Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Ibrahim Kanaan : Dur labeur et détermination

Posted by jeunempl sur novembre 26, 2011

Joëlle Seif – L’Hebdo Magazine

Ibrahim Kanaan - député du Metn (CPL - Tayyar)

«Tu ne reviendras pas». Le général Michel Aoun ne croyait pas bien si dire en adressant ces paroles prémonitoires à Ibrahim Kanaan, venu lui faire ses adieux à Baabda avant de partir en voyage de noces, quelques jours avant le fameux 13 octobre 1990. Fraîchement marié à Tania Saade, le jeune avocat ne savait pas encore que son voyage, initialement prévu pour trois semaines, allait durer plus d’une dizaine d’années et qu’il allait démarrer en Grande- Bretagne un long parcours qui sera couronné par son élection en tête de liste, deux fois de suite au siège de député maronite du Metn. Tout comme il occupera diverses fonctions auprès des Commissions parlementaires, dont la dernière en date est celle de président de la Commission des Finances et du Budget.

En cette année 1990, la situation ne fait que se dégrader au Liban, et l’idée du retour se fait de plus en plus improbable. Ibrahim Kanaan décide alors de s’installer provisoirement à Londres et commence ses contacts auprès des cabinets d’avocats de la City. C’est finalement chez Elliott and Company qu’il sera engagé. Mais les conditions ne sont pas des meilleures: relégué dans un petit bureau au sous-sol, sans secrétaire, il ne dispose même pas d’une ligne téléphonique. C’est avec nostalgie qu’Ibrahim Kanaan parle de cette époque: «La situation était difficile. On avait loué une maison mais on ne disposait pas d’une voiture. Souvent avec ma femme on faisait à pied l’aller-retour deux fois au supermarché pour apporter nos affaires dans le chariot et ensuite ramener celui-ci». C’est à cette époque que naît sa première fille Maria, 20 ans aujourd’hui, suivie trois ans plus tard par Rita, 17ans. Pourtant, le jeune père ne profite pas pleinement de ses filles. «Je travaillais presque 24h/24». Ses efforts et sa ténacité ont tôt fait d’attirer l’attention de ses patrons et très vite il fut promu. Il est affecté au département international. Fini le bureau au sous-sol. Désormais, il assiste à tous les séminaires et fait partie de plusieurs organismes. A côté de son travail de juriste, Ibrahim Kanaan fait du lobbying et s’introduit petit à petit dans les sphères politiques britanniques. Le message qu’il véhicule dans toutes ses démarches et ses initiatives: la souveraineté et l’indépendance du Liban.

Pour lui, le Liban n’est pas simplement un message ou un point sur la carte. Le Liban est une nécessité politique et économique. Au sein de l’Euro-american lawyers group, et sous son impulsion, est créé le British Middle East law council, dont il sera le coordinateur. Et c’est dans le cadre de cette fonction qu’il rentrera au Liban pour organiser une très grande conférence, qui sera tenue à Abou Dhabi, baptisée Lebanon: The rebirth et à laquelle participeront les Ordres des avocats de Beyrouth et de Tripoli ainsi que les plus grandes firmes d’avocats britanniques. Plusieurs congrès suivront et auront tous pour thème l’échange et le développement des relations libano-européennes, la modernisation des lois libanaises…

Le mari et le père

C’est une période très active pour Ibrahim Kanaan sur le plan professionnel, où il enchaîne voyage sur voyage. Sa famille dans tout cela? Avec émotion le député confie: «Ma femme et mes filles sont mes victimes. Je n’ai pas vu Maria et Rita grandir. J’aimerais pouvoir retourner en arrière pour rattraper le temps perdu. Pourtant, dans tous mes voyages, elles étaient toujours présentes. Je leur ramenai souvent des souvenirs des aéroports. Aujourd’hui, elles ont grandi. Elles comprennent mieux mes absences et apprécient ce que j’ai fait». A l’égard de sa femme Tania, il se sent aussi coupable. «Elle m’a suivi et m’a beaucoup soutenu. Nous avons fait une bataille commune. Elle était aussi motivée que moi». Avec tendresse, il parle de son sentiment d’impuissance, un soir où Tania s’est coupé la main avec un couteau électrique. La course aux urgences, le fait d’être un numéro parmi d’autres, personne à vos côtés pour vous soutenir.

La politique, une priorité

La politique reste une de ses priorités et son attachement au général Michel Aoun demeure tel quel malgré les distances. Mais ce n’est qu’en 1991, à Marseille, à la Villa Gaby, que les deux hommes se reverront pour la première fois après le 13 octobre 1990. Que représente pour lui le général? «C’est un symbole, une fierté nationale. J’ai toujours été fasciné par ce commandant en chef de l’armée qui venait déclarer aux Libanais qu’on pouvait dire non, résister à l’occupant et se battre. Je trouvais beaucoup de similitude entre lui et le général De Gaulle». Avec fierté, Ibrahim Kanaan confie qu’il a été le choix du général en tant que premier candidat du CPL aux élections parlementaires du Metn en 2005 et 2009 «J’ai été élu deux fois de suite, en tête de liste au Metn et, pourtant, je ne viens pas d’une famille politique».

Croit-il sincèrement que l’on peut toujours faire quelque chose pour ce pays? Avec conviction le député affirme: «Je crois profondément en ce pays. La politique, la géographie, tout peut changer mais le Liban, tel le phœnix, renaît toujours de ses cendres. Notre existence même est un changement. Je crois en la jeunesse de ce pays, en cette nouvelle génération, cultivée, instruite et si bien avisée. C’est en elle que je place tous mes espoirs».

Les rumeurs concernant le Courant patriotique libre vont bon train. D’aucuns prétendent qu’il y a plusieurs courants à l’intérieur du CPL et que la relation entre Ibrahim Kanaan et Gebran Bassil n’est pas au beau fixe. Certains vont même jusqu’à avancer que chacun des deux hommes essaie «d’hériter» le général. Ces paroles font sourire Ibrahim Kanaan. «Je trouve ridicule et surréaliste de parler du fait d’hériter le général. On ne pense même pas une seconde à l’éventualité qu’il ne sera plus là un jour. Personne n’y pense. Et puis, il n’y a pas plusieurs courants. Il existe un seul courant dans lequel tout le monde se fond».

Quant à sa relation avec Gebran Bassil, le député du Metn raconte que les deux hommes ne se sont connus personnellement qu’en 2003, au moment des élections municipales. «Notre relation est très bonne et il existe une grande coordination entre nous de par nos fonctions mêmes, lui au ministère et moi au Parlement. C’est un devoir, une obligation que nous avons envers le général, qui a placé sa confiance en nous, et envers nos électeurs et nos partisans». Ibrahim Kanaan ajoute que le fait d’être le gendre du général n’a pas été un atout pour Gebran Bassil. Au contraire, ceci ne l’a pas servi, car il a dû prouver qu’il était à la hauteur et que c’est bien en fonction de ses aptitudes et de son travail qu’il a été choisi.
Quant à sa relation avec ses adversaires politiques, Kanaan confie qu’il est dur mais stable en politique. «Je respecte beaucoup mes adversaires et je n’admets pas que notre conflit politique se transpose sur le plan personnel». Son ambition? Etre toujours fidèle à ses convictions, ne pas devenir quelqu’un d’autre. Rester celui que les gens ont connu et aimé. Avec simplicité Kanaan confie : «Je voudrais rester moi-même, quelle que soit la position ou l’endroit où je me trouve».

Ce qu’il en pense

Facebook et Twitter: «Ce sont de grands moyens de communication. Je suis pour la technologie, mais comme toute chose, celle-ci peut être utilisée pour le bien ou pour le mal. C’est à nous d’en faire bon usage. Personnellement, j’aime beaucoup Facebook. Le soir, quand je rentre chez moi, j’aime me connecter pour savoir ce que les gens pensent ou veulent. Je me sens ainsi plus proche d’eux. Je reçois beaucoup de messages, des demandes d’aide sur mon inbox et j’essaie autant que possible de satisfaire toutes les demandes».

Niveau des débats politiques: «Ce qu’on a vu récemment est inadmissible et ne doit plus jamais se reproduire. Rien ne peut justifier une réaction pareille. Ce qui pourrait faire sortir Ibrahim Kanaan de ses gongs? Attaquer sa fierté nationale ou mettre en doute son patriotisme. «Je peux élever un peu la voix, m’emporter mais je ne crois pas que je serai capable d’une telle réaction».

Le clivage entre Libanais: Est-il surmontable? Pour Ibrahim Kanaan, il n’y a ni problèmes ni obstacles entre Libanais. «Regardez comment la grotte de Jeïta et le match de football contre la Corée du Sud les ont réunis, mais c’est aux leaders de les mener et de les prendre vers les réformes. J’aimerai bien un jour que le conflit se situe à un autre niveau. Que l’on s’oppose sur le plan des réformes économiques et monétaires, sur le système électoral, sur les fondements de la société, etc.…A ce moment notre conflit sera pour nous une source de richesse et sera dans l’intérêt du pays».

L’expérience parlementaire

Lorsqu’à la veille de la formation du cabinet actuel, en se promenant dans le jardin de sa résidence à Rabié, le général Michel Aoun discute avec lui de l’éventualité qu’il soit ministre, Ibrahim Kanaan répond: «Je me sens plus utile au Parlement. Je veux développer cette expérience et je sens que j’ai encore beaucoup à donner sur ce plan». Président de la Commission des Finances et du Budget, Ibrahim Kanaan confie que le Premier ministre travaille actuellement sur un changement radical du projet de budget en se basant sur les recommandations de sa commission. «C’est le fruit d’un travail de 15 mois, un contrôle parlementaire très rigoureux. Dans cette commission de 17 membres représentant tous les partis politiques, les réformes ont été acceptées à l’unanimité. Pourtant, ce qui me chagrine, ce sont les attaques gratuites parce que tout simplement j’appartiens à un courant politique déterminé».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :