Mouvement pour le Liban

Représentant le Courant Patriotique Libre en Belgique

  • N'oubliez pas de visiter nos galeries d'images.

  • MPL Belgique

  • Rubriques

  • Actualités

  • Archives

  • Méta

La dette publique stable à 52,6 milliards de dollars en avril

Posted by jeunempl sur juin 14, 2011

Le Commerce du Levant

La dette publique est restée stable en avril à 52,6 milliards de dollars selon les chiffres publiés par le ministère des Finances. La dette libellée en livres a représenté 60,3% du total contre 59% en avril 2010. La part de la dette libellée en devises dans le total a quant à elle reculé de 41% en 2010 à 39,8% cette année.

La dette interne a totalisé 31,7 milliards de dollars, en baisse de 1% sur un an tandis que la dette externe a affiché une baisse de 1,7% sur un an, à 20,9 milliards de dollars.

La dette publique nette, qui exclut les dépôts du secteur public à la Banque du Liban et dans les banques commerciales, a augmenté de 1,6% sur les quatre premiers mois à 45,7 milliards de dollars.

2 Réponses vers “La dette publique stable à 52,6 milliards de dollars en avril”

  1. Bon quelques commentaires, ce n’est pas la taille de la dette elle même qui compte, mais plutôt le ratio par rapport au PIB et le retour sur investissement.
    On reste toujours au dessus de la moyenne mondiale sur ce point, même si le taux de croissance du PIB a permis d’avoir une baisse de ce ratio.
    La deuxième observation est que malheureusement le taux de croissance prévu est en baisse, ce qui va mécaniquement augmenter notre ratio dette/pib, parce qu’on ne peut pas mener une politique de rigueur, 70% de notre budget étant alloué à payer les fonctionnaires de l’état, une politique de rigueur n’aura donc aucun effet. Le retour sur investissement est quasiment nul dans le cas des finances publiques. (on peut bien avoir une dette de 100 milliards mais un retour sur investissement supérieur au service de la dette et dans ce cas là être gagnant, mais ce n’est pas le cas)
    La 3ème observation, la taille de notre endettement externe ne permet pas de jouer sur une possible dévaluation de la parité LL/USD pour améliorer notre situation.
    C’est à ce paradoxe que fait face le prochain gouvernement, qui ne pourra pas compter sur une aide internationale pour en juguler les effets, comme ce fut le cas du gouvernement Hoss entre 1998 et 2000. Il faut s’attendre donc à une dégradation économique au Liban, avec un impact politique évident, sauf si on arrive à élaborer un moyen pour faire rembourser la dette via une nationalisation de certains services publics ou encore la mise en accusation des personnes qui sont responsables de ce gâchis. Dernier scénario, la crise des pays arabes fera que le Liban redevienne une sorte de paradis fiscal à l’argent de certains ressortissants arabes. J’ai déjà entendu dire qu’un dirigeant d’un pays arabe a mis un millards de dollars au cas ou il tombe (officiellement pour soutenir l’économie libanaise). Il ne serait pas le seul.

  2. en tout cas, ce qui me fait toujours marrer dans les articles économiques sur le Liban est qu’on a que du descriptif et jamais de l’analytique. Ca me rappelle quand je bossais dans un département de recherche économique sur le Liban et l’analytique en interne ainsi que les prévisions étaient catastrophique. Il ne fallait rien dire pour ne pas se mettre « le gouvernement sur le dos »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :