Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

La polémique sur le manuel unifié : Une histoire sans livre

Posted by jeunempl sur mars 23, 2014

Arlette Kassas – L’Hebdo Magazine

Elias Abou Saab - ministre de l'EducationL’unification du livre d’histoire revient sur le tapis. Elias Bou Saab, ministre de l’Education et de l’Enseignement supérieur, trouve «honteux» qu’on ne parvienne pas à s’entendre sur un même programme d’histoire et que, depuis 1947, les faits ne soient pas rapportés pour cause de désaccords politiques. Il se dit décidé à plonger dans le dossier et à proposer, enfin, un projet objectif.

Faute de consensus, le livre d’histoire, tel que prévu dans les accords de Taëf, n’a pas vu le jour. Selon le décret de 1970, l’histoire du Liban s’arrête à l’année 1946. Après cette date, le silence est absolu. Les étudiants ignorent pratiquement les événements qui se sont déroulés au cours de ces années et leurs causes profondes: de l’insurrection de 1958, à la guerre de 2006 en passant par la guerre dite civile entre 1975 et 1990, les invasions israéliennes de 1978 et de 1982, ou les changements intervenus depuis 2005…

L’accord conclu par les parlementaires à Taëf, en 1989, prévoit une révision des programmes scolaires «afin de renforcer le sentiment d’intégration et d’appartenance nationales». Ainsi «les programmes d’histoire et d’éducation civique seront unifiés». Cependant, cette clause n’a pas pu être respectée, les manuels scolaires n’ont pas été unifiés faute d’unité et d’entente sur les termes à utiliser pour décrire tel ou tel événement ou incident.

En 2000, un comité ministériel rédige un nouveau livre d’histoire. Les objections qu’il a soulevées obligent le ministère de l’Education à arrêter les cours d’histoire et à les remplacer par l’éducation civique. Depuis 2002, le Liban fait une nouvelle tentative de se doter d’un livre d’histoire unifié, mais les différends sur la terminologie à utiliser pour parler de certains incidents dont le Liban a été la scène l’ont sabotée.

Le 21 septembre 2011, le gouvernement de Najib Mikati forme un comité, présidé par le ministre Nicolas Fattouche, chargé de remettre ce projet à exécution. Mais, avec un gouvernement qui ne représentait qu’une partie des Libanais, l’exploit devient quasi impossible, et le livre scolaire suscite une large polémique avant même que le texte final ne soit rendu public.

Les forces du 14 mars dénoncent l’absence de toute mention de «la révolution du cèdre», de 2005, et des manifestations anti-syriennes qui ont suivi l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri. Pour l’un des membres de la commission chargée de la rédaction du manuel, l’ancien ministre de la Culture, Gaby Layoun, «la révolution du cèdre n’existe pas. Ce sont les Américains qui l’ont inventée», et par conséquent, elle «ne sera pas citée dans les livres d’histoire».

Autre objection concernant les événements de Zahlé, au printemps 1981. Le manuel d’histoire en projet les qualifie «d’incidents», alors que le député Sami Gemayel précise que «la localité était sous blocus et ravagée durant trois mois. Nous ne devons pas parler d’incident, mais de blocus de Zahlé». Pour les membres du parti Kataëb, le projet de manuel néglige leur rôle de résistants contre les forces palestiniennes et syriennes de 1975 à 1990, et ne mentionne que la résistance du Hezbollah contre Israël.

L’invasion du palais présidentiel de Baabda par les troupes syriennes, le 13 octobre 1990, est passée aussi sous silence.
Certains partis estiment que le jugement et la mort du leader du PPS, Antoun Saadé, ne sont pas présentés en toute objectivité.

En mars 2012, face aux «erreurs» relevées dans le projet du livre, les étudiants des Kataëb et du PNL ont manifesté et des heurts violents ont éclaté à Beyrouth entre la police et les étudiants faisant quatorze blessés, dont quatre agents des forces de l’ordre. A la suite de ces violences, le Premier ministre de l’époque, Najib Mikati, reçoit une délégation d’étudiants dirigée par Sami Gemayel, et décide de geler le manuel, jusqu’à ce qu’il soit approuvé par la majorité des Libanais. Il a estimé qu’un livre d’histoire unifié «ne peut pas être écrit par une seule partie».

Les facteurs de divergence

Les discussions sur le livre d’histoire unifié portent surtout sur les événements survenus depuis 1975. La polémique touche la période entre 1975 et 1990 et l’étape du 14 février 2005 et ce qui a suivi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :