Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Démission surprise du Premier ministre libanais

Posted by jeunempl sur mars 23, 2013

Paul Khalifeh – RFI

Achraf Rifi - chef des FSIConseil des Ministres - Gouvernement Mikati IINajib Mikati, le Premier ministre libanais, a annoncé sa démission surprise, vendredi 22 mars, à l’issue d’une réunion gouvernementale houleuse. Cette démission laisse le Liban sans gouvernement à un moment particulièrement critique, aussi bien sur le plan interne qu’au niveau de la situation à ses frontières.

La démission de Najib Mikati a surpris aussi bien ses alliés au sein du gouvernement, que ses adversaires de l’opposition.

Le Premier ministre a annoncé son départ peu après une réunion houleuse du gouvernement, vendredi soir, lors de laquelle il a été mis en échec par une coalition formée de ministres chiites du Mouvement Amal et du Hezbollah et de ministres chrétiens du parti du général Michel Aoun.

Les raisons de la démission

La première porte sur la nomination des membres de la Commission de supervision des élections législatives, ce qui entrave la tenue du scrutin à la date prévue, en juin.

La deuxième concerne la prorogation du mandat du chef des Forces de sécurité intérieure, le général Achraf Rifi, qui passe à la retraite le 1er avril. Cet important service de sécurité risque ainsi de se retrouver sans chef, dans un contexte sécuritaire instable et délicat.

Différends de politique interne

Najib Mikati a annoncé qu’il démissionnait pour permettre la formation d’un « gouvernement de salut national. » Un vœu pieux, qu’il est très difficile de concrétiser dans les circonstances politiques que traverse le Liban en ce moment.

En effet, la démission du Premier ministre intervient dans un contexte délicat sur tous les plans. Majorité et opposition ne parviennent pas à s’entendre sur une nouvelle loi électorale, malgré des semaines de négociations ardues. Ce désaccord pourrait provoquer le report du scrutin et créer un vide au niveau du pouvoir législatif.

Sur le plan sécuritaire, le Liban vit au rythme de la crise syrienne qui a depuis longtemps traversé la frontière. La présence d’un million de Syriens, soit le quart de la population, provoque des tensions et une forte pression économique. Très divisés sur la crise en Syrie, les Libanais ne parviennent plus à maintenir leurs différends dans le cadre politique. Les incidents violents, accompagnés de fortes tensions sectaires entre sunnites et chiites se multiplient.

Dans la ville de Tripoli, au Liban-Nord, ils dégénèrent souvent en affrontements armés, qui ont encore fait ces deux derniers jours une trentaine de morts et de blessés.

En l’absence d’accord entre les protagonistes, la formation d’un nouveau gouvernement pourrait s’avérer difficile, peut-être impossible. Le Liban se retrouvera alors sans pouvoir exécutif et, dans quelques semaines, sans Parlement. Tout simplement, sans institutions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :