Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

De Tripoli, Mikati pour une nouvelle loi électorale et un nouveau cabinet

Posted by jeunempl sur décembre 12, 2012

(L’Orient le Jour)

Najib Mikati - Premier Ministre du gouvernement Libanais (juillet 2011)De Tripoli, le Premier ministre, Nagib Mikati, a appelé hier à un accord sur une nouvelle loi électorale et sur un nouveau gouvernement qui sera chargé de superviser les prochaines législatives.

Le chef du gouvernement s’est rendu hier dans sa ville natale où il a tenu, en sa résidence, une série de réunions avec les chefs de sécurité et les forces actives dans la capitale du Liban-Nord, pour examiner les moyens susceptibles d’y maintenir le calme et d’éviter une recrudescence de la violence.

Lors de la conférence de presse qu’il a tenue par la suite, il a abordé plusieurs sujets, dont celui de la loi électorale et les lourdes menaces qui planent sur un certain nombre de personnalités de l’opposition.

Pour ce qui est des prochaines législatives, il a de nouveau souligné qu’une démission de son équipe ne résoudrait pas la crise politique dans le pays et ne favoriserait pas l’organisation des élections. « Aussi, devons-nous mettre en place une solution complémentaire qui commence par un accord sur la loi électorale qui sera transmise au Parlement. Un nouveau gouvernement sera ensuite formé pour superviser le scrutin. Il sera composé de ministres non candidats », a-t-il expliqué . « Si nous n’unissons pas nos efforts, le pays pourrait faire face à des dangers », a averti le Premier ministre, qui a affirmé être prêt à démissionner si sa présence à la tête du gouvernement « ne permettrait plus de préserver le Liban et ses institutions ».

« Une ville modérée »

Concernant Tripoli, il a affirmé avoir voulu effectuer « en personne » une tournée dans cette ville pour s’assurer des mesures de sécurité prises par l’armée. Le chef du gouvernement, qui s’est félicité de « la réaction favorable » des habitants au déploiement de l’armée, a invité toutes les parties à ne pas se laisser entraîner vers ce qui pourrait provoquer un nouveau round de violence, en plaidant pour une « réconciliation authentique » .

« Cette violence est préjudiciable pour les seuls Tripolitains » , a-t-il insisté, avant de s’engager à poursuivre l’application du document qui avait scellé en 2008 la réconciliation entre les habitants de Bab el-Tebbaneh et de Jabal Mohsen. « Nous devons, dans l’intérêt du Liban, nous tenir à l’écart de ce qui se passe en dehors de nos frontières », a observé le chef du gouvernement qui a mis en relief le côté « modéré » de Tripoli. « La religion y existe, mais Tripoli n’a jamais été fondamentaliste. Elle n’est pas une ville extrémiste où les armes sont utilisées à des fins terroristes. La majorité écrasante de ses habitants soutient la modération », a-t-il fait valoir.

Il a assuré, en réponse à une question, que l’opposition n’a rien à voir dans ce qui s’est passé dans sa ville. « Il existe en permanence une coordination entre les personnalités tripolitaines de l’opposition et moi-même dans le but de préserver la sécurité de la ville. Elles rejettent, tout comme nous, la violence qui s’y est manifestée », a affirmé M. Mikati, en insistant sur le fait que celle-ci « ne mènera nulle part » . « Elle ne peut en aucun cas représenter une solution », a-t-il dit, avant de souligner que « l’armée libanaise restera déployée tant qu’existe la menace d’une reprise des affrontements ».

Des projets de développement

Pour remédier aux problèmes auxquels la ville est confrontée, l’État, a assuré M . Mikati, envisage de mettre à exécution les projets de développement prévus pour les quartiers les plus pauvres du chef-lieu du Liban-Nord. Sur les 100 millions de dollars consacrés au développement de Tripoli, 3 millions ont été seulement dépensés jusque-là, pour asphalter des routes, a-t-il expliqué. « Le reste est toujours là, mais avant de débloquer les fonds, nous devons nous assurer que la situation y restera stable, parce que nous ne pouvons pas nous permettre de lancer des projets de construction pour voir le tout détruit si, à Dieu ne plaise, de nouveaux problèmes surgissent » , a expliqué M. Mikati, en plaidant de nouveau pour une réconciliation authentique.

Les menaces d’attentats

Le chef du gouvernement a par ailleurs annoncé avoir pris contact, par téléphone, avec le mufti Malek Chaar, actuellement à Paris pour des raisons de sécurité, précisant qu’il lui a demandé de revenir au Liban et que le gouvernement est disposé à prendre en charge sa sécurité, « quitte à établir des postes militaires fixes autour de sa résidence ».
M. Mikati a aussi démenti de nouveau les propos de dirigeants de l’opposition selon lesquels une liste, comprenant les noms de 15 personnalités du 14 Mars et du courant du Futur dont la vie est en danger, lui avait été remise. Il n’en demeure pas moins qu’il a dit avoir demandé au ministre de l’Intérieur, Marwan Charbel, de tenir une réunion de sécurité au Sérail afin d’examiner les moyens d’assurer la protection de ces personnes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :