Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Printemps arabe : Les télévisions marocaines devront s’arabiser et diffuser les appels à la prière

Posted by jeunempl sur avril 15, 2012

La Croix

À compter du mois prochain, les deux pôles audiovisuels publics Al Oula et 2M (TV et radio) devront progressivement appliquer de nouvelles consignes édictées par le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Mustapha el Khalfi, membre du parti islamique justice et développement (PJD). Figurant dans le nouveau cahier des charges, elles ont été approuvées par la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (Haca).

Ainsi, les TV publiques ne pourront plus diffuser les lucratives publicités pour les jeux de hasard. Décision prise au nom de l’éthique, à l’instar de l’interdiction qui prévaut dans divers pays, et non du moralisme religieux a fait valoir le ministère de la communication.

En revanche la religion devra faire une percée sur les deux chaînes publiques, sommées d’ajouter une heure de programme religieux par semaine sur leurs grilles respectives et de diffuser chaque jour les cinq appels à la prière.

Le recul du français

Les TV et radios publiques devront en outre largement arabiser leurs programmes, mais aussi faire une place à la langue amazigh (berbère) très répandue dans la population et qui a obtenu une reconnaissance officielle dans la nouvelle constitution de juillet 2011. Sur la première chaîne publique, 80 % des programmes seront en arabe tandis que sur la deuxième chaîne, plus francophone, seul le journal de la nuit sera diffusé en français.

Ce recul du français a suscité beaucoup d’émois chez les « modernistes » plus volontiers francophiles. Le quotidien Le Soir-Les Échos voit ainsi dans cette politique d’arabisation un « coup d’État ». Le ministre dément, lui, toute velléité d’interdire le français et fait valoir que les journaux télévisés diffusés en langue française accusent une chute d’audience.

« Cette arabisation traduit aussi une réalité concrète : la domination des chaînes satellitaires arabes, comme Al-Jazira », souligne le politologue Mohammed Darif. Selon lui, le gouvernement marocain tente ainsi d’attirer à nouveau les téléspectateurs sur ses propres chaînes.

Younes Boumehdi, à la tête de la radio privée Hit radio, veut voir les bons côtés de la réforme. « Il faudra augmenter les productions originales, à terme sous-titrer les programmes en arabe, ces mesures sont de nature à développer l’industrie audiovisuelle au Maroc », plaide-t-il, tout en s’inquiétant de l’absence de financement alors même que les recettes publicitaires et en provenance de la redevance sont à la baisse (les ménages les plus démunis en étant exemptés).

Quant aux chaînes privées sur le sol marocain, leur autorisation est repoussée à 2015. Mais la réforme du code de la presse, maintes fois envisagée, serait à l’étude au sein du gouvernement selon l’hebdomadaire La Nouvelle tribune. Celui-ci rappelle que le code en vigueur contient « pas moins de 24 dispositions prévoyant des peines privatives de liberté, autorise les interdictions et suspensions administratives, et ‘brime’la presse étrangère quand elle aborde des sujets sensibles ».

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :