Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Berry confie à la commission des Finances les projets de lois relatifs aux clôtures des comptes des années 2006 à 2010

Posted by jeunempl sur avril 29, 2012

(L’Orient le Jour)

Le casse-tête des dépenses hors budget à « légaliser » continue d’être au cœur de l’actualité politique. Le président de la Chambre, Nabih Berry, a transmis hier à la commission parlementaire des Finances et du Budget les projets de lois relatifs aux clôtures des comptes des années 2006 à 2010 incluses, des dépenses hors budget des gouvernements de Fouad Siniora et Saad Hariri, d’un montant total de 11 milliards de dollars, dont le 8 Mars réclame qu’ils soient scrutés pour déterminer d’éventuelles dilapidations de fonds.

Cette démarche intervient à l’heure même où les milieux parlementaires et ministériels sont en désaccord total sur le moyen de « légaliser » les dépenses hors budget du gouvernement actuel, qui s’élèvent, eux, à 8 900 milliards de livres.

Le 14 Mars refuse que la vérification des deux montants obéisse à des règles différentes et réclame qu’une mesure unique soit adoptée pour les vérifier…ou les approuver.
Le ministre des Finances, Mohammad Safadi, qui sait de quoi il parle, a affirmé hier, en marge du forum économique libano-autrichien, que « la crise des dépenses sera réglée d’ici à une semaine par le gouvernement », et que la question « sera examinée à la première réunion du Conseil des ministres ».

M. Safadi a approuvé la prise de position du chef de l’État, qui a refusé de contresigner le décret sur les 8 900 milliards de livres dépensées hors budget par le gouvernement en place. Il a estimé que le président Sleiman est libre de ne pas user de ses prérogatives et de ne pas avaliser un décret qui pourrait servir de blanc-seing à des irrégularités, et contre lequel une demande en invalidation pourrait être présentée devant le Conseil constitutionnel.
Le ministre des Finances a révélé que le président Sleiman a établi une liste de ses remarques constitutionnelles à ce sujet et que des amendements adéquats ont été transmis à la Chambre.

Abondant dans le même sens, le vice-Premier ministre, Samir Mokbel, a affirmé hier que le chef de l’État « a raison de ne pas signer un document qui pourrait être illégal ou contraire à la Constitution ».
À l’autre bout de l’échiquier politique, M. Ibrahim Kanaan a affirmé hier que « la seule solution » à l’affaire des 8 900 milliards de livres en suspens est l’exercice par le chef de l’État des prérogatives que lui confère l’article 58 de la Constitution.

M. Kanaan s’est permis d’ajouter : « Ce qu’on appelle les appréhensions du chef de l’État ne devraient pas exister. » Et de proposer au président Sleiman de prendre pour modèle les présidents Fouad Chéhab et Élias Sarkis qui, selon lui, ont signé des centaines de décrets rappelés du Parlement.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :