Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Morsi décrète l’état d’urgence… comme à l’époque de Moubarak

Posted by jeunempl sur janvier 28, 2013

Mediarama

Mohamed Morsi Egypte Frères MusulmansMoins de deux ans après le renversement de Hosni Moubarak, l’Egypte a renoué avec l’état d’urgence, les affrontements meurtriers et l’instabilité politique. Confronté à une vague de protestation sans précédent depuis son élection, en mai, qui a fait une cinquantaine de morts et plus de 500 blessés en cinq jours, le président Mohamed Morsi a décrété dimanche l’état d’urgence pour un mois dans trois provinces du Canal de Suez, dont celle de Port-Saïd.

L’état d’urgence, imposé durant 30 ans sous le règne de Moubarak, avait été levé en mai 2012.

Dans un discours à la nation retransmis en direct à la télévision, M. Morsi a aussi annoncé un couvre-feu nocturne de 30 jours dans ces trois provinces et menacé de prendre «d’autres mesures exceptionnelles» s’il était «contraint de le faire». «Je le ferai pour l’intérêt de l’Egypte. C’est mon devoir et je n’hésiterai pas un instant», a lancé le président. «Je suis contre les mesures exceptionnelles mais j’avais dit que si j’y étais contraint, je le ferais pour éviter que le sang ne coule et pour protéger les citoyens.»

Le président Morsi a appelé les dirigeants de l’opposition à un dialogue national lundi. Mais le mouvement du nassérien Hamdine Sabbahi, le Courant populaire, a déjà annoncé son «refus de participer à un dialogue alors que se poursuit l’effusion de sang et que continuent les crimes du régime contre les manifestants». Le Prix Nobel de la paix Mohammad el-Baradei a de son côté affirmé sur Twitter: «Si le président n’assume pas la responsabilité des événements sanglants, ne s’engage pas à former un gouvernement de salut national et une commission pour amender la Constitution, tout dialogue sera une perte de temps».

En dépit de loi d’urgence et du déploiement massif de blindés de l’armée, les affrontements se sont poursuivis lundi. Une personne a été tuée près de la place Tahrir au Caire, théâtre de violents affrontements depuis cinq jours. L’homme a été mortellement atteint à la tête par un tir de chevrotine, alors que les manifestants jetaient des pierres sur les policiers, qui répliquaient par des gaz lacrymogènes aux abords de la place et sur un pont y menant.

Les heurts les plus meurtriers se sont produits à Port-Saïd, où 38 personnes ont été tuées après la condamnation à la peine de mort, samedi, de 21 supporteurs du club de football local Al-Masry, pour leur implication dans des violences ayant fait 74 morts en 2012 après un match contre l’équipe du Caire, Al-Ahly. Le Front du salut national (FSN), principale coalition de l’opposition dont Mohammad el-Baradei, Amr Moussa et Hamdine Sabbahi sont les figures de proue, avait réclamé samedi une «solution globale» à la crise incluant un «gouvernement de salut national», faute de quoi, il boycotterait les législatives prévues en mars ou avril et réclamerait une présidentielle anticipée.

Dimanche, un jeune homme de 18 ans a été tué par balle et plus de 400 personnes ont été blessées dans des violences à Port-Saïd. Le jeune homme a été atteint à la poitrine. Les violences ont éclaté pendant les funérailles de personnes tuées la veille lors de heurts dans cette ville.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :