Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

La cellule planifiait des attentats : Les salafistes dans l’armée

Posted by jeunempl sur mars 16, 2012

L’Hebdo Magazine – Mona Alami

Le démantèlement d’une cellule salafiste jihadiste au sein de l’Armée libanaise, la semaine passée, met en évidence la polarisation grandissante de la société et la fragilité de la situation sécuritaire sur la scène locale. Magazine enquête.

Lundi, la bombe explose dans la presse: sept personnes dont deux militaires libanais, auraient planifié des attentats contre des casernes de l’armée, une institution qualifiée d’«hérétique» par la cellule. Une information confirmée, le lendemain, par le Premier ministre, Najib Mikati.

«Moustapha Azzo, Alaa Kenaan, Amjad Rafeh, Raëd Taleb et Mahmoud Baraini seraient au nombre des civils accusés d’appartenir au groupuscule», signale une source salafiste. Toutefois, Magazine n’a pas été en mesure de confirmer ces noms auprès de sources officielles.

Selon une source au sein de l’Armée ayant requis l’anonymat, un des soldats arrêtés serait Abdel-Kader Naaman, un cadet de l’école militaire en dernière année. Le second soldat appartiendrait à l’unité d’élite des commandos marins. Selon la source, deux autres militaires seraient toujours suspectés dans cette affaire.

Le dénommé Ali Rachid Hussein, un sunnite du Liban-Nord, serait également en fuite. «Ce dernier, accusé d’appartenir à Fateh el-islam, avait été libéré de prison lors du Ramadan dernier. Il aurait quitté le Liban depuis plus de deux mois, afin de rejoindre la rébellion syrienne. On a perdu sa trace depuis», ajoute la source. Fateh el-islam est un groupuscule terroriste palestinien qui avait combattu l’Armée libanaise en 2007.

Les quatre Libanais seraient affiliés aux Brigades Abdallah Azzam, une organisation palestinienne terroriste qui entretiendrait des liens troubles avec la nébuleuse d’al-Qaïda. Le chef de la cellule serait un Palestinien recherché par la justice du nom d’Abou Mohammad Tawfiq Taha, résidant actuellement dans le camp palestinien de Aïn el-Heloué.

«Abdel-Kader Naaman aurait été mis sous surveillance après avoir envoyé son ordinateur à formater chez un de ses amis, également soldat. Ce dernier l’aurait dénoncé à ses supérieurs après avoir visionné des vidéos suspectes», affirme la source militaire. L’armée contrôlait également les appels téléphoniques d’Abou Mohammad Tawfiq Taha, qui serait entré en contact avec les soldats, ce qui aurait permis de faire le lien entre les différents suspects.

Abdel-Kader Naaman aurait été endoctriné au jihadisme takfiri par son frère, un cheikh salafiste, affirme-t-on dans les milieux de l’armée. Une information toutefois réfutée par la source salafiste précitée, qui insiste sur le fait qu’aucun «imam de ce nom n’existerait au sein de la communauté». Des informations également en contradiction avec celles publiées par al-Akhbar qui souligne que R.T. (Raëd Taleb) aurait rencontré Taha sur des sites jihadistes. Raëd Taleb et Amjad Rafeh ainsi que M.Kh.A (Magazine n’a pas pu obtenir ce dernier nom, susceptible toutefois d’être celui de Moustafa Azzo) auraient reçu une formation sur la fabrication d’engins explosifs improvisés à Aïn el-Heloué.
Raëd Taleb serait également un ami de longue date de l’élève-officier Naaman.

Les deux militaires avaient pour mission de déceler une faille quelconque dans le système sécuritaire de leur caserne afin de pouvoir y introduire les explosifs destinés à une opération terroriste. Selon As-Safir, le cadet aurait admis qu’il s’apprêtait à mener une attaque terroriste contre l’école militaire. Un autre attentat visant la base militaire de Halat aurait également été envisagé. «A Tripoli, des membres de la communauté salafiste arguent toutefois que les membres présumés de cette cellule seraient en fait des partisans de l’opposition syrienne. En ce qui nous concerne, nous sommes opposés à tout plan visant à déstabiliser l’Armée libanaise», explique le cheikh salafiste Nabil Rahim.

L’infiltration de l’armée par des éléments subversifs, motivés par des croyances religieuses extrémistes, met en exergue les risques que pose le manque de cohésion nationale et identitaire pour le Liban. Un signe précurseur des dangers qui guettent le pays du Cèdre, qu’à leur habitude nos élus prendront sans doute bien soin d’ignorer.

Des exécutants

L’interrogatoire des membres de la cellule terroriste a duré une semaine environ avant qu’ils ne soient déférés devant les tribunaux militaires. Selon les résultats des investigations, le rôle des soldats se serait limité à l’exécution des attentats. C’est à la lumière de cette brèche sécuritaire, que l’on peut interpréter le communiqué adressé vendredi dernier par le commandement de l’armée. En effet, le général Jean Kahwagi avait affirmé que l’armée frapperait d’une main de fer et ferait «avorter toute tentative de noyauter l’institution, de saboter son unité ou de porter atteinte à la fidélité de ses soldats».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :