Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Tripoli, Wadi Khaled : Une cinquième colonne islamiste

Posted by jeunempl sur avril 1, 2013

L’Hebdo Magazine – Mona Alami

Tripoli - Bab Tebbaneh & Kobbe - déploiement de l'armée libanaiseLes rumeurs les plus folles courent sur le Liban-Nord, accusé par certains médias d’abriter des mouvances radicales alliées au Front syrien al-Nosra. Comment tirer le vrai du faux? Magazine enquête.

L’artère principale tripolitaine, reliant le nord du pays au rond-point central d’Abou Ali, s’habille de teintes grisâtres entre chien et loup. Les bâtiments délabrés prennent des allures fantomatiques. Les rues sont vidées par les tirs de francs-tireurs résonnant de part et d’autre, provoquant la panique des conducteurs.

Depuis une dizaine de jours, l’insécurité s’est aggravée à Tripoli, ventre mou du Liban. L’agression à Beyrouth de quatre cheikhs sunnites, dans deux incidents séparés, impliquant des jeunes de la communauté chiite, a mis le feu aux poudres dans la capitale du Nord. Des affrontements ont opposé les quartiers de Bab el-Tebbané, à majorité sunnite, soutenant la rébellion syrienne, à ceux de Jabal Mohsen, dont les résidants sont alaouites et appuient le régime du président Bachar el-Assad, lui-même membre de la communauté. En fin de semaine, la situation a également dégénéré après l’annonce de la démission du Premier ministre Najib Mikati, sunnite de Tripoli, en raison de divergences politiques à l’intérieur du gouvernement, portant notamment sur la prorogation du mandat du chef des Forces de sécurité intérieure, Achraf Rifi. Au moins sept personnes, dont un soldat, sont tuées et une trentaine d’autres blessées dans ce nouveau cycle de violences. Les affrontements se sont également propagés à d’autres quartiers comme Chaarani, Maloula, Rifa et Baqqar.

Vingt-cinq fauteurs de troubles

«Ce regain de tensions et de violences entre Bab el-Tebbané et Jabal Mohsen est attribué à un groupe de vingt-cinq jeunes gens. On ignore tout des factions politiques qui les appuient mais il semble que l’armée soit réticente à les arrêter», signale une source salafiste s’exprimant sous couvert d’anonymat.

Autre facteur préoccupant: le changement des priorités dans certains cercles extrémistes. On assure, en effet, que certains membres de la communauté salafiste tripolitaine, très enthousiastes auparavant, à l’idée de combattre en Syrie, estiment désormais devoir concentrer leurs efforts sur leur ville. «Ils pensent qu’ils seront amenés à jouer un plus grand rôle (dans ce nouveau front qu’est devenu Tripoli) en raison des tensions croissantes entre sunnites et chiites et les prises de position extrêmes du Hezbollah», ajoute la source.

L’émergence de cette nouvelle tendance se traduit par une nouvelle configuration du paysage politique de la ville. Sur l’artère de Maslakh, reliant Jabal Mohsen au quartier défavorisé de Mankoubin – d’où sont partis un grand nombre de jihadistes vers la Syrie – les drapeaux du Courant du futur ont peu à peu fait place à des banderoles noires. Ces dernières, généralement utilisées comme étendards  par les islamistes et plus particulièrement par les groupes radicaux, sont partout accrochées aux pylônes électriques ou aux pans des immeubles. C’est ici, dans les quartiers miséreux de Tripoli que paraît s’imposer l’islam politique, remplaçant ainsi les courants plus modérés.

A Wadi Khaled

L’impression inverse semble se dégager de la région de Wadi Khaled, plus loin vers le nord. Les slogans islamiques ont disparu dans cette plaine verdoyante en bordure de la Syrie, conjointement semble-t-il, avec le retrait de certaines institutions caritatives musulmanes. «Les cheikhs ont fait de l’argent sur notre dos, ils ont empoché les dollars des Saoudiens et des Qataris nous étant destinés», se lamente Souheib, un activiste syrien résidant à Wadi Khaled.

La probité de certains hommes de religion, accusés de corruption, serait donc mise en doute. Et la présence des salafistes se cantonne, elle, dans le village de Heche, à l’est de Wadi Khaled, selon les témoignages des habitants.

La situation sécuritaire n’en est cependant pas moins incertaine malgré la mise en place, en cette fin d’après midi, de barrages de l’Armée libanaise dans le village de Bqaihah, non loin du poste de douane séparant le Liban de la Syrie. Des soldats contrôlent le flot continu de voitures.

«L’armée ne prend la peine de se déployer que lorsque la situation est calme», ironise Abou Mohammad, un habitant de la région. Ce dernier fait référence aux accrochages ayant opposé les mois passés, certains habitants de Wadi Khaled aux Forces syriennes alliées au régime du président Bachar el-Assad.

«Les résidants de Wadi Khaled se défendent lorsqu’ils sont attaqués. Nous avons été accusés d’appartenir au Front al-Nosra et aux mouvances salafistes. A quoi le gouvernement (libanais) s’attend-il? Nous sommes une société tribale, nous possédons des armes et nous sommes prêts à les utiliser pour nous défendre», déclare Ahmad Sayed, un militant de la région.

Les habitants de Wadi Khaled auraient mis en place une sorte de comité militaire informel, permettant de coordonner les opérations entre les différents villages, dans le cas d’une agression.

«Nous sommes à la merci des Syriens et l’Armée libanaise ne nous protège pas, nous sommes donc contraints de prendre la situation en main», raconte Abou Mohammad. En juin dernier, des résidants de Wadi Khaled ont ainsi pris en otage un groupe d’alaouites syriens et libanais qui ont servi de monnaie d’échange dans la libération d’Ahmad Suleiman, qui avait été kidnappé par l’armée syrienne.
«Cela ne veut pas dire, pour autant, que nous coopérons avec l’Armée syrienne libre (ASL). Cette coopération se limite à une assistance médicale. Nous abritons également des soldats de l’armée régulière ayant fait défection. Mais il est vrai que certains soldats de l’ASL font des allers-retours au Liban, où ils ont déposé leurs familles», souligne une source locale.

Le danger persiste

Cette version des faits est confirmée par une source militaire, proche de la majorité. «Il n’y a pas de Front al-Nosra à Wadi Khaled. Il est toutefois vrai que l’ASL a tenté, au début du conflit en Syrie, d’utiliser le Liban-Nord comme base dans des attaques menées contre les troupes du président Assad. Les habitants y ont mis fin en raison des représailles que cela entraînait».

Le danger n’est toutefois pas écarté. Que ce soit à Wadi Khaled ou à Tripoli, le nombre croissant de réfugiés et la situation polarisée à l’extrême, ne présagent rien de bon. Face à cette tragédie, les politiques libanais, eux, répondent par une nonchalance aux proportions dramatiques.

 

Charbel inquiet

A l’issue d’une réunion sécuritaire, samedi, à Tripoli, le ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel, a mis en garde contre «les dangereux développements» dans la capitale du Liban-Nord qui ont des liens régionaux, «sinon internationaux». «Certains combattants ne sont pas originaires de Tripoli et les députés de la ville n’ont aucune influence sur ces derniers», a décrété le ministre. Charbel a appelé le président du Parlement, Nabih Berry, à convoquer l’Assemblée nationale afin que les députés signent un engagement ayant pour priorité la sécurité au Liban, dans le but de ramener le calme.

Les réfugiés augmentent

Selon les résidants de Wadi Khaled, un nombre croissant de réfugiés syriens pénètre dans le secteur de Bqaihah. Trois à cinq familles en moyenne traversent la frontière par semaine. Il y aurait environ 17.000 réfugiés syriens à Wadi Khaled, alors que la population locale est estimée à près de 40 000 habitants.

Al-Nosra à Wadi Khaled

Selon le quotidien aL-Akhbar, le Front al-Nosra serait déjà à Wadi Khaled et en collaboration avec le 14 mars, les Kataëb et les Forces libanaises. Le point de départ de cette aventure aurait été la prison de Roumié. Un certain Bilal y aurait rencontré un partisan des Frères musulmans libyens et formé un groupe terroriste, communiquant avec al-Qaïda par un téléphone satellite Thuraya. Bilal aurait recruté environ trente membres dans les villages de Rajm Issa, Rajm Hussein et Rajm Khalaf. Le groupe aurait été chargé de former des jihadistes pour participer à des combats dans les zones de Tal Kalakh et al-Kassir en Syrie. Les Forces libanaises et les Phalanges, eux, auraient pour mission de surveiller les frontières et de collecter des informations sur les activités de l’armée syrienne…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :