Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

En dépit des risques, Benoît XVI a personnellement souhaité maintenir son voyage au Liban

Posted by dodzi sur septembre 12, 2012

La Croix

Benoît XVI exprime sa volonté de maintenir son voyage au Liban du 14 au 16 septembre, malgré la proximité de la guerre civile en Syrie.

« Le pape a souhaité personnellement maintenir son voyage au Liban, même dans ce contexte si particulier. » Le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, n’a laissé planer aucun doute, ce 11 septembre à Rome, sur la volonté personnelle exprimée par Benoît XVI de rendre visite comme prévu aux chrétiens d’Orient, même et surtout en raison de la proximité de la guerre civile en Syrie, qui fait rage à quelques dizaines de kilomètres de Beyrouth.

Il est pourtant clair que l’objectif de ce voyage, du 14 au 16 septembre, dépassera largement le Liban, et les chrétiens. Certes, le pays du Cèdre est celui, au Moyen-Orient, où les chrétiens sont les plus nombreux, mais c’est également le seul où la liberté religieuse est assurée.

Le 4e voyage au Moyen Orient

Le motif officiel de ce voyage est la signature, vendredi 14 septembre à 18 heures, puis la remise, le dimanche matin 16 septembre, au cours d’une messe devant des centaines de milliers de personnes sur le front de mer de Beyrouth, de l’exhortation apostolique « L’Église au Moyen-Orient ». Celle-ci reprendra l’essentiel des 44 propositions formulées par l’ Assemblée spéciale pour le Moyen-Orient du synode des évêques, du 10 au 24 octobre 2010. Au sommaire : le dialogue avec l’islam, la lutte contre les fondamentalismes, l’impératif œcuménique, l’ancrage dans leur propre pays d’origine des chrétiens d’Orient, le rejet de l’antisémitisme, le respect des libertés fondamentales. Et ce texte, très attendu, concerne, bien au-delà du Liban, les 17 pays où sont présents les 20 millions de chrétiens d’Orient, dont 5,5 millions de catholiques. C’est donc, au total, aux 350 millions d’habitants de la région que s’adressera Benoît XVI.

Présentant le programme de ce 24e voyage pontifical, le quatrième au Moyen-Orient, après la Turquie, la Terre sainte et Chypre, le P. Lombardi, s’il a détaillé « les complexités libanaises » (18 religions présentes, dont sept Églises catholiques et quatre patriarcats d’Églises orientales), a précisé que « le pape ne se présente pas comme un leader politique. Il est le responsable d’une communauté religieuse qui, par son témoignage et son engagement, se trouve au service des pays où vivent ses membres ».

À ceux qui attendent d’un tel voyage un souffle prophétique, le P. Lombardi a répondu clairement : « Il ne faut pas attendre de grandes interventions politiques. Le pape portera un message de paix, de dialogue. » Celui-ci est symbolisé par la devise choisie pour ce déplacement : « Pax Vobis » (« Que la paix soit avec vous »).

Une organisation qui tient compte des équilibres locaux

Les six discours prononcés par le pape le seront en français. Et l’organisation du voyage tient compte des subtils équilibres locaux. C’est ainsi que Benoît XVI visitera successivement les quatre patriarcats catholiques ayant leur siège à Beyrouth : à Harissa pour l’Église grecque melkite catholique, à Bzommar pour l’Église arménienne catholique, à Bkerké pour l’Église maronite et enfin à Charfet pour l’Église syriaque catholique.

L’ensemble des composantes du monde libanais semblent attendre le pape avec, si ce n’est ferveur, du moins sérénité. Comme si une sorte de « Trêve de Dieu » allait être observée durant le déplacement pontifical. « Toutes les autorités locales considèrent que le pape est le bienvenu. Il est vu avant tout comme un messager de paix » a assuré le P. Lombardi. En dépit des nombreuses incertitudes qui planent sur la sécurité dans le pays, plusieurs déplacements en papamobile sont prévus, dont l’un de plus de 20 km, le dimanche matin, pour se rendre à la messe à Beyrouth. Il n’est enfin « ni prévu, ni exclu », selon le P. Lombardi, que Benoît XVI rencontre durant sa visite, des représentants des nombreux réfugiés, syriens ou palestiniens, venus chercher la sécurité au Liban.

Frédéric Mounier, à Rome

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :