Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Analyse : Une nouvelle loi électorale pour les chrétiens ou le boycott des prochaines élections

Posted by jeunempl sur décembre 11, 2012

As Safir – Imad Marmal
Traduit par Mediarama

General Michel Aoun - député du Kesrouan et chef du bloc du Changement et de la Réforme (dont le CPL fait partie)Il est désormais certain que l’alliance du 8-Mars ne participera pas à des élections législatives organisées sur la base de la loi de 1960. Et si le commandement de cette alliance, Michel Aoun, n’a pas encore annoncé officiellement sa décision de boycotter un tel scrutin, les milieux informés savent que la décision stratégique a été prise, partant du principe que le report des élections est certes mauvais, mais il reste moins grave que son organisation sur la base de la loi de 1960. Car cela enterrerait les espoirs de réformes et de bonne représentativité pour au moins quatre ans, renouvelables.

Les composantes de l’alliance ont pris leur décision en prenant en compte les justifications suivantes:

-A l’ombre de la loi de 1960, l’égalité des chances ne sera pas garantie. En effet, cette loi permet à l’argent politique de sévir dans les circonscriptions.
Par conséquent, ceux qui disposent de plus de liquidités rafleront le plus grand nombre de sièges parlementaires. Les informations indiquent que les soutiens régionaux du 14-Mars vont débloquer de colossaux budgets pour affronter leurs adversaires, notamment le général Michel Aoun à Jbeil, Kesrouan et le Metn. Car pour eux, ces élections dépassent le contexte libanais et s’inscrivent dans le cadre d’un règlement de compte régional avec l’Iran et le président Bachar al-Assad, en écartant leurs alliés du paysage politique libanais.

-L’évolution de la situation au Liban ces prochaines années dépendra en grande partie des résultats de ces élections. D’autant que le vainqueur du scrutin formera les gouvernements et aura une influence sur le choix des prochains présidents de la République et du Parlement. Aussi, le trio de la majorité ne prendra pas le risque de participer aux élections sur la base de la loi de 1960.

-La loi de 1960 consacrera l’injustice au niveau de la représentativité chrétienne, et, par conséquent, de l’équilibre national pour les prochaines années. Par contre, le report du scrutin, en attendant une entente sur une nouvelle loi électorale, aura des répercussions négatives pour quelques mois seulement.

Certains milieux de la majorité estiment que la situation interne, notamment les élections législatives, ne peut pas être isolée de la crise syrienne. Le sort de ce scrutin est lié à l’issue des événements en Syrie. Si un compromis est atteint dans ce pays, il aura des répercussions positives sur le Liban. Si, au contraire, il n’y a pas d’entente sur la Syrie, les scénarios les plus sombres sont à craindre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :