Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Benoit XVI au Liban – 3ème journée : Une messe pour tous…

Posted by jeunempl sur septembre 16, 2012

MPLBelgique.org

L’équipe de presse du MPL Belgique vous propose un recueil d’articles et de photos sur la troisième journée de visite du pape Benoît XVI au Liban.

Pape au Liban - Entrée pour la messe en plein air

Autel en forme de cèdre pour la messe dimanche avec le Pape Benoit XVI

Le Pape Benoit XVI célébrant la messe au Liban  Foule pour la messe du Pape à Beyrouth La foule se dirigeant vers le lieu de la messe (front de mer à Beyrouth)

13h46 : Conférence de presse du père Lombardi sur la troisième journée de la visite du pape

S.N. – ANI

Une conférence de presse a été tenue pour exposer les détails de la troisième et dernière journée de la visite du pape Benoît XVI au Liban.

D’abord, le père Abdo Abou Kassm, président du Centre catholique d’Information, a tenu, dans son intervention, à remercier le porte-parole du Saint-Siège, le ministère de l’Information, l’Agence Nationale d’Information et la directrice de l’ANI Laure Sleiman pour tous les efforts fournis dans le domaine médiatique afin de couvrir minutieusement la visite du pape. Il a également mis en valeur l’éducation pour la paix et applaudi l’avenir de l’espoir et de l’attachement aux racines concrétisés dans la rencontre tenue hier entre le Saint-Père et les jeunes.

Pour sa part, le père Lombardi a énuméré les principaux évènements qui ont marqué la journée du samedi. Il a évidemment abordé la rencontre avec la jeunesse libanaise.

Selon les chiffres premiers, quelques 26000 jeunes, chrétiens et musulmans, libanais et arabes, se sont rendus au siège patriarcal de Bkerké hier pour rencontrer sa sainteté et écouter le mot qu’il avait à leur dire.

Le porte-parole du Vatican n’a pas oublié de valoriser la présence « surprise » du président de la République, Michel Sleiman, à cette rencontre. Il a, dans ce contexte, considéré que la présence du chef de l’Etat marque l’importance et l’attention que porte le pays du Cèdre, en toutes ses composantes, à cette visite tant attendue de Benoît XVI.
Le pape, selon son porte-parole, a de même trouvé très remarquable l’intervention des jeunes prononcée hier « puisqu’elle décrit tous leurs problèmes de façon concrète. »

« Le pape a surtout tenu à saluer les musulmans présents dans la soirée, en affirmant que chrétiens et musulmans peuvent vivre ensemble sans haine pour bâtir, main dans la main, leur société. »
« Il s’est également adressé aux jeunes de la Syrie, saluant leur courage et leur rappelant qu’il ne les oublie jamais, » a signalé le père Lombardi, soulignant que de jeunes syriens se trouvaient parmi les dizaines de personnes qui ont offert des cadeaux à sa sainteté en fin de cérémonie. « Il a surtout considéré qu’il était temps que chrétiens et musulmans s’unissent pour mettre fin à la guerre et la violence, » a-t-il ajouté.

Le porte-parole du Vatican a ensuite indiqué qu’en fin de la soirée du samedi, le pape a passé un moment de prière et de chants fraternels dans la chapelle du patriarcat maronite.

En ce qui concerne la messe pontificale de ce matin, le père Lombardi a parlé d’une large présence, au moins 350000 fidèles « point de départ du nombre estimé approximativement. » « D’autres sources ont même donné des chiffres plus élevés, » a-t-il dit.

Il a affirmé que 350 prêtres ont distribué la communion aux participants à la messe, en disant avoir prévu la possibilité de donner quelques 100000 hosties, « nombre exceptionnel de participation qui revêt une signification spirituelle de la célébration eucharistique. »

Il a évoqué l’importance de l’homélie du Saint-Père, qui a appelé à « cesser de voir dans l’autre un mal à éliminer », en faisant plusieurs fois appel à la communauté internationale, mais aussi à la communauté arabe. « Il a fait référence à la situation dans laquelle nous vivons, en appelant à donner à cette région du Moyen-Orient des serviteurs de paix et de réconciliation. »

Il convient de mentionner que le pape se rendra dans l’après-midi au patriarcat syro-catholique où sera tenue la rencontre oecuménique, entre des chefs religieux chrétiens (catholiques, maronites, orthodoxes et protestants).

12h46 : Le Pape donne la bénédiction finale :nous demandons à la vierge Marie d’aider tous les peuples de la région et surtout le peuple syrien

ANI

La messe pontificale présidée par le Pape Benoît XVI sur le Front de mer au centre-ville de Beyrouth a pris fin sur fond d’un chant religieux dédié à la sainte Vierge .Le pape a prononcé un mot très bref avant la prière de l’annonciation angélique dans lequel il a imploré la vierge Marie d’aider tous les peuples de la région et surtout le peuple syrien.

« Vous connaissez les problèmes dont témoigne la région .La souffrance est grande et nous entendons les cris des veuves,des orphelins,des femmes et des enfants qui sont les premières victimes.Pourquoi tous ces meurtres ? J’appelle la société internationale et les pays arabes à proposer des solutions qui respectent les droits de l’Homme » a dit le souverain pontife.

Et d’ajouter: »Le respect des droits de l’Homme est nécessaire surtout la liberté de pratiquer les croyances religieuses.Ce n’est pas facile de respecter les autres et de les aimer surtout s’il sont différents de nous mais ceci est nécessaire pour la répansion de la paix.Je souhaite que la paix règne dans cette région et que tout le monde comprenne que nous sommes des frères .La vierge Marie notre mère comprend ceci et nous implorons la vierge en tant qu’évêques et cardinaux de protéger le Moyen-Orient.Je souhaite que vous vous dotiez de la foi nécessaire pour vivre ensemble en tant que frères ».

Le Pape a enfin donné la bénédiction finale et quitté l’autel sur fond des chants religieux puis salué le chef de l’Etat et son épouse avant de retourner à la nonciature apostolique à bord de la Papamobile au milieu des acclamations et des applaudissements des croyants.

12h25 : Livraison de l’Exhortation apostolique post-synodale

ANI

Le pape Benoît XVI a remis aux chefs des Eglises catholiques d’Orient l’Exhortation apostolique post-synodale du Synode des Evêques du Moyen-Orient:

Il a prononcé, à cette occasion, le mot suivant:

« Béatitudes, Messieurs les Cardinaux,
Chers frères dans l’épiscopat et le sacerdoce.
Chers frères et soeurs dans le Christ,

La célébration liturgique que nous venons de vivre a été l’occasion de rendre grâce au Seigneur pour le don de l’Assemblée spéciale pour le Moyen-Orient du Synode des Evêques, célébrée en octobre 2012 sur le thème: L’Eglise catholique au Moyen-Orient: communion et témoignage.

« La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul coeur et une seule âme » (Ac 4, 32). Je veux remercier tous les Pères synodaux pour leur contribution. Ma reconnaissance s’adresse aussi au Secrétaire général du Synode des Evêque, Mgr Eterovic, pour le travail accompli, et pour les paroles qu’il m’a adressées en votre nom.

Après avoir signé l’Exhortation apostolique post-synodale Ecclesia in Medio Oriente, j’ai la joie de le remettre à toutes les Eglises particulières avec vous, Béatitudes et Evêques orientaux et latins du Moyen-Orient. Avec la remise de ce document, commencent son étude et son appropriation par tous les protagonistes de l’Eglise, pasteurs, personnes consacrées et laïcs, afin que chacun trouve une joie nouvelle à poursuivre sa mission, en étant encouragé et fortifié pour mettre en oeuvre le message de communion et de témoignage décliné selon les divers aspects humains, doctrinaux, ecclésiologiques, spirituels et pastoraux de cette Exhortation.

Chers frères et soeurs du Liban et du Moyen-Orient, je souhaite que cette Exhortation soit un guide pour avancer sur les chemins multiformes et complexes où le Christ vous précède. Puisse la communion dans la foi, l’espérance et la charité être renforcées dans vos pays et dans chaque communauté pour crédibiliser votre témoignage rendu au seul Saint, le Dieu Un et Trine, qui s’est fait proche de chaque personne!

Chère Eglise au Moyen-Orient, puise à la sève originelle du Salut qui s’est réalisé sur cette Terre unique et aimée entre toutes! Avance à la suite de tes pères dans la foi, eux qui ont ouvert, par leur constance et leur fidélité, la voie de la réponse de l’humanité à la Révélation de Dieu!

Trouve dans ta splendide diversité des saints qui ont fleuri chez toi les exemples des intercesseurs qui inspireront ta réponse à l’appel du Seigneur à marcher vers la Jérusalem céleste, où Dieu essuiera toute larme de nos yeux (cf. Ap 21,4)!

Que la communion fraternelle soit un soutien dans la vie quotidienne et que le signe de la fraternité universelle que Jésus, Premier-né d’une multitude, est venu restaurer!
Qu’ainsi, dans cette région qui en a vu les actes et recueilli les paroles, l’Evangile continue de résonner comme il y a 2000 ans et qu’il soit vécu aujourd’hui et à jamais! »

11h50 : Lombardi: plus de 350000 personnes ont participé à la messe pontificale

S.N. – ANI

Le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, a affirmé que « plus de 350000 personnes ont assisté à la messe pontificale. »

11h05 : Le Pape prononçant son homélie:je prie le Seigneur de donner au Moyen-Orient des serviteurs de la paix et de la réconciliation

ANI

Le Pape Benoît XVI qui préside la messe pontificale sur le front de mer au centre-ville de Beyrouth, a prononcé l’homélie suivante:

« Chers frères et soeurs,

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ !  » (Ep 1, 3). Béni soit-il en ce jour où j’ai la joie d’être ici avec vous, au Liban, pour remettre aux évêques de la région l’Exhortation apostolique post-synodale Ecclesia in Medio Oriente ! Je remercie cordialement Sa Béatitude Bechara Boutros Raï pour ses aimables paroles de bienvenue. Je salue les autres Patriarches et les évêques des églises orientales, les ?vêques latins des régions avoisinantes ainsi que les Cardinaux et les évêques venus d’autres pays. Je vous salue tous avec grande affection, chers frères et soeurs du Liban et aussi des pays de toute cette région bien-aimée du Moyen-Orient, venus célébrer, avec le successeur de Pierre, Jésus-Christ crucifié, mort et ressuscité. J’adresse aussi mon salut déférent au Président de la République et aux Autorités Libanaises, aux Responsables et aux membres des autres traditions religieuses qui ont voulu être présents ce matin.

En ce dimanche où l’évangile nous interroge sur la véritable identité de Jésus, nous voici transportés avec les disciples, sur la route qui conduit vers les villages de la région de Césarée de Philippe.  » Et vous, que dites-vous ? pour vous qui suis-je ?  » (Mc 8, 29) leur demande Jésus ? Le moment choisi pour leur poser cette question n’est pas sans signification. Jésus se trouve à un tournant déterminant de son existence. Il monte vers Jérusalem, vers le lieu où va s’accomplir, par la croix et la résurrection, l’événement central de notre salut. C’est aussi à Jérusalem, qu’à l’issue de tous ces événements, l’église va naître. Et lorsque, à ce moment décisif, Jésus demande d’abord à ses disciples  » Pour les gens, qui suis-je ?  » (Mc 8, 27), les réponses qu’ils lui rapportent sont bien diverses : Jean-Baptiste, Elie, un prophète !

Aujourd’hui encore, comme au long des siècles, ceux qui, de multiples manières, ont trouvé Jésus sur leur route apportent leurs réponses. Ce sont des approches qui peuvent permettre de trouver le chemin de la vérité. Mais, sans être nécessairement fausses, elles restent insuffisantes, car elles n’accèdent pas au coeur de l’identité de Jésus. Seul celui qui accepte de le suivre sur son chemin, de vivre en communion avec lui dans la communauté des disciples, peut en avoir une véritable connaissance. C’est alors que Pierre qui, depuis un certain temps, a vécu avec Jésus, va donner sa réponse :  » Tu es le Messie  » (Mc 8, 29). Réponse juste sans aucun doute, mais pourtant insuffisante, puisque Jésus ressent le besoin de la préciser. Il entrevoit que les gens pourraient se servir de cette réponse pour des desseins qui ne sont pas les siens, pour susciter de faux espoirs temporels sur lui. Il ne se laisse pas enfermer dans les seuls attributs du libérateur humain que beaucoup attendent.

En annonçant à ses disciples qu’il devra souffrir, être mis à mort avant de ressusciter, Jésus veut leur faire comprendre qui il est en vérité. Un Messie souffrant, un Messie serviteur, et non un libérateur politique tout-puissant. Il est le Serviteur obéissant à la volonté de son Père jusqu’à perdre sa vie. C’est ce qu’annonçait déjà le prophète Isaïe dans la première lecture. Jésus va ainsi à l’encontre de ce que beaucoup attendaient de lui. Son affirmation choque et dérange.

Et on entend la contestation de Pierre, qui lui fait des reproches, refusant pour son maître la souffrance et la mort ! Jésus est sévère à son égard, et il fait comprendre que celui qui veut être son disciple, doit accepter d’être serviteur, comme lui s’est fait Serviteur.

Se mettre à la suite de Jésus, c’est prendre sa croix pour l’accompagner sur son chemin, un chemin incommode qui n’est pas celui du pouvoir ou de la gloire terrestre, mais celui qui conduit nécessairement à se renoncer soi-même, à perdre sa vie pour le Christ et l’Evangile, afin de la sauver. Car nous sommes assurés que ce chemin conduit à la résurrection, à la vie véritable et définitive avec Dieu. Décider d’accompagner Jésus Christ qui s’est fait le Serviteur de tous exige une intimité toujours plus grande avec lui, en se mettant à l’écoute attentive de sa Parole pour y puiser l’inspiration de nos actes. En promulguant l’Année de la foi, qui doit commencer le 11 octobre prochain, j’ai voulu que chaque fidèle puisse s’engager de manière renouvelée sur ce chemin de la conversion du coeur.

Tout au long de cette année, je vous encourage donc vivement à approfondir votre réflexion sur la foi pour la rendre plus consciente et pour fortifier votre adhésion au Christ Jésus et à son Evangile.

Frères et soeurs, le chemin sur lequel Jésus veut nous conduire est un chemin d’espérance pour tous. La gloire de Jésus se révèle au moment où, dans son humanité, il se montre le plus faible, particulièrement lors de l’Incarnation et sur la croix. C’est ainsi que Dieu manifeste son amour, en se faisant serviteur, en se donnant à nous. N’est-ce pas un mystère extraordinaire, parfois difficile à admettre . L’Apôtre Pierre lui-même ne le comprendra que plus tard.

Dans la deuxième lecture, saint Jacques nous a rappelé combien cette suite de Jésus, pour être authentique exige des actes concrets.  » C’est par mes actes que je te montrerai ma foi  » (Jc 2, 18). C’est une exigence impérative pour l’Eglise de servir et pour les chrétiens d’être de vrais serviteurs à l’image de Jésus. Le service est un élément fondateur de l’identité des disciples du Christ (cf. Jn 13, 15-17). La vocation de l’Eglise et du chrétien est de servir, comme le Seigneur lui-même l’a fait, gratuitement et pour tous, sans distinction.

Ainsi, servir la justice et la paix, dans un monde où la violence ne cesse d’étendre son cortège de mort et de destruction, est une urgence afin de s’engager pour une société fraternelle, pour bâtir
la communion ! Chers frères et soeurs, je prie particulièrement le Seigneur de donner à cette région du Moyen-Orient des serviteurs de la paix et de la réconciliation pour que tous puissent vivre paisiblement et dans la dignité. C’est un témoignage essentiel que les chrétiens doivent rendre ici, en collaboration avec toutes les personnes de bonne volonté. Je vous appelle tous à oeuvrer pour la paix. Chacun à son niveau et là où il se trouve.

Le service doit encore être au coeur de la vie de la communauté chrétienne elle-même. Tout ministère, toute charge dans l’Eglise, sont d’abord un service de Dieu et des frères ! C’est cet esprit qui doit animer tous les baptisés, les uns à l’égard des autres, notamment par un engagement effectif auprès des plus pauvres, des marginalisés, de ceux qui souffrent, pour que soit préservée la dignité inaliénable de toute personne.

Chers frères et soeurs qui souffrez dans votre corps ou dans votre coeur, votre souffrance n’est pas vaine ! Le Christ Serviteur se fait proche de tous ceux qui souffrent. Il est présent auprès de vous. Puissiez-vous trouver sur votre route des frères et des soeurs qui manifestent concrètement sa présence aimante qui ne saurait vous abandonner ! Soyez remplis d’espérance à cause du Christ !

Et vous tous, frères et soeurs, qui êtes venus participer à cette célébration, cherchez à devenir toujours plus conformes au Seigneur Jésus, lui qui s’est fait le Serviteur de tous pour la vie du monde. Que Dieu bénisse le Liban, qu’il bénisse tous les peuples de cette région bien-aimée du Moyen-Orient et leur fasse le don de sa paix. Amen. »

10h31 : Raï durant la messe du dimanche :la paix est la mission des chrétiens

ANI

Le patriarche maronite Béchara Boutros Raï a prononcé le mot suivant au début de la messe présidée par le Pape Benoît XVI sur le front de mer au centre-ville de Beyrouth :

« Très Saint-Père,

Au nom de toutes les personnes ici présentes et de tous les Libanais, j’ai l’honneur d’exprimer à Votre Sainteté la joie dont Votre visite remplit les coeurs. Car elle se déroule sous le signe de la paix, à laquelle aspire notre monde en général et le Moyen-Orient en particulier. La paix est la mission des Chrétiens. Ils la considèrent comme un don de Dieu qu’il importe de préserver. Ils se sentent appelés à en faire une culture de vie, selon la parole du Christ :  » Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu !  » (Mt 5, 9).

Votre voyage apostolique au Moyen-Orient, au moment où il vit des transformations radicales menaçant sa sécurité et sa stabilité, est certes porteur d’espérance ; Il continue votre annonce prophétique, faite en 2009, de la tenue d’une Assemblée Spéciale du Synode des ?vêques pour le Moyen-Orient, portant sur la présence des Chrétiens, leur témoignage et leur mission, en cette région. Le Synode nous a introduits au coeur d’un  » printemps spirituel chrétien « , que nous considérons voulu par la Providence divine comme préparatoire du  » printemps arabe  » souhaité. Avec votre Sainteté, nous prions pour que les événements sanglants et les sacrifices donnent naissance à ce  » printemps « . Il ne fait aucun doute que l’Exhortation Apostolique que Vous remettrez officiellement durant cette célébration eucharistique, tracera, à nos Eglises, une feuille de route vers ce printemps.

Très Saint-Père,

Votre voyage est une soupape de sécurité en ce temps d’instabilité pour un peuple chrétien qui, fidèle aux promesses de son baptême, lutte pour confirmer son enracinement dans sa terre malgré l’énormité des défis. Il est fort de la grâce du Christ, Sauveur et Rédempteur.

Aujourd’hui, à partir du Liban, Votre Sainteté porte au Moyen-Orient, l’Espérance du Christ et l’appel de la paix. Puisse le Tout-Puissant exaucer Vos saintes et nobles intentions que vous élèverez au Seigneur en cette célébration eucharistique. Soit loué Jésus – Christ. »

10h15 : Le souverain pontif descend de la Papa Mobile au milieu d’une marée de croyants

ANI

Le Pape Benoît XVI est descendu de la Papamobile et s’est dirigé vers l’autel sous les acclamations de milliers de croyants qui sont venus participer à la messe pontificale sur le front de mer au centre-ville de Beyrouth ,agitant les drapeaux du Liban et du Vatican et portant des casquettes sur lesquelles est imprimée la photo du Pape.

Les hélicoptères de l’armée libanaise survolent le lieu de la cérémonie.

Il convient de noter que le livre de prière de la messe a été imprimé en 6 langues notamment le latin,le français,l’anglais,l’arabe et l’arménien et fût distribué à tous les participants.

Les chorales des Antonins,de Notre Dame de Louaizé,du patriarcat des arméniens catholiques,de Saint Joseph Antoura et des Syriaques entonnent des chants liturgiques .
Environ 1400 journalistes libanais et étrangers sont munis de cartes d’accréditation pour couvrir la visite du Pape.

9h32 : Le pape arrive à Beyrouth

S.N. – ANI

Le pape est arrivé au front maritime du centre-ville de Beyrouth, en traversant dans la Papamobile un chemin où, de part et d’autre, les fidèles l’acclament.

9h18 : La foule salue le Pape tout au long de son parcours

E.N.G. – ANI

Des foules de citoyens, agitant les drapeaux du Liban et du Vatican, se sont attroupées sur les intersections des routes principales pour voir passer le souverain pontife qui se dirigeait de Harissa vers le front de mer du centre-ville de Beyrouth où la messe sera célébrée,selon le correspondant de l’ANI.

9h07 : Le convoi du Pape se dirige de Harissa à Beyrouth

ANI

Le convoi du souverain pontife se dirige de la nonciature apostolique à Harissa vers le front de mer au centre-ville de Beyrouth où la messe du dimanche sera célébrée.

Les Forces de sécurité ont pris des mesures sécuritaires sévères sur la route qui mène le Pape à Beyrouth .
Les routes entre Harissa et Beyrouth sont bloquées pour faciliter l’arrivée du souverain pontife à la messe dominicale.

9h02 : Les fidèles se rassemblent à Beyrouth pour assister à la messe historique

S.N. – ANI

Des milliers de fidèles se sont précipités, depuis les premières lueurs du dimanche, au front de mer dans le centre-ville de Beyrouth, afin d’assister à la messe historique présidée par sa sainteté Benoît XVI.

Le pape, qui clôture sa visite de trois jours ce soir, donnera sa bénédiction aux fils du pays du Cèdre et aux personnes venues de pays voisins, chrétiens et musulmans.

Depuis le siège de Bkerké hier, il avait considéré, durant la rencontre avec les jeunes, qu’il était grand temps que musulmans et chrétiens s’unissent pour mettre fin à la violence et aux guerres.

Pleins d’espoir, les fidèles de la région tourmentée par la violence s’apprêtent, dans une enceinte décorée par des branches d’olives et de cèdres, à la messe du « messager de la paix », à l’homme en blanc qui appelle toujours à la tolérance, au pardon, à la réconciliation.

Avec des mesures de sécurité très strictes, la surface du front de mer de Beyrouth peut accueillir près de 2160000 fidèles et quelques 100000 chaises sont déjà installées.

Les membres de l’Orchestre philharmonique du Liban se sont déjà rendus au lieu de la grande messe.

Près de 1500 hommes religieux des Eglises d’Orient, le président de la République, le président de la Chambre, le Premier ministre, les anciens présidents, les ministres et les députés sont également attendus.

Le patriarche maronite, Béchara Boutros Raï, prononcera un mot d’accueil et, pour conclure, le Saint-Père prononcera à son tour une allocution et donnera sa bénédiction à toutes les personnes présentes.

Devant l’autel de la forme du Cèdre du Liban, il remettra des copies de l’Exhortation apostolique post-synodale qu’il avait signée vendredi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :