Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Ibrahim Kanaan, député du Metn : Pas de feu vert régional pour le cabinet

Posted by jeunempl sur octobre 4, 2013

L’Hebdo Magazine – Saad Elias

Ibrahim Kanaan - député du Metn«Lorsque la tendance régionale changera, tous les obstacles tomberont et on verra alors la formation d’un gouvernement», se désole Ibrahim Kanaan. Tour d’horizon avec le président de la Commission parlementaire des Finances.

Le député Walid Joumblatt a renoncé à l’équation des 3×8 et pencherait pour une formule de 6+9+9. Est-ce que cela vous convient?

Tout ce débat est infructueux, avec le respect que je dois à tous. Lorsque la tendance régionale changera, tous les obstacles tomberont. Je ne vais pas revenir à l’an 2005, ni aux législatives de 2009 et à la façon dont le gouvernement a été formé… Aujourd’hui, lorsque le président Tammam Salam a été désigné, le Moustaqbal avait posé comme condition la mise à l’écart du Hezbollah. Ensuite, on a parlé d’une équipe neutre de technocrates, aujourd’hui, nous en sommes à un gouvernement politique, rassembleur, incluant le Hezbollah. Nous nous querellons sur les chiffres, le feu vert régional n’ayant pas encore été donné…

L’échéance présidentielle approche et les candidats sont légion, on peut citer le général Michel Aoun, le président Amine Gemayel, le député Sleiman Frangié, le Dr Samir Geagea et on parle aussi de la prorogation du mandat du président Michel Sleiman. Qui, selon vous, a le plus de chance d’arriver à Baabda?

Aucun de ceux que vous nommez n’a annoncé sa candidature officielle. Mais notre position de principe fondamentale, que nous avons exprimée à diverses occasions, est que nous sommes opposés à toute prorogation. Cette option n’est pas liée aux personnes. Nous sommes pour une élection présidentielle libanaise qui portera au pouvoir un homme doté d’une forte présence, capable d’améliorer le rôle de la présidence. Nous sommes régis jusqu’à nouvel ordre par un régime confessionnel. Il y a des chrétiens et des musulmans, il y a des maronites, des sunnites, des chiites, des druzes… Nous souhaitons parvenir à un régime laïque, mais l’équilibre, aujourd’hui, impose que la représentativité soit conforme à la réalité. Comment améliorer la situation des chrétiens au sein du régime? C’est ainsi que nous abordons la présidence. Ajoutez à cela les grandes options que nous soutenons dont le choix de la réforme.

Quand allez-vous mettre le point final au projet de la grille des salaires et publier votre rapport?

J’aurais souhaité que la grille ne soit pas soumise sous cette forme à l’Assemblée générale parce qu’elle est, en quelque sorte, une fuite devant les responsabilités. Si j’avais voulu, en tant que président de la Commission, m’attacher uniquement à l’aspect juridique, je l’aurais refusée. Elle ne donne aucun droit aux gens et n’assure pas de vraies sources de financement. Elle n’est appuyée ni par les instances économiques, ni par les fonctionnaires, les militaires ou les enseignants… Ils y sont tous opposés, pourquoi alors la transférer? Mais je me suis dit: je vais assumer cette responsabilité, parce que les citoyens y ont placé tous leurs espoirs. Cela fait vingt-cinq ans que les salaires n’ont pas été réévalués, faut-il laisser la situation exploser? Si la bombe sociale explose qui peut l’arrêter? C’est une vraie boule de feu qu’on nous a mise entre les mains et nous devons en faire quelque chose de positif. Un rapport va être publié. Lorsque je lis les analyses, cela me fait sourire. Qui a dit que la grille a été adoptée telle quelle? Des amendements fondamentaux y ont été apportés, allant des sources de financement, aux permis de construire, aux produits superflus, à la TVA et aux douanes… Nous avons déployé des efforts pour élargir le panier des recettes via les taxes en veillant à ce que celles-ci touchent la catégorie aisée.

Comment remédier au problème des déplacés syriens? Le ministre Waël Abou Faour a été catégorique: pas de fermeture de la frontière…

Toute personne qui reconnaît l’existence d’un problème et qui ne veut pas fermer la frontière couvre un crime envers le Liban. Je ne parle pas de Waël Abou Faour. Je veux parler de l’axe politique et des parties qui pratiquent la politique de l’autruche et lancent des accusations fantaisistes contre celui qui met en garde. C’est un crime que de faire assumer ce poids au Liban dont l’existence même est menacée. Que celui qui ne veut pas verrouiller la frontière, propose une autre solution! Mais si un règlement de substitut n’existe pas, non seulement nous voulons cadenasser la frontière, mais nous voulons que les réfugiés soient rapatriés. Que la communauté internationale assume ses responsabilités! La guerre en Syrie est internationale, ce n’est pas une guerre civile. Sinon, pourquoi lorsque Kerry et Lavrov s’entendent, la guerre prend fin? Pourquoi ce petit Etat qu’est le Liban doit-il payer le prix de cette guerre?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :