Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Au-delà des déclarations rassurantes…

Posted by jeunempl sur juillet 16, 2012

(Scarlett Haddad – L’Orient le Jour)

En dépit des déclarations rassurantes des responsables basées essentiellement sur les assurances internationales qu’ils reçoivent régulièrement sur le fait qu’il n’y aurait pas de décision pour déstabiliser le Liban, les nouvelles venues du terrain sont plus complexes. Un rapport sécuritaire précise que la tension actuelle, sur fond de susceptibilité confessionnelle et de problèmes sociaux qui se sont accumulés, place le pays sur une poudrière. Plusieurs éléments sont ainsi de plus en plus inquiétants. Il y a d’abord ce phénomène récemment apparu qui consiste à fermer les routes, organiser des sit-in et brûler des pneus, qui s’étend à plusieurs régions du pays. La pratique des enlèvements qui rappelle les pires années de la guerre interne ainsi que les escarmouches qui se produisent régulièrement dans certaines régions augmentent encore le climat d’insécurité. Face à ce terrain en pleine ébullition, la classe politique en général a l’air de vivre sur une autre planète, multipliant les déclarations enflammées, sans se rendre compte de l’impact qu’elles peuvent avoir sur le terrain. En même temps, les crises sociales à répétition et l’inaction du gouvernement font monter encore plus la grogne populaire, de nombreuses couches sociales ayant le sentiment que la situation est devenue intenable et qu’elles n’ont plus rien à perdre en agitant le spectre de la déstabilisation.

Dans ce contexte de troubles sociaux et confessionnels face à l’inertie officielle et la surenchère politique, la situation en Syrie constitue un facteur de déstabilisation non négligeable, surtout qu’elle s’installe dans la durée. Le dernier développement qui pourrait avoir une incidence importante sur l’intérieur libanais est l’entrée en jeu des camps palestiniens en Syrie dans le conflit en cours. Presque exclusivement peuplés de sunnites, les camps palestiniens de Syrie commencent à participer à la bataille interne et risquent d’avoir un impact destructeur, notamment dans la lutte confessionnelle qui se joue dans ce pays. C’est pourquoi les autorités syriennes songeraient à les pousser au départ soit vers la Jordanie, soit vers le Liban, dans le but de désamorcer cette bombe éventuelle.

Le rapport de sécurité rappelle à cet égard que l’incident qui s’est produit à Nahr el-Bared, il y a près de trois semaines, entre des soldats de l’armée et des éléments palestiniens n’était pas dû au hasard. En réalité, les Palestiniens voulaient pousser l’armée hors du camp de Nahr el-Bared qui abrite une crique, laquelle sert de port pour le trafic d’armes vers la Syrie. L’idée était donc de protester contre les mesures qualifiées de drastiques de l’armée aux entrées du camp pour l’empêcher de regarder de trop près ce qui se passe dans cette crique.

Par ailleurs, le rapport sécuritaire fait état d’un trafic régulier d’armes de la Libye vers le Liban et ensuite vers la Syrie. Selon le rapport, les armes arriveraient en pièces détachées et seraient rassemblées par des techniciens spécialisés. À ce sujet, le rapport révèle qu’une des personnes arrêtées par les services libanais avait installé un poste d’observation sur la route du Cocodi, peu avant l’aéroport. Ce qui permet de croire que ce lieu est aussi un point de passage important pour les armes et les combattants.

Le nouvel élément important repris dans le rapport porte sur les foyers d’el-Qaëda et de ses alliés islamistes au Liban. Jusqu’à récemment, ceux-ci étaient essentiellement installés dans les camps palestiniens, à Aïn el-Héloué notamment, où Isbet el-Ansar a encore un gros noyau. Mais depuis quelque temps, ces groupes sont en train de s’installer à Tripoli, au Akkar et dans certains quartiers à Beyrouth. Certes, pour ces groupes, le Liban est encore une base arrière et le plan actuel n’est pas de le transformer en scène de confrontation, mais leur présence n’en est pas moins un facteur de déstabilisation. D’ailleurs, des services de renseignements européens ont alerté les services libanais sur le voyage de 12 Libanais pour l’Afghanistan. Les services libanais font leur travail de surveillance, mais les tensions politiques leur lient de plus en plus les mains. Le rapport précise que les islamistes de Libye sont très actifs en direction du Liban et considèrent ce pays comme une étape vers la Syrie où ils souhaitent aider les combattants islamistes contre le régime. Si, jusqu’à présent, la situation reste acceptable, les activités des cellules islamistes étant essentiellement concentrées sur le terrain syrien, cette présence peut se transformer en bombe à retardement si les autorités libanaises restent aussi laxistes et continuent à se cacher la tête dans le sable, rassurées par les affirmations internationales d’appui à la stabilité du Liban… Il ne s’agit certes pas de jouer les Cassandre, mais en cette période particulièrement sensible, les Libanais sont appelés à une vigilance extrême, alors que les institutions publiques sont paralysées par les conflits internes et les considérations électorales qui hantent la classe politique dans son ensemble.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :