Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Eviter de succomber aux tentations de la fitna : Analyse des manipulations médiatiques de l’Après-Roueiss

Posted by jeunempl sur août 22, 2013

JCA

Drapeau LibanLe 15 août et avant cela le 9 juillet derniers, la banlieue sud de Beyrouth a fait l’objet d’une véritable agression. 27 morts et des centaines de blessés…
Naturellement, les soupçons se dirigent principalement vers les services de renseignement israéliens et les groupes salafistes et/ou takfiristes soutenus par une certaine partie de l’Arabie saoudite officielle.

Plutôt que de se poser les véritables questions derrière cette agression dont est victime le Liban, plusieurs médias ont décidé de poursuivre leur campagne de diabolisation du Hezbollah… certains allant même jusqu’à accuser le Hezb de fabriquer ces attentats. Or, il ne fait aucun doute que ce parti est visé et que plusieurs groupes salafistes encouragent depuis longtemps déjà ce type d’opération.

Les médias tenus par le clan Hariri, Al Moustakbal en tête, mais aussi leurs satellites tels l’Orient le Jour, font fi des normes de bonne conduite journalistique. Ils préfèrent suivre leurs parrains politico-financiers plutôt que d’honorer leur métier. Cela, on le sait depuis mi-2005, moment à partir duquel ces médias ont débuté leur campagne anti-Hezbollah, stigmatisant une grande partie de la population libanaise. C’est ainsi que les lecteurs de ces journaux insultent désormais ouvertement, et sans en mesurer l’impact, les chiites et plus spécialement les sympathisants du Hezbollah. On le remarque dans leur espace de discussion mais aussi ailleurs, dans la vie de tous les jours. Cette situation est malheureuse mais il s’agit d’une réalité qu’il faut dénoncer, condamner et combattre à tout prix, avant qu’il ne soit trop tard. Les bases de la fitna, le conflit sunnite-chiite, sont alimentées par de tels médias irresponsables.

l'Orient le JourPour comprendre la manière dont ces médias manipulent leur opinion, l’épisode post-attentat de Roueiss est flagrant et intéressant à analyser. L’opinion étant francophone, dans ce billet, le doigt est pointé sur les manipulations de l’Orient le Jour qui est une composante d’un groupe médiatique important regroupant Al Moustakbal, MTV, Future TV, NOW Lebanon,… ces derniers appliquent les directives de communication de leurs parrains politiques.

Le Hezbollah impliqué en Syrie « mérite » cet attentat

Dans ces médias, la détresse des habitants occupe quelques lignes (ou quelques secondes) pour laisser place à une campagne de diabolisation d’une férocité sans nom, en ces temps difficiles.

Très vite, la plupart des articles de l’Orient le Jour relayaient des messages imputant la responsabilité de l’attentat de Roueiss… au Hezbollah. Voici ce qu’on pouvait lire les 19 et 20 août…
– Saad Hariri : « L’attentat de Roueiss est un crime horrible, la guerre du Hezbollah en Syrie aussi »
– Michel Moawad : Le prétexte justifiant l’intervention du Hezbollah en Syrie a été battu en brèche par les derniers événements
– Jouzou : Nasrallah est responsable de ce qui s’est passé

Le 14 Mars et les islamistes imputent facilement la responsabilité du chaos au Hezbollah pour son aventure en Syrie… occultant les implications multiples du clan Hariri qui a, dès le début, participé au financement de la guerre civile syrienne (dès 2011, tant médiatiquement que politiquement, financièrement et militairement).
Les écoutes téléphoniques impliquant le député de Zahlé Okab Sakr, membre du bloc haririste, dans l’organisation de l’acheminement des armes de guerre pour les rebelles, avaient déjà fait scandale en 2012.

Déchainement contre les mesures de sécurité locales

Par ailleurs, suite à ces deux attentats et au manque de mesures de sécurité prises par les forces de l’ordre, le Hezbollah et Amal ont pris la responsabilité de sécuriser la zone de la banlieue sud. Une mesure qui visait surtout à rassurer les habitants des quartiers visés…

Suite à quoi, les traditionnels articles de propagande sur la transgression de l’autorité de l’état par le Hezbollah, ont poussé comme des champignons… rivalisant d’ingéniosité pour faire monter leurs lecteurs contre la détresse de cette population meurtrie. Et comme pour dire… ne faites rien, on attend avec impatience le prochain attentat pour se déchainer à nouveau.
Voici ce qu’on pouvait lire le 20 août:
– Après Roueiss, « le plan sécuritaire du Hezbollah »
– Pharaon s’étonne des « barrages de sécurité relevant de partis politiques »
– Le Courant du futur critique le plan sécuritaire du Hezbollah
– « Le Hezbollah a même demandé aux FSI de se garer à droite… »
– « Nasrallah fait fi de la sécurité du Liban… », selon les monarchies

Coordination inquiétante

Le plus choquant, c’est de remarquer la coordination simultanée des messages des parrains politiques avec les articles dits « neutres » ou « d’opinion » provenant de journalistes de l’Orient le Jour.

Pire, le 20 août, un journaliste de l’Orient le Jour tenait un raisonnement semblable au tristement célèbre cheikh salafiste Ahmad el-Assir sur la responsabilité du Hezbollah dans l’attentat de Roueiss:
– Le Hezbollah à l’épreuve de son expédition syrienne (Philippe Abi Akl)
– Assir : L’attentat de Roueiss est le résultat des « crimes du Hezbollah »

Le marchandage du sang

Et puis il y a l’insupportable marchandage du Courant du Futur : « Le Futur demande au Hezbollah de se retirer de Syrie pour la reprise du dialogue ».
Traduction : Laissez-nous continuer notre travail de terreur tranquillement en Syrie, désengagez-vous… et on arrête de couvrir les attentats contre la banlieue sud de Beyrouth.
Tout cela, cautionné et alimenté par leurs médias, de sorte à justifier à leur opinion le bain de sang de Roueiss.

Une réaction exemplaire

En conclusion, les médias conduits par leurs parrains politiques poursuivront coute-que-coute leur campagne de propagande à l’encontre, tant du Hezbollah que de tout groupe opposé à la mainmise saoudienne au Liban. Ils tentent de banaliser des modes de pensée absurdes menant à l’obscurantisme. Les réactions médiatiques à l’attentat de Roueiss ont mis la lumière, si besoin, sur les réelles motivations de ces pseudo-journalistes.

Cette violence médiatique a lieu alors que de l’autre côté, la partie visée et ébranlée par ce massacre aura à nouveau réagi de manière responsable. Pas de manifestation de violence, et une modération exemplaire au niveau des propos des responsables de la communauté qu’il soient politiques ou religieux.
Hassan Nasrallah, le secrétaire général du Hezbollah, a d’ailleurs mis en avant ce sens de la responsabilité, et a de nouveau refusé de répondre à ce massacre par la violence, quelqu’en soit le prix à payer.

Une leçon à retenir pour nos chers journalistes du 14 Mars aussi verreux soient-ils.

Honte à la violence,
Honte aux propagandes de haine,
Vive la démocratie,
Vive le Liban.

PS : Le Hezbollah continue de se faire agresser tant dans les médias que sur le terrain. Ce jeudi, une personne a été assassinée avec pour seul motif son soutien au Hezbollah alors que la campagne continue de faire rage pour banaliser ce type de crime (cf article de l’AFP du 22/08, repris par l’Orient le Jour). Par ailleurs, une voiture piégée, prête à exploser, a été retrouvée et désamorcée à temps, à Tyr.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :