Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Loi électorale : le 14 Mars d’accord pour reprendre les discussions

Posted by jeunempl sur décembre 11, 2012

(L’Orient le Jour)

Saad Hariri - Arabie Saoudite - 14 MarsL’opposition s’efforce ces jours-ci de se disculper des accusations que lui adresse le 8 Mars et selon lesquelles son boycottage du gouvernement vise principalement à empêcher une réforme électorale d’ici au printemps prochain, date des élections législatives.

Pour le 14 Mars, il s’agit en réalité de faire d’une pierre deux coups : d’abord montrer que, contrairement à ces accusations, l’alliance est déterminée à en finir avec la loi électorale en vigueur actuellement, soit la loi dite de 1960 telle qu’amendée en 2008 ; mais aussi de couper l’herbe sous le pied à ceux qui, dans le camp adverse, cherchent à exploiter ces accusations dans le but d’obtenir un ajournement du scrutin.

Tel était l’objectif de la réunion tenue hier par un certain nombre de députés du 14 Mars, notamment les présidents et rapporteurs des commissions parlementaires, chez le député Boutros Harb.

À l’issue des discussions, M. Harb a donné lecture d’un communiqué dans lequel les participants réaffirment le boycottage du gouvernement, mais se disent prêts à poursuivre la concertation avec le président de la Chambre, Nabih Berry, en vue de faciliter les démarches pour une réforme du système électoral.
« Les personnes réunies confirment leur attachement à la position du 14 Mars sur le boycottage du gouvernement et réclament sa démission et la mise en place d’un nouveau cabinet de sauvetage. Elles rejettent en outre les allégations selon lesquelles il faudrait, afin d’éviter de tomber dans le vide, s’entendre au préalable sur un gouvernement de rechange autour de la table de dialogue », indique le communiqué.

« Discuter de la composition d’un cabinet alternatif avant la démission de celui qui est en place constituerait un précédent constitutionnel dangereux de nature à supprimer les prérogatives des présidents de la République, de la Chambre des députés et du Premier ministre désigné, et d’octroyer aux composantes du cabinet en place un droit de veto sur la formation de toute équipe alternative », souligne le texte.

« Le 14 Mars cherche à sauver le Liban et y rétablir la vraie vie politique. Il vise aussi à redynamiser les institutions et en particulier la Chambre des députés, censée aujourd’hui adopter une nouvelle loi en vue des élections législatives, lesquelles devraient avoir lieu dans les délais constitutionnels sans aucun retard ou report sous quelque prétexte que ce soit », ajoute le communiqué.

Et de souligner que l’opposition « envisage avec bienveillance certaines propositions qui ont fait l’objet de concertations avec le président de la Chambre à propos d’une formule qui, d’une part, ne serait pas en contradiction avec le boycottage du gouvernement, et, de l’autre, permettrait l’adoption d’une nouvelle loi électorale ».

« À cette fin, les personnes réunies ont décidé la poursuite de la concertation avec le président de la Chambre afin de parvenir à un scénario facilitant l’adoption de la nouvelle législation électorale, et annoncent leur acceptation de la reprise des travaux » de la sous-commission parlementaire (…) en charge de la loi électorale, ajoute le communiqué.

Toutefois, il reste le problème du lieu géographique de réunion de la sous-commission, certains de ses membres issus du 14 Mars arguant de raisons de sécurité pour refuser de se rendre au siège du Parlement.

Interrogé par les journalistes à ce propos, M. Harb a dit : « Ce sujet doit être discuté avec le président de la Chambre. Pour notre part, nous sommes soucieux de l’adoption d’une nouvelle loi électorale, mais ce souci doit en même temps prendre en compte les considérations de sécurité propres au 14 Mars, tout comme c’est le cas pour le chef du législatif lui-même. »

« Prenons donc cela en considération de façon à permettre à la sous-commission de se réunir au domicile de l’un de ses membres menacé dans sa vie », a-t-il ajouté, laissant entendre que M. Berry pourrait se charger de persuader les autres membres de la sous-commission d’accepter un tel arrangement.

Le député du Batroun a assuré que le 14 Mars était désireux de se montrer « positif » pour ce qui est de la loi électorale, mais il a accusé la partie adverse de « chercher à maintenir le gouvernement en place même après les élections ».

Par ailleurs, les Kataëb ont adopté hier une position plus ou moins similaire en soulignant, à l’issue de la réunion hebdomadaire de leurs instances dirigeantes, la nécessité de « dissocier le boycottage du gouvernement et de ses travaux, point essentiel dans l’agenda du 14 Mars, de la contribution à l’élaboration d’une nouvelle loi électorale ».

Les Kataëb ont appelé à la tenue d’une séance parlementaire à cette fin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :