Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Assainissement du climat gouvernemental au Liban

Posted by jeunempl sur juin 7, 2012

Mediarama

Le pourrissement de la situation sécuritaire, le danger de contagion de la crise syrienne, la déliquescence des institutions de l’Etat et des administrations publiques et la priorité donnée par les acteurs régionaux et internationaux à la stabilité du Liban, ont finalement convaincu les principales composantes du pouvoir exécutif à s’entendre sur les grandes lignes d’un accord, susceptible de relancer l’action gouvernementale. Les efforts de médiation et de conciliation déployés ces dernières 48 heures par les ministres Ali Hassan Khalil et Gebran Bassil, ainsi que Hussein Khalil, le conseiller du secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, ont été couronnés, mardi, par une réunion au sommet entre le président de la République, Michel Sleiman, le chef du Parlement Nabih Berry et le Premier ministre Najib Mikati.

Le chef du bloc du Changement et de la Réforme, le général Michel Aoun, avait auparavant fait état d’une ébauche d’accord pour insuffler un peu de vie dans le gouvernement moribond. «Nous sommes actuellement dans une période de concertations et je crois que nous arriverons à des résultats et à une solution», a-t-il dit.

L’accord conclu entre les trois présidents porte sur le règlement de la crise des dépenses publiques, qui paralyse depuis des semaines le gouvernement. Le but étant de légaliser ces dépenses en accélérant l’examen du projet de budget 2012. En attendant, le gouvernement accordera des avances du Trésor au cas par cas pour les ministères, qui seront envoyées au Parlement pour y être votées.

Les trois hommes ont également convenu de mettre sur les rails certains projets de développement, notamment dans la ville de Tripoli, et de débloquer une série de nominations administratives et diplomatiques pour relancer le travail de l’administration.

Si un climat positif règne au niveau gouvernemental, on ne peut pas en dire autant concernant le dialogue national, auquel a appelé le président de la République, avec les encouragements du patriarche maronite Béchara Raï, de l’Arabie saoudite et de la France. A cinq jours de la date du dialogue, le 11 juin, les intentions du 14-Mars restent floues. Le Courant du futur, qui ne peut pas refuser ouvertement le dialogue souhaité par son mentor régional, le roi Abdallah Ben Abdel Aziz, tente de manoeuvrer. Il veut proposer au président Sleiman un mémorandum en cinq points, un euphémisme pour ne pas utiliser le terme «condition». Mais le chef de l’Etat a opposé une fin de non-recevoir à cette initiative, ainsi qu’à celle proposée par sayyed Nasrallah qui consiste à organiser une Assemblée constituante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :