Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Belges en Syrie: une rencontre pour lutter contre la radicalisation à Anvers

Posted by jeunempl sur avril 10, 2013

RTBF

Bart De Wever - Leader de la NV&A (Flandre - Belgique)Le bourgmestre anversois Bart De Wever (N-VA) a invité ses homologues de Malines et Vilvorde à une rencontre pour aborder la radicalisation de certains jeunes musulmans. L’objectif de cette concertation sera notamment d’apporter des réponses concrètes à la problématique des jeunes qui partent combattre en Syrie. Dans un registre plus préventif, l’organisation des Musulmans progressistes regrette que la prise de conscience soit faible au niveau francophone.

Environ 80 habitants des trois communes concernées par ce rendez-vous seraient partis se battre en Syrie.

L’un de ces combattants est rentré au pays. Houssien Elouassaki, blessé par balle, est soigné à Bruxelles. Mais le bourgmestre de Vilvorde, où il habite, ne le considère pas comme une victime. Houssien Elouassaki, déjà condamné pour ses activités au sein de Sharia 4 Belgium, serait parti en Syrie pour échapper à la prison. Il aurait joué un rôle clé dans l’embrigadement de jeunes musulmans.

Des jeunes qui comme Jéjoen Bontinck, 18 ans, converti à l’islam, souhaitent maintenant rentrer au pays mais ne le peuvent pas, sont aussi concernés. Le père de Jejoen est parti en Syrie ce week-end pour rechercher son fils. Il l’aurait localisé et il espère le retrouver aujourd’hui.

Des Belges francophones aussi concernés

Lors la rencontre, prévue jeudi à l’hôtel de ville d’Anvers, des membres de l’organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam), de la Sûreté de l’Etat et de la cellule « radicalisation » de la ville d’Anvers seront présents. Des responsables néerlandais seront également conviés.

Des Belges francophones se retrouveraient-ils également en Syrie pour les mêmes raisons? « Il y en a, oui », répond Fouad Benyekhlef, membre de l’organisation Musulmans progressistes. « Ce que je peux vous dire, c’est que cette idée de partir, il y a des personnes qui l’ont ».

C’est pour cette raison que son organisation a lancé un appel il y a quelques semaines pour mettre en garde et appeler les organisations musulmanes, en premier lieu les mosquées, à prendre une position claire face à ce genre de questions. « Nous recevons des appels de la part de jeunes qui se posent mille questions: est-ce qu’il est licite de partir? Est-ce que je serais un mauvais musulman si je ne pars pas? Peut-on laisser faire? » Et il y a des groupuscules qui disent « oui, il faut y aller » ajoute-t-il. Même s’il sont minoritaires, l’absence de réaction officielle des autorités religieuses musulmanes est dangereuse. « On ne doit pas jouer la politique de l’autruche », ajoute-t-il.

Fouad Benyekhlef regrette cependant les surenchères populistes sur le sujet. « Cela a crispé les acteurs sociaux musulmans », regrette-t-il. Si les organisations religieuses ont, par ailleurs, des devoirs en termes d’information, Fouad Benyekhlef interpelle le monde politique francophone: « il faut promouvoir ce genre de discours religieux alternatif, et arrêter de simplement ‘accuser bonne réception’ de notre message ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :