Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Aoun : Le bloc de Joumblatt n’a jamais fait partie de la majorité

Posted by dodzi sur mars 7, 2012

L’Orient le Jour

Commentant l’absence des députés du Front de lutte nationale, le chef du Courant patriotique libre, Michel Aoun, a estimé hier qu’il s’agit « d’une position négative qui ne peut s’expliquer que par le fait qu’ils ont l’intention de ne pas faire partie de la majorité ». M. Aoun, qui s’exprimait à l’issue de la réunion hebdomadaire de son bloc parlementaire, a ajouté que « le groupe joumblattiste n’a d’ailleurs jamais fait partie de la majorité parlementaire. Ses membres se sont retrouvés au sein de cette majorité à cause d’intérêts bien particuliers ».

Et le chef du CPL d’ajouter : « Lorsque le dossier ne sert pas l’intérêt personnel de (Walid) Joumblatt, il s’en désintéresse. Le contraire est vrai. » Affirmant en outre que le leader druze profite de la présence de ses ministres au gouvernement, le député a affirmé : « Lorsque ces derniers démissionneront du gouvernement, on verra à ce moment-là si nous sommes effectivement devenus la minorité. »

Même son de cloche chez le secrétaire général du mouvement de la Lutte libanaise, Fayçal Daoud, qui a estimé, à l’issue d’une rencontre avec le général Aoun, que M. Joumblatt « travaille pour son intérêt personnel et non dans l’intérêt de la nation ».

À son tour, l’ancien ministre Wi’am Wahhab a implicitement critiqué le chef du PSP, qui la veille s’en était pris au président syrien, Bachar el-Assad. « Ces propos sont inadmissibles, a affirmé M. Wahhab, qui a tenu à rappeler les « bienfaits » et les « réalisations » du président syrien au Liban, puisque c’est lui « qui a mis fin à la guerre civile, unifié l’armée et permis la reconstruction du pays», a-t-il dit, soulignant que «c’est encore lui qui a soutenu la communauté druze durant la guerre de la Montagne ».

Les dépenses publiques

Pour en revenir à la conférence de presse du général Aoun, ce dernier a tenu à rappeler que son courant restera sourd aux sollicitations de conciliation qui lui sont adressées dans l’affaire des dépenses publiques hors budget, notamment au sujet des 11 milliards de dollars dépensés par les gouvernements de Fouad Siniora entre 2006 et 2009. À ce propos, le député a indiqué qu’il « refuse de faire des compromis et de contourner le rôle des institutions ».

« La clôture des comptes doit passer par la commission parlementaire des Finances puis par l’Assemblée. Elle doit également passer par la Cour des comptes », a-t-il ajouté, soulignant que toute autre procédure serait « illégale ».

« Nous n’accusons personne. Qu’elles (les forces du 14 Mars) prennent la peine de soumettre un relevé des comptes », a-t-il asséné, rappelant qu’à ce jour, le camp adverse n’a pas présenté les comptes comme il se doit. « Nous n’accepterons rien qui soit illégal, a-t-il réitéré, tout comme nous ne sommes pas obligés de subir les erreurs des autres. » « Une fois effectuée l’opération de reddition des comptes, nous saurons alors si nos accusations sont fondées ou pas », a-t-il dit.

Interrogé sur la manifestation organisée dimanche dernier par les salafistes du Liban, avec à leur tête le cheikh Ahmad el-Assir, M. Aoun a indiqué que le Nord présente plusieurs exemples qui s’apparentent au phénomène Assir, estimant au passage que la manifestation, qui n’a rassemblé qu’un millier de personnes, « était un échec total ». « N’importe quel moukhtar aurait pu rassembler un plus grand nombre », a-t-il ironisé.

Sur les propos, enfin, de l’ambassadrice américaine, Maura Connelly, qui avait appelé le gouvernement libanais à protéger tous les réfugiés syriens au Liban, y compris les éléments de l’Armée syrienne libre qui traverseraient la frontière sans armes, M. Aoun a répondu : « Il est possible de trouver parmi eux des personnes qui ont participé aux combats contre l’armée syrienne (régulière). Il y a des États arabes qui les ont incités à la guerre et aux affrontements en leur versant de l’argent. Que ces pays prennent donc la peine de leur ouvrir leurs frontières, comme la Jordanie ou la Turquie. Ce sont des pays qui sont plus grands que le Liban. »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :