Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

CPL-Hezbollah : pour un nouveau document d’entente

Posted by jeunempl sur juillet 20, 2013

Ghaleb Kandil – News Orient News

Hezbollah - manif & fiesta1er décembre 2006 - Mobilisation record des Chrétiens (CPL et Marada)Après la multiplication des déclarations et des prises de position reflétant une détérioration des relations entre le Courant patriotique libre (CPL) de Michel Aoun et le Hezbollah, beaucoup de Libanais ont retenu leur souffle, craignant un rupture entre les deux partis. Dans certaines chancelleries occidentales et arabes et quartiers généraux de formations libanaises, des célébrations ont commencé et des paris ont été lancés pour fêter le divorce annoncé entre les deux alliés.

Le timing de cette affaire est très significatif, puisqu’il intervient à la veille de la commémoration de la guerre de juillet, au cours de laquelle le soutien du général Michel Aoun à la Résistance contre l’agression israélienne a été l’un des fondements de la victoire historique, aux côtés des sacrifices des résistants. Cet homme de principes a adopté cette position alors que personne ne connaissait encore l’issue de cette terrible guerre et le CPL a ouvert ses régions dans le Metn, au Kesrouan, à Jbeil et ailleurs, pour accueillir les dizaines de milliers d’habitants du Liban-Sud et de la banlieue de Beyrouth, ciblés par la machine de guerre israélienne. Et même les menaces directes de bombarder sa résidence et de le tuer avec les membres de sa famille ne l’ont pas fait reculer. Cette même position de principe, il l’a prise aussi au le début de la guerre universelle contre la Syrie, mettant l’accent sur la priorité de lutter contre le terrorisme takfiriste.

J’ai porté toutes mes inquiétudes et celles de nombreux amis et me suis rendu chez le général Aoun avec qui j’ai eu un échange franc et sincère, comme d’habitude. Le leader du CPL précise d’emblée que le Hezbollah n’est pas la première partie libanaise à s’être impliquée en Syrie. Il estime qu’il a été contraint à prendre cette décision à la lumière des développements sur le terrain, à cause de l’importance de l’ingérence israélienne sur le terrain et de la menace qui pesait sur les lignes de ravitaillements vitales pour la Résistance. La raison invoquée par son ami et partenaire, sayyed Hassan Nasrallah, sur les attaques contre les villages et les régions qui soutiennent la Résistance lui parait aussi un argument essentiel justifiant la décision du Hezbollah de s’engager dans la bataille.

Partant du principe de l’alliance et du partenariat, le général Aoun estime que le projet de construction d’un État dans sa dimension réformiste est l’un des piliers essentiels du document d’entente avec le Hezbollah. Ce processus doit évoluer en parallèle avec les concepts de l’indépendance et de l’immunité nationale, garantis par la résistance, à travers la formule « Armée-Peuple-Résistance ». Il affirme que le CPL a trouvé de nombreux obstacles qui ont entravé les projets de réformes aussi bien en Conseil des ministres qu’au Parlement. De nombreux projets proposés par les députés du CPL n’ont jamais été examinés et c’est l’un des reproches que le général Aoun fait au président du Parlement, Nabih Berry. Ces reproches, exprimés à plusieurs reprises, accompagnés parfois de divergences sur des dossiers internes entre le CPL et le Mouvement Amal, étaient une source d’embarras pour le Hezbollah. Le général Aoun comprend l’importance de la consolidation de l’alliance bilatérale entre le Hezb et Amal et saisit très bien la particularité de la relation entre les deux formations, gérée par de délicates considérations. Il serait superficiel de croire que le Hezbollah peut, lorsqu’il le souhaite, exercer une influence sur le président Berry, qui a ses propres calculs.

En réponse à une question, le général Aoun exprime son attachement aux canaux de communication entre Rabié et Aïn el-Tiné. Il précise, à cet égard, avoir demandé aux membres de son bloc parlementaire et à ses ministres d’évoquer directement avec le président Berry les sujets litigieux et d’éviter de polémiquer à travers les médias.

Le général est confiant que le Hezbollah accorde une grande importance à la situation interne en dépit du fait que le dossier régional occupe une place centrale dans ses stratégies. Il ajoute que l’attention particulière que le CPL accorde aux questions internes vise à initier une dynamique nationale libanaise qui renforcerait le concept de la construction de l’État et de la réforme des institutions. Cela complète les efforts et la lutte du Hezbollah sur les autres fronts régionaux. Michel Aoun est par ailleurs confiant que les réalisations accomplies dans le combat contre le projet de démembrement de la région feraient émerger de nouveaux équilibres internes libanais plus favorables à la logique du changement et de la réforme. Mais il refuse la mentalité attentiste, car il pense qu’il y a beaucoup à faire pour accompagner les grands changements à venir.

Le général Aoun met l’accent sur la nécessité de protéger et de renforcer le précieux trésor né du document d’entente, celui de la rencontre entre les bases populaires des deux partis.

Je suis sortis de ma rencontre avec le général Aoun porteur de beaucoup de réponses satisfaisantes qui ont dissipé les inquiétudes. Mais je continue de craindre une baisse d’enthousiasme et un affaiblissement des relations au niveau de la base populaire, à cause de certaines divergences. Aussi, je m’interroge s’il ne serait pas opportun de compléter le document d’entente par un nouvel arrangement qui couvrirait les questions d’ordre interne, objets de visions différentes de la part du CPL, du Hezbollah, d’Amal et des autres composantes de l’alliance. De ce que j’ai perçu lors de ma rencontre à Rabié et de la grande estime que je sais que le commandement du Hezbollah porte au général Aoun et au CPL, je demande qu’est-ce qui empêcherait l’ouverture d’une réflexion sur tous ces sujets. L’ordre du jour s’imposerait de lui-même : la loi électorale, les nominations, la dimension socio-économique du projet de réforme.

La rencontre entre ces deux partis autour d’une table pour discuter de toutes ces questions ne tient pas du miracle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :