Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Politique : La loi électorale au coeur des débats du bloc parlementaire Changement et Reforme

Posted by jeunempl sur septembre 5, 2012

D.CH. – ANI

Le bloc parlementaire du Changement et de la Reforme, réuni mardi à Rabieh, a discuté des récents développements sur la scène libanaise, du projet de loi électorale, des relations libano-syriennes et de la situation aux frontières du Liban nord.

Le chef du bloc, le député Michel Aoun, a rappelé dans sa déclaration au terme de la réunion, les étapes de la discussion de la loi électorale au sein des assises maronites de Bkerké.

« A Bkerké, deux propositions ont été abordées: la loi proposée par le Rencontre orthodoxe selon laquelle les communautés forment la circonscription électorale, et la proposition des moyennes circonscriptions, à la base de la proportionnalité. Les deux propositions sont fondées sur la proportionnelle. De ce fait, les deux projets ont été soumis au gouvernement et aux blocs parlementaires afin qu’ils optent pour l’une des deux et le gouvernement a approuvé les circonscriptions moyennes » a-t-il rappelé.

Et de poursuivre: « Le député Walid Joumblat a été le premier à refuser le projet approuvé en Conseil des ministres, puis ce fut le tour du Premier ministre Saad Hariri et enfin des Forces Libanaises et du parti Kataeb. Et ce malgré le fait que ces derniers avaient approuvé les deux premières propositions. Les chrétiens du courant Futur et du Kataeb avaient approuvé les moyennes circonscriptions ».

M. Aoun a sur un autre plan indiqué que son bloc s’opposait au financement de la grille des salaires par l’imposition d’une taxe sur l’immobilier non bâti.

« La question des impôts est très délicate et nous estimons que la proposition du premier ministre sur l’imposition d’impôts sur l’immobilier non bâti est inadéquate. Nos ministres proposerons en Conseil des ministres des impôts qui n’affectent pas les conditions des citoyens », a-t-il dit.

Evoquant le mémorandum du 14 Mars présenté aujourd’hui au président libanais Michel Sleiman et appelant à rompre les relations diplomatiques avec la Syrie, M. Aoun a affirmé que la « situation est très dangereuse ». « Les frontières entre le Liban et la Syrie sont-elles réellement contrôlées ? », a-t-il interrogé, avant d’ajouter : « J’attends de lire un rapport officiel (du ministère de la Défense, du ministère de l’Intérieur ou des commandements de l’armée ou des FSI) sur la situation à la frontière avant de me prononcer sur cette affaire ».

« Nous sommes obligés de protéger les civils en cas d’agression. Mais nous voulons savoir si ce qui a eu lieu aux frontières était des ripostes ou pas », a-t-il précisé.

Sur l’affaire Michel Samaha, M. Aoun a affirmé que les informations propres à l’affaire sont véhiculées dans les médias, appelant les Libanais à attendre les résultats de l’enquête avant de « lancer des jugements ». « S’il est reconnu coupable, qu’il assume la responsabilité de ses actes », a-t-il-dit.

Evoquant enfin le cas de Yaacoub Chamoun, récemment libéré des prisons syriennes, M. Aoun a affirmé que le nom du dernier ne figurait point sur la liste des disparus en Syrie. « Chamoun est un Syrien syriaque et on m’avait dit qu’il combattait avec les Kataeb et envisageait d’aller en Israël. C’est donc un syrien pour qui les autorités libanaises n’avaient pas suivi l’affaire », a-t-il conclu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :