Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Un étudiant de McGill conteste le pouvoir des autorités américaines

Posted by dodzi sur avril 10, 2012

24h Montreal

Par Giuseppe Valiante

MONTRÉAL – Un étudiant à l’Université McGill conteste les pouvoirs octroyés aux douaniers américains qui leur donnent le droit de fouiller le contenu des appareils électroniques.

Pascal Abidor est étudiant au doctorat en études islamiques. Il dit avoir été menotté et détenu à la frontière américaine en mai 2010 pendant que les douaniers scrutaient le contenu de son ordinateur portatif. Il se rendait à New York en train pour aller visiter ses parents.

Abidor, qui possède la citoyenneté américaine, avait indiqué aux douaniers qu’il s’était rendu au Liban et en Jordanie dans les douze mois qui ont précédé son voyage à New York.

«Ils sont allés immédiatement vers mes photos», a-t-il relaté.

Les agents des services frontaliers ont trouvé des images de rassemblements du Hamas et du Hezbollah, deux groupes qui ont été placés dans la liste des organisations terroristes internationales par le département d’État américain.

Abidor a dit aux douaniers que les photos étaient pour sa thèse. Les agents des services frontaliers ne l’ont pas cru, a-t-il avancé.

Abidor et le regroupement des libertés civiles américaines attendent la décision d’un juge américain sur la constitutionnalité de la politique actuelle à l’égard des fouilles et des saisies d’appareils électroniques.

Selon des documents obtenus par l’American Civil Liberties Union (ACLU), 6671 voyageurs ont vu leur équipement informatique être scruté par les autorités américaines aux frontières entre le 1er octobre 2008 et le 2 juin 2010. Parmi eux, 32 % étaient des Canadiens.

Abidor a pu entrer aux États-Unis, sans son ordinateur, toutefois. Celui-ci lui a été retourné dix jours plus tard.

Selon l’avocate d’ACLU, Catherine Crump, la réglementation actuelle brime la liberté d’expression des citoyens américains ainsi que leur protection contre les fouilles et les saisies abusives.

«Le gouvernement indique qu’il possède des pouvoirs énormes aux frontières, et que même une fouille sans soupçon n’est pas inconstitutionnelle, a expliqué Me Crump. Je crois que cet argument est faux. Ils devraient au moins être obligés d’expliquer que la fouille (d’appareils électroniques) leur fera découvrir des preuves d’un méfait.»

Le département de la Sécurité intérieure américaine a refusé de commenter l’histoire.

Le 28 mars dernier, un juge de la Cour fédérale américaine a donné raison à David House pour une cause similaire. L’activiste américain avait plaidé que la saisie et la fouille de ses appareils électroniques à la frontière violaient ses droits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :