Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Raya Daouk : Des longueurs d’avance

Posted by jeunempl sur mai 20, 2014

L’Hebdo Magazine – Joëlle Seif (photo Milad Ayoub-DR)

Raya Daouk - Présidente de l'APSAD (Beyrouth)Dans les jardins de la magnifique Villa Daouk, qu’elle appelle avec une grande simplicité «la maison», Raya Daouk nous reçoit. Parmi la profusion de fleurs et de plantes, on a du mal à croire que nous sommes en plein cœur de Beyrouth, dans le quartier de Koraytem. «Avant, tout le quartier comportait des maisons semblables à la mienne. Cet endroit donne une idée de l’aspect de ce qu’était la vie avant que tout ne devienne commercial. Aujourd’hui, les choses ont changé. Tout repose sur le gain rapide».

Totalement libre de pensée et d’esprit, on ne peut limiter Raya Daouk à un lieu ou à une religion. «Je me trouve à Beyrouth par accident». Elle se veut laïque et se sent citoyenne du monde. Née dans une famille d’intellectuels druzes, les Takieddine, qui ont donné à la langue arabe onze auteurs dans plusieurs domaines, mariée à Omar Daouk, un sunnite, elle reçoit une éducation laïque au Collège protestant et fait des études de droit à l’Université Saint-Joseph, où elle obtient sa licence en 1965. Championne de ski et de natation, elle se démarque des filles de sa génération. «Je suis une femme sans tout à fait appartenir à cette catégorie. Je suis en harmonie totale avec un milieu social et intellectuel». A la fin de ses études, elle épouse «le fils d’une grande famille chargée d’histoire. Son grand-père avait formé le premier gouvernement arabe en 1918. On s’est marié dans cette demeure, entourés d’un éventail d’amis, venus des quatre coins du monde». Le prince héritier d’Arabie saoudite, Salman Abdel-Aziz, est témoin à leur mariage. Le prince Talal, très impliqué dans les affaires humanitaires et sociales, est également présent. «A travers lui, on a vu beaucoup de misères dans le monde. Mon mari et moi avons beaucoup voyagé en sa compagnie en tant que conseillers». De cette union naissent trois enfants: May, Mohammad et Talal. Raya Daouk est cinq fois grand-mère, mais n’hésite pas à dire que c’est une chimère de penser que les petits-enfants sont plus précieux que les enfants. «Je n’ai aucun complexe ni de ce que je fais ni de ce que je dis», dit-elle avec un large sourire. Dès son plus jeune âge, Raya Daouk est fortement impliquée, «par goût», dans l’humanitaire. Elle est encore étudiante lorsqu’elle est approchée par le doyen de la faculté de théologie pour fonder un centre social à la Quarantaine, qu’elle présida pendant seize ans.

Sans intermédiaire

Elle est contre toute forme de fanatisme et considère celui-ci comme une tare sociale. «Ce n’est pas la facette d’un esprit éduqué». Elle respecte le fond et la forme de pensée de tout être humain, mais, pour elle, nul besoin d’intermédiaire avec le Créateur. «Je suis née d’un père druze et d’une mère sunnite, mariée également à un sunnite ni par choix ni par conscience. Je n’appartiens à aucune communauté. Je me sens une femme éduquée, qui n’a pas besoin de la religion pour lui servir d’intermédiaire entre elle et le bon Dieu». Un jour, cachée dans un sous-sol à l’abri des bombes, le lendemain à bord d’un avion privé, Raya Daouk vit toutes les contradictions. Elle voyage beaucoup, mais ceci ne change pas sa conception du monde. «Ce n’est pas faux de dire que le monde est un village. Il est partout pareil avec ses joies, ses peines et ses misères».

Avec le début de la guerre en 1975, appartenant à une famille d’hommes politiques, Raya Daouk a toujours été très consciente de l’impact de celle-ci sur notre quotidien. «Toute la décadence à laquelle nous assistons maintenant est le fruit de cette politique». Fortement impliquée dans ce domaine, elle est l’un des membres fondateurs du Courant patriotique libre (CPL), depuis la création de ce mouvement. Malgré les secousses que connaît le pays et les revirements classiques auxquels on assiste dans ce milieu, son soutien au général Michel Aoun reste indéfectible. «Nous partageons les mêmes idées et nous avons conscience des mêmes problèmes. Sa manière de voir les choses coïncide avec la mienne». Elle raconte comment un jour, entrant dans un magasin, elle entend des chuchotements disant d’elle: c’est une amie du général Aoun. «Je leur ai dit, je ne suis pas une amie à Aoun, je suis Aoun en personne». Farouche opposante à la présence syrienne au Liban, elle n’a jamais reçu chez elle un pro-syrien ou quelqu’un qui a collaboré avec les Syriens. «Aujourd’hui, je suis avec la Syrie officielle». Malgré tout, elle continue à croire en ce pays. «Ça a toujours été un pays de passage. Chacun y a laissé ses empreintes». Tout en étant engagée en politique, elle ne convoite aucun poste déterminé. «Je ne voudrais pas être confinée à un job. Il faut être polyvalent dans ce pays où il reste tant à faire. Qui marche sur les pas des autres ne laisse pas de trace. On peut faire beaucoup plus quand on est en dehors».

Sa rencontre avec Rafic Hariri remonte très loin dans le temps, bien avant qu’il ne devienne Premier ministre. «C’est mon mari qui l’avait placé comptable à Dar el-Sayyad. C’est lui-même qui l’a rappelé au cours d’un dîner sur la Côte d’Azur, où il m’a dit j’aimerais revoir votre mari». Effectivement, à l’occasion du passage de Omar Daouk sur la Côte quelques jours plus tard, en rentrant d’Arabie saoudite, un dîner a lieu au Moulin de Mougins. «Au cours de ce dîner, Hariri a brossé une ébauche de son projet d’expropriation du centre-ville de Beyrouth. Ce fut le point de départ de la querelle et la grande amitié est devenue une guerre sans merci».

Depuis neuf ans, Raya Daouk est la présidente de l’Apsad, fondée par Yvonne Cochrane, il y a 54 ans, et présidée ensuite par Assem Salam. Pour Raya Daouk, la beauté n’est pas un luxe, mais une facette de l’esprit. «Ce n’est pas le luxe d’une société aisée, mais un esprit cultivé et raffiné. Je suis très consciente de la beauté et de la laideur qu’on rencontre tout le temps». La dernière réalisation de l’Apsad est la transformation de la maison de Zaki Nassif, à Machghara, en musée et école de musique pour les enfants nécessiteux. Pour récolter des fonds, elle organise des concerts dans des endroits mythiques libanais ou des anciennes demeures non ouvertes au public pour que les gens prennent conscience de l’utilité de préserver les beaux monuments.
Après la disparition de son mari, il y a dix-huit ans, Raya Daouk prend seule la relève. Elle poursuit son combat politique, humanitaire, éducatif et social. Elle est également seule à assister ses enfants dans leurs envols. Toute cette force qu’elle possède en elle, elle la tire de la terre. «On puise ses forces dans ses racines. Il faut élaguer, aller à l’essentiel et regarder plus vers le ciel. Sans oublier de regarder en face pour vaincre ou convaincre». Elle ne regarde jamais en arrière. Sa devise? «En avant, vers le futur». Lorsqu’on relève la beauté des lieux et le charme de sa maison, Raya Daouk a tout simplement ces quelques mots qui portent à réfléchir: «Cette maison ne m’appartient pas, c’est moi qui lui appartient. Je l’entretiens. Je partirai et elle sera toujours là. C’est une illusion de croire que l’on possède quoi que ce soit dans cette vie. Ce qui reste ce sont vos actions, vos pensées, ce que vous avez écrit et fait…».

Une rencontre particulière

Sa rencontre avec le général Michel Aoun est très particulière. La famille Daouk étant très liée à la famille Karamé, c’est chez les Daouk, dans la même maison où notre entretien a lieu, que Abdel-Hamid Karamé séjournait lorsqu’il était à Beyrouth. «Nous avons gardé toutes ces relations et mes oncles ont été ministres dans les différents cabinets Karamé. Nous étions proches de la politique par le social et par l’amitié». Un soir, au cours d’un dîner auquel Rachid Karamé était son voisin de table, excédée par la situation politique, elle lui demande jusqu’à quand cette horrible guerre? «Il m’a répondu, dans quelques jours, un homme au C.V. extraordinaire sera nommé commandant en chef de l’armée. Si le Liban a de la chance, il sera élu président de la République et il pourra reconstruire le pays». Deux jours plus tard, au cours d’un dîner chez des amis, elle est installée à table aux côtés d’un inconnu qu’on lui présente comme étant le général Aoun. Au comble de la surprise, elle s’exclame: «Il y a deux jours, je ne savais rien de vous, mais Rachid Karamé m’a parlé de vous. Il m’a répondu: ‘‘Je ne connais pas Rachid Karamé’’. Je lui ai dit: Mais lui connaît parfaitement votre C.V.».

L’honneur dans la lutte

A la tête de l’association des ayants droit du centre-ville, Raya Daouk continue la lutte. «En Allemagne, quarante ans après, des biens ont été restitués à leurs propriétaires. Nous ne baisserons pas les bras. L’honneur est dans la lutte. Les générations à venir ne pourront pas nous accuser de n’avoir rien fait. Il y a toujours de l’espoir. Cette société immobilière finira par s’en aller. Ce qui a été pris par la politique peut être restitué par la politique. On ne peut pas construire un pays sans jeter des bases légales et qui parle de légalité ne peut ignorer la sacro-sainte équation de droit à la propriété qui figure dans la Déclaration des droits de l’homme. On ne peut pas arracher les droits de quelqu’un. Un droit est un droit!».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :