de ce mercredi, 9 mars, à une assemblée chargée d’élire le 77° Patriarche qui succèdera au cardinal Nasrallah Pierre Sfeir. Ce dernier, âgé de plus de 90 ans, a démissionné il y a quelques jours. L’assemblée se tient à huis clos au Patriarcat de Bkerké au Liban. La journée de jeudi sera consacrée à une retraite spirituelle. Les opérations de vote commenceront vendredi. Pour être élu, le nouveau Patriarche doit réunir au moins deux tiers des suffrages, puis recevoir l’approbation du Pape.

Selon Pascal Monin, professeur de relations internationales à l’université Saint-Joseph de Beyrouth, interrogé par le quotidien français La Croix, l’état de l’Église maronite n’est pas si glorieux. Le prochain patriarche devra rassembler une communauté aujourd’hui divisée, surtout sur le sol libanais, redevenir une référence spirituelle pour les maronites du Liban et d’ailleurs, et jouer un rôle de catalyseur dans un contexte de fort antagonisme sunnite-chiite.

Le patriarche Sfeir était un homme charismatique, souvent consulté pour des questions politiques, une figure garante de l’unité entre les différentes confessions. Pour Henri Awit, vice-recteur aux affaires académiques de l’Université Saint Joseph de Beyrouth, il était avant tout un homme courageux et visionnaire, dont la principale réussite aura été son influence sur la rédaction des accords de Taef, qui ont mit fin à la guerre civile libanaise en 1990. (Note du MPLBelgique.org: ces accords avaient ouvert la voie à l’occupation syrienne en 1990. En réalité, les accords de Taëf sont catégoriquement rejetés par la communauté chrétienne et ont fortement porté atteinte à la crédibilité du patriarche Sfeir auprès de sa communauté)

Posted in Culture & Société, Dossiers, Géneral | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liban : Joumblatt exige un gouvernement d’union nationale

Posted by dodzi sur septembre 11, 2009

Libnanews

Walid JoumblattBeyrouth, le 11 septembre – Le chef du PSP Walid Joumblatt a affirmé qu’il n’est pas prêt à faire partie d’un gouvernement qui ne soit pas d’union nationale, soulignant que les puissances étrangères ont l’intérêt de maintenir la crise politique au pays.

Affirmant que la Majorité va renommer Saad Hariri pour le poste de Premier ministre, Joumblatt a insisté sur la formule gouvernementale 15-10-5, et d’ajouter que certaines puissances étrangères sont pour l’instabilité en cours afin d’empêcher toute rencontre syro-saoudienne en vue de la protection des accords de Taëf. Appelant les blocs parlementaires à accélérer les consultations, Joumblatt a signalé que l’opposition aurait dû être moins « difficile » dans ses demandes, estimant que Hariri aurait dû prendre son temps avant de décider de se retirer.

Enfin, il a appelé tous les partis libanais à éviter les tensions et à avoir recours au dialogue afin d’assurer un calme politique, bannissant de la sorte les accusations qui ne font qu’empoisonner la situation au Liban.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jouzou : « Nous n’accepterons pas un mandat maronite sur nous »

Posted by dodzi sur septembre 8, 2009

Libnanews

mouhammad ali jozoBeyrouth, le 8 septembre – Dans une interview diffusée par l’Otv, le Mufti du Mont-Liban a indiqué que la communauté sunnite refuse de redonner les prérogatives de la Présidence de la République amendés par les Accords de Taëf en 1989.

Le dignitaire sunnite a ajouté que la communauté sunnite accepte d’accorder la Présidence à une personne appartenant à la communauté maronite mais refuse tout mandat maronite sur elle avant de poursuivre en accusant l’Iran d’armer et de soutenir les groupes parlementaires de l’opposition et d’estimer que l’Arabie Saoudite soutient tous les partis sans exception.

Posted in Géneral | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :