Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Pierre Gemayel, an VI : Sous le signe de l’unité

Posted by jeunempl sur novembre 23, 2012

L’Hebdo Magazine – Arlette Kassas

Six ans se sont écoulés et la douleur est toujours aussi vive. Pour la famille Gemayel, le martyre de l’ancien député et ministre de l’Industrie Pierre Gemayel est placé sous le slogan: «Chaque fois que le Liban sera en danger, nous répondrons présents».

Le parti Kataëb a commémoré l’anniversaire de l’assassinat de Pierre Amine Gemayel, par une messe présidée par le cardinal Nasrallah Sfeir à l’église Saint-Antoine de Jdeidé, en présence des représentants des trois pôles du pouvoir et d’une foule de personnalités politiques, dans une atmosphère de recueillement et de très vive émotion. Le jeune ministre de l’Industrie a été tué par balles tirées à bout portant, le 21 novembre 2006, veille de l’anniversaire de l’Indépendance. Il se trouvait au volant d’une voiture banalisée et à ses côtés Samir Chartouni, membre du parti Kataëb qui trouva, lui aussi, la mort.

Avant l’office, le curé de la paroisse Saint-Antoine a lu un message du patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, qui a évoqué notamment les qualités personnelles du martyr, «sa grandeur d’âme, son courage, sa transparence et son dévouement pour Dieu, la famille, la patrie et les gens». Il a évoqué aussi l’action menée par Pierre Gemayel au plan national, «en vue de sauvegarder le Liban, l’intégrité de son territoire, l’unité de son peuple et la dignité de ses citoyens». Il a également rappelé son rôle de rassembleur au parti Kataëb et son travail de ministre de l’Industrie.

Le patriarche Raï a retracé l’histoire de la famille Gemayel «qui a offert plusieurs martyrs, dont le président-élu de la République, Bachir Gemayel». Il a souligné que la consolation est que le frère du martyr Pierre, le député Sami Gemayel, «poursuit son action nationale avec détermination».

Un moment de grande émotion lorsque le jeune fils de Pierre Gemayel, Amine, s’est adressé à son père. «Six ans sont passés depuis que tu es tombé martyr de l’Indépendance, à la veille de l’Indépendance. Notre destin est que le jour où le Liban célèbre l’Indépendance, nous commémorons ta disparition. Nous avons cru que ce criminel haineux et lâche se suffirait des actes qu’il a commis et que tu serais le dernier héros à donner sa vie au service de la patrie. Jusqu’à quand les mères au Liban continueront-elles à se vêtir de noir? Jusqu’à quand les yeux des enfants continueront-ils à se remplir de larmes? Que le Tout-Puissant nous donne le courage et la force de préserver notre pays, et nous te promettons, Pierre, que chaque fois que le Liban sera en danger, nous répondrons présents».

L’assistance a difficilement retenu son émotion et le jeune Amine, en larmes, est enlacé affectueusement par son oncle, le député Sami Gemayel, qui n’a pas réussi à cacher, lui non plus, son intense émotion.

Le président Amine Gemayel a saisi l’occasion de témoigner l’estime qu’il porte au président de la République, «aux efforts qu’il déploie et aux sacrifices qu’il consent pour que le Liban reste le pays de la liberté et de la dignité». Il a souligné les relations cordiales qui le lient au Premier ministre Najib Mikati, «en dépit des profondes divergences politiques». Il a également adressé un mot au chef du Législatif Nabih Berry qui «avait fait preuve d’une affection fraternelle envers Pierre, de même qu’il fait preuve de la même affection fraternelle à l’égard de Sami qu’il a accueilli au Parlement et encadré comme un jeune frère».

Le président Gemayel a remercié, enfin, le patriarche Raï et rendu hommage au cardinal Nasrallah Sfeir. Il a consacré une partie de son allocution au chef du bloc parlementaire du Courant du futur, l’ancien Premier ministre Fouad Siniora, ainsi qu’à Saad Hariri. «Le parti Kataëb, a-t-il déclaré, restera le porte-étendard de la défense des principes et des valeurs pour lesquels nous avons lutté, et pour lesquels Rafic Hariri, Pierre, Antoine Ghanem et tous les martyrs de la révolution du Cèdre ont payé de leurs vies».

Une commémoration annuelle devenue l’occasion de renouveler les promesses faites à Pierre: «Le parti Kataëb restera celui de la jeunesse», a dit le président Gemayel, et son martyre restera l’un des symboles de la révolution du Cèdre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :