Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

Syrie : Une guerre civile qui ne dit pas son nom

Posted by jeunempl sur août 13, 2011

Talal el-Atrache – L’Hebdo Magazine

Cinq mois après le début du soulèvement populaire, la Syrie s’enfonce dans une guerre civile qui n’ose pas dire son nom. L’internationalisation de la crise et la mobilisation des puissances sunnites régionales contre le régime syrien, orchestrées par Washington, consacrent la polarisation du Proche-Orient et entraînent la région dans un conflit entre la Turquie et l’Arabie saoudite d’une part, contre l’Iran et la Syrie de l’autre.

Après les affrontements de Hama, l’armée syrienne a lancé une offensive contre la ville rebelle de Deir al-Zor, aux bords de l’Euphrate, qui échappait depuis une dizaine de jours au contrôle de l’Etat. Avant de donner l’assaut dans les deux villes, les militaires syriens avaient engagé des négociations avec les dignitaires dans une veine tentative de trouver une issue pacifique au mouvement de désobéissance civil. Si les pourparlers se sont heurtés à l’intransigeance des jeunes, dont une partie était déterminée à combattre jusqu’au bout, les armes en mains, ils ont néanmoins réussi à diviser les rangs des manifestants, facilitant la tâche de l’armée. Le bilan des affrontements à Hama et Deir al-Zor s’élève désormais à plus de 300 morts chez les civils, et à une cinquantaine de morts dans les rangs de l’armée.

Certains en Syrie parlent désormais d’une guerre civile de basse intensité et craignent un dérapage vers un conflit entre sunnites et alaouites. Les opposants parlent de «crimes contre l’humanité» provoqués par les pouvoirs et les «milices alaouites». Ils nient l’existence de groupes armés au moment où le nombre de victimes dans les rangs de l’armée et des services de sécurité s’élève à 500 morts et plus de 2000 blessés. Le régime accuse de son côté des «criminels et terroristes armés» d’être à l’origine des combats, et nient le massacre de centaines de manifestants pacifiques. Pour sa part, Magazine a enquêté auprès de plusieurs familles de victimes des deux côtés (militaires et manifestants), qui ont confirmé les deux versions avancées par l’Etat et l’opposition.

Cette escalade sans précédent intervient alors qu’une partie de l’opposition, dont la tendance islamiste, appelait à une bataille décisive à l’occasion du mois de Ramadan, en misant sur les prières quotidiennes (tarawih) dans les mosquées pour mobiliser les manifestants. Coupant court aux intentions de l’opposition, le pouvoir a choisi ce même mois pour déclencher un assaut militaire décisif dans les principales villes rebelles, dont Hama et Deir al-Zor, et en découdre définitivement avec le soulèvement par la voie militaire, nonobstant des réactions des puissances occidentales et de la Turquie.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :