Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Vie, retraite, maladie : se prémunir contre les lendemains qui déchantent

Posted by jeunempl sur octobre 28, 2011

Jenny Saleh – L’Hebdo Magazine

Aujourd’hui, l’assurance vie autant que l’assurance médicale sont indispensables à toute personne. Ces deux produits procurent en effet des garanties et des protections contre les aléas de la vie, qui peuvent survenir à tout instant. Le secteur doit aussi innover, comme c’est déjà le cas à l’étranger, via les nouvelles technologies.

Au Liban plus qu’ailleurs peut-être, il est indispensable de se prémunir contre des lendemains qui déchantent. La faute revient à une situation nationale et régionale complexe, mais aussi, pour les soins médicaux et la retraite, à un système social désuet et inadéquat. D’où l’importance, pour tout un chacun, de souscrire une assurance qui, si elle ne servira pas à son détenteur peut-être, assurera une qualité de vie à ses proches.

Pour preuve, ces quelques chiffres, qui démontrent le dynamisme du secteur. Le bulletin de la Byblos Bank, Lebanon this week, relatait en effet en septembre dernier que les primes d’assurance avaient atteint les 623,3 millions de dollars à la fin du mois de juin 2011, soit une hausse de 17% pour le premier semestre 2011, par rapport à la même période de 2010. Et dans cette progression, on constate que le marché a été porté par le secteur de l’assurance maladie, à hauteur de 29% ainsi que par celui des assurances vie à hauteur de 24%. Les primes totales payées par les assurances ont atteint 258,5 millions de dollars au premier semestre 2011, soit une augmentation de 10% par rapport à la même période un an plus tôt.
Le marché est donc très porteur dans le pays (voir dernier paragraphe de l’article).

Avec le contexte de crise financière qui sévit depuis plusieurs années, l’assurance vie demeure, en plus d’être un produit rassurant, un excellent placement d’investissement. L’assurance vie a connu un regain d’intérêt avec les contrats multisupports. Mais les obligations nouvelles qui pèsent sur les compagnies, tant en matière prudentielle qu’en matière d’information des clients, risquent d’obérer les rendements. Les assureurs sont donc amenés à innover, pour répondre à ces nouveaux défis, en particulier dans le domaine des compléments de retraite.

Les compagnies d’assurance doivent aussi pour se différencier, rivaliser d’innovation pour répondre au mieux aux besoins de leur clientèle. Que ce soit au Liban ou à l’étranger, force est de constater que les nouveautés dans ce domaine sont impulsées par les clients eux-mêmes. En France, une convention, «Aeras», vient ainsi d’être mise en place, en début d’année, pour stimuler l’innovation. Avec en toile de fond, la «création» d’un nouveau produit d’assurance pour couvrir les emprunteurs représentant un risque élevé en raison de leur santé. En clair, une garantie invalidité existe désormais, y compris pour les personnes déjà malades.

Mais l’un des problèmes qui se posent dans l’innovation des assurances, c’est que cette innovation n’est que temporaire. Faute d’existence de brevets sur les produits. Aussitôt qu’une compagnie lance un nouveau contrat sur le marché, elle est suivie par ses comparses.

L’un des domaines porteurs, au Liban comme à l’étranger, est celui de l’épargne retraite. En France par exemple, où le système retraite devient de plus en plus compliqué pour les personnes actives, il devient essentiel de préparer des revenus supplémentaires avec l’épargne retraite.

Inter-Interactivité avant tout

Mais c’est surtout dans les services aux consommateurs que les compagnies d’assurance peuvent se différencier. Si à l’étranger, dans les pays développés, les services sont déjà très nombreux en la matière, au Liban, ils en sont encore à leurs balbutiements. Ces services explosent essentiellement sur Internet, où les compagnies créent des sites dédiés aux clients, et sur lesquels ils peuvent désormais consulter leurs contrats, demander des devis, et effectuer un grand nombre d’opérations pour suivre jour après jour leurs placements.

Les nouvelles technologies seront sans doute au cœur de l’innovation dans le domaine de l’assurance. A l’étranger, certaines nouveautés connaissent l’engouement des clients. Dans certains pays émergents, comme l’Afrique du Sud, les clients peuvent désormais souscrire des assurances vie à court terme… par sms. Une solution identique pour le renouvellement de l’assurance auto a été mise en place cette fois par Axa Thailand. Un autre pays africain, le Ghana, a mis en place en mars dernier, l’assurance sur mobile, rendue possible par un accord entre la compagnie Hollard Insurance et l’opérateur télécoms MTN. Leur produit mi-Life est une assurance vie entièrement accessible par téléphone portable. Les Ghanéens peuvent souscrire une assurance vie d’un montant de 200 à 1000 euros pour une prime minime. Toutes les opérations, de la souscription à la liquidation en passant par le paiement des primes sont accessibles par une simple application installée sur le téléphone par MTN.

Certaines compagnies proposent même une protection journalière contre les accidents de ski, accessible sur son téléphone mobile et dont la prime serait portée sur la facture téléphonique.

En France, la compagnie MAAF a mis en place sur son site une option de chat en direct, permettant ainsi au client de demander conseil aux agents de la compagnie et d’être réellement accompagné dans ses démarches. Mieux que le mail ou le téléphone, cette solution devrait être copiée par la concurrence, comme cela a déjà été le cas dans le monde bancaire.

Dans l’avenir, on pourrait également imaginer un rôle accru des réseaux sociaux dans ce secteur. A l’heure où les achats groupés sont en vogue, certains assureurs se plaisent à imaginer la création de «mutuelles ad hoc» par groupes d’affinité qui se créeraient sur Facebook ou autres, afin de négocier «en groupes» leurs contrats.
De même, on verra sans doute apparaître dans les mois qui viennent des applications spéciales dans le domaine de l’assurance. Des applications pour iphone existent déjà. BNP Paribas a par exemple mis en place une application, pour déclarer un sinistre auto via son Smartphone.

Hausse des primes d’assurance vie

Selon les chiffres publiés par le Lebanon Weekly Monitor et Al-Bayan pour 2010, les primes d’assurance vie ont observé une hausse de 4,8% en 2010, les portant à 356,7 millions de dollars en 2010, ce qui constitue 0,9% du produit intérieur brut (PNB).

En 2010, 791000 polices d’assurances vie ont été souscrites pour un montant total de 357 millions de dollars, soit une belle augmentation de 14,9% par rapport à 2009.

Sur cette branche vie, c’est la compagnie Metlife Alico qui reste à la tête du secteur, avec 70,7 millions de dollars de primes, suivie par la compagnie Allianz SNA et ses 40,8 millions de dollars de primes. En troisième place, Bancassurance arrive avec 37,5 millions de dollars, suivie de près par Arope avec 36,5 millions de dollars et de LIA avec 24,8 millions de dollars de primes.
Au total, on recense au Liban cinquante assureurs nationaux et deux compagnies étrangères.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :